AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Les 100 - pas de spoil] Anatomie de l'Abîme (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
No times outs. Only death !


avatar

Maliae
Messages : 1801
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Les 100 - pas de spoil] Anatomie de l'Abîme (2)   Dim 20 Nov - 22:57

Fandom : Les 100
Prompt : Répondre à la violence par la violence.
Note : Jonty, chapitre violent.

***

2. Le bracelet

Tous les ados semblaient heureux. La Terre paraissait vraiment accueillante, elle était belle (et encore « belle » était un euphémisme), on en profitait pour rire, s’amuser, discuter, tomber amoureux, faire l’amour sur le sol terreux derrière des buissons. Tous les adolescents vraiment ? En fait non, pas tout à fait.
Jasper se trainait sur cette Terre qu’il détestait parce qu’il y manquait la seule chose qui aurait pu la rendre meilleure que l’Arche. Monty. Il tournait en rond comme s’il se trouvait toujours dans sa prison de métal et parlait à un Monty imaginaire pour essayer de ne pas craquer.
- Il suffit qu’on garde nos bracelets. Clarke va revenir avec des provisions, et on trouvera un moyen de contacter l’Arche…
Personne ne lui répondait. Sauf une fois Murphy qui ricana à son passage :
- Les radiations t’ont bouffé la cervelle Jasper.
Jasper ne lui fit pas le plaisir de lui répondre.

Seules quelques heures sont passées et pourtant l’absence de Monty pesait comme si cela faisait des semaines. Jasper se sentait malheureux et ne fit pas immédiatement attention aux disputes internes qui avaient lieu au milieu du camp. Entre Wells et Bellamy principalement. Wells voulait que l’Arche vienne sur Terre, comme Clarke, comme Jasper. Bellamy, en revanche, avait le désir inverse et il savait mieux parler que Wells, surtout, il avait moins d’ennemis. Il voulait pousser les gens à enlever leurs bracelets et faisait des discours dans ce sens, mais Jasper était trop perdu pour le remarquer.
C’est quand il bouscula un type sans faire exprès qu’il remarqua que celui-ci n’avait pas de bracelet. Jasper attrapa ses bras et le força à lui montrer ses poignets :
- Hey ! Qu’est-ce que tu fous ? S’indigna le gars.
- Ton bracelet ? Qu’est-ce que t’en as fait ?
- T’as pas écouté Bellamy ? On veut pas de l’Arche ici, on veut garder notre indépendance, faut enlever ces fichus bracelets pour avoir notre liberté.
L’air se bloqua dans la gorge de Jasper.
- Qu… Quoi ?
- Ouais si l’Arche vient, on sera à nouveau sous les ordres du Chancelier et de sa clique, alors que maintenant, on peut faire tout ce qu’on veut ! Enlève ton bracelet mec, et laissons-les se démerder là-haut.
- Et ta famille ?
- C’pas comme s’ils s’occupaient souvent de moi…
- Et tes potes ?
- Mes potes sont ici !
Jasper sentit la douleur dans son poing avant de comprendre qu’il venait de frapper ce pauvre mec. Puis sans explication, il se mit à courir et regarder les ados autour de lui, pas mal enlevait ou avait déjà enlevé leurs bracelets et s’ils continuaient, l’Arche ne viendrait pas. Monty ne viendrait pas. Il fallait qu’il fasse quelque chose, n’importe quoi.
N’importe quoi.

Bellamy était seul et réfléchissait, son discours avait fait mouche, et il avait rallié à lui pas mal d’adolescents. Mais ce n’était pas suffisant, il fallait s’occuper de Wells. Si l’Arche venait à penser que le fils du Chancelier était mort, jamais ils ne viendraient, c’était leur meilleure chance. Il s’était isolé pour penser à ce qu’il pouvait faire, il ne vit pas le coup venir et tomba en avant, le nez sur le sol, assommé.
Jasper regarda un instant Bellamy, lâcha l’énorme bout de bois qu’il tenait dans sa main et avec lequel il venait de frapper l’homme, puis s’accroupit pour voir s’il était toujours vivant. Il sentit son pouls sous ses doigts. Bien, au moins il ne l’avait pas tué. Jasper l’attrapa par les jambes puis le tira comme il put, pour aller planquer Bellamy derrière un buisson. Il espérait qu’il resterait assommé assez longtemps. Le temps que Jasper répare ce qu’il avait fait, le temps qu’il prenne le contrôle. Il le fouilla et récupéra le flingue qu’il avait sur lui, il le rangea à sa ceinture.

Jasper se dirigea vers le groupe, les ados se tenaient près du feu. Jasper n’était pas un super orateur, mais il allait faire une formation rapide et immédiate.
- Écoutez… J’ai un truc à vous dire.
Deux, trois ados se tournèrent vers lui, pas plus. Jasper parla plus fort :
- Écoutez !
On parut un peu plus attentif, pas assez, mais Jasper ferait avec pour le moment. Il regarda les adolescents puis s’adressa à Miller :
- Miller, tu as ton père et Bryan, sur l’Arche.
- Oui…
- Tu aimerais les revoirs n’est-ce pas ?
- Je pense.
- Surtout Bryan non ? Tu l’aimes tellement…
Miller hocha la tête. L’assemblé commençait à l’écouter. Jasper chercha d’autres personnes qu’il connaissait, il leur parla de leurs familles, de leurs amis, de ceux qu’ils aimaient. Puis il engloba tout le monde.
- Sans parler des médecins dont on a besoin pour nous aider si on est blessé ou malade.
- Mais on veut être libre ! Lâcha quelqu’un dans l’assistance.
- Et on sera libre ! Dit Jasper. On ne les laissera pas reprendre notre liberté, on se défendra, on a le temps pour apprendre, mais s’ils ne viennent jamais, on ne retrouvera jamais ceux qu’on aime, est-ce que c’est vraiment ce que l’on veut ?
Pas mal d’adolescents firent non de la tête. Les plus mitigés étaient ceux qui n’avaient personne sur l’Arche.
- Je sais que certains d’entre vous n’ont plus de famille, mais pensez à vos amis, pensez à l’aide dont on aura besoin à un moment ou à un autre. Pour le moment, la Terre parait géniale, mais quand il fera froid, quand on n’aura plus de quoi se nourrir, ou se chauffer, quand on crèvera à cause d’une épidémie, on sera heureux de pouvoir être aidé, d’être plus nombreux, d’avoir plus de connaissances et de pouvoir s’entraider, tous ensemble.
L’assemblée commençait à remuer et à acquiescer.
- Alors n’enlevez pas vos bracelets, et ne vous faites pas avoir par des fausses idées de liberté, on ne sait pas encore ce qu’il y a sur Terre, on n’est pas sûr d’être en sécurité.
Plusieurs adolescents levèrent la main pour signifier qu’ils étaient d’accord, montrant leurs bracelets.
- Mais Bellamy a dit… Tenta quelqu’un
Jasper le coupa :
- Bellamy a raison sur une chose, nous devons rester libres ! Vous le savez ! Mais on se battra pour ça, pour garder le contrôle de notre nouvelle vie, on ne les laissera plus décider pour nous.
On se mit à crier « ouaiiiis » dans l’assemblée :
- Et on sera aidé, nos familles aussi trouvent parfois la justice de l’Arche injuste, nos amis, ceux qui ont perdu quelqu’un. On ne sera pas seul.
Les « ouaiiiis » s’intensifièrent.
- Alors laissons-les venir, et entraînons-nous pour vivre sur Terre. Ils auront besoin de nous quand ils arriveront, et ne pourront plus nous prendre ce qui nous appartient. Notre vie, notre liberté.
Cette fois-ci les « ouaiiiis » furent une unanimité, un cri qui traversa le ciel. Jasper se sentit soulagé. Ils n’allaient plus enlever leurs bracelets désormais, l’Arche verrait qu’ils sont vivants. Ils viendraient.
Monty viendrait.

Quelqu’un n’aimait pas le discours de Jasper, quelqu’un l’écoutait, mais avait envie de lui cracher à la figure. Il s’avança, ignorant le déchaînement des adolescents qui changeaient d’avis sans arrêt. Incapables de penser par eux-mêmes. Quelles bandes d’abrutis, ils ne méritaient pas de survivre. Quand il fut devant lui, Murphy poussa Jasper :
- Ferme ta gueule avec tes conneries !
Il montra ses poignets vides à Jasper :
- Personnellement, je préfère que ces enfoirés crèvent tous là-haut.
Jasper le poussa en retour et lâcha méchamment :
- En même temps, ce n’est pas comme si tu avais quelqu’un à aimer, là-haut ou ici.
Murphy serra les poings et lui en mit un dans la tronche. Jasper tomba en arrière et Murphy lui tourna le dos pour lâcher :
- Vous croyez vraiment que le Chancelier vous laissera faire ? Quand ils débarqueront sur Terre avec leurs armes, on sera à nouveau enchaîné ! Bellamy a raison, il vaut mieux enlever ces foutus bra…
Murphy ne termina pas sa phrase, interrompu par un coup de feu, il s’écroula par terre en se retenant de crier de douleur. Jasper s’était relevé, et venait de lui tirer dans la jambe, répondant à la violence par la violence. Ses mains tremblaient, mais son regard était fixe, il tourna l’arme vers les autres adolescents :
- Ou bien alors vous oubliez Bellamy et vous faites ce que je vous dis ! Vous laissez vos bracelets, et tout se passera bien…
Jasper ne laisserait personne empêcher l’Arche de les rejoindre. Monty devait venir, il devait retrouver son meilleur ami et il ferait tout pour ça. Même tirer dans les jambes de ceux qui voudraient enlever leurs foutus bracelets, même se débarrasser des enflures qui essayeraient d’empêcher Monty de venir sur Terre.
- Personne n’enlève son bracelet ! Cria-t-il. Ou sinon, vous allez réellement regretter qu’il n’y ait pas de médecins !
Wells s’approcha de lui, les mains levées :
- Calme toi Jasper, on a compris, personne ici ne veut enlever son bracelet, n’est-ce pas ?
Les adolescents hochèrent tous la tête. Jasper souffla, puis baissa l’arme et la rangea dans sa ceinture.
- C’est vrai, désolé, je me suis emporté à cause de Murphy. Je sais bien que vous m’avez compris, je sais bien que…
Cette fois-ci, ce fut au tour de Jasper d’être coupé. Bellamy, qui n’était pas resté assommé très longtemps, et d’autres adolescents arrivés par derrière, s’en prirent à Jasper. On lui attrapa les bras et le cou, afin de l’immobiliser. Pendant qu’on le tenait, Bellamy récupéra son arme et Jasper ne réussit pas à se défaire de la prise de ceux qui le tenaient.
- Je reprends ça, lui fit Bellamy.
Il se pencha vers Murphy et regarda sa jambe.
- Tu penses pouvoir tenir debout ?
Murphy lui jeta un regard noir, ignora la main tendue de Bellamy et se releva. Boitant sur sa jambe et ignorant la douleur, il vint donner un coup-de-poing à Jasper, pour se venger.
- Achève-le, dit-il à Bellamy.
- Non. On va juste l’attacher quelque part et attendre qu’il se calme.
Wells essaya d’aider Jasper :
- Relâchez-le !
Mais personne ne l’écouta, comme d’habitude, il avait l’impression d’être invisible.
Jasper essayait tant bien que mal de se débattre, il réussit à libérer un bras et frappa un des gars, mais ils revinrent à la charge et le tinrent encore plus fort.
- Lâchez-moi putain !
Bellamy s’approcha de lui :
- Il va falloir que tu te calmes d’abord et que tu comprennes qu’assommer les gens ou leur tirer dessus ne t’aidera pas okay ?
- La ferme, je voulais juste leur dire de pas retirer leurs bracelets ! On a besoin de ceux qui vivent sur l’Arche.
- On n’a pas besoin d’eux, on se débrouillera sans eux. Ils se sont servis de nous comme des cobayes, on va leur montrer qu’on n’en est pas.
Jasper lui cracha au visage.
- Je préfère encore servir de cobaye, plutôt qu’enlever mon bracelet.
Le regard de Bellamy changea alors qu’il essuyait le crachat de Jasper. Murphy s’avança pour se tenir à côté de lui.
- Tu as quelqu’un là-haut qui compte pour toi ? Demanda Bellamy à Jasper.
Il ne répondit rien. Murphy s’approcha encore et attrapa le poignet de Jasper, celui qui avait le bracelet.
- Tu sais ce que je pense Bellamy ?
- Quoi ?
- On n’est pas obligé de le tuer. On peut juste faire croire qu’il est mort.
L’estomac de Jasper se tordit si fort qu’il crut qu’il allait vomir.
- Non… Souffla-t-il.
Bellamy regarda Murphy, puis Jasper :
- Okay, dit-il. Mais vous serez quitte donc ensuite, tu le laisses tranquilles.
- Si tu veux.
Jasper mit un coup de boule au gars derrière lui tant il réagit soudain violemment. Poussé par la peur et la rage, il réussit à décrocher de nouveau son bras droit et mordit la main de celui qui se tenait à sa gauche, jusqu’au sang. L’autre hurla et le relâcha. Jasper cracha le sang qu’il avait dans la bouche, s’ébroua une dernière fois, poussa Murphy et se mit à courir comme un fou. Wells essaya de l’aider en retenant Bellamy quelques secondes.
Jasper décida qu’il irait se réfugier dans la forêt, il attendrait le retour de Clarke et lui demanderait sa protection. Clarke était contre le fait qu’ils enlèvent leurs bracelets, elle se rangerait forcément de son côté. Il aurait juste à attendre.
La forêt était juste là, mais les adolescents ne lui facilitèrent pas la tâche. Certains avaient pourtant été d’accord avec lui quelques minutes plus tôt, mais maintenant que Bellamy avait repris les rênes et criait :
- Arrêtez-le !
C’était comme si on avait oublié avoir été de son côté. À croire que les ados obéissaient juste à celui qui criait le plus fort. Jasper n’atteignit pas la forêt. On lui fit un croche-pied, il s’affala sur le sol, il se reçut un coup de pied dans les côtes alors qu’il essayait de se remettre debout. Quelqu’un le souleva du sol et le frappa suffisamment fort à la tête pour lui faire voir des étoiles. Incapable de se défendre, Jasper se laissa transporter. Il sentit qu’on l’asseyait contre quelque chose puis qu’on l’attachait. Les pieds d’abord. Une main ensuite.
Il reprit complètement conscience quand il sentit que Murphy tenait son poignet et touchait le bracelet.
- Non… Non… Souffla-t-il.
Murphy n’écoutait pas, alors Jasper leva les yeux vers Bellamy qui regardait la scène.
- Je t’en supplie ne le laisse pas faire…
Bellamy resta silencieux.
- Je t’en supplie. J’ai mon meilleur ami là-haut, je veux pas qu’il pense que je suis mort… Je t’en supplie…
Pendant une seconde, Jasper pensa qu’il allait ciller, mais Bellamy tourna le dos à la scène avant de lâcher à Murphy.
- Dépêche-toi qu’on en finisse !
Jasper essaya de se détacher, de bouger, d’empêcher le couteau de Murphy se glisser sous son bracelet, il cria, pleura, supplia, mais rien n’y fit, Murphy retira le bracelet.
Et pendant un court instant, Jasper eut l’impression qu’on lui retirait le cœur.
Il poussa un hurlement désespéré. Murphy jeta le bracelet à côté de lui, sans aucune pitié :
- Sois heureux que je ne t’aie pas coupé le bras, lâcha-t-il.
Jasper ne put rien répondre, ses larmes brouillèrent sa vue et son esprit. Il se laissa faire quand on attacha finalement sa deuxième main avec l’autre, il ne remarqua même pas quand il se retrouva seul.
Il était dévasté.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Les 100 - pas de spoil] Anatomie de l'Abîme (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach spoil 283
» Reborn! (SPOIL)
» LE TOPIC SPOIL !!!!!
» Quels sont les parties de votre anatomie , préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The 100 / Anatomie de l'abîme-
Sauter vers: