AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cupidon chapitre 15 - SPN, destiel Sam, pas de spoil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pudding \o/


avatar

Maeve
Messages : 951
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Cupidon chapitre 15 - SPN, destiel Sam, pas de spoil   Sam 27 Aoû - 21:30

Fandom : Supernatural.

Disclaimer : Rien n'est à moi. Enfin, sauf Terry et Carla. Very Happy

Prompt : Voulez-vous vous couper les cheveux?

Couples : Destiel, CarRy (Terry et Carla, ohoho), Sam présent!!

Note : Wow. Ce chapitre m'a donné du fil à retordre, et il est différent de ce que je pensais, mais le voici.^^

Bonne lecture!




Cupidon Chapitre 15 - Samedi 1

.

Un seul coiffeur avait accueilli Carla, Terry et Sam au salon de coiffure appelé "Mr Quentin Coiffure" et Sam réprima un soupir : heureusement qu'il était très tôt et que Terry avait pris des rendez-vous, car cela allait être long.

Carla fut la première à être prise en charge. Le coiffeur, Mr Quentin, roudouillard et joufflu, lui fit signe de le suivre pour pouvoir tout d'abord lui laver les cheveux et Carla le suivit docilement, laissant Sam et Terry enfoncés dans les coussins du canapé qui servait de "salle d'attente".

Terry prit un magazine puis le reposa presqu'aussitôt dans un mouvement rageur. Elle croisa ses jambes, les décroisa, les croisa de nouveau; elle tordait ses doigts entre eux, abîmant les peaux aux coins de ses ongles. Elle mâchait son chewing-gum tellement fort que le son trouvait écho dans la tête de Sam, accentuant son mal de tête qui semblait décidé à se venger d'avoir été tu un moment.

Terry avait les yeux rivés sur Carla, qui regardait droit devant elle sans la voir, suivant aveuglément les directives du coiffeur avec une rigueur robotique. L'aura du coiffeur, représentée par de toutes petites étincelles vertes et or, éclatait avec entrain.

Le sort s'estompait petit à petit. Depuis le matin, Sam avait croisé un peu partout des gens hagards, les paupières papillonnantes, les bouches ouvertes, paraissant se réveiller comme après un long rêve. Cette phase d'hébétude était souvent suivie d'une phase d'agitation intense où la personne anciennement ensorcelée prenait soudain une expression horrifiée avant de foncer brusquement dans une direction donnée, certainement pour tenter de réparer ce qu'ils avaient pu faire sous l'influence du sortilège de l'archange.

Le coiffeur ne les avait pas laissés entrer tout de suite : il avait d'abord cligné ses yeux ronds depuis l'entrée, de trop nombreuses fois pour espérer voir quoi que ce fût devant lui puis, animé d'une agitation paniquée, il les avait ensuite déposés sur le canapé avant d'empoigner son téléphone et de s'enfermer un moment en arrière-boutique, des étincelles affolées dans son sillage.

Il était revenu vers eux avec un sourire figé sous sa petite moustache et sursautant au moindre son, sur le qui-vive comme un animal aux abois.

Terry poussa un soupir déchirant. La rivière de son âme clapotait misérablement, sombre et abattue :

- Carla est toujours aussi ensorcelée, elle...

C'était vrai, et Sam n'osait pas lui dire que Carla paraissait même encore plus ensorcelée à ses yeux. Le sort se délitait et en conséquence, l'archange semblait raffermir un peu plus sa prise sur la jeune femme, rendant son visage tellement vide qu'il effrayait même les passants redevenus eux-mêmes, rien d'humain dans son attitude, contrôlée jusqu'aux boucles de ses cheveux.

L'archange était parfaitement conscient que Carla était l'objectif de Dean et de Sam.

- Bon!

Terry tapa brusquement dans ses mains et se tourna vers Sam avec détermination. Ses épaules tremblaient légèrement, ses mâchoires étaient serrées; sa rivière rouge et or se resserrait autour d'elle comme pour la protéger.

C'était le jour du mariage, et Terry noyait de force le désespoir qui menaçait de la submerger d'une volonté de fer :

- S'il te plaît, distrais-moi... Utilisons la Méthode Dean.

La première impulsion de Sam était de la prendre dans ses bras et de la rassurer, mais il craignait de briser le fragile équilibre sur lequel elle se trouvait et ne savait pas s'il serait accepté. Il s'empressa de saisir l'opportunité qu'elle lui offrait de l'aider à se vider la tête.

Il fronça les sourcils :

- La "Méthode Dean"?

- Oui : on parle de Cas et Dean pour éviter de parler de Carla et de moi, mais en fait on parle vraiment de Carla et de moi, mais pas assez pour que je me sente menacée.

Sam cligna des paupières. Et éclata de rire :

- Il l'a méritée, celle-là, je suppose?

Les yeux de Terry pétillèrent. Elle lui répondit avec gravité :

- Carrément.

Sam rit de plus belle. Il sentit un regard lourd tomber sur eux et se figea, attentif. De loin, Carla tourna la tête pour obéir à une nouvelle directive du coiffeur; il devait s'être trompé, cela ne devait pas venir d'elle.

- Sam?

Sam se tourna de nouveau vers Terry, camouflant une petite toux. Elle le fixait avec de grands yeux larges et il ne pouvait pas lui dire qu'il avait cru sentir sur eux le regard de Carla s'il y avait le moindre doute.

Sam lui sourit avec réassurance :

- Que veux-tu savoir sur Dean et Cas?

Le front de Terry se plissa avec suspicion mais elle ne fit pas de remarque.

- Ils sont où, ces deux-là?

Les lèvres de Sam s'étirèrent de manière un peu plus authentique, espiègles :

- Ils sont chargés de nous trouver des tenues décentes pour le mariage. Nos costumes commencent à se faire vieux et Cas ne peut pas y aller en trenchcoat.

Un éclat particulier s'alluma dans les iris de Terry :

- Ils sont que tous les deux, alors?

La gorge de Sam se coinça sans prévenir et il toussa. Il ne put s'empêcher de rire de nouveau, juste un peu :

- Oui, hum. Mais...

- Mais?

Sam redressa la tête. L'expression de Terry s'était légèrement durcie, presque sur la défensive; la rivière de son âme gronda, l'eau refluant vers sa joue presque avec défi.

Quelque chose sembla se déloger dans la poitrine de Sam, se remettant en place; un souci à moitié oublié, qui s'envolait à tire-d'aile et le laissait léger.

Sam avait failli dire qu'il n'était pas sûr que le fait que Dean et Cas fussent en ce moment seuls tous les deux leur permît d'avancer leur relation; Sam avait failli dire que Dean avait déjà essayé de se rapprocher de Cas, pour le bien de Sam, et que cela n'avait pas marché. Sam avait failli dire qu'il pensait que Dean ne ferait aucun pas de plus.

Mais Dean avait parlé à Cas, hier, en revenant de chez Terry; spontanément, de son propre chef. Il avait parlé à Cas, son âme plus claire et brillante qu'elle ne l'avait jamais été, sa voix honnête et son regard droit. Et Sam se sentait mieux grâce à lui. Dean avait réussi l'impossible et avait avancé vers son propre bonheur alors que quelqu'un se servait de Sam pour le détruire.

Aie foi en nous, Samuel Winchester. Comme tu l'as toujours fait.

Sam sourit, une confiance sourde et chaude dans ses poumons :

- Mais, rien. Dean avance à son rythme, mais il avance.

C'était ce qui comptait. Et Terry avançait aussi, et Sam ne se demandait pas qui de Dean ou de Terry romprait finalement le sort; il savait simplement qu'ils le feraient, aujourd'hui même, tous ensemble.

Terry soupira légèrement, rassurée. Sam lui donna un petit coup de coude taquin :

- Tu t'es attachée à Dean, avoue.

Les paupières supérieures de Terry parurent vouloir se décoller de son visage :

- PAS DU TOUT !

Sam rit.

xxx

xxx

On faisait un brushing à Carla. Sam se tourna vers Terry :

- Tu as dit "Cas". Tu as appelé notre ange "Cas".

Terry éloigna brusquement sa main de sa bouche; Sam fit semblant de ne pas voir qu'elle se rongeait les ongles, dévorée de stress par les événements à venir.

Terry lui adressa une oeillade surprise :

- Pourquoi? Ce n'est pas son nom?

Sam lui sourit. Sa poitrine s'alluma d'un feu chaleureux et tendre. Ses iris se rétrécirent avec amusement :

- "Castiel". Son vrai prénom est "Castiel", mais... Dean l'appelle toujours Cas.

Sam le vit. Il vit le moment où Terry réalisa ce qu'il impliquait, et son sourire s'élargit encore :

- C'est Dean qui t'a parlé de Cas. Hier, tu lui as dit quelque chose, il t'a parlé, et maintenant je me sens mieux. C'est grâce à toi.

Mais les sourcils de Terry se froncèrent. Elle le dévisagea, sévère et réprobatrice :

- Non. C'est grâce à Dean.

Sam rit et eut un geste d'apaisement :

- Oui. Tu as raison! Mais tu as dû le guider, ou l'encourager, alors je voulais te remercier aussi.

Terry l'étudia quelques instants sans un mot. Son expression se voila un instant, ses yeux évitant les siens. Elle glissa l'une de ses mèches mauves derrière son oreille et ses bracelets cliquetèrent :

- Sam, tu dois savoir que... je ne l'ai pas fait pour toi. Ce n'était pas toi, ma priorité. Ma première raison d'agir.

Sa voix s'éteignit :

- Je suis quelqu'un d'égoïste...

Sam posa sa main sur l'une des siennes, l'interrompant :

- Je sais pour qui tu l'as fait.

Il rencontra son regard sans ciller, et répéta :

- Merci.

Ils se regardèrent de nouveau quelques instants, le seul son de la pièce les bruits souples des ciseaux du coiffeur. Et puis, Sam le sentit de nouveau : le poids d'un regard, des reproches de feu effleurant sa nuque. Prudemment, sa main toujours sur celle de Terry, il se tourna.

Et croisa directement les yeux de Carla.

Il entendit Terry hoqueter légèrement : elle avait suivi son regard.

Terry tapota la joue de Sam lentement, sa voix vacillante, mouillée. Elle fit une bulle de chewing-gum pour se donner une contenance avant de l'éclater, ses yeux des perles vertes et brillantes au centre de leurs orbites :

- Non. Merci à toi, Géant Vert. Toi et ton frère, vous êtes incroyables.

Sa main glissa de sa joue; Sam se recula légèrement.

Terry s'éloigna un peu plus de lui sur le canapé, et quand les iris de Carla suivirent ses mouvements, Sam vit l'espoir craqueler ses lèvres peintes.

xxx

xxx

Ce fut ensuite au tour de Terry, et Carla prit sa place sur le canapé auprès de Sam.

Les mouvements de sa poitrine, au rythme de sa respiration, étaient à peine décelables, contrôlés; elle s'assit sans un mot, ses yeux fixes, et Sam se rappela de la description de Dean, totalement immobile dans le salon, comme un pantin, ou une poupée. Elle était maquillée et coiffée pour son mariage mais aucune émotion ne transparaissait sur ses traits, le léger rouge de ses joues artificiel sur sa peau brune. Chacun de ses gestes, chacun de ses souffles, tout était maîtrisé, économe.

Une inspiration, et son regard était braqué droit devant elle. Une autre, et il était rivé sur Sam, aucune pause entre les deux, et Sam eut du mal à réprimer l'envie de saisir son shotgun tant le sentiment que quelque chose n'allait pas chez elle était fort. Les serpentins autour d'elle flottaient sans vie, mauves et mornes, figés dans le temps; son âme était muette.

Ses yeux étaient lisses, illisibles. Sa voix avait une tonalité mécanique quand elle ouvrit la bouche :

- Samuel Winchester.

Sam se tendit, prêt à agir. Il jeta un coup d'oeil discret à Terry qui se laissait laver les cheveux, un sourire insouciant sur les lèvres, le nom Carla flottant autour d'elle comme des feuilles d'espoir jetées à la mer.

Le regard de Carla suivit le sien, et resta sur Terry. Une seconde, dix secondes.

Une minute.

Sam cligna des paupières. Il se rapprocha prudemment, observant Carla, mais celle-ci l'ignora, comme un phare braqué sur une seule personne.

Mécanique, certes. Robotique, oui. Chaque geste calculé, aucune émotion sur le visage.

Et pourtant, c'était sur Terry qu'elle était focalisée.

Sam revit l'excitation de Dean en leur dévoilant que Carla avait choisi Terry pour témoin alors qu'elle était prisonnière du sort. Sam ouvrit la bouche :

- Vous devez la protéger.

Il n'y eut aucun changement. Sam reprit :

- Je crois même... que c'est déjà ce que vous essayez de faire, non? Carla. Vous êtes consciente de ce qui vous arrive, pas vrai?

Carla ne répondit pas. Elle clignait des paupières à intervalles réguliers, juste assez pour humidifier ses cornées. Elle ne se tourna pas vers lui, sa respiration ne changea pas. Sam devinait que s'il prenait son pouls, il aurait toujours le même rythme, maintenu constant par le sortilège de l'archange.

Sam fronça les sourcils. Il rouvrit la bouche.

Carla l'interrompit :

- Elle vous a fait rire.

Sam s'immobilisa. Il ne répondit pas tout de suite dans l'espoir que Carla parlât plus, et quand elle n'en fit rien, il lui dit prudemment, ses yeux concentrés sur elle :

- Oui. Terry est une fille bien. Je l'aime beaucoup.

Silence, ou peut-être... un unique clignement de paupières précipité, des bras croisés un peu plus devant elle.

Ou pas. Mais les prunelles de Sam s'écarquillèrent en réalisant ce que ses mots pouvaient sous-entendre et il s'empressa de la rassurer dans le doute, agitant ses mains devant lui dans son affolement :

- Euh, je voulais dire... Je l'aime bien, mais je ne l'aime pas, vous voyez? Pas, c'était pas romantique! Je vous assure!

Carla ne dit toujours rien mais la ligne de ses épaules parut soudain plus souple, détendue.

Peut-être.

Sam soupira. Il se passa une main sur le visage, repoussant ses cheveux en arrière.

Carla reprit sans prévenir :

- Elle a pleuré.

Sam se statufia. Carla poursuivit, comme si elle annonçait la météo ou l'arrivée d'un train à travers les haut-parleurs d'une gare :

- Elle a essayé de le cacher, mais elle a pleuré. Beaucoup.

Sam se tourna en direction de Terry. La jeune femme discutait avec le coiffeur, un sourire poli sur les lèvres. Sam était trop loin pour remarquer des yeux rougis et ne se souvenait pas en avoir vus quand elle était à côté de lui.

Sam fixa de nouveau Carla, qui n'avait pas bougé d'un millimètre; un arc, tendu dans une seule direction.

Sam plissa les paupières :

- Carla, écoutez-moi attentivement. Vous n'avez pas besoin de me regarder, de me parler, ou de reconnaître ma présence d'une quelconque manière. Vous avez juste besoin de m'écouter.

Les lèvres de Carla se pincèrent; à peine, comme pour les sceller. Sam le prit comme le signe qu'il devait poursuivre :

- Je m'appelle Sam Winchester, et je suis Chasseur. Je vais vous dire ce qui vous arrive, et contre quoi vous vous battez, pour que vous puissiez continuer à protéger ce qui vous est cher.

xxx

xxx

Quand ce fut au tour de Sam, il avait tout raconté : le sortilège, l'archange, son rôle. Dean, Cas, Terry, Carla. Leur plan d'attaque.

Il ne savait pas si c'était utile : Carla n'avait pas bougé d'un pouce, n'avait pas montré le moindre petit signe qu'elle l'écoutait ou même l'entendait. Elle n'avait plus parlé, et son âme demeurait illisible. Mais Sam avait essayé quand même : Carla se battait, et devait savoir contre quoi. Cela lui donnerait peut-être le surplus de force nécessaire pour vaincre le sortilège.

On ne savait jamais. Il n'y avait pas qu'en Dean et Cas que Sam devait avoir foi, mais en Terry et Carla, aussi.

Les yeux du coiffeur s'allumèrent d'un éclat particulièrement inquiétant en observant Sam. Il brandit ses ciseaux devant lui avec une excitation diabolique, un feu d'artifice d'étincelles autour de lui :

- Vous voulez vous couper les cheveux? De si beaux cheveux? Laissez faire Mr Quentin, et les gens se prosterneront à vos pieds. Vous ressemblerez à un dieu!

- Non, je. Ce n'est pas nécessaire, finalement je vais...

Mais le coiffeur attrapa le dossier la chaise à roulettes sur laquelle Sam était assis et le poussa jusqu'à la glace la plus proche :

- Ayez confiannnnnce...

Sam déglutit difficilement. Il adressa un coup d'oeil à Terry par-dessus son épaule :

- Juste les pointes, hein?

Help.

Terry rit. Carla la regardait toujours.

XXX

A suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cupidon chapitre 15 - SPN, destiel Sam, pas de spoil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 482
» Bleach 443 - Dirty Boots Dangers
» Spoil Bleach chapitre 274
» Cupidon - Tome 2: Philtre d’amour [Malik & Cauvin]
» Bleach - Chapitre 403

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maeve-
Sauter vers: