AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Originale] Ma mère est folle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
On a eut pleins de belles journées, mais on a un seul Perry


avatar

Maliae
Messages : 1657
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Originale] Ma mère est folle   Dim 26 Oct - 11:20

Fandom : Originale
Prompts : S'il te plait fait un signe vers moi
Renoncer n'a jamais été une option.

Note : Un truc un peu triste.

***

Mon père est mort, ma mère est folle. Une bonne vie de famille, en somme. C’est pas la faute de ma mère si elle est folle, c’est pas la faute de mon père non plus. C’est la faute de la tumeur qui s’est logée dans sa tête. Un truc tellement gros et mal placé que les médecins ont laissé tomber l’idée de l’opérer. Ca la tuerait. Alors ils attendent. On attend. J’attends. Qu’elle meurt doucement de sa folie. Parce qu’elle va mourir. Elle meurt déjà. Des fois je me dis qu’elle est déjà morte. J’aimerais mieux qu’elle soit morte.
Ce n’est pas que je n’ai pas de cœur, c’est que j’ai construit des barrières, des armures, des protections. Fils barbelés, mur de Berlin, grande muraille de Chine, douves, archers, canons. J’ai une vie de merde – sans mentir – j’ai appris à faire avec mais à me protéger.
Quand je dis à mes amis que ma mère est folle, ils me disent « arrête de dire ça ». Démente c’est mieux peut-être ? Ma mère est démente. Ma mère ne sait plus où elle habite, elle fait des crises où elle se prends pour la sorcière du village – en quelque sorte elle a raison non ? -, ma mère se met à pleurer pour rien, elle parle à la télé, et cherche mon père partout comme s’il n’était jamais mort. Un jour elle m’a foutu dehors en hurlant qu’elle allait appeler la police, parce qu’elle ne me reconnaissait pas. Depuis elle vit dans un institut avec des fous comme elle qui ne se reconnaissent jamais et crient tout le temps sans raison.
Je déteste aller la voir dans cet endroit qui pue les antiseptiques, la maladie et la pisse. Je voudrais la ramener à la maison et lui enlever la tumeur qui tue ma mère et en fait cette vieille dame moche et méchante. Je voudrais lui dire « s’il te plait, fait un signe vers moi », j’aimerais l’entendre râler devant un jeu débile du midi contre un candidat qui répond mal à des questions faciles, je voudrais la voir cramer un plat ou un gâteau parce qu’elle est nulle en cuisine mais a dut s’y mettre depuis la mort de papa, j’aimerais l’entendre me dire « lave ton linge tout seul, c’est pas parce que je suis ta mère que je vais mettre mon nez dans tes sous-vêtements ». J’aimerais qu’elle me prenne dans ses bras et me dise « on s’en fout des mauvaises notes, moi je sais ce que tu vaux ». J’aurais voulu qu’elle me souhaite mon anniversaire le jour de mes vingt ans.
A la place, ce jour là, elle m’a confondu avec papa. Elle m’a dit :
- John pourquoi tu me laisses dans cet endroit ? John est-ce que tu ne m’aimes plus ?
John c’était le prénom de mon père. Moi c’est Matt.

C’est là que j’ai eu l’idée. Combien de temps ma mère allait encore vivre de toute façon ? Bientôt elle ne serait plus qu’un légume qu’on nourrit pour se donner bonne conscience puis elle mourrait sans même le savoir.
Aucune chance qu’un jour je récupère la mère que j’ai connu, c’était trop tard, le temps était passé, mais je pouvais faire en sorte de lui donner un peu de bonheur. Qu’elle pleure moins, qu’elle ne crie plus, qu’elle ait un sourire, un beau sourire de maman.
Pour cela il fallait d’abord que je la sorte de cet endroit maudit, mais ça n’a pas été bien dur. Le personnel est en sous effectif, ils n’ont pas le temps de s’occuper de tout le monde, les vieux souffrent « oui mais alors ? Ils ne s’en rappellent même pas après ». Ce n’est pas de leur faute à eux, comment faire du bon boulot quand on est seul face à plus d’une dizaine de personnes âgées incapable d’aller aux toilettes tout seul ?
Moi ça m’a plutôt arrangé sur ce coup là, je suis arrivé un matin et je suis repartit avec ma mère, ni vu, ni connu.

J’avais mis quelques amis au courant, ils m’ont tous traité de fou, de psychopathe, voir de sale fils incestueux. Quel bande de cons, j’aurais dut mieux choisir mes amis. Mais renoncer n’était pas une option.
Heureusement il y avait Juliette, ma némésis. La seule chose qui m’empêchait de l’épouser c’était qu’elle était totalement lesbienne, et je regrettais tous les jours de ne pas être une fille. J’étais amoureux d’elle depuis cinq ans et n’ai jamais rencontré personne d’aussi cool qu’elle, ni personne qui ne me correspondait aussi bien. Si elle avait été un mec je serais devenu gay sans soucis.
Elle lisait dans mes pensés, finissait mes phrases et me comprenait mieux que personne. Quand je lui avais parlé de mon plan, elle avait simplement hoché la tête et dit « compte sur moi ». C’était tout. Comment je pourrais même aimer une autre fille un jour ?

J’avais écris la lettre. La lettre que Juliette allait lire à ma mère en se faisant passer pour la postière. Ma mère n’arrivait plus à lire, c’est pour ça que j’avais besoin de Juliette. Une jolie lettre d’amour, une jolie lettre pour renverser le cœur de ma mère et pendant quelques minutes lui redonner un brin de bonheur.

« Isabella, toi qui est plus belle que toutes les filles de la classe, toi que je regarde depuis des années, toi que j’aime, voudrais-tu me rejoindre sous notre arbre ? Je t’attendrai toute la journée, j’ai hâte de te voir.
John »

Je connaissais l’histoire d’amour de mes parents par cœur. Ils étaient ensemble depuis l’école, mon père lui avait fait sa demande en mariage sous un chêne où ils avaient l’habitude de se donner rendez-vous. Un chêne qui était toujours là.
Un chêne ou pendant quelques minutes je serais mon père et non moi. Je ne suis pas un sale fils incestueux, je ne compte pas faire des trucs bizarres avec ma mère, je veux simplement lui redonner un peu de ce qu’elle a perdu. Avant qu’elle parte pour toujours, avant que sa vie se termine. Un peu de bonheur oublié.

Elle est venue. Il y avait beaucoup de chance qu’elle ne vienne pas. Qu’elle oublie la lettre, qu’elle ne retrouve pas son chemin, qu’elle pète un plomb dix mille fois pour rien, mais elle s’était souvenue de tout et elle était venue. Et bon sang qu’elle était belle.
Maman ressemblait enfin à maman. Elle avait enfilé une jolie robe, elle s’était lavée, coiffée, elle avait même mit un peu de maquillage. Pendant quelques secondes j’ai eu l’impression que ma mère était vraiment là, qu’elle n’était plus folle et qu’elle avait guéri.
Puis elle a ouvert la bouche, m’a appelé John et j’ai su que ce n’était qu’une illusion.
Ma mère s’était faite belle pour mon père. Elle croyait avoir vingt ans à nouveau, elle pensait que j’étais John – je n’avais jamais réalisé ressembler à ce point à mon père.
D’accord, j’allais lui offrir la plus belle journée de sa vie, et peu importe qui je suis, John ou Matt, je veux voir ma mère sourire une dernière fois.

On a fait le tour du parc main dans la main, on a discuté de rien et rit de tout. Bon sang que le rire de ma mère m’avait manqué. On a fait de la balançoire, et c’était comme si elle avait vingt ans pour de vrai. Finalement, je lui ai fais ma demande en mariage et elle a pleuré de bonheur. J’ai pu la serrer dans mes bras. Elle voyait John, je voyais ma mère. J’avais simplement besoin d’un dernier câlin. Et le miracle.
- Merci Matt.
Le petit bonheur. Le dernier bonheur. Avant…
Avant qu’elle hurle et me frappe, me demande qui j’étais et cherche à s’enfuir.

La sorcière était de nouveau là. La femme laide, méchante, cruelle. Qui se fichait de mes barricades et prenait mon cœur entre ses mains pour le déchirer. Je l’ai ramené à l’institut, et j’ai continué à aller la voir sans que plus jamais elle ne me sourit, plus jamais elle ne me reconnaisse, sans que je ne retrouve ma mère dans cette vieille femme qui bavait.
Elle mourut dans sa merde – personne n’avait remarqué qu’elle s’était faite dessus parce qu’ils étaient tous trop occupés ailleurs. Elle mourut et ce fut le silence dans ma tête. Au moins, j’avais pu la voir sourire une dernière fois, j’avais pu la rendre heureuse quelques instants.

Mon père est mort, ma mère est morte. J’espère que quelque part ils ont trouvé un chêne pour s’aimer encore.

Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pudding \o/


avatar

Swato
Messages : 958
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: [Originale] Ma mère est folle   Dim 26 Oct - 23:56

:'( Roh mais punaise mari ! Snif, c'est QUOI cette histoire trop déprimante !

Bon, elle était magnifique mais je pleure maintenant !!

C'est TROP TRISTE ! Pauvre Matt, PAUVRE MAMAN bouhouuuu :'( *s'enfuit en courant pour chialer*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
On a eut pleins de belles journées, mais on a un seul Perry


avatar

Maliae
Messages : 1657
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: [Originale] Ma mère est folle   Lun 27 Oct - 0:15

Ouais, je sais pas, ça m'a pris comme ça, j'avais cette histoire dans la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tu es une licorne, Harry


avatar

Maeve
Messages : 902
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: [Originale] Ma mère est folle   Lun 27 Oct - 22:58

Hey... :')

Je te l'ai déjà dit en live: j'ai lu ce texte dans la rue, et j'ai éclaté en sanglots au milieu du trottoir.

Ce texte est magnifique.

Tu l'oublies trop souvent, alors je te le répète: tu es brillante. Smile


Maeve
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
On a eut pleins de belles journées, mais on a un seul Perry


avatar

Maliae
Messages : 1657
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: [Originale] Ma mère est folle   Mar 28 Oct - 9:01

Ah ben Very Happy merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Originale] Ma mère est folle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Originale] Ma mère est folle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GHRIBIA FOUREE AUX DATTES
» [Fiction Originale] Yochimu
» [Poème] - La mère stérile - PG
» Dessins d'une Naïma très folle !
» Albert Cohen : Belle du Seigneur, Le livre de ma mère, etc.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: