AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Les 100 - Mega gros spoil saison 2 complète] Six ans et demi (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sorry Women


avatar

Maliae
Messages : 1705
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Les 100 - Mega gros spoil saison 2 complète] Six ans et demi (2)   Dim 26 Juin - 18:01

Fandom : Les 100
Prompt : Je te demande pas grand chose pourtant.
Note : Jonty, moins triste que le premier, je crois, pas relu, toujours pleins de spoils.

***

Jasper sentit quelque chose qui le chatouillait, ce qui le réveilla et le fit bougonner.
- Tu es réveillé !!!
C’était la voix de Monty à deux centimètres de son visage. Jasper ouvrit les yeux pour découvrir que oui, le visage de Monty était bien à deux centimètres de lui, et ce qui le chatouillait c’était le doigt de Monty qui appuyait sur sa joue. Jasper referma les yeux, il était trop tôt pour ces conneries, et il avait trop bu.
- J’ai beaucoup attendu, dit Monty, beaucoup beaucoup beaucoup mais tu te réveillais jamais.
La veille Jasper avait bu jusqu’à venir s’écrouler sur le lit à côté de Monty. Il tira son oreiller et le posa sur son visage pour essayer de s’étouffer avec. Monty se mit à sauter sur le lit d’impatience.
- Montyyyyy arrête, j’essaie de dormir.
- Mais j’ai faim ! Et puis d’habitude tu aimes bien quand on saute sur le lit !
Jasper avait mal au crâne, mais Monty ne voulait pas s’arrêter et il finit par s’asseoir sur son lit, la gueule enfarinée.
- Pitié Monty, calme toi, j’ai mal au crâne.
Le bisous qu’il se reçu sur le front, il ne l’avait pas vu venir. Jasper écarquilla les yeux, alors que quelque chose dans ses entrailles se nouaient.
- Qu’est ce qui te prend ?
- C’est pour pu que t’ais mal, c’est le bisous magique, tout le monde connaît ça.
- Ca marche pas ça Monty, c’est une légende.
- Bien sûr que ça marche.
- Alors pourquoi j’ai toujours mal au crâne hein ?
Monty l’embrassa de nouveau et les nœuds de Jasper se resserrèrent encore plus. Il ferma les yeux, il avait vraiment trop bu, il avait envie de gerber. Il se leva d’un coup, se traîna dehors et vomis sur le sol, devant la porte. Monty eut l’air hyper inquiet et cria :
- Jasper tu es malade, est-ce que ça va ? Faut appeler le docteur !
Jasper posa sa main sur la bouche de Monty.
- La ferme, j’ai mal au crâne je t’ai dis.
Il se recula pour empêcher Monty de l’embrasser à nouveau. Les bisous magiques ça n’existaient pas. Certaines choses ne se guérissaient pas, jamais. Les maux de crânes après une cuite ce n’était rien par rapport à d’autres douleurs.
Il se frotta les yeux puis traîna Monty avec lui jusqu’à la salle d’eau. Il enfonça sa tête dans un baquet d’eau froide pour se réveiller. Quand il sortit sa tête du seau, Monty était déjà tout nu et s’amusait à trisser de l’eau partout.
- Putain, j’aurai jamais de gosses, grogna Jasper.
Jasper força Monty à s’essuyer et à s’habiller. Puis il lui montra comment laver ses sous-vêtements de la veille. Ensuite ils allèrent manger.
Jasper remarqua que pas mal de gens les regardaient bizarrement. Il soupira en se massant le crâne. Génial, ils avaient tellement hurlé la veille que tout le monde devait les avoir entendu, et maintenant il passait pour un sadique qui faisait pleurer les enfants, ou un truc comme ça. Peu importe. Il prit sa part de bouffe et celle de Monty, ils s’assirent à une table et mangèrent. Bellamy vint s’asseoir en face d’eux et fixa Jasper.
- Quoi ? Ronchonna Jasper.
Bellamy l’ignora et se tourna vers Monty :
- Comment tu vas Monty ? Demanda-t-il.
- Biench, répondit celui-ci la bouche pleine.
- On ne parle pas la bouche pleine, dit Jasper machinalement.
- Oui Jasper.
Jasper se sentait vraiment épuisé.
- Tu es content d’être avec Jasper ? Demanda Bellamy.
- Oui.
- Il est gentil avec toi ?
- Pas trop. Fit Monty en reprenant une part de viande.
Bellamy tapa des doigts sur la table. Mais Monty reprit :
- Mais des fois il est gentil ! Dit Monty. Regarde il m’a trouvé un doudou !
Monty sortit la pince qu’il avait mit dans la poche de son pantalon.
- Monty, on ne se balade pas avec son doudou la journée, dit Jasper.
Bellamy regarda « le doudou » en arquant un sourcil.
- S’il te plait Jasper, je peux le garder ? S’il te plait, s’il te plait, s’il te plait.
Jasper soupira :
- D’accord. Mais interdiction de le mâchouiller.
- Oui, promis.
Monty remit la pince dans sa poche.
- Si tu ne te sens pas bien, tu peux venir le dire, dit Bellamy à Monty.
- Ca va. Fit Monty. Mais Jasper il a mal à la tête alors faut qu’il aille au docteur.
Jasper décida de ne plus rien dire, tout ça l’agaçait sérieusement, il mangea et laissa Bellamy se débrouiller avec Monty.
- C’est de sa faute s’il a mal à la tête, dit Bellamy en jetant un coup d’œil à Jasper.
- Mais faut un docteur. Il a vomis !
- Il l’a cherché.
Monty n’avait pas l’air de comprendre ce que disait Bellamy. Et sans doute qu’il ne comprenait pas.
- Je lui ai fais des bisous magiques pour le soigner, dit Monty fier de lui.
Il souriait tout content, et Bellamy ne trouva rien d’autre à faire que de le féliciter.
- C’est bien Monty, c’est gentil de ta part.
- Ehé.
- Tu es sûr que tu veux rester avec Jasper ? Insista Bellamy. Hier beaucoup de gens t’ont entendu pleurer, tu sais.
Monty hocha la tête :
- C’est parce que j’ai tué l’amoureuse de Jasper, dit Monty.
Un ange passa, Jasper et Bellamy se raidirent. Monty au contraire se plia sur lui-même.
- Je suis pas un gentil.
Bellamy ouvrit la bouche pour le rassurer mais Jasper fut plus rapide et posa sa main sur l’épaule de Monty.
- Non, mais Bellamy non plus, dit-il.
Bellamy baissa la tête.
- Ecoute Jasper…
- C’est bon, j’en ai rien à foutre de vos excuses.
Jasper lâcha Monty et mordit rageusement dans son bout de viande. Monty eut l’air tout triste d’un coup et repoussa son assiette.
- Mange Monty, lui dit Jasper, sinon après tu vas avoir faim.
L’asiatique, obéissant, reprit son assiette et se força à mâchouiller sa viande. Bellamy était toujours là.
- Tu as encore quelque chose à dire ? Demanda Jasper.
- Prends soin de Monty. Il ne mérite pas le mal que tu lui fais.
- Ah bon ?
- Il n’a que six ans.
- Et demi, intervint Monty.
Jasper tourna ses yeux vers Monty. Six ans et demi. Qui aurait cru une merde pareille ?
- Monty, tu devrais aller avec Bellamy, dit Jasper.
Monty s’offusqua :
- Mais pourquoi ? Je veux rester avec toi !
- Parce qu’il sera plus gentil que moi.
Monty prit l’air boudeur et répéta :
- Mais je veux rester avec toi.
Bellamy se releva :
- Il a fait son choix, dit-il.
- Faut croire, fit Jasper. Je me souvenais pas que Monty était aussi maso.
- Prends soin de lui Jasper.
- Bien mon capitaine, fit Jasper avec ironie.
Bellamy leva les yeux au ciel, mais s’éloigna. Monty continua de manger.
- J’ai mangé tout Jasper !
- C’est bien. Maintenant on va voir Wick et Raven, ils auront peut-être trouvé un boulot pour toi.
Monty acquiesça en retrouvant son beau sourire.

Wick avait effectivement préparé un petit quelque chose pour Monty. Il avait construit la veille vite fait une énorme boite, avec des tonnes de vis et de clou.
- Ton boulot Monty, ce sera de me démonter cette boite, en enlevant toutes les vis et les clous tu sauras faire ?
- Il me fait un tournevis, dit Monty.
Wick lui en tendit un.
- Merci Wick. Je vais bien faire tout mon travail.
- Tu veux une pince aussi ? Demanda le blond.
- Non j’ai mon doudou, c’est bon.
Monty s’assit dans un coin et commença son travail. Jasper s’approcha de lui :
- Tu es sage d’accord et tu écoutes bien ce que Wick et Raven te disent.
- Oui Jasper.
- Je reviendrai te chercher tout à l’heure.
- Tu ne restes pas ? Demanda Monty plutôt triste.
- Non. Je dois aller voir un docteur, tu te souviens ?
- Ah oui ! A tout à l’heure alors.
- A tout à l’heure.
Jasper partit, les mains dans les poches. Il alla retrouver la chancelière. Il n’avait même pas ouvert la bouche, qu’elle lui mit une gifle. Bon.
- T’occuper de Monty, ce n’est pas lui hurler dessus, ni le faire pleurer, d’accord ?
- Si ça vous préoccupe autant, pourquoi personne n’est venu hier soir ?
- Parce que je voulais que vous vous débrouilliez entre vous.
- C’est un peu hypocrite non ?
Abby pinça les lèvres et changea de sujet :
- Tu voulais me voir ?
- Pour vous demander de trouver une autre baby-sitter à Monty justement.
- C’est non.
- Je lui hurle dessus, je le fais pleurer, vous ne pensez pas qu’il mérite mieux ?
- Tu t’inquiètes de le blesser ? Demanda-t-elle assez étonné.
Jasper baissa les yeux, regarda ses pieds.
- Il a vraiment pleuré, murmura Jasper.
- Je sais, dit-elle.
- Non, vous ne savez pas. Fit Jasper en relevant les yeux. Je n’ai jamais vu Monty pleurer comme ça, jamais. C’était comme du chagrin à l’état pur, et c’est moi qui ai fais ça, et je sais que je pourrais encore le refaire. Parce que peu importe l’âge qu’il a, tout ce que je vois en lui c’est ce qu’il a fait, ce qu’il m’a fait.
- Il va rester avec toi, dit Abby.
- Vous écoutez ce que je vous dis ? Je vais le détruire.
- Je ne crois pas, dit-elle. Sinon tu ne te sentirais pas aussi mal avec le fait de l’avoir fait pleurer.
Jasper croisa les bras, protection inutile contre un monde injuste qui l’attaquait par tous les bouts.
- Je ne veux pas. Je ne peux pas. Dit Jasper. Trouvez quelqu’un d’autre.
- C’est non.
- Mais…
Il avait envie de hurler, de casser quelque chose, de tout démonter, de se battre avec quelqu’un. Il avait envie de boire et de s’écrouler à nouveau.
Il avait envie de mourir.
- C’est non, insista Abby. Tu peux sortir maintenant.
Jasper poussa Abby de l’épaule en passant à côté d’elle, puis donna un coup de pied à une chaise sur son chemin, qui s’envola contre le mur.

xxx

Jasper tituba jusqu’à la pièce où bossaient Raven et Wick. Après sa discussion avec Abby, il avait bu. Pas assez pour s’écrouler mais il était complètement saoul en allant chercher Monty. Celui-ci était concentré sur sa tâche. Ca faisait bien longtemps qu’il avait enlevé les clous et les vis de la boîte, et Wick lui avait dit de construire quelque chose avec pleins de petits morceaux de bois qu’il lui avait donné et les outils à sa disposition.
Jasper se pencha vers lui et Monty releva les yeux, remarquant enfin sa présence.
- Regarde Jasper, j’ai fais un chevaux !
- Un cheval.
- Mais t’as dis…
- Un cheval, des chevaux.
Monty hocha la tête puis montra sa petite construction en bois. Wick l’avait aidé en coupant les morceaux dans une forme satisfaisante, ou en arrondissant les coins. Mais le gamin avait fait le reste tout seul.
- Regarde tu as vu ?
Jasper se pencha encore, essayant de faire la mise au point, et l’alcool qu’il avait dans le sang n’aidait pas franchement.
- T’es sûr que c’est un cheval ? C’est pas un cochon ?
- Mais non, il n’a pas de queue en tire-bouchon.
- Ah ouais, pas de queue en tire-bouchon. Ouais.
- T’es bizarre Jasper.
- Ah bon je suis bizarre ?
- Tu parles bizarrement. Dit Monty. Et tu trembles.
Jasper ne tremblait pas, mais vacillait. Il rit bêtement, soufflant son haleine alcoolisée au nez de Monty qui plissa le nez dégoûté :
- Et tu sens mauvais. Rajouta Monty.
Jasper rit encore plus.
- Tu l’aimes bien ce cheval Monty ?
- Oui.
- Vraiment vraiment bien ?
- Oui, dit Monty tout sourire.
Jasper posa le cheval par terre, puis se releva et le détruisit en l’écrasant avec son pied. Wick qui les observait de loin s’approcha avec colère :
- Non mais ça va pas ?
Les yeux de Monty se remplirent de larmes alors qu’il regardait ce qu’il restait du cheval, juste un tas de bois tout cassé et de clous tordus. Jasper rit encore plus :
- J’ai cassé quelque chose que tu aimais, tu vois ce que ça fait Monty ?
Wick attrapa Jasper par le col :
- Va falloir te calmer mon gars !
Raven avança elle aussi, pour intervenir.
- Lâche-le Wick, il est juste complètement saoul. Ca ne vaut pas la peine.
Monty était toujours assis par terre et rassemblait les morceaux du cheval. Il retenait de toutes ses forces ces larmes, puis il finit par se relever.
- S’il te plait, lâche le, demanda-t-il à Wick.
Celui-ci relâcha Jasper, mais en le repoussant plutôt méchamment. Jasper tituba sur ses jambes avant de retrouver un semblant d’équilibre. Monty se baissa, ramassa tous les morceaux de bois et les mit dans les mains de Jasper.
- C’était un cadeau pour toi, dit-il. Voilà. C’est un cheval.
Jasper regarda ce qu’il restait du cheval qu’il venait de détruire.
- Un cadeau pour moi ? Demanda-t-il d’une voix tremblante.
Monty hocha la tête.
- Oui. Il est un peu cassé, désolé.
Des larmes coulèrent des yeux de Jasper qui murmura :
- Il est très beau, merci.
Monty était en colère et triste aussi et déçu. Jasper était si gentil pourtant.
- De rien, dit-il.
Sa voix était assez froide et énervée.
- Je vais aller voir Octavia maintenant.
Puis il poussa Jasper et s’enfuit. Cette fois-ci seulement il laissa ses larmes jaillir hors de ses yeux. Jasper ressera les bouts de bois contre lui et s’accroupit et pleura.
- Sale con, lui dit Wick.
Jasper était bien d’accord avec lui.

xxx

Octavia poussa le cheval au trot et Monty se cramponna.
- Ca va vite et ça saute, rigola-t-il.
- Oui, tu aimes ?
- Oui !
Elle sourit. Monty était arrivé tout pleurant, il s’était jeté sur elle, et elle l’avait serré dans ses bras. Elle avait deviné que Jasper avait encore dû être méchant avec lui, et n’avait rien trouvé d’autre pour le consoler que de l’emmener faire un tour en cheval. Alors elle était contente de l’entendre rire. Monty ne lui parla pas du tout de Jasper cette fois-ci, il resta plutôt silencieux en fait. Elle fit durer le tour assez longtemps avant de revenir à l’écurie.
- Tu te sens mieux ? Lui demanda-t-elle.
- Oui. Merci Octavia. Je t’aime beaucoup.
Octavia décoiffa Monty.
- Tu peux rester avec moi si tu veux, lui dit-elle.
Il secoua la tête :
- Non c’est bon, je vais aller voir Jasper.
- Pourtant il est méchant avec toi.
- C’est vrai, mais c’est parce qu’il est triste. J’ai fais quelque chose de mal alors il est très triste. Et puis c’est mon meilleur ami, je peux pas le laisser s’il est très triste comme ça.
Octavia lui frotta une nouvelle fois les cheveux :
- C’est bien Monty, dit-elle. Je pense que tu es une bonne personne, malgré ce que tu as fais.
Il lui sourit. Puis il s’éloigna pour retrouver Jasper. Il le retrouva dans leur chambre, après avoir fait tout le tour du camp. Il était couché sur son lit, les bras derrière la tête. Monty s’approcha doucement pour voir s’il dormait mais Jasper avait les yeux grands ouverts.
- Hello Monty, dit-il en l’apercevant.
- Hello Jasper, répondit Monty.
Jasper se redressera, puis attrapa quelque chose qui était posé sur sa poitrine, que Monty n’avait pas vue.
- Il n’est pas aussi beau que le tien, dit-il en le montrant à Monty, tu es beaucoup plus doué que moi pour ça, mais voilà, c’est un cheval.
Jasper avait utilisé les restes de celui qu’il avait cassés, et avait essayé de le réparer tant bien que mal. Sauf que le cheval avait une patte plus petite que les autres, semblaient tordus de partout.
- Tu es sûr que c’est un cheval, que ce n’est pas un cochon ? Demanda-t-il.
Jasper eut un petit rire. Pas un rire alcoolisé, pas un ricanement moqueur ou méchant. Quelque chose de plutôt sincère. Monty prit le cheval dans ses mains :
- C’était mon cadeau, dit-il.
- Oui et c’est aussi mon cadeau. On peut dire que ce cheval est à nous deux.
Monty posa le cheval sur le lit et se jeta sur Jasper pour le prendre dans ses bras. Jasper resta les bras ballant alors que Monty le serrait de toutes ses forces, ne se rendant pas compte qu’il n’avait pas le corps d’un enfant mais presque celui d’un adulte et qu’il était beaucoup plus fort qu’il le pensait. Il compressa Jasper dans ses bras. Ce dernier ne lui fit pas remarquer qu’il serrait trop fort, il ne le repoussa même pas. Il ferma les yeux, profita de l’étreinte, et puis doucement, tout doucement, il leva sa main et la posa sur le dos de Monty.
C’était comme une réconciliation.

xxx

Après ça, les choses devinrent un peu plus faciles. Jasper s’occupa de Monty comme il aurait dû le faire depuis le début, agissant avec moins d’agacement et d’impatience. En étant moins blasé également.
- Et donc la princesse enferma le prince dans une cage, sauva le dragon et s’enfuit avec.
Monty éclata de rire en écoutant l’histoire que Jasper venait de lui raconter pour l’aider à s’endormir.
- Ca te fait rire ? Demanda Jasper.
- C’est trop drôle !
- Qu’est ce qui est drôle ?
- Ben le prince, il est trop bête aussi, pourquoi il voulait tuer le dragon d’abord ?
- Parce qu’il pensait qu’il pourrait épouser la princesse.
- Il est trop beeeeeeeeete ! La princesse, il fallait l’emmener faire un voyage en dragon s’il voulait l’épouser.
Jasper eut un sourire.
- T’en penses quoi Jasper ? Demanda Monty.
- T’as raison Monty, le prince est trop bête. Mais la princesse tu l’aimes bien ?
- Oui de trop, et le dragon aussi. Ils étaient supers !
- Bien, tant mieux. Content que tu ais aimé cette histoire. Et donc maintenant dodo.
Monty porta la pince à sa bouche et en mordilla le manche. Puis il se plaignit :
- Non, j’en veux une autre, raconte une autre histoire !
- C’est l’heure de dormir maintenant.
- Mais raconte encore. Ou bien reraconte cette histoire, elle est trop bien.
Jasper poussa doucement Monty pour qu’il s’allonge, et le força à arrêter de mordiller sa pince.
- Ne mets pas ton doudou dans la bouche, il a traîné partout.
Monty obtempéra et le remplaça par son pouce.
- Yaconte steupyet !
- Ne parle pas avec ton pouce dans la bouche.
Monty l’enleva :
- Raconte steuplet.
Jasper leva les yeux au ciel. Borda Monty, puis s’assit sur le bord de son lit et recommença l’histoire. Comme il l’avait inventé au fur à mesure, des détails changèrent mais Monty l’écouta quand même religieusement. Jusqu’à ce que yeux piquent et qu’ils se les frottent. Jasper se leva :
- Bon, dodo maintenant.
- Tu peux me faire un bisou pour chasser les cauchemars ? Papa et maman ils font ça.
- Non.
- Toi aussi ils te font un bisou pour chasser les cauchemars et tu es content normalement.
Jasper essaya de se rappeler de ce fameux bisou. Lui et Monty étaient tellement souvent ensemble que c’était pas rare que l’un dorme chez l’autre et réciproquement. Effectivement, Monty disait vrai. Le bisou qui chassait les cauchemars.
Il se pencha et embrassa rapidement le front de Monty.
- Voilà. Les cauchemars ne viendront pas t’embêter, dors maintenant.
- Attend ! Dit Monty.
Il attrapa le petit cheval qu’il avait posé sur la petite table entre leur lit.
- Tu dois aussi faire un bisou à JordReen.
C’était Monty qui avait trouvé le nom. « Comme c’est un cadeau de toi et de moi à moi et à toi et ben faut un nom de nous » avait-il expliqué. Le début de Jordan. La fin de Green. JordReen. Jasper soupira :
- Je vais pas faire un bisou à JordReen, JordReen ne fait pas de cauchemar !
- Ben si, surtout si tu lui fais pas de bisou.
Jasper leva les yeux au ciel mais posa ses lèvres sur les morceaux de bois. Monty se redressa alors à ce moment là et embrassa la joue de Jasper. Ce dernier sursauta et se recula d’un coup. Monty sourit :
- Comme ça tu feras pas de cauchemar non plus, dit-il en se recouchant et en fermant les yeux pour dormir.
Jasper se redressa et posa sa main sur sa joue. La bouche de Monty y avait déposé des milliards de fourmis et Jasper se la frotta de toutes ses forces.
Bien maintenant que le gosse dormait, il allait boire. Parce que c’était ça surtout qui lui évitait les cauchemars, pas les bisous.
Il sortit de la chambre pour aller trouver de l’alcool. Il était déjà complètement saoul quand Monty arriva devant lui, dans sa chemise de nuit pleines de froufrous, les larmes aux yeux. Bon sang pourquoi ce gosse chialait tout le temps ?
- Qu’est ce qu’il y a Monty ? Demanda Jasper d’une voix bizarre.
Monty regarda Jasper :
- Tu es à nouveau tout bizarre !
Jasper eut un ricanement et se servit un nouveau verre. Monty s’approcha :
- C’est quoi ?
- Tu devrais être au lit.
- Je sais mais j’ai fais pipi au lit, murmura-t-il.
- Quoi ?
- J’ai…
- Putain c’est pas vrai mais t’as quel âge ? T’es plus un bébé Monty ! C’est dégueulasse de pisser au lit à ton âge.
Monty devint tout rouge de gêne. En plus Jasper avait parlé très fort et sans doue que pleins de gens avaient entendu.
- J’ai pas fais exprès, souffla Monty.
Jasper vida son verre d’un coup.
- Je peux en avoir ? Demanda-t-il.
- Naaaan, beugla Jasper, espèce de petit pissaulit !
Monty continua d’être cramoisi et Jasper se reprit un verre :
- J’ai vraiment besoin d’être saoul pour m’occuper de ça.
- C’est quoi être saoul ? Demanda Monty.
Jasper haussa les épaules sans répondre mais Monty comprit assez vite.
- C’est quand t’es bizarre ?
- Oui.
- Je peux aussi être saoul moi ?
- Non.
- Mais pourquoi ?
- Parce que c’est pas pour les bébés qui pissent au lit.
- Chut, chut, Jasper, arrête de le crier.
Monty avait vraiment honte, il n’avait plus fait pipi au lit depuis vraiment super longtemps ! Mais il ne savait pas ce qui lui avait pris, il avait fait des cauchemars (malgré le bisou), il ne s’était pas sentit bien, et tout à coup son lit avait été très chaud et tout mouillé et ça l’avait réveillé. Jasper but encore un verre puis se leva en titubant.
- Allez viens.
Il emmena Monty à la salle d’eau, et celui-ci se lava. Jasper jeta le caleçon et la chemise de nuit dans le baquet qui servait pour faire la lessive, puis en disant à Monty de pas bouger d’ici, il alla voir les dégâts. Le matelas était trempé et Jasper se boucha le nez et cria :
- Saleté de dégueulasse t’as bien pissé !
Jasper attrapa des serviettes et essaya de frotter la tâche. Il alla chercher ce qui leur servait de savon puis revint pour nettoyer du mieux qu’il pouvait le matelas. Quand ça lui sembla plutôt propre et moins puant, il le retourna pour que Monty puisse dormir dessus. Il prit les couvertures et alla les mettre dans le baquet avec la chemise de nuit. Et tout ça sans se péter la gueule alors qu’il ne marchait pas droit et que le monde tournait vite.
- On n’a plus de pyjama, Monty, alors tu vas juste dormir en caleçon et en tee-shirt pour ce soir.
Monty ne se plaignit pas, il mit son deuxième caleçon, son tee-shirt et Jasper le raccompagna.
- Je vais aller nettoyer ta couverture et ton pyjama pour demain. En attendant prends la mienne.
Jasper tira celle de son lit et la posa sur Monty. Celui-ci n’osait rien dire, toujours aussi honteux. Il finit cependant par murmurer :
- Je suis désolé Jasper, je le ferai plus.
Jasper haussa les épaules :
- C’est juste un pipi, on va pas en faire une maladie hein. Allez dors.
- Jasper…
- Hm ?
- J’ai fais un cauchemar.
Jasper soupira et s’assit sur le lit.
- C’était quoi ce cauchemar ?
- Je sais pas trop. Il y avait des gens qui criaient et du sang et maman était là mais elle était bizarre, elle bougeait pas…
Malgré l’alcool qui lui court-circuitait la cervelle, Jasper comprit que le cauchemar de Monty devait être dû au massacre qu’il avait vécu. Le Monty de dix-huit ans, pas celui de six.
Et demi, rajouta Jasper pour lui-même.
Pourtant il mentit.
- Ce n’était qu’un cauchemar Monty. Tout va bien.
Il prit la pince qui était posé sur la table et la mit dans la main de Monty.
- Tiens ton doudou.
- Je veux ma maman, murmura Monty.
Jasper se mordit les lèvres.
- Et mon papa, ajouta Monty.
- Monty…
- Pourquoi ils sont pas là ?
Jasper ne pouvait pas lui dire la vérité.
- Parce qu’ils sont partis faire un long, très long voyage. Mais je suis là moi.
Monty hocha la tête.
- Jasper ?
- Oui Monty.
- Je pourrai être saoul moi quand je ferai plus pipi au lit ?
- C’est pas une très bonne idée Monty.
- Pourquoi ?
- Parce qu’être saoul c’est nul, c’est pour les nuls comme moi.
- T’es pas nul, Jasper. Juste très triste.
Jasper sourit et passa sa main dans les cheveux de Monty.
- Je vais y aller Monty, je reviens.
Monty tendit la main et l’accrocha au poignet de Jasper.
- Non, ne t’en vas pas s’il te plait. Attend que je m’endorme. S’il te plait.
Jasper acquiesça.
- D’accord.
Monty lui sourit, enfonça son pouce dans sa bouche et ferma les yeux. Ses doigts ne lâchèrent pas le poignet de Jasper.
Jasper dont l’alcool lui donnait la tête qui tourne. Jasper qui bailla. Jasper qui poussa un peu Monty pour s’allonger, juste deux minutes, le temps que Monty s’endorme. Jasper qui se sentait bien là, tout collé à Monty. Juste encore deux minutes et il se lèverait pour aller laver le linge…

xxx

C’est un rire qui le réveilla. Jasper ouvrit les yeux et Monty le regardait en pouffant.
- Quoi ? Marmonna Jasper d’une voix endormi.
- Tu as dormi avec moi. Comme avant.
Jasper se frotta un œil et poussa un « hmmmm ». Monty dit :
- On fait ça tout le temps ! Je suis content qu’on le fasse encore.
Effectivement, quand ils étaient petits, ils dormaient souvent ensemble.
- Me suis endormi, soupira Jasper, mais on ne dormira plus ensemble.
Il se redressa tant bien que mal, puis se traina jusqu’à son lit et se laissa tomber dessus. Deux secondes plus tard, il sentait le corps de Monty contre le sien.
- Retourne dans ton lit, grogna Jasper.
Monty désobéit.
- Monty… On est trop grand maintenant, y a pas la place.
Monty n’écouta pas du tout. Jasper n’avait pas la force de se battre et referma les yeux. Il sentait le torse de Monty collé contre son dos, ses jambes emmêlés aux siennes, le bras de Monty autour de lui.
Comme un con il se dit « je suis la petite cuillère ».
Puis s’insulta.
Monty n’a que six ans et demi espèce d’abruti qu’est ce que tu racontes putain.
Le souffle de Monty dans sa nuque lui provoquait de délicieux frissons.
Abruti, sale con, débile, qu’est ce que tu fous ?
Jasper se leva d’un coup et sortit de son lit. Malgré l’étourdissement qu’il eut parce qu’il s’était levé trop vite, il couru jusqu’à pouvoir se plonger la tête dans l’eau froide. C’était l’alcool, ça lui montait à la tête. Monty l’avait suivit et comme d’habitude il se retrouva nu en deux dixièmes de secondes et s’amusa en se lavant. Jasper soupira et le laisser jouer, pendant qu’il s’approchait du linge qu’il avait laissé là pour s’en occuper, avant de se rendre compte qu’il n’était plus là. Jasper se gratta le crâne. Qui irait voler une vieille chemise de nuit moche et une couverture ?
Il décida de ne pas s’en occuper. Il se lava un peu. Puis s’habilla.
- Monty arrête de jouer et habille toi.
Monty n’obéit pas et envoya de l’eau sur Jasper.
- Monty je suis déjà habillé !
- Ben met toi tout nu si t’as peur d’être mouillé, on fait une bataille d’eau !
- Non.
- Allez Jasper !
- Non.
- T’as peur de perdre hein c’est ça ? T’es devenu une poule mouillée Jasper !
- Arrête Monty, on n’a pas le temps pour tes bêtises.
- Cot cot cot, Jasper la poule, cot cot cot.
Jasper mit ses mains dans l’eau et l’envoya sur Monty.
- Poule toi-même !
Monty rit et l’éclaboussa complètement. Jasper retira de nouveau sa veste et son pantalon, il retira son tee-shirt également, gardant seulement son caleçon et joua à balancer de l’eau sur Monty, qui le lui rendit bien. A force de faire les cons, le sol fut trempé, mais plutôt que de nettoyer, ils firent un concours de glissade, et pendant un moment le corps et le cœur de Jasper furent léger comme s’il n’était jamais venu sur terre et qu’il n’avait vécu aucune des merdes qui avaient fini par le détruire.
Quelqu’un finit par entrer dans la salle et leur gueula après. Monty alla tout de suite se cacher derrière Jasper, toujours aussi timide quand quelqu’un qu’il ne connaissait pas lui parlait.
- C’est bon, ronchonna Jasper, on s’amuse c’est tout.
- Ce n’est pas un endroit pour jouer !
- Monty a six ans et demi vous savez, pour lui tous les endroits sont là pour jouer.
La femme continua de s’énerver et Jasper soupira.
- Monty, il faut que tu t’habilles maintenant, dit-il.
Monty fit la moue mais obéit, tandis que la femme n’arrêtait plus de se plaindre à cause du bordel qu’ils avaient mené et de toute l’eau qu’ils avaient gâchée.
- C’est pas grave, soupira Jasper, Bellamy enverra des gens à la rivière, elle est juste à côté.
- Ouais ben c’est vous qui devriez y aller !
Le visage de Jasper s’éclaira.
- C’est pas une mauvaise idée.
Il poussa Monty à l’extérieur quand celui-ci fut prêt, et ignora les remontrances de la femme qui continuait à crier pour rien.
- On va où ? Demanda Monty.
- D’abord on va manger, j’ai la dalle.
Et c’était vrai. Depuis quand n’avait-il pas ressenti la faim pour de vrai ?
Après s’être rassasié, Jasper chercha Bellamy dans le camp, avant de le trouver en pleine réunion avec la chancelière, Kane et Lincoln. Il les dérangea sans aucune gêne.
- On voudrait aller en mission, dit Jasper.
Monty se tenait caché derrière Jasper et attendait de voir ce qui allait se passer. Bellamy s’approcha d’eux avec Abby.
- Comment ça en mission ? Demanda Bellamy.
- Monty est trop petit, catégorisa tout de suite la chancelière.
- On veut juste descendre à la rivière faire quelques réserves d’eaux. C’est pas loin, on est en paix, ça devrait aller.
- Une paix qui est menacé, dit Abby.
Ils avaient retrouvé un village remplis de cadavres (surtout du peuple du ciel) et Monty était le seul survivant, alors oui la paix était menacée. Sauf que le seul qui pouvait raconter ce qu’il avait vu, ne voulait surtout pas se rappeler, se réfugiant à un âge où tout allait bien pour lui. Mais ça Jasper s’en fichait.
- Allez quoi, ils vont pas venir jusqu’ici nous attaquer, ça serait trop dangereux.
- C’est non, dit Abby.
Jasper grogna et Bellamy plaida sa cause.
- Octavia pourrait aller avec eux.
Lincoln s’approcha.
- Je viendrai aussi dit-il, ils seront en sécurité.
Jasper hocha la tête :
- Donc vous pouvez dire oui ! Monty n’a jamais vu la rivière, il doit voir ça.
Monty sortit sa tête de derrière Jasper et osa dire :
- C’est vrai, je veux voir.
- Alors ?
Abby hésita. Puis finit par donner son accord. A condition bien sûr qu’Octavia et Lincoln ne les lâchent pas d’une semelle. Jasper se tourna vers Monty en lui souriant et automatiquement tous les deux tapèrent dans leurs mains en même temps. C’était un geste qu’ils avaient inventé depuis tout gamin et le faire là, en synchronisation avec Monty, surprit Jasper lui-même. Son corps avait bougé tout seul, lointaine habitude. Et bizarrement, ça ne le dérangea pas tant que ça.
- On va à la rivière Monty !
- Oui.

Monty monta sur le cheval d’Octavia et Jasper monta avec Lincoln.
- Tu veux aller au galop Monty ? Demanda Octavia.
- Ouiiiiiii !
Octavia se tourna vers les deux autres :
- Essayez de nous rattraper, si vous le pouvez.
Elle lança son cheval au galop. Lincoln fit de même. Aussi bien Monty que Jasper eut une drôle de sensation, un mélange d’euphorie et de peur. Jasper était persuadé qu’ils allaient finir par se péter la gueule et Monty se cramponnait comme il le pouvait, pendant que Lincoln et Octavia étaient grisés de vitesse et firent la course jusqu’à la rivière. Octavia arriva la première et arrêta son cheval.
- Alors Monty c’était comment ?
- C’était trop génial ! Cria Monty.
Elle lui décoiffa les cheveux, puis l’aida à descendre. Lincoln fit de même avec Jasper. Monty s’approcha de lui :
- C’était trop génial, répéta-t-il.
- Oui. Dit Jasper.
- On a été plus vite que vous ! On a gagné ! On est les meilleurs.
- On vous battra au retour, assura Jasper.
- On verra, dit Monty.
Puis Jasper posa ses mains sur ses épaules pour le faire se retourner :
- Regarde devant toi maintenant.
Monty ouvrit grand la bouche.
- C’est une rivière, dit-il.
- Oui.
- Et avec pleins d’arbres.
- Avec pleins d’arbres.
- Et ils ne sont pas en carton.
- Non Monty, ce sont des vrais arbres.
Monty avait les yeux tout écarquillés, puis il s’approcha d’un arbre et posa ses mains dessus pour le toucher. Jasper et Octavia savaient ce qu’il pouvait ressentir, même si ça devait être encore plus incroyable pour un enfant. Monty toucha pleins d’arbres, puis ensuite il s’accroupit devant la rivière et mit ses mains dedans.
- C’est froid, rigola-t-il. Et l’eau bouge !
Il sursauta quand ses doigts touchèrent un poisson. Mais remit ensuite ses mains dans l’eau, complètement excité. Octavia dit :
- On va en profiter pour chasser avec Lincoln, on reste dans le coin. Ca ira ?
- Oui, dit Jasper.
Même si la chancelière avait dit qu’Octavia et Lincoln ne devaient pas les lâcher, ils ne seraient pas loin de toute façon.
Jasper vint finalement s’accroupit à côté de Monty. Comme lui, il plongea ses mains dans l’eau.
- Alors ça te plait ? Demanda Jasper.
- Oui beaucoup. Merci Jasper.
Jasper lui sourit. Puis il remonta ses mains, avec un peu d’eau dans leur creux, il le lança sur Monty pour l’éclabousser. Monty secoua sa tête puis renvoya de l’eau sur Jasper pour se venger. Jasper fit de même, et dix secondes plus tard ils avaient tous les deux les pieds dans la rivière et se giclait de l’eau, comme le matin, mais en encore mieux. Ils n’avaient pas enlevé leurs habits mais n’y faisait pas attention. Ils s’amusèrent comme des cons à se balancer de l’eau. Jasper ne savait pas s’il se comportait comme un gosse de six ans, ou si Monty se comportait comme un ado de dix-huit, en fait c’était comme si pendant un instant rien n’avait changé. Jasper attrapa Monty par le cou, gentiment et essaya de le faire tomber. Monty se débattit si bien, qu’ils se cassèrent tous les deux dans la flotte et finirent vraiment complètement tremper. Le cul dans la flotte, collés l’un contré l’autre, ils éclatèrent de rire et Jasper éjecta toute la douleur qu’il avait en lui avec ce rire. Au moins pendant un moment.
Puis Monty éclaboussa à nouveau Jasper, et la bataille d’eau recommença. Ils jouèrent ainsi un long moment, avant que Jasper ne s’écroule sur le sol herbeux épuisé. Monty vint s’allonger près de lui. Ils laissèrent le soleil les sécher du mieux qu’il pouvait. Les rayons du soleil se glissant entre les arbres pour venir caresser leurs visages et leurs vêtements, les réchauffant un peu. Monty était trop petit pour avoir envie de rester sans bouger trop longtemps et il se releva vite. Jasper le suivit. Ils restèrent au bord de la rivière et Monty ramassa des cailloux, puis cueillit des fleurs.
- C’est trop beau, dit-il, je suis content d’être sur terre.
Jasper failli dire « moi aussi », tellement le moment s’y prêtait. Puis il se souvint à quel point la terre était dangereuse et inhospitalière et ravala ses paroles. Monty ne remarqua rien, ni même le regard que lui jetait Jasper. S’il pouvait préserver l’innocence de Monty, lui montrer seulement les bons côtés de ce monde, la beauté, la douceur, le laissant dans l’ignorance de la douleur, la peine, l’horreur, peut-être que lui-même pourrait trouver un attrait à tout ça.
Et puis…
Monty était si jeune.
Jasper se jura qu’il ferait en sorte que Monty ne se retrouve jamais face à l’horreur comme ils avaient pu l’être depuis qu’ils étaient ici. Et tant pis pour la guerre qu’il lui menait, tant pis pour sa colère, pour ses incertitudes, pour son sentiment de trahison. Il aurait toujours mal de la mort de Maya, il pouvait juste faire en sorte que Monty n’ait à ressentir cette douleur.
Il oubliait que l’état de Monty n’était sans doute que passager.
Celui-ci le sortit de ses pensés en se tournant vers lui et en lui tendant son bouquet.
- Tiens, dit-il.
- Tu m’offres des fleurs ? T’es sérieux.
Monty sourit. Jasper prit le bouquet entre ses doigts.
- Je ne connais pas encore bien toutes les plantes, dit Monty, mais je vais apprendre avec mes parents.
Jasper avait appris avec Monty, il connaissait moins de choses que lui, mais quand même. Il pu donc lui apprendre le nom des fleurs qu’il lui avait cueilli.
- Tu fais le malin parce que t’es plus vieux, bouda faussement Monty.
- Je voulais juste t’apprendre.
Monty retrouva son sourire :
- Je sais.
Octavia et Lincoln finirent par revenir. Avec quelques lièvres. Monty les regarda et ils avaient effectivement deux têtes.
- Ils sont très moches, tu avais raison Jasper, dit-il.
- Je te l’avais dis.
- Mais ils sont bons à manger.
- Oui. Mais il y a une chose qui est encore meilleur.
- C’est quoi ?
Jasper hésita quelques secondes, puis finit par dire :
- Le chocolat.
- C’est quoi ?
Monty n’obtint aucune réponse de Jasper qui aida Lincoln à remplir les petites citernes d’eau qu’ils avaient emmené. Monty se rapprocha :
- C’est quoi le chocolat ?
Jasper haussa les épaules :
- Quelque chose de meilleur que le lapin.
Octavia demanda à Monty de l’aider aussi à remplir les citernes d’eau. Ensuite ils les attachèrent aux chevaux, avec les prises de chasse. Octavia aida Monty à remonter sur le cheval et ils rentrèrent. Au pas, à cause du poids que devait porter les chevaux.
Jasper avait accroché le bouquet de fleurs de Monty à sa ceinture, et passa le reste du voyage perdu dans ses pensés.
Est-ce que ce n’était pas trop facile ?
Un bouquet de fleurs et tout étaient oubliés ?
Jasper eut soudainement envie de les balancer et de regarder le cheval les piétiner. Qu’est ce qu’il foutait ? Maya était morte, et il jouait avec son assassin ! Il sortit rageusement le bouquet de sa ceinture, prêt à s’en débarrasser dans un excès de rage. C’est à ce moment là qu’il entendit la voix de Monty qui racontait à Octavia ce qu’il avait fait avec Jasper. Il était enthousiaste, mais il y avait autre chose dans sa voix, mélange de soulagement et de joie. Il semblait dire à Octavia « tu as vu comme il a été gentil, il ne me déteste pas du tout finalement », du moins c’est ce que Jasper entendit.
Le bonheur de Monty, ses paroles d’enfant dit avec sa voix d’adolescent, fragilisèrent la colère de Jasper. Il serra plus fort le bouquet.
- Tu sais Octavia, il m’a appris que les fleurs que j’ai cueillis s’appelaient des marguerites ! Il est trèèèès intelligent Jasper.
Il y avait tellement de fierté dans ces mots. Jasper rattacha le bouquet à sa ceinture.
Maya était morte. Jeter les fleurs ne la ramènerait pas.

xxx

Monty ferma les yeux pour mieux profiter, sa langue léchant ses lèvres pour en récolter ce qui y était resté collé. Il mit longtemps à avaler, laissant dans sa bouche ce goût merveilleux. Jasper l’observa avec amusement, puis il avança son pouce et essuya la commissure des lèvres de Monty où un bout de chocolat y était resté logé. Il se mit le pouce dans la bouche avant de comprendre ce qu’il venait de faire. Il rougit et détourna les yeux. Monty ne remarqua pas du tout l’embarras de Jasper et reprit un morceau du gâteau au chocolat.
- J’ai jamais rien mangé d’aussi bon Jasper.
- Je sais.
Même si techniquement Monty en avait déjà mangé. Il prit moins de temps pour dévorer le reste du gâteau et se retrouva le visage barbouillé de chocolat. Jasper lui tendit une serviette pour qu’il s’essuie.
Jasper s’était arrangé pour obtenir du gâteau au chocolat avec son repas du soir, et il l’avait donné à Monty (même si lui-même en aurait bien croqué un bout).
A ce moment là Bellamy vint les rejoindre. Dans ses mains il tenait la chemise de nuit de Monty, son caleçon et sa couverture.
- Tiens Monty, je les ai lavé et fais séché.
C’était donc pour ça qu’ils avaient disparu.
- Merci monsieur Bellamy, dit Monty.
- Pourquoi tu m’appelles monsieur ? Fit Bellamy presque choqué.
- Parce que tu es encore plus vieux que Jasper, c’est Octavia qui me l’a dit.
- Ouais, mais tu peux m’appeler juste Bellamy.
- D’accord juste Bellamy.
Jasper lâcha un rire malgré lui.
- Petit comique, s’amusa Bellamy.
Monty eut un grand sourire content de lui. Bellamy le décoiffa puis tourna ses yeux vers Jasper et lui sourit. Jasper avait l’air bien, il avait plus de couleur, il ressemblait moins à une brindille qui s’envolerait au premier coup de vent, il semblait plus solide. Bellamy, malgré les moments difficiles, tenait à Jasper, comme il tenait à Monty. Il se sentait responsable d’eux, un peu comme un père avec ses gosses. Jasper ne lui rendit pas son sourire mais fit un hochement de tête à son encontre, comme s’il signait un traité de paix.
- Merci monsieur Bellamy, dit-il.
Ce fut Monty qui éclata de rire. Bellamy eut une bouffée de tendresse pour eux. Il se leva, appuya gentiment sur le crâne de Jasper (puisqu’il n’y avait plus de cheveux à décoiffer), et s’éloigna.

Jasper coucha Monty, lui raconta une histoire qu’il inventa, le borda et le laissa prendre son doudou et sucer son pouce. Il passa une main dans ses cheveux et embrassa son front pour chasser les cauchemars. Il fit aussi un bisou à JordReel. Puis il voulu s’éloigner mais Monty s’accrocha à sa veste.
- Monty tu dois dormir maintenant !
- Tu peux rester avec moi ?
- Je… j’ai des trucs à faire.
- Tu vas devenir saoul c’est ça ?
Le silence de Jasper fut assez éloquent. Monty se releva.
- Alors je vais devenir saoul avec toi.
- Non.
- Si ! Je viens.
- Monty fais pas chier, j’ai besoin de ça pour dormir.
- Moi aussi, peut-être.
Jasper repoussa Monty sur le lit :
- Tu dors !
Monty attrapa ses deux bras et le tira à lui, le faisant tomber sur le lit. Monty avait peut-etre six ans et demi, mais encore une fois il avait la force de ses dix-huit ans, et Jasper n’aurait pas dû l’oublier.
- Si je dors, tu t’en vas pas.
- Monty merde ! T’es vraiment emmerdant, je fais ce que je veux !
- Si tu veux aller devenir saoul, tu devras attendre que je dorme.
Jasper grogna :
- Très bien, je vais faire ça ! Dit-il.
Il se redressa un peu et Monty se mit sur le côté :
- Il y a de la place pour que tu viennes à côté de moi.
Jasper obtempéra, et s’allongea près de lui. Il n’aurait pas dû, Monty le piégea dans son étreinte, l’attrapant pour qu’il ne puisse s’échapper en suite.
- Monty arrête ça !
- Je te tiens, sourit Monty, je te lâcherai pas.
Jasper aurait voulu que son cœur ne s’en mêle pas. Il se débattit, Monty resserra son emprise.
- Je suis plus fort que toi, s’amusa-t-il. T’es peut-être plus grand mais je suis plus fort.
- La ferme Monty. Lâche moi. Fous moi la paix.
- Maintenant c’est l’heure de dormir Jasper.
- Je te demande pas grand-chose pourtant, juste de me laisser tranquille !
- Après avoir dormis, insista Monty.
Puis il ferma les yeux et fit semblant de ronfler.
- A quoi tu joues ? S’agaça Jasper.
- Chuuuuut je dors.
Et il recommença à faire des faux ronflements. Jasper soupira. Rendit les armes. Se détendit dans les bras de Monty et le laissa le tenir. De toute façon Monty ne tarderait pas à réellement s’endormir et là il en profiterait.
Monty arrêta doucement de faire semblant de ronfler, collant son nez sur la nuque de Jasper il commençait à s’endormir pour de vrai. Jasper trouvait qu’il faisait chaud dans cette chambre tout à coup, et ferma les yeux pour essayer de reprendre ses esprits.

Quand il les rouvrit c’était le matin.
Monty l’avait relâché depuis longtemps, il dormait dans le peu de place qu’il avait, et ça n’avait pas l’air de le déranger. Dans la nuit Jasper s’était tourné vers lui et leur visage était quasiment collé et le souffle de Monty effleurait le nez de Jasper.
Jasper fixa ce qui avait été son meilleur ami à une époque. Monty avait définitivement dix-huit ans. Son visage était celui d’un adolescent, et un adolescent plutôt pas mal en plus. Jasper referma les yeux, il pensait n’importe quoi. Vraiment n’importe quoi.
Et en plus il s’était fait avoir parce un gosse de six ans.
Et demi.

Jasper eut un sourire.
Il avait vraiment bien dormi.

A suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pudding \o/


avatar

Swato
Messages : 978
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: [Les 100 - Mega gros spoil saison 2 complète] Six ans et demi (2)   Mar 28 Juin - 14:25

MAWWWWWWWWWWWWW PAPA BELLAMY

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pudding \o/


avatar

Swato
Messages : 978
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: [Les 100 - Mega gros spoil saison 2 complète] Six ans et demi (2)   Mar 28 Juin - 14:29

AWWWWWWWWWWWWWWW <3<3<3<3 Punaise c'était tellement trop mignooooon <3

J'ai eut peur avec le bouquet de fleur, franchement, j'ai eut peur que ça reparte comme avec l'histoire du soir et que Monty arrêtait pas de pleurer :'( Mais heureusement ouuuuf, Jasper a gardé les fleurs.

Et punaise, Abby... la baffe, elle avait pas le droit, elle se prend pour qui elle ? grrrrr

Et comme j'ai dit tte à l'heure "AWWWWWWW PAPA BELLAMY" !!! l'ébouriffage que cheveux et la main sur le crâne de Jasper <3<3<3<3 j'adooooore, c'est trop mignon <3<3<3

Bon... jsuis pressée d'avoir la suite maintenant, même si j'ai peur que Monty se souvienne et ne sois encore plus traumatisé :s

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Les 100 - Mega gros spoil saison 2 complète] Six ans et demi (2)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Les 100 - Mega gros spoil saison 2 complète] Six ans et demi (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bleach très gros spoil!!! O_o
» mon mega gros cadeau d'anniversaire
» Spoiler - Perception saison 2
» HDWobble - La Méga classe [Beta]
» Moscou vous souhaite un mega gros Privet !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: