AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cupidon chapitre 12 - SPN, destiel Sam, pas de spoil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pudding \o/


avatar

Maeve
Messages : 954
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Cupidon chapitre 12 - SPN, destiel Sam, pas de spoil   Sam 21 Mai - 23:36

Fandom: Supernatural.

Disclaimer: Rien n'est à moi.

Couple: Destiel centré sur Sam. Enfin, pas ce chapitre. :'D

Prompt: Tout ce que tu fais, c'est seulement fuir.

Note 1: C'est nul, c'est court, et je suis explosée et j'ai le cerveau en bouillie. Je suis désolée. TT

Note 2: C'est ce qui se passe avec Dean durant le chapitre 11. Enfin, le début de ce qui se passe avec Dean. :')

J'espère que vous aimerez quand même un peu... Bonne lecture.




Cupidon - Chapitre 12 : Vendredi 2

.

Mortifié. Dean était mortifié. Ce baiser avait été une grossière erreur mais Dean était désespéré. Que pouvait-il faire d'autre, après que Terry leur avait demandé de déguerpir?

Sam. Dean ne pouvait pas perdre Sam. Dean avait dû se battre.

"Elle, c'est parce qu'elle ressemble à quelqu'un que j'aime beaucoup."

Dean avait donc posé ses mains contre les joues de Castiel, l'avait plaqué contre le mur, et l'avait embrassé. Parce que Sam avait parlé de "couple d'amoureux", et parce qu'il y avait une chose au fond de Dean, une chose vivante, qui recherchait Cas comme un chat recherche de la chaleur, qui souhaitait se lover contre lui et ne plus jamais le lâcher. Une chose battante, une chose terrifiante qui avait le pouvoir de le briser en deux.

Dean avait fait cela pour cette chose qu'il refusait de nommer; mais il l'avait fait avant tout pour Sam, qu'il refusait de voir disparaître de ses jours. Sam dont la mort était aussi inenvisageable que d'arrêter de respirer en restant vivant; Sam qui lui aurait arraché le coeur.

Et cela avait été exactement ça, le problème : Dean l'avait fait pour lui-même, Dean l'avait fait pour Sam.

Il n'avait pas pensé une seule fois à Castiel.

Et Castiel lui avait souri, triste, triste. Il avait tout accepté, était même revenu après que Dean l'eût violemment rejeté et la bête, la chose grondante au fond de Dean, avait hurlé et comment Dean avait pu être aussi cruel?

Dean n'avait pas songé une seule fois que cela échouerait. Il revoyait Sam, délirant de fièvre, son âme brille autant que la tienne et il avait revu Cas, ses yeux semblant ne voir que lui, son dévouement aussi solide que le granit et comment avait-il pu? Comment avait-il pu utiliser ainsi ses sentiments contre lui?

Dean était abject. Il ne méritait pas Sam, il ne méritait pas Cas.

"Retourne voir Terry", avait dit Cas, pointe de sourire timide et douloureuse, yeux bleus chaleureux malgré tout, et Dean s'était détourné. Il avait embrassé ces lèvres une fois, mais rien là-dedans n'avait été une victoire.

Il avait fui. Encore.

xxx

xxx

Dean avait pris l'Impala. C'était un enfer de se garer en ville mais la sensation du volant de Baby sous ses doigts, son cuir contre son dos et la musique familière de son moteur ronronnant étaient nécessaires pour calmer ses nerfs à fleur de peau. Même si Dean se comportait comme la plus immonde des ordures, Baby aurait toujours une porte ouverte pour lui et à ce moment, empêtré dans la haine qu'il ressentait pour lui-même, il avait besoin de ses fauteuils compatissants et d'un regard qui ne le presserait pas de questions.

Il se gara près de chez Terry. Il réalisa alors qu'elle travaillait certainement, si son jour de repos était la veille, mais son inquiétude à ce sujet se calma quand il aperçut à travers la fenêtre la lumière d'un téléviseur en marche. Il pinça les lèvres, pianota contre le volant, ferma les yeux.

Il sortit de l'Impala, mains dans ses poches, et décida d'y aller simplement au culot et de sonner.

- Y'a persooooooonne...

La voix de Terry était bizarre, les syllabes mal articulées. Peut-être qu'elle s'était soûlée pour tenter de tout oublier. Dean roula des yeux, mais savait très bien qu'il était mal placé pour critiquer; à sa place, il aurait probablement fait la même chose.

Dean repensa à Sam, inconscient dans son lit, Cas à ses côtés, et frappa avec force contre la porte :

- Terry. Ouvre-moi, tu es ridicule!

La porte s'ouvrit d'un seul coup, et Dean cligna des yeux. Les cheveux de Terry étaient sens dessus dessous et son maquillage dégoulinait sur ses joues, son teint livide. Elle était en pyjama, débraillée, il lui manquait une pantoufle, et elle serrait contre elle un énorme pot de glace de manière protectrice, tenant dans son autre main sa cuillère comme si elle souhaitait frapper Dean avec.

Oh. Pas d'alcool alors mais beaucoup, beaucoup de sucre.

Terry rétrécit ses yeux verts en le reconnaissant et Dean se dit que si Sam avait été là, il aurait probablement vu son âme cracher du feu ou un autre truc aussi stupide.

- Comment oses-tu réapparaître ainsi devant moi? Après ce qu'il s'est passé?

Dean montra ses mains devant lui en signe d'apaisement :

- Terry...

- Non!

Terry brandit sa cuillère au-dessus de sa tête avec menace et Dean la fixa avec incrédulité :

- ...Vraiment? Tu vas vraiment me frapper avec une cuillère? La poêle, c'était quand même plus classe.

Terry cligna des paupières quelques secondes. Et puis, lentement, elle baissa son bras. Son regard tomba sur le sol, ses yeux dissimulés derrière ses cheveux violets sales. Ses épaules tremblèrent légèrement :

- C'est votre faute, tout ça...

Elle était épuisée; des cernes gigantesques mangeaient ses joues, et il était évident qu'elle avait pleuré.

Dean se rapprocha d'elle :

- Vraiment? C'est nous qui avons lancé le sort sur la ville?

Terry se redressa brusquement :

- Non! C'est...

Dean agrippa son menton :

- Je t'ai utilisée comme appât pour tenter de faire réagir Carla. Ca, c'est vrai. Tu peux me le reprocher. Mais ce qui s'est passé n'est ni ma faute, ni celle de mon frère ou de Cas. C'est la faute de ce sale Archange.

Les prunelles de Terry s'écarquillèrent. Dean insista, la regardant bien en face :

- Le temps presse, gamine. Si on te réunit pas avec ta copine, mon frère va mourir. Et si un Archange a pris cette ville pour cible, je ne donne pas cher de la vie de ses habitants.

Dean relâcha la jeune femme. Elle baissa la tête :

- ...Je suis pas une gamine.

Dean renifla. Détournant le regard, il se rapprocha encore, offrant sans un mot son épaule à Terry pour qu'elle pût essuyer sur sa chemise ses larmes silencieuses. Il ajouta doucement :

- C'est vrai. Tu es assez mature pour savoir que j'ai raison, même si c'est très dur.

Terry émit un unique sanglot. Dean lui ébouriffa les cheveux d'une main.

Il chuchota :

- Les flèches de l'ange sont censées ne plus faire effet à la fin de la semaine.

Terry s'immobilisa. Elle releva la tête, et Dean rencontra ses yeux sans ciller :

- Il y a de l'espoir, pour Carla. On peut encore faire quelque chose. Mais, il nous faut un plan d'attaque.

Terry émit un ricanement de dérision. Serrant le pot et la cuillère contre elle d'une seule main, elle se frotta le visage de l'autre :

- Ca change rien. Je te déteste quand même.

Elle posa son front contre son épaule.

Dean lui sourit. Il reconnaissait cette lueur déterminée qui s'était rallumée dans les iris verts de la jeune femme; il savait que la même lueur animait les siens.

- Pareil, gamine.

Il rentra dans l'appartement, et Terry referma la porte derrière lui.

xxx

xxx

Terry alla ranger sa glace et ils s'assirent l'un en face de l'autre sur les canapés du salon. Des bijoux traînaient par terre et quelques chaises renversées gisaient çà et là, des vêtements répandus aléatoirement dans toute la pièce; Dean haussa un sourcil en apercevant une chaussette rose à pois verts sur la table basse. Terry devait être comme lui et passer ses nerfs sur le mobilier quand elle était en proie à une vive émotion.

Terry rougit fortement et attrapa vivement la chaussette, le fusillant des yeux. Dean eut un geste d'apaisement :

- Hé, je juge pas! Au moins, il n'y a pas des soucoupes volantes dessus, comme sur celles de Sam.

Terry continua d'essayer de l'atomiser du regard alors Dean sifflota, observant le plafond.

Il compta le nombre de craquelures visibles. Etudia ses ongles. Tapa la mesure de son pied contre le so-

Une bulle de chewing-gum explosant avec impatience le fit se redresser :

- C'est pour admirer mon plafond et tes ongles, que t'es rentré ici??

Dean se renfrogna. Il ouvrit la bouche pour répondre mais Terry se redressa sur son canapé, croisant les bras sur sa poitrine et le toisant de haut :

- Dépêche. J'ai pas que ça à faire et pour être honnête, j'attends qu'une chose : c'est de pouvoir te mettre dehors à coups de pied au derrière.

Dean sentit l'agacement commencer à battre à ses tempes. Il la dévisagea, ses lèvres s'étirant avec moquerie :

- Essaye, si tu l'oses. Je t'attends. Mais d'abord, sache que tes menaces à peine voilées seraient plus efficaces si tu chaussais tes deux pantoufles, déjà, gamine.

- ...Tu réalises qu'à chaque fois que tu m'appelles "gamine", ça te rend encore plus vieux en comparaison, hein? Tu réalises?

Espèce de petite-

Dean inspira à fond, serrant les poings, un sourire totalement faux fendant son visage. Terry lança une oeillade victorieuse à son effort flagrant pour se contenir et il lui jeta un regard torve :

- D'abord, qu'est-ce que tu fais là, à essayer de te noyer dans ta glace? C'était hier ton jour de repos, non? Tu devrais pas être au travail?

Terry rougit légèrement au rappel de sa glace, et cela apaisa un peu Dean. Elle baissa la tête avant de le fixer soudain avec défi :

- J'ai été virée. Voilà.

...Oh. Dean ne s'attendait pas à ça.

- Désolé pour toi. Je suppose.

- Mais j'en ai rien à faire, moi, d'avoir été virée!

Terry se releva avec agitation, ses mains dans ses cheveux, les emmêlant encore plus. Elle commença à faire les cent pas, faisant claquer son chewing-gum avec nervosité.

Dean commença à la suivre des yeux, puis abandonna :

- Terry. Rassieds-toi, tu me donnes le tournis.

Il fut ignoré :

- Moi je voulais juste... Je voulais...

Elle finit par s'immobiliser, menton en direction du sol. Elle ramena ses bras autour d'elle-même, serrant les dents, prise de frissons comme si elle avait froid.

Elle semblait réellement jeune, soudain; sa voix plus qu'un filet ténu, équilibriste au-dessus du gouffre :

- Je voulais rester à la maison. Ses affaires sont encore là, je voulais... Rester là où il y a son odeur. M'aveugler encore un peu.

Elle redressa les yeux, et Dean dut détourner les siens, une boule dans sa gorge :

- Quand j'ai appelé pour dire que j'étais malade, le patron m'a virée. Voilà.

Dean laissa le silence s'écouler quelques secondes. Il expira lentement l'air de ses poumons :

- Je suis désolé. Encore.

Terry se rapprocha de lui :

- Ca pour le coup, c'est vraiment vot' faute.

- Hé!

Mais les protestations de Dean moururent dans sa gorge en déchiffrant la pure tristesse sur le visage de la jeune femme, ses traits tirés de chagrin, ses iris encore rougis.

Dean l'observa en silence :

- ...Le mariage est demain, pas vrai?

Terry lui répondit d'un hochement de tête à peine perceptible, ses yeux dans le vague. Elle se lécha les lèvres, puis ajouta :

- Et je suis le témoin.

Oh.

...OH.

Dean se redressa brusquement du canapé, faisant sursauter Terry.

- Hé, Dean, qu'est-ce que tu-?

Dean l'ignora. Posant ses deux mains sur ses épaules, il accrocha son regard :

- Terry. Tu parles de Carla, hein? Tu seras le témoin de Carla, pas d'Oliver?

Terry se renfrogna, confuse. Elle essaya de se détourner, son visage plissé de mélancolie :

- Bien sûr que je parle de Carla, idiot...

Elle essaya de se dégager de sa prise, mais Dean l'en empêcha :

- Terry. Non. Tu comprends pas. Carla a demandé à ce que tu sois son témoin.

Terry grogna, agrippant l'une de ses mains pour la retirer de son épaule de force. Elle commençait à s'énerver :

- Bien sûr qu'elle m'a demandé, crétin! Elle-

- Terry, non. Regarde-moi.

Terry se figea. Elle fixa enfin Dean, et Dean...

Dean lui sourit. De toutes ses forces. Il sentait l'espoir battre sous sa peau, l'excitation piquetant ses poils :

- Elle est sous l'emprise du sortilège. Et elle t'a quand même choisie comme témoin.

Les yeux de Terry s'écarquillèrent.

L'espoir. C'était quelque chose de fragile, et Dean savait qu'ils ne pouvaient pas compter dessus; mais quand il était là, il donnait la force de changer le monde.

XXX

A suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cupidon chapitre 12 - SPN, destiel Sam, pas de spoil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» Bleach - Chapitre 298 BKT
» Semaines sans chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maeve-
Sauter vers: