AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (6)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
No times outs. Only death !


avatar

Maliae
Messages : 1834
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (6)   Dim 22 Fév - 16:37

Fandom : Supernatural
Prompt : Je vais effacer mes défauts.
Note : Ce chapitre est assez dur. J'avoue.

***

Dean était un gosse intelligent. Il ne foutait pas grand-chose à l’école, le strict minimum pour qu’on ne l’embête pas, mais pas assez pour passer pour un bon élève, et il s’en fichait. L’école ça ne l’intéressait pas, on n’y apprenait pas l’essentiel. On n’y apprenait pas comment surmonter le meurtre de ses parents, comment garder son petit frère auprès de soi, on n’y apprenait pas comment se faire aimer. Et Dean de toute façon ne méritait pas d’être aimé. Alors peut-être qu’il avait pas beaucoup de très bien, qu’il ne retenait pas grand-chose à l’histoire, la géographie et les mathématiques, mais il n’en restait pas moins un gosse intelligent.
Par exemple il pouvait réciter par cœur le nom de tous les personnages du SOAP qu’il regardait avec les éducateurs, ou bien fabriquer des jouets pour les plus jeunes du foyer avec des pots de yaourt et des rouleaux de papiers culs. Il avait aussi tendance à se souvenir des fouteurs de merde et de leurs crasses, pour mieux leur faire payer. Un brin rancunier.
Comme il était intelligent, il sut qu’il ne reverrait pas son petit frère de si tôt après leur fuite échouée du mac do. Le juge pour enfant avait été tellement en colère contre lui, les éducateurs lui avaient fait la morale pendant des heures, le verdict était tombé, on ne pouvait pas le laisser rencontrer Sam dans ses conditions.
Pourtant Dean s’était dit que s’il se montrait sage, s’il ne criait pas trop, s’il essayait de s’adapter à la vie au foyer et faisait le strict minimum à l’école, on lui donnerait une seconde chance. Il se disait qu’il allait effacer ses défauts, pour pouvoir voir son petit frère.
Il aurait dû se douter qu’il se berçait d’illusions. Que ce ne serait pas si facile. Après des mois d’attentes, il avait fini par apprendre que les parents adoptifs de Sam refusaient toute nouvelle rencontre entre les deux frères.
Il avait surpris une conversation entre deux éducateurs, sur le discours que tenaient les parents adoptifs de Sam. Ce qu’il avait entendu l’avait à la fois mis en colère et dévasté. Dean n’est pas un enfant assez stable, il met en danger Sam, il serait mieux pour Sam de ne plus le voir, de l’oublier.
Ce jour là Dean cassa une fenêtre du foyer.

Est-ce qu’ils avaient raisons ? Est-ce qu’il mettait en danger Sam ? Est-ce que Sam serait plus heureux sans lui ? Dean … Dean le croyait. Il avait toujours été comme un poids pour Sam, à cause de lui ils avaient changé de familles des millions de fois, à cause de lui Sam n’avait pas eut une bonne vie. Sans lui, son frère aurait été adopté tout de suite, il aurait sans doute été heureux avec un nouveau papa et une nouvelle maman. A la place de ça ? Il avait tourné de famille en famille, il avait été déchiré, baladé, abandonné, un vieux bagage dont on ne voulait plus.
Sam était mieux sans lui, il était tellement mieux sans lui. Dean s’en persuada. Le mieux c’était de le laisser tranquille, tant pis pour sa promesse.

Mais c’était dur d’accepter ça, c’était dur de vivre sans Sam. Dean jouait avec les plus petits du foyer, parce qu’ils étaient des substituts de Sam. Mais aucun d’entre eux n’étaient Sam. La nuit Dean se réveillait en sursaut, et cherchait Sam partout, et se mettait parfois à pleurer de ne pas le trouver.
« Je ne dois pas pleurer, je ne dois pas pleurer, je ne dois pas pleurer ».
Mais il pleurait quand même, parce que Sam lui manquait, parce que lui il ne pouvait pas l’oublier.

Des fois il était simplement plein de rage, pleins de haine, de désespoir. Fini le bon petit garçon sage, Dean pétait des câbles, Dean se laissait submerger par tous ces sentiments négatifs. Il cassait des trucs, insultait les éducateurs, il se débattait quand on le maintenait pour le calmer, il hurlait et essayait de se faire du mal en se fracassant la tête contre le sol. Il avait toute cette douleur à l’intérieur de lui qui ne voulait pas s’arrêter, qui ne voulait pas sortir, et personne ne pouvait rien y changer. Personne.
Dean continuait d’aller voir la psychologue. Elle l’aidait. Un peu. En tout cas elle l’écoutait, elle écoutait même ses silences. Elle écoutait même ses insultes. Elle écoutait même quand il croisait si fort les bras autour de sa poitrine qu’il donnait l’impression d’avoir construit un mur autour de lui.
Et elle lui disait des choses qu’il avait envie d’entendre, besoin d’entendre. Des mensonges sans doute pour le rassurer. Mais des mensonges qu’il aimait quand même.
- Ton frère t’aime, ton frère pense sûrement à toi. Ton frère a besoin de toi ne t’inquiète pas. Tu reverras ton frère, le juge va bien se rendre compte de tes progrès, Dean. On trouvera une solution.
On trouvera une solution.

xxx

Les mois passèrent et Dean eut huit ans. L’anniversaire le plus pourri de sa vie. Ca avait mal tourné, il avait balancé sa part de gâteau à la tête d’un adolescent du foyer trop emmerdant. Il avait cassé le cadeau que les éducateurs lui avaient fait à cause d’une crise de colère. Puis il avait fini par insulter tout le monde et s’était enfermé dans sa chambre en claquant la porte. Bon anniversaire Dean.

C’était peut-être ça qui l’avait décidé, l’absence de Sammy le jour de son anniversaire, l’absence de son tout petit frère qui aurait sans doute foutu du gâteau jusque dans ses cheveux et aurait rigolé en jouant avec le papier cadeau du cadeau de Dean. Il avait juste besoin de le voir, de savoir qu’il était heureux, d’être sûr. Ensuite il disparaîtrait de sa vie, il se ferait une raison, il avancerait à reculons mais lui-même n’avait pas d’importance, ce qui comptait c’était Sam.

Et Dean était un gosse intelligent. S’il avait compris qu’on l’empêchait de voir son frère, il devait trouver un moyen de le retrouver. Il savait comment, il devait juste attendre le bon moment, la bonne occasion. Un moment drama dans le foyer, qui forcerait les éducateurs à quitter le bureau et à se concentrer sur autre chose, assez longtemps pour laisser Dean y visiter quelques dossiers. Un moment drama c’était facile à provoquer avec des gosses aussi instables que tous ces pauvres mômes. Il suffisait d’embêter l’un, de dire que c’était l’autre, et les voilà qui se tapaient dessus, qui s’arrachaient les cheveux, qui hurlaient.
Comme prévu, les éducateurs quittèrent le bureau en vitesse, et coup de bol, oublièrent de le fermer à clés.
Dean en profita, il y entra et commença à fouiller dans les classeurs. Tout était bien rangé, c’était facile de trouver ce qu’il cherchait. Dean et Samuel Winchester. Il l’ouvrit, tourna les pages jusqu’à ce qu’il trouve ce qui l’intéressait. L’adresse des parents adoptifs de Sam. Bien. Il la nota dans un coin de sa tête, sûr de ne pas l’oublier, remit le classeur à sa place, sortit du bureau comme si de rien n’était et alla s’enfermer dans sa chambre pour réfléchir.

A l’école il demanda une carte de la ville où vivait Sam. Il faisait semblant de s’intéresser tout à coup à la géographie. Avec des phrases hypocrites du style « ce sera plus facile pour moi d’apprendre des choses si on me parle des villes que j’ai envie de connaître ». Maintenant il avait carte de la ville et l’adresse de Sammy. Puis il chercha ensuite sur internet. Les trains, les bus.

Dean ne dépensait jamais l’argent de poche du foyer, donc il avait quelques économies. S’il venait à manquer, il se débrouillerait.

Il choisit le jour d’anniversaire de Sammy pour aller le voir. Ce jour là en particulier parce que c’était ce jour là où le bonheur de Sammy devait atteindre son apogée s’il était heureux. Et parce que son petit frère aurait quatre ans, et que Dean ne pouvait pas être absent pour ses quatre ans. Il avait peur, il était même mort de trouille, mais il devait le faire, c’était sa mission. S’il voyait que Sam était heureux, il serait heureux pour lui et brisé en même temps, s’il voyait que Sam ne l’était pas alors dans ce cas…
Dean avait prit un sac en bandoulière avec des affaires dedans, plusieurs plans de différentes villes qu’il avait eut à l’école, des vêtements de rechanges, de quoi manger pour quelques jours, et une lampe de poche, au cas où. S’il devait s’enfuir encore une fois avec son frère, cette fois-ci on ne les retrouverait pas.

xxx

Dean était venu et avait vu. Son frère. Tellement malheureux le jour de son anniversaire, assit sur un côté, incapable de sourire, incapable de profiter, serrant une grosse souris contre lui. La souris de Sammy le chat ? Se demanda Dean. Il lui avait raconté cette histoire tellement tellement tellement de fois. Sam l’adorait. Il prenait son frère dans ses bras à la fin de l’histoire et criait « Didi la sou’is, Sammy le chat ».
Didi la souris. Et Dean sourit, parce que cette souris c’était sûrement Didi. Peut-être que son frère ne l’avait pas oublié après tout. Peut-être que Sam n’était pas heureux ici, finalement.
Sam finit par le voir, et son visage changea totalement. Sam se mit à sourire tellement grand, comme si tout à coup le bonheur lui était tombé dessus. Est-ce que c’était parce qu’il l’avait vu ? Est-ce que c’était lui qui faisait naître ce sourire chez Sam ?
Est-ce que son frère l’aimait toujours ?

Dean lui fit signe de ne pas bouger, puis chercha un moyen discret de le rejoindre. Passant par un trou du buisson, il attrapa la main de son frère et l’entraîna plus loin. Sam avait changé, grandit, on lui avait coupé les cheveux courts. Il avait l’air aussi un peu brisé, un peu trop mâture. Où était son Sammy tellement infantile ? Qu’est ce qu’on lui avait fait ?
Des parents adoptifs n’étaient-ils pas censé rendre heureux leurs enfants adoptés ? Pourquoi est-ce que Sam paraissait si malheureux ? Aussi malheureux que lui ?
Il lui demanda s’il voulait venir avec lui, et Sam n’hésita même pas, ne prit même pas la peine de réfléchir. Comme s’il n’y avait que Dean qui comptait. Et peut-être que… Peut-être que pour Sam il n’y avait que Dean qui comptait.
Alors c’était décidé, ils partiraient ensemble.

Ils étaient partis ensemble…

xxx

Dean avait emmené Sam dans une autre ville et ils changeaient toujours d’endroits, pour le moment on ne les avait pas retrouvé et cela faisait trois jours. Ils avaient déjà mangé tout ce que Dean avait apporté dans son sac en bandoulière et Dean fut obligé d’aller voler une baguette de pain dans une boulangerie, pour nourrir son frère.
Vivre à la rue ce n’était pas drôle. C’était froid, dur, moche et dangereux. Mais aucun des deux n’auraient songé à s’en plaindre, parce qu’ils étaient ensemble.
Le soir ils se planquaient sous des cartons dans des petites ruelles, ils étaient tellement petits que personne ne les remarquait. Sam réclamait une histoire à Dean. Souvent celle de Sammy le chat et de sa souris. Une histoire qui évoluait tout le temps.
- Sammy et sa souris devaient vivre caché parce que si les autres chats et les autres souris les retrouvaient, ils seraient méchants avec eux, ils leur feraient du mal. Ils n’étaient pas sûrs de pouvoir faire confiance à quelqu’un.
- C’est triste.
- Ce n’est pas triste parce que tu sais Sammy et sa souris ils pouvaient bien vivre dans une poubelle, ce qui comptait c’était qu’ils puissent vivre leur vie comme ils voulaient, sans que personne ne les sépare.
Sam serra son frère dans ses bras.
- Est-ce que tu as froid Sammy ?
- Non. Pas trop.
Pourtant il tremblait dans les bras de Dean et Dean enleva son pull pour le mettre autour de Sam.
- Sammy et sa souris ils vont s’en sortir hein ? Demanda Sam.
- Bien sûr, ils s’en sortent toujours.

xxx

Au bout d’une semaine ils étaient crasseux et affamés, mais toujours libres. Dean volait quand il le pouvait, soit dans les magasins, soit dans les sacs des gens. Sam mendiait, il était si petit que les gens lui donnaient toujours une barre de chocolat ou un sandwich pour les plus généreux. Mais avec ça venait les questions gênantes :
- Qu’est ce que tu fais dans la rue ? Où sont tes parents ? Si tu es perdu viens avec moi allons voir la police.
Sam était assez malin pour trouver des réponses appropriées ou pour juste galoper et s’enfuir. Ensuite il partageait sa friandise ou son sandwich avec Dean. Mais Dean prenait toujours la plus petite part.
- Tu dois bien manger Sam, parce que tu es tout petit. Moi je n’ai pas si faim que ça.
Et il disait ça alors même que son estomac gargouillait tellement fort.
La saleté leur collait tellement à la peau que Dean finit par les emmener au bord d’un ruisseau. L’eau était glaciale, mais c’était un tel bonheur de mettre les pieds dans la flotte et de se mouiller les cheveux. Ils s’amusèrent à s’éclabousser et Sam explosa de rire quand Dean glissa sur les cailloux et se retrouva tout entier dans l’eau. Entendre rire Sam, c’était le moment de bonheur de Dean.
L’histoire du soir fut joyeuse.
- Sammy et sa souris avaient trouvé un endroit vraiment vraiment sympa, que les autres chats et les autres souris, y connaissaient pas. C’était un grand parc avec des gouttières et des fromages. La souris adorait le fromage et Sammy adorait grimper sur les gouttières, alors ils jouèrent toute la journée à bondir de fromage en gouttière et à rire beaucoup.
Sam éternua.
- A tes souhaits Sammy.
Ils se serrèrent l’un contre l’autre sous des cartons pour dormir.

Dean se réveilla au matin avec un Sam brûlant dans les bras. Il claquait des dents et se tenait recroquevillé comme s’il cherchait à se réchauffer. Dean enleva aussitôt ses habits pour faire une couverture à Sam avec, mais aussitôt Sam les repoussa et commença à enlever les siens parce qu’il avait trop chaud. Il ne savait pas. Chaud. Froid. Il était mal.
Dean ne savait pas quoi faire. Sam était malade, et il ne savait pas quoi faire. Il n’avait pas de médicaments et il ne savait même pas lesquels il pourrait aller voler. Il laissa Sam où il était et couru chercher de l’eau, il revint le plus vite possible et lui donna à boire. Dean espérait que ça suffirait. Il veilla sur lui toute la journée, le couvrait bien quand Sam avait froid, caressait ses cheveux, les mouillait un peu quand son frère avait trop chaud, le prenait dans ses bras, lui parlait, le rassurait. Mais ça ne suffisait pas, l’état de Sam, empirait. Sam toussait, tremblait, Sam avait les yeux pleins de larmes tellement il était mal.
Alors Dean pria parce qu’il ne savait pas quoi faire d’autre et qu’il avait vu des gens prier.
- Dieu si tu existes, sois pas con et soigne mon frère ! Dieu si tu existes tu peux pas laisser Sammy dans cet état parce que regarde comme il est petit, tu dois l’aider d’accord ? Putain Dieu aide le je t’en prie !
Ce jour là Dean cessa totalement de croire en Dieu, si même il y avait jamais cru un jour. Sam ne guérit pas, Dieu n’existait pas, ils étaient seuls au monde. Ils devaient nager dans la merde sans espérer recevoir d’aide de là haut.
Dean n’eut pas le choix. Il emmena Sam à l’hôpital. Et bien sûr après un million de questions, les médecins appelèrent le foyer de Dean et les parents adoptifs de Sam. Parce que c’était comme ça que ça devait se passer, parce qu’on allait encore les séparer.
Et Dean du haut de ses huit ans en avait déjà tellement marre, tellement marre de cette vie. Tellement marre.

Les éducateurs du foyer autorisèrent Dean à rester à l’hôpital le temps que son frère guérisse. Ils lui avaient emmené des vêtements propres et Dean avait pu prendre une douche dans la chambre d’hôpital où dormait son frère.
Sammy avait une mauvaise grippe, mais avec les médicament, il fini par guérir vite. Monsieur et Madame X, étaient venu le voir, mais n’étaient pas resté. Ils avaient juste jeté un regard lourd de reproches à Dean et Monsieur X lui avait dit :
- Tu vois ce que tu as fait à ton frère ?
Dean n’avait rien pu dire, même pas s’excuser. C’était juste un coup de plus dans son cœur.
Quand Sam s’était réveillé en forme, Dean avait prit sa main et lui avait dit pardon.
- Dean ce n’est rien. J’ai juste tombé malade.
Dean pourtant ne se pardonnait pas. Il n’avait pas assez fait attention à Sam.
- Dean on va partir quand maintenant ? Demanda le petit.
Dean se mordit les lèvres et baissa la tête.
- Ton papa et ta maman vont venir te chercher Sam et moi je rentre en foyer.
Sam péta alors un câble et hurla de toutes ses forces :
- Ce ne sont pas mon papa et ma maman.
Et il alla s’enfermer dans la salle de bain. Les médecins durent démonter la porte pour pouvoir le faire sortir. Et ils durent lui faire une piqûre de calmant tellement il hurlait, mordait, se débattait. Pleurait.
- Je veux pas retourner là bas sans Dean. Murmura-t-il avant de s’endormir.
Dean se retrouva le cœur en miette.

xxx

Sam avait quatre ans. Il n’avait pas voie au chapitre. Ce n’était qu’un enfant, il ne savait pas ce qui était bon pour lui. Ce qui était bon pour un enfant de quatre ans c’était d’avoir un père, une mère, une maison et de faire une croix sur son frère. Ce frère qui l’avait conduit à la rue, ce frère irresponsable qui avait presque failli tuer Sam.
Sam et Dean furent encore séparés. Encore. Est-ce que les adultes ne comprendraient jamais ?

Mais cette dernière fugue de Sam avait créé une énorme fissure entre Madame et Monsieur X. S’ils se hurlaient dessus avant, aujourd’hui ils ne se supportaient plus et Monsieur X en voulait tellement à Sam pour ça, qu’il le frappa.
Sam n’avait pas besoin de Dean pour fuir. Il avait un petit sac qu’il remplit de bonbons et de gâteau, et son sac sur le dos, sa souris sous le bras il quitta la maison. Il ne laisserait personne le frapper. On ne tarda pas à la retrouver évidemment, et Monsieur X fut de nouveau brutal avec lui. Madame X hurlait. Sam les détestait et quand Madame X lui arracha sa souris des mains il se jeta violemment sur elle et lui mordit le visage et la frappa des toutes ses forces avec tous ces que ces petits poings pouvaient taper. Il ne serait pas le seul à se faire frapper. Il récupéra finalement sa souris et Madame X fondit sur le sol en pleurant.
Sam ne pleura pas. Sam se tint droit, la souris dans ses mains, défiants ces gens qui l’avaient séparés de son frère du regard.
- Tu n’es pas un bon gamin, fit Monsieur X, tu es un monstre Sam. Regarde ce que tu as fait Sam. Tu es un monstre, un sale monstre.
Sam serra plus fort sa souris. Sam tu es un monstre. Sam tu es un monstre. Sam tu es un monstre.

Monsieur et Madame X divorcèrent et firent appelle à une assistante sociale car ni Monsieur, ni Madame, ne voulaient garder Sam. On ne garde pas les monstres dans sa maison.

Après tout un tas de procédure, Sam retourna au foyer, le même que son frère.
Dean retrouva Sam, et ils se serrèrent fort.
- Bienvenu Sammy. L’accueillit Dean.
Et Sammy se cramponna à son frère. Didi la souris et Sammy le chat, que personne n’aimait, dont personne ne voulait, mais qui était ensemble et qui y arriverait ensemble.

Fin.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Normal people scares me


avatar

Swato
Messages : 1002
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (6)   Dim 22 Fév - 22:59

Wouh dis donc, dis donc...
Quel joyeux bordel pour eux deux Sad C'est trop triste et à la fois, ils se retrouvent à la fin donc c'est pas si mal, hein ?
Les pauvres, pauvres, pauuuuvres gamin, j'ai trop de peine pour eux :'(

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Every memory, I have : there is Jasper


avatar

Yuuki
Messages : 13363
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (6)   Jeu 26 Fév - 22:28

Mougnou é.è. Z'ai pleuré é.è Courage Sammy etDidi t_t. Fight ! Haut les coeurs t_t #pendant ce tempsallume un bucher por monsier et madameX#

_________________

Sujet inquisition : 47/200


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (6)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (6)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Supernatural - pas de spoil il me semble] Mash-up
» [Supernatural - pas de spoil] Echo
» [SPOIL] Nouveaux chapeaux de paille, après les deux ans !
» [Supernatural - pas trop de spoil] Je suis là.
» J'aime deux choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Supernatural / Deux frères-
Sauter vers: