AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Les 100 - pas de spoil] Anatomie de l'Abîme (12)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorry Women


avatar

Maliae
Messages : 1714
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Les 100 - pas de spoil] Anatomie de l'Abîme (12)   Ven 9 Déc - 13:33

Note : et bien Jaspaya, bonne chance.

***

12. Un rayon de soleil.

Ils vivaient dans un dortoir, les uns sur les autres. Jasper avait un lit en dessous d’un autre. Avec Monty il aurait pu se battre pour savoir qui dormait au-dessus, mais là il avait donné sa place sans même essayer. La nuit, il avait du mal à dormir, il regardait le lit au-dessus du sien et devait baragouiner dans le silence pour chercher le sommeil.
- Monty, chuchotait-il, il y a une fille super ici. Je l’adore. Elle s’appelle Maya. Je vais me marier avant toi mon pote, plaisanta-t-il.
Il soupira. Il avait ses bras derrière la tête et la couverture lui remontait que jusqu’au ventre. Pourtant il n’avait pas vraiment froid, il se sentait juste triste.
- J’aimerais que tu sois là pour la voir et pour goûter le chocolat. Ajouta-t-il en murmurant. J’en ai marre d’imaginer comment tu réagirais, ce serait plus facile si t’étais là, tout simplement.
Jasper se reçu un oreiller sur la tronche :
- La ferme bordel !
C’était Miller.
- Ça fait trois nuit que tu nous fais le coup, râla-t-il, tu me vois causer à Bryan à deux heures du mat ? Monty est mort et les fantômes n’existent pas, alors ta gueule et dort !
Jasper attrapa la couverture et la posa sur son visage, puis marmonna :
- Connard.
Et il se mit à pleurer, en silence, pour pas déranger le sommeil des autres.
Jasper se réveilla avant tous les autres adolescents, il avait les yeux assez rouges et gonflés et s’en fichait. Pour le petit-déjeuner, il prit une part de gâteau au chocolat (il était déjà accro), et du chocolat chaud (vraiment accro). Il mangea seul jusqu’à ce que Miller vienne s’asseoir en face de lui.
- Hey Jasper, désolé pour hier soir, j’étais pas de bonne humeur d’avoir été réveillé, mais j’aurais pas dû te dire ce que je t’ai dit. Je sais que c’est dur pour toi.
Jasper mangea son gâteau, avant de dire :
- Pas de problème.
Qu’est-ce qu’il pouvait dire d’autres ? « Je t’en veux à mort sale con » ? Et où est-ce que ça mènerait ensuite ? Miller était de mauvaise humeur, il s’était excusé, fin de l’histoire. Jasper termina son petit-déjeuner, se leva et retourna au dortoir. Il se recoucha et soupira. Il n’était pas heureux malgré la paix de l’endroit, malgré la gentillesse des gens, il avait toujours l’impression d’un vide, d’un manque qu’il ne pouvait remplir. Parfois il s’arrêtait alors qu’il était en train de marcher, de parler, de manger, il buguait, comme une horloge dont la mécanique venait de s’éteindre. Il restait planté là en se demandant quoi faire maintenant ?
Et puis il redémarrait, suivait les autres, leur parlait, était à nouveau là, avec un poids invisible sur ses épaules et dans son cœur.
- Bonjour Jasper.
Jasper s’assit sur son lit pour pouvoir voir la fille à qui appartenait cette voix. Il sourit à Maya.
- Bonjour Maya.
Elle se pencha vers lui, l’air inquiète. Posa sa main sur son front :
- Tu as mal dormi ?
- Ça se voit tant que ça ?
- Tu sais que je peux peut-être te donner quelque chose qui t’aiderait à dormir.
- Ça ira, mais merci.
Maya s’assit à côté de lui. Elle sortit de sa poche un appareil qui faisait de la musique. Elle l’avait déjà montré à Jasper une fois. Elle lui prêta un écouteur qu’il mit dans son oreille sans poser de question. Elle enclencha la musique.
- J’écoute ça des fois, quand je ne me sens pas très bien. Ça m’aide. Lui dit-elle.
Jasper écouta. Il s’attendait à quelque chose d’entraînant, mais finalement c’était assez doux, le chanteur avait une voix un peu cassée, un peu traînante, agréable à écouter. Les paroles étaient plutôt tristes.

Don't you cry tonight
I still love you baby
Don't you cry tonight
Don't you cry tonight
There's a heaven above you baby
And don't you cry tonight

Jasper ferma les yeux. S’immerga dans la chanson, se laissa bercer. Le dernier couplet le toucha en pleins coeur. Il était à peu près sûr que cette chanson ne le concernait pas du tout, et pourtant il eut l’impression qu’on lui parlait à travers ces mots.

You gotta make it your own way
But you'll be alright now sugar
You'll feel better tomorrow
Come the morning light now baby
(Tu dois suivre ton propre chemin
Mais tout ira bien pour toi à présent mon sucre
Tu te sentiras mieux demain
Quand viendra la lumière de l'aurore bébé) (1)

Quand la chanson prit fin, Jasper rouvrit les yeux. Il tourna ses yeux vers Maya. Elle avait un fin sourire, elle semblait n’avoir jamais arrêté de le regarder.
- Alors ? Demanda-t-elle.
Alors cette fille était son rayon de soleil, ce petit bout de bonheur qui effaçait la douleur, qui faisait que ça allait un peu mieux, que c’était plus facile. Qui lui donnait la force de continuer à avancer.
- Alors merci Maya.
Le sourire de la jeune fille s’agrandit.
- La prochaine fois je te montrerai mon endroit préféré.
- Je suis partant.
Maya ne pouvait pas rester tout le temps avec lui, elle devait travailler. Elle était infirmière (ou stagiaire infirmière, il n’était pas sûr), en tout cas elle aidait les gens, et ça se voyait. Jasper l’imaginait soigner un bobo à un gamin et savoir le rassurer et lui dire les mots qu’il fallait. Maya était très différente de Clarke là-dessus, plus douce, elle touchait le cœur, quand Clarke pouvait soigner sans prendre la peine de te tranquilliser.
Ou peut-être que Jasper n’était plus très objectif.

Et puis il fallut que Clarke gâche tout. En tout cas, qu’elle foute suffisamment la merde pour mettre en danger cet équilibre. Jasper comprenait son point de vue, mais il lui en voulait quand même d’à tout prix chercher la petite bête. Il voulait croire qu’ils étaient en sécurité quand elle était persuadée du contraire. ¬À tel point qu’elle failli tuer ces braves gens, en cherchant à s’enfuir par tous les moyens. Maya et Jasper l’avaient arrêté à temps, avant qu’elle ouvre la porte et provoque des dégâts. Les habitants du Mont Weather ne supportaient pas les radiations, les y exposer, c’était signer leur arrêt de mort.
Maya pointait une arme sur Clarke et Jasper en fut blessé. Il ne voulait pas que Maya ait à se battre, ait à tuer, même pas pour protéger. Il aurait voulu que ce monde de paix, reste un monde de paix, un endroit sain, sans danger. Sans arme. Juste avec du chocolat et de la musique.
Mais ça n’avait pas duré et Maya voulait tirer sur Clarke.

Jasper se mit entre les deux. Il tenait à Clarke, elle avait toujours été là, que ce soit pour lui ou pour les autres, elle faisait de son mieux pour protéger tous les adolescents dont elle se sentait responsable. Elle ne méritait pas d’être tué juste parce qu’elle voulait partir.
- Clarke, écoute moi. Calme-toi.
La blonde le regarda et le laissa s’approcher d’elle. Clarke ressemblait à un animal sauvage et Jasper avançait doucement pour pas l’effrayer :
- Si tu ouvres cette porte, tu vas les tuer, tu sais.
- Je le sens pas cet endroit, Jasper, il y a quelque chose qui ne va pas.
- Je sais ce que tu penses, mais tu ne peux pas décider arbitrairement de mettre en danger tous ces gens. Il y a forcément une autre solution.
Clarke fixa longuement Jasper. Il sentait derrière lui Maya prête à tirer si elle tentait quoi que ce soit et il se sentait prêt à protéger Clarke s’il le fallait. Mais la blonde lâcha la poignée, redevenant raisonnable.
- Tu as fait le bon choix, lui dit Jasper.
Elle n’en avait pas l’air convaincu.

Jasper tournait en rond dans le dortoir. Clarke était allé parler avec Dante, le responsable du Mont Weather et Maya l’avait accompagné.
- Dommage que la princesse pas réussi à s’échapper, fit Murphy depuis sa couchette où il lisait un livre qu’il avait dû emprunter ici.
- Qu’est-ce que vous leur reprochez à ces pauvres gens ? Demanda Jasper avec agacement.
- Oh mais rien voyons, ou bien peut-être le fait qu’ils nous ont laissé crever pendant des semaines avant de tout à coup débarquer pour nous apporter leur aide ? Le fait qu’ils nous enfermes en nous promettant que nous ne sommes pas prisonniers mais en insistant sur le fait que c’est imprudent de sortir ? Le fait qu’ils n’ont aucune raison de nous garder gratuitement ? Mais à part ça, vraiment, ils ne sont pas louches du tout.
- Ils n’ont peut-être pas pu venir avant, et personnellement je suis mieux à l’intérieur qu’à l’extérieur à attendre de me prendre un coup de machette. Et sinon, t’as déjà entendu parler de la charité ?
- C’est beau la naïveté Jasper. Laisse-moi te demander ? En ce moment, tu penses avec ton cerveau, ton ventre ou ta queue ? Je suis pas sûr de ce que tu préfères ici. Le chocolat ou la fille ?
- Ta gueule, sale con.
Maya choisit ce moment pour revenir et Jasper se rapprocha immédiatement d’elle.
- Je vote pour la queue, lâcha Murphy en tournant la page de son livre.
Jasper fit comme s’il ne l’avait pas entendu.
- Alors ? Demanda-t-il.
- Clarke avait l’air plus calme quand je l’ai laissé avec Dante, ils allaient parler ensemble, il avait quelque chose à lui montrer.
Jasper espéra qu’il réussirait à convaincre Clarke qu’elle était en sécurité. Maya posa doucement sa main sur le bras de Jasper :
- Merci pour tout à l’heure ?
Jasper parût ne pas comprendre de quoi elle parlait et elle s’expliqua :
- Tu nous as tous sauvé tu sais, en empêchant Clarke d’ouvrir la porte.
Murphy émit un sifflement :
- Jasper, ce super-héros.
Maya fronça les sourcils et demanda à propos de Murphy :
- Il est toujours comme ça ?
- Oui, répondit Jasper, ne fais pas attention, une maladie congénitale le pousse à emmerder le monde à longueur de temps.
- Je t’emmerde Jasper, lâcha Murphy.
- CQFD, fit Jasper en prenant la main de Maya pour s’éloigner avec elle.
La jeune fille avait un sourire amusé et semblait heureuse. Jasper se rendit compte qu’il tenait sa main, rougit et la relâcha en toussotant avec gêne.
- Vous avez l’air de bien vous entendre. Dit-elle en joignant ses mains et baissant la tête pour cacher ses propres rougeurs.
Jasper leva un sourcil surpris :
- Avec Murphy ? Pas tellement.
- Avec les autres aussi, vous formez un groupe soudé. Ça se voit.
L’adolescent haussa les épaules :
- On a dû survivre ensemble, ça crée des liens.
- Ce serait bien que Clarke comprenne que vous êtes réellement les bienvenues.
- Ce serait bien, oui. Dit Jasper. Parce qu’on est réellement les bienvenues n’est-ce pas ?
- Tu en doute ?
- Quand on est poursuivi pendant des jours pour être tué, on apprend à se méfier.
Maya eut l’air triste :
- C’était difficile dehors hein ?
- Oui. Répondit franchement Jasper.
- Je suis désolée.
- Tu n’y es pour rien.
Jasper s’approcha d’elle, un peu, pour qu’elle le regarde à nouveau. Il aimait ses yeux marrons, ses longs cils, et sa façon adorable de se mordre les lèvres quand elle était gênée.
- Mais j’ai confiance en toi, dit-il sincèrement. Je me sens en sécurité quand tu es là.
Maya piqua un fard et Jasper se demanda depuis quand il avait autant d’audace. Ils n’eurent pas le temps de continuer leur conversation, Clarke arriva dans le dortoir. Jasper la rejoignit immédiatement, accompagné par Maya. Murphy resta sur son lit, mais lâcha son livre pour mieux écouter.
- Comment ça s’est passé ? Qu’est-ce qu’il t’a dit ? Demanda Jasper.
- Que je pouvais partir quand je le désirais.
- Mais ? Interrogea Murphy.
- Pourquoi est-ce qu’il y aurait un mais ? Fit Jasper exaspéré.
- Parce que s’il n’y en avait pas, la princesse aurait déjà quitté le navire.
Jasper regarda Clarke pour avoir sa réponse.
- Mais selon lui, je devrais attendre encore un peu.
- Donc quand tu le désires mais pas aujourd’hui, s’amusa Murphy.
- En gros. Répondit Clarke. Il m’a donné une boîte de dessin aussi, il a dit que puisque j’étais là, je devrais en profiter pour faire ce que j’aimais, qu’il n’avait rien à cacher.
Jasper lui sourit encourageant :
- Tu vois ?
Maya restait silencieuse, les laissant discuter entre eux.
- Je ne le crois pas vraiment.
- Claaaarke… Râla Jasper.
La blonde haussa les épaules :
- Mais je vais faire un effort.
- Merci.
Murphy s’étira et se leva :
- En tout cas si tu trouves un moyen de sortir d’ici, je pars avec toi. Dit-il.
Clarke hocha la tête et Murphy s’éloigna de son côté.
- Et toi Jasper ? Lui demanda-t-elle.
Jasper hésita puis finit par dire :
- Je viens avec toi aussi.
Il n’en avait pas envie, mais il ne pouvait pas laisser Clarke. Elle l’avait toujours aidé, il se sentirait minable de l’abandonner.
- Ou tu peux rester, dit-elle.
- Je…
- Au cas où quelque chose tournerait mal, par ici. J’ai besoin que tu gardes un œil sur les autres.
Jasper lui sourit et hocha la tête. Clarke tourna les yeux vers Maya, avec méfiance, elle aurait voulu parler de tout ça loin d’elle. Mais comme Jasper faisait confiance à la jeune fille, elle se devait d’en faire autant, au moins pour son ami.
- Mais Clarke, ça sert à rien que tu partes n’est-ce pas ?
- Pour le moment…

Clarke paru se calmer pendant une ou deux journées. Elle s’était mise au dessins, Jasper pensait qu’elle ferait des paysages, des gens, des souvenirs. Non elle couché sur son lit (du haut) et elle était en train de retranscrire la carte du Mont Weather, avec les points où elle ignorait ce qu’il y avait et les sorties.
- Jolie œuvre d’art, ironisa Jasper en penchant la tête pour voir ce qu’elle dessinait.
Il voulut s’éloigner quand il remarqua que Clarke avait un truc à lui dire, mais elle le rattrapa pour lui montrer son plan :
- Y a des trucs bizarres sur le plan, lui dit-elle sérieusement, je suis sûr qu’ils nous cachent quelque chose.
- Clarke…
- Et sinon j’ai noté les endroits par lesquels on pourrait s’en aller.
- Clarke… Souffla une nouvelle fois Jasper.
- Il y a des passages qui permettraient de ne pas ouvrir de porte et de ne mettre en danger personne, enfin je pense. Mais il faut d’abord découvrir…
- Clarke arrête !
La jeune fille se tut.
- Tu vires parano. Rien ne se passe ici. Ça fait plusieurs jours qu’on est là, et personne n’a essayé de nous tuer, on mange bien, on a chaud, on est habillé, les gens sont sympas, on t’a même offert un cadeau. Qu’est-ce qu’il te faut de plus pour te convaincre ?
- J’essaie juste de…
- De quoi ? À force d’agir comme ça, tu passes juste pour une folle !
Jasper regretta ses paroles aussitôt qu’il les prononça. Il aurait giflé Clarke que ça aurait été pareil vu la tête qu’elle tira. Il aurait voulu s’excuser mais elle secoua la tête :
- Tu as raison Jasper, je suis désolé, je vais arrêter.
Jasper hocha la tête. Clarke s’éloigna avec son dessin. Il aurait dû la rattraper, lui parler, essayer de l’écouter. Mais il ne voulait pas, il voulait être en sécurité, il voulait rester avec Maya. Il ne voulait plus penser aux Natifs, il ne voulait plus devoir tuer, il ne voulait pas que Clarke brise cet équilibre, et elle le ferait, si jamais elle trouvait une raison de partir. Il le savait. Jasper secoua la tête, tant pis s’il l’avait blessé, au moins il lui avait remis les idées en place. Clarke sembla se calmer en plus. Peut-être que c’était mieux comme ça.

Maya emmena Jasper dans son endroit préféré. Un endroit rempli de tableau. C’était beau et tout et tout, mais ce qu’il y avait de plus beau et de plus intéressant, c’était Maya. Jasper avait envie de passer sa main dans ses cheveux, sur sa joue, et ses yeux ne pouvaient plus se détacher d’elle, alors qu’elle lui parlait – il n’arrivait pas à se concentrer du tout sur ce qu’elle disait. Depuis qu’elle était entrée dans sa vie, Jasper arrivait à tenir, c’était moins dur. Il voulait la garder près de lui et là maintenant, il avait même plutôt envie de l’embrasser. Elle n’avait pas l’air contre, vu la façon dont elle le regardait. Elle ne se recula pas quand il approcha son visage, elle eut même l’air d’attendre quelque chose, de se rapprocher elle aussi. Leurs lèvres étaient vraiment très proches, il sentait le souffle de Maya. C’était si simple, il suffisait qu’il se penche juste encore un peu et il pourrait goûter sa bouche.
Il n’en eut pas l’occasion. Un type arrivait dans la pièce, et les deux adolescents s’enfuirent. Se prenant la main. Jasper serra les doigts de Maya pendant leur course. Elle avait de longs doigts fins, sa main était menue dans la sienne, et elle le tenait fermement. Maya n’avait pas envie de le lâcher, elle était là.
Une fois en sécurité, ils éclatèrent de rire. Restèrent proches. Ne s’embrassèrent pas, mais aucune importance, ils le feraient une autre fois. Jasper voulait croire qu’ils avaient le temps, il aurait bien aimé.
Miller et Murphy vinrent plomber l’ambiance alors que Jasper et Maya mangeaient ensemble.
- On doit te parler, lui dit Miller en jetant un regard méfiant en direction de Maya.
- Je suis occupé là, fit Jasper.
- C’est urgent, insista Miller.
Jasper soupira, il tourna les yeux vers Maya une seconde :
- Tu veux bien m’excuser une minute ?
La jeune fille hocha la tête. Jasper se leva poussa Miller et Murphy un peu plus loin :
- Alors qu’est-ce qu’il y a ?
- Clarke a disparu, annonça Miller.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Les 100 - pas de spoil] Anatomie de l'Abîme (12)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach spoil 283
» Reborn! (SPOIL)
» LE TOPIC SPOIL !!!!!
» Quels sont les parties de votre anatomie , préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The 100 / Anatomie de l'abîme-
Sauter vers: