AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (15)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (15)   Sam 20 Juin - 13:23

Fandom : Supernatural
Prompt : Le soleil ne s'élèvera pas.
Note : Ua suite.

***

- Qu’est ce que vous fuyez exactement ?
La psychologue parlait à Dean et à Sam, qui se tenaient tous les deux assis dans son bureau. Habituellement elle leur parlait individuellement, mais après une énième fugue, les éducateurs avaient pensés qu’elle pourrait peut-être leur parler ensemble, essayer de comprendre une bonne fois pour toutes pourquoi ils fuguaient.
- Rien, répondit Dean en haussant les épaules.
- Rien, répondit Sam en écho.
- Alors pourquoi est-ce que vous fuguez ?
Les enfants ne donnèrent pas de réponse.
- Vous n’êtes pas bien au foyer ?
- Pas trop, répondit Dean.
- Pourquoi ?Interrogea la psychologue.
Les deux frères se regardèrent.
- Est-ce que les éducateurs sont méchants avec vous ?
- Non. Admit Dean.
- Est-ce que vous mangez mal ?
- Ca va, répondit Sam.
Ils mangeaient beaucoup plus mal quand ils étaient dans la rue.
- Est-ce que vous avez froid ?
- Non. Dirent-ils en même temps.
- Vos lits ne vous conviennent pas ?
- Ils sont très confortables, fit Dean.
- Plus que le sol, ajouta Sam.
- Vous avez l’air plutôt bien alors.
- Ca va, admirent-ils tous les deux.
La psychologue hocha la tête doucement. Puis reprit :
- Et à la rue ?
- Il fait froid, soupira Sam.
- Et on a faim, renchérit Dean.
- On n’a pas vraiment de lits confortables.
- Et il faut sans arrêt fuir et se cacher.
- Donc vous êtes mieux au foyer.
Les deux enfants restèrent silencieux, puis finirent par hocher la tête.
- Alors pourquoi est-ce que vous fuguez ?
Ils ne répondirent pas.
Ce n’était pas qu’ils n’avaient pas de réponse, simplement que ça paraissait peut-être incompréhensible. Ce n’était pas qu’ils se sentaient mieux à la rue, mais ils n’arrivaient plus à avoir confiance au foyer, ils n’arrivaient plus à apprécier les jours qui tournent et les mêmes habitudes. Même l’école avait déçu Sam, il adorait apprendre mais il s’était rendu compte que les choses n’étaient pas toujours justes. Peut-être qu’ils essayaient de fuir le système. Ou peut-être qu’ils essayaient de fuir leur vie, leur passé.
Eux-mêmes.
Ils sortirent du bureau à la fin de la séance. Dean en premier. Sam attendit qu’il soit dans le couloir pour dire à la psychologue :
- Peut-être que je fugue parce que je suis un monstre.
Il ferma la porte, ne la laissa pas lui dire que ce n’était pas vrai. Il savait que ce n’était pas vrai, pas tout à fait, pas pour elle, pas pour Dean. Seulement pour d’autres, seulement pour lui-même. Dean n’avait pas entendu :
- Qu’est ce que tu lui as dit ?
- Rien.
Une éducatrice les attendait dehors. Ils rentrèrent au foyer avec elle. Elle demanda :
- Est-ce que ça vous a aidé ? Est-ce que ça vous fait réfléchir ?
Elle se heurta à leur silence.

xxx

La psychologue ne voyait pas que Dean et Sam. Des enfants à problème, elle en connaissait. Il lui arrivait de rentrer chez elle et de serrer sa fille dans ses bras, épuisée. Il lui arrivait de casser des trucs. Il lui arrivait parfois de se servir un grand verre de whisky et de le boire cul sec, et ça ne l’aidait pas à se sentir mieux mais la brûlure dans sa gorge lui enlevait le goût amer de sa journée. Mais elle était forte, elle surmontait, parce qu’elle devait être forte pour tous ces mômes en détresse. Parce qu’elle devait l’être pour sa gosse de neuf ans qui comptait sur elle, puisqu’elle ne pouvait pas compter sur son père, décédé dans un accident.
La psychologue restait forte.
Sa fille. Neuf ans. Presque l’âge de Dean. Presque l’âge de ce gosse qui pensait qu’il ne méritait pas d’être aimé , de ce petiot qui avait grandi trop vite et savait déjà ce qu’était la mort, la faim, le froid, la haine, la colère, la tristesse, l’abandon. Qui n’avait pas confiance. Qui ne semblait vivre que pour son frère. Comme s’il était son père et son frère à la fois, comme si sa mission était de veiller sur Sam. Incapable de comprendre qu’il n’avait que dix ans et qu’il n’avait pas besoin d’avoir une mission à cet âge là.
Dean lui avait confié des trucs parfois. Quand il était trop fatigué pour résister, pour mentir ou même pour se taire.
- Je n’en peux plus. Pouvait-il dire.
Il n’en pouvait plus. A dix ans à peine.
- Je fais souffrir Sammy, je suis égoïste, il serait mieux sans moi mais je n’arrive pas à vivre sans lui.
Ce qui était faux, Sam était heureux d’être avec son frère, la psychologue le savait.
- Par moment j’aimerais être mort, mais je ne peux pas, je dois veiller sur Sam.
Pourquoi vouloir être mort à dix ans ?
Pourquoi fuguer ?

Et puis Sam. Sam aussi lui déchirait le cœur, d’une autre façon. Sam avait le corps d’un enfant de six ans et parfois le regard d’un adulte. Il comprenait tout, il comprenait trop vite. Il avait de l’instinct et la fixait un moment avant de lui dire :
- Vous avez mal dormi ? Vous avez des problèmes ?
Et ce n’était pas Sam le psychologue, ce n’était pas à lui de s’inquiéter pour elle. Pas à lui de l’étudier. Elle demandait :
- Comment s’est passée ta dernière fugue ?
Sam souriait.
- Est-ce que c’est ça qui vous empêche de dormir ? De savoir qu’on est à la rue ? Ou bien il y a autre chose ?
- Sam, c’est moi qui pose les questions.
- C’était une fugue comme une autre. Au moins on n’a pas croisé de droguer cette fois-ci.
Au moins…
Sam craquait le moins possible. Sam paraissait moins fatigué, pas moins triste.
- Des fois je m’inquiète pour Dean, j’aimerais bien qu’il aille bien.
- Et pour toi-même ?
- Je ne compte pas. Tant que Dean va bien, c’est tout ce qui compte.
Et la psychologue s’était dis pendant un instant qu’il faudrait peut-être les séparer quand même. Leur apprendre à s’aimer eux-mêmes avant d’aimer l’autre.
Les séparer…
Au risque de les détruire.
Ce n’était sans doute pas une bonne idée, ensemble ils avaient trouvé un certain équilibre, la psychologue préféra garder cette idée pour elle-même.

xxx

La psychologue revit plusieurs fois Sam et Dean ensemble. Ils se confiaient moins sur eux-mêmes ainsi, mais elle cherchait surtout à leur faire comprendre qu’ils ne devaient plus fuguer. Que c’était dangereux. Qu’ils n’étaient que des enfants.
- Si quelque chose vous déranges au foyer, vous devriez en parler aux éducateurs, plutôt que partir. Vous ne pensez pas ?
- J’aimerais bien que Céleste revienne, avoua Sam.
Mais ils ne pouvaient pas faire revenir Céleste, évidemment.
- Moi j’aimerais bien casser la gueule a un des emmerdeurs du foyer, fit Dean.
Ce qui était une plutôt mauvaise idée.
- Peut-être qu’on peut pas rester au foyer, expliqua Dean. Peut-être qu’on peut pas rester quelque part, tout simplement. Ni au foyer, ni à la rue, nulle part. Parce que c’est nulle part chez nous.
La psychologue les regarda, ils se tenaient si proches, tournés l’un vers l’autre, prêt à protéger l’autre au besoin, pour les coups qui viendront peut-être.
- Où peut-être que vous êtes partout chez vous, ne put-elle s’empêcher de dire.
Sam et Dean se regardèrent, pas sûr de comprendre.
- Tant que vous êtes ensemble, vous êtes chez vous.
Les deux frères se tournèrent vers elle, paraissant à y réfléchir. Sam finit par hocher la tête. Puis Dean à son tour.
- Alors peut-être que vous pourriez rester au foyer.
Ils avaient l’air d’y penser sérieusement. Elle avait bien eu raison de ne pas garder cette idée stupide de les séparer. Elle avait pourtant bien vu ce que les séparer avait fait. Non le mieux, c’était de les laisser ensemble, et de leur apprendre qu’ils pouvaient s’aimer eux-mêmes en même temps que leur frère. Leur montrer également qu’ils étaient mieux au foyer que dans la rue, leur faire prendre conscience qu’on pouvait les aider.
- Peut-être qu’on pourrait, murmura Dean.
Sam se contenta d’acquiescer.

xxx

Ils restèrent un moment au foyer. Même si Dean avait parfois des fourmis dans les jambes, l’envie de tout larguer et de partir, il se disait « je suis chez moi avec Sam », et ça allait un peu mieux. Pour Sam c’était la même chose. Il était chez lui avec Dean. Peu importe où. Il pouvait tout aussi bien être chez eux au foyer plutôt qu’à la rue, après tout.

Cela dura le temps que ça fonctionna. Jusqu’à ce qu’on les emmerde. Jusqu’à ce qu’on veuille qu’ils ne dorment plus dans la même chambre. Parce qu’on les avait retrouvé dans le lit l’un de l’autre, à cause d’un cauchemar de Sam.
- C’est pas sain.
- Il vaudrait mieux que vous aillez chacun votre chambre maintenant. Dean grandit, il doit avoir son intimité.
C’était quoi l’intimité ? Ca voulait dire quoi ?
- Sam a juste fait un cauchemar, se défendit Dean, sinon on dort chacun dans notre lit.
- Vous êtes trop proches.
- On n’est pas trop proche, on est frères.
Ils entendirent le mot « co-dépendance » sans le comprendre.
On ne parlait pas de les séparer, on voulait juste qu’ils aient chacun leur chambre. Ils finirent par accepter la situation.
Après tout, ils se voyaient encore tout le temps au foyer. Ce n’était pas si grave. Puis avant d’aller se coucher, ils restaient longtemps dans la chambre l’un de l’autre. Même que des fois Dean s’endormait avec Sam, ou Sam avec Dean, et cela ne changeait rien qu’ils aient deux chambres au lieu d’une.
Rien du tout.

xxx

On avait demandé à la psychologue qu’elle leur en parle. Elle ne savait pas quels mots utiliser pour leur expliquer :
- Vous pourriez faire des choses chacun de votre côté.
- On fait déjà ça, ronchonna Dean, on va à l’école chacun de notre côté.
- Et des fois Dean va faire les courses avec les éducateurs sans moi.
- Ou l’inverse.
- Mais vous dormez ensemble. Fit-elle remarquer.
- Et alors ? J’aime bien dormir avec mon frère, c’est quoi le mal ? Le soleil va arrêter de se lever à cause de ça ?
- Tous les frères et sœurs ne dorment pas ensemble.
Les autres fratries du foyer ne dormaient effectivement pas ensemble.
- Ben nous si.
- Ca veut dire quoi « co-dépendant » ? Demanda Sam.
- Ca veut dire que vous êtes dépendant l’un de l’autre, que vous comptez trop sur la présence de l’autre et n’arrivez pas à vous en défaire.
- Pourquoi ce serait une mauvaise chose ? S’énerva Dean.
- Parce qu’il faut que vous puissiez faire les choses dont vous avez envie des fois, que vous vous détachiez un peu.
Dean serra les poings. Sam serra sa souris.
- Mouais. Je vois pas pourquoi. Tout ça c’est des règles débiles. Pourquoi se serait mieux d’être seul qu’ensemble hein ?
Sam regarda un peu froidement la psychologue :
- Pourquoi est-ce qu’on nous imposes les idées des autres ?
Six ans. Ce môme avait six ans.
Bordel de merde. Six ans.
- On essaie juste de vous aider.
- Ben s’il vous plait. Arrêtez de nous aider. Lâcha Dean.
Elle se sentit obligée d’hocher la tête.

xxx

On leur interdit de dormir ensemble tout court. On venait les réveiller s’il fallait, mais ils devaient regagner leur lit. Puis les éducateurs organisèrent des activités différentes pour l’un et pour l’autre. Ils emmenèrent Sam à la médiathèque, et Dean voir un film au cinéma. Les deux frères laissèrent couler.
De toute façon ça ne fonctionnait pas. Dean et Sam restaient toujours aussi proches. Ils avaient toujours autant besoin l’un de l’autre, et Sam ne lâchait pas sa souris quand il était loin de Dean.
Puis il y eut cette idée de merde. Peut-être qu’on pourrait envoyer Dean dans un autre foyer. On ne les empêcherait pas de se voir, simplement ils se verraient moins.
On en parla à Dean. Pas pour le forcer, simplement pour y réfléchir.
Mais Dean savait déjà quelle direction cela prenait.

xxx

Quand ils virent la psychologue, Sam et Dean avaient un regard déterminé. Elle savait ce que cela voulait dire. Ce que cela signifiait. Ils avaient pris une décision, une décision irrévocable. Personne ne pourrait leur faire changer d’avis.
- Vous allez fuguer. Devina-t-elle.
Ils ne répondirent pas, mais c’était évident. Elle essaya de leur parler. Mais elle savait qu’ils n’écoutaient pas. A la place elle leur donna son numéro de téléphone.
- Si jamais vous avez besoin.
- Bobby aussi nous a donné le sien au cas où, lâcha Sam.
Dean lui donna un coup de coude.
- Bobby ? Interrogea la psychologue.
- C’est un flic. Un peu moins con que les autres. Marmonna Dean.
- Il est sympa, dit Sam.
Elle hocha la tête.
- Vous avez confiance en lui.
- Que dalle, on a confiance en personne. Ronchonna Dean.
- Peut-être un peu, admit Sam.
Peut-être un peu. Ce n’était pas si mal.
- Dans ce cas appelez-le lui ou moi, si jamais…
Ils haussèrent les épaules. Dean prit le numéro. Sam le regarda.
Elle les laissa sortir de son bureau.
Evidemment ils fuguèrent.

Ils étaient chez eux n’importe où, tant qu’ils étaient ensemble après tout. Si on cherchait à les séparer, ils pouvaient tout aussi bien être chez eux dans la rue plutôt qu’au foyer. Ils n’apprendraient jamais, ni eux, ni les adultes.

Fin.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Normal people scares me


avatar

Swato
Messages : 1015
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (15)   Dim 21 Juin - 20:34

Pffff mais quelle bande de connard alors de vouloir les séparer comme ça !
Ils sont entrains de les casser tout les deux :'(

J'adore, même si cette histoire me tue v_v"

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (15)   Dim 21 Juin - 20:40

Ils essaient de les aider, ils sont trop dépendants l'un de l'autre, c'est pas forcément bon pour eux non plus.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (15)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Supernatural - pas de spoil UA] Deux frères (15)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Numb3rs] - Deux frères pour deux affaire - ???/??? - PG
» Queer as folk Brian/justin+ les bleus Yann/Kevin-Deux amis...deux freres
» Supernatural/Deux frères et un ange/Dean-Sam-Castiel/G
» dictée
» Les deux frères Olympus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Supernatural / Deux frères-
Sauter vers: