AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [Hunter x Hunter - UA pas de spoil] Captif (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piou piou piou piou piou piou piou piou piou piou


Maliae

Maliae
Messages : 1927
Date d'inscription : 30/07/2012

[Hunter x Hunter - UA pas de spoil] Captif (2) Empty
MessageSujet: [Hunter x Hunter - UA pas de spoil] Captif (2)   [Hunter x Hunter - UA pas de spoil] Captif (2) Icon_minitimeDim 9 Déc - 20:19

Fandom : Hunter x Hunter
Prompt : Je ne suis pas très doué(e) pour ce genre de choses....
Note : Kirugon, toujours pas relu

****


2. Un ami.


Gon s’ennuyait. Terriblement. Il tournait en rond dans son chez lui. Kaito était parti depuis longtemps maintenant, quelques jours, quelques semaines, la notion du temps se perdait dans cet endroit. Gon avait toujours des provisions, de quoi manger, mais il ne savait plus quoi faire. D’habitude il s’entraînait, mangeait, se baignait dans la rivière glaciale, s’amusait tout seul avec des amis imaginaires, et dormait. Mais aujourd’hui, il ne savait pas quoi faire. Il avait lu mille fois les vieux grimoires qui parlaient de malédiction, il avait des dizaines de fois rangé son chez lui, il avait compté sur les parois les milliers de pierres, il avait vérifié que tout fonctionnait correctement, il s’ennuyait vraiment.
En plus, il savait que même si Kaito rentrait, il ne resterait pas longtemps. Aussitôt rentré, aussitôt reparti. Gon savait que son tuteur faisait ça pour lui, qu’il cherchait une façon de briser la malédiction, qu’il voulait le libérer, mais en attendant Gon devait rester enfermé ici et parfois, et bien, il n’avait tout simplement plus rien à faire.
À force de tourner en rond il allait creuser une tranchée. Il poussa un soupir et leva par hasard les yeux au ciel. Ce simple geste sauva sans doute Kirua. Au début, Gon crut qu’il s’agissait d’un oiseau, mais il comprit vite que c’était un corps qui tombait. Il courut et se plaça pour le rattraper. Quelqu’un d’autre que lui aurait sûrement eu les bras et les jambes cassés par le choc de recevoir un tel poids après une telle chute, mais Gon était fort. Très fort.
Alors il rattrapa un garçon aux cheveux blancs et aux yeux d’une couleur bleue comme il n’en avait jamais vu avant. Si Gon ne l’avais pas senti contre lui, il se serait demandé s’il était bien réel, s’il existait vraiment. Il avait l’impression pendant un instant d’avoir rattrapé un ange tombé droit du ciel.

Gon n’avais jamais eu d’ami, comment aurait-il pu en avoir ? Alors il se sentit extrêmement heureux d’avoir trouvé Kirua. D’autant plus que l’autre garçon était fort en lancé de cailloux, c’était un vrai challenge d’essayer de le battre. Il était nul en Janken par contre, mais c’était marrant de le voir galérer et râler. Il ne parlait pas beaucoup de lui, mais les bavardages de Gon compensait. Cette journée avait été tellement bizarre et incroyable que Gon eut du mal à dormir cette nuit-là. Il se tourna et se retourna dans son lit. Kaito dormait tranquillement lui. Il l’avait sermonné sur le pot cassé puis avait oublié, lui avait montré toutes les provisions qu’il avait ramené pour lui et Gon lui avait demandé combien de temps il comptait rester. Kaito avait répondu qu’il repartait dès le lendemain. Gon s’y était attendu et s’il avait été déçu qu’il ne reste pas plus longtemps, pour une fois il avait aussi ressenti un peu de satisfaction. Si Kaito partait, Kirua pourrait revenir.
Et Kirua était revenu.
- Tu crois que ton tuteur aurait réagi comment s’il m’avait trouvé hier ? Demanda-t-il à Gon en le suivant dans le labyrinthe de pierre.
- Je pense qu’il aurait été furieux, répondit Gon, il t’aurait peut-être même tué.
- Je ne suis pas si facile à tuer, marmonna Kirua, je suis un assassin.
- Et Kaito est vraiment hyper fort !
- Hmmmmmm, fit Kirua peu convaincu.
- Je me demande si lui, il a déjà vu le monstre dans les montagnes. Il ne m’en a jamais parlé.
- S’il l’avait rencontré, il se serait sans doute fait bouffer, il est maigrichon ton tuteur !
- Mais il est fort ! Insista Gon.
- Ouais ouais.
Ils arrivèrent finalement dans la caverne et Kirua enleva son gros manteau.
- Je ne reste pas longtemps.
- J’ai compris.
Le ventre de Kirua se mit alors à gargouiller, il n’avait pas mangé depuis la veille. Gon sourit :
- Je vais te faire à manger, on jouera ensuite.
- Okay.
Gon possédait de quoi faire à manger. Des ustensiles de cuisine, un réchaud, de la nourriture.
- D’habitude j’aime aller pêcher du poisson dans la rivière, raconta le garçon, mais comme tu as l’air affamé je le ferai plus tard.
- Tu pêches ton propre poisson ?
- Yep. Kaito ne m’a jamais laissé mourir de faim, mais j’aime le poisson, et j’ai pas beaucoup d’occupation ici, donc j’ai appris à pêcher.
Kirua hocha la tête.
- Je suppose que je peux peut-être tuer un poisson en le visant avec un couteau, dit-il, ce serait de la pêche.
Les yeux de Gon s’arrondirent et il eut l’air impressionné :
- Tu es génial Kirua.
Kirua préféra regarder ailleurs.

Ils mangèrent ensemble tous les deux et Gon posa pleins de questions sur le monstre, auxquelles Kirua répondit comme il le pouvait. Il n’en savait pas tant que ça.
- Ce sont les villageois qui ont demandé à ma famille de s’en occuper, contre beaucoup beaucoup d’argents.
- Tu n’assassines pas gratuitement alors ? Demanda Gon.
Kirua secoua la tête :
- Non. C’est un travail, alors bien sûr qu’on est payé.
- Et tu aimes ça ?
Kirua shoota dans un petit caillou tout en touillant sa nourriture avec sa fourchette :
- Bah c’est pas une question d’aimer ou non ça, j’ai l’habitude on va dire.
- Et tu recherches le monstre ?
- Oui.
- Et les villageois l’ont vu ?
- Oui apparemment. Il les aurait terrorisés et depuis ils n’arrivent plus à se sentir tranquille.
- Est-ce qu’il a mangé des gens ou quelque chose comme ça ?
- Quelque chose comme ça. D’après ce qu’ils disent, le monstre aurait attaqué des enfants.
Gon avala d’un coup tout ce qu’il avait dans la bouche et commenta :
- Il est vraiment méchant alors.
- Sans doute oui.
Kirua finit par manger ce qu’il avait dans son assiette et constata que ce n’était pas mauvais. Il demanda ensuite :
- Dis…
- Quoi ?
- Ça ne te fais pas peur de savoir que je suis un assassin ? Tu le prends plutôt bien je trouve.
Gon haussa les épaules.
- Est-ce que je suis censé être effrayé ?
- Ben oui, plutôt.
- Tu n’as pas l’air très effrayant pourtant.
- Je me demande si je dois être vexé, marmonna Kirua.
Gon secoua la tête et s’exclama :
- Je dirais que tu es plus mignon qu’effrayant.
Kirua se passa une main sur le visage l’air à la fois gêné et désespéré par les propos de Gon.
- Ne dis pas des trucs pareils !
- Pourquoi ?
- Parce que c’est hyper gênant ! Et ça ne me fait pas particulièrement plaisir. De toute façon, c’est juste une image.
- Juste une image ?
- Oui, tu vois, pour pas que les gens se méfient de moi. Ils me pensent mignon et gentil, et hop j’en profite pour leur arracher le cœur l’air de rien.
- Tu peux vraiment leur arracher le cœur ?
Kirua acquiesça et montra à Gon qu’il pouvait faire pousser des griffes sur sa main. Gon réagit à l’opposé de ce qu’il aurait dû et arrondit sa bouche dans un « oh » à la fois surpris et impressionné :
- C’est génial Kirua, comment tu fais ça ?
- Disons que mon corps a été un brin modifié pour ça, répondit Kirua en reprenant une main normale.
Gon leva sa propre main et tenta de se faire pousser des griffes, en vain.
- J’imagine que ça ne marche pas avec moi.
- Et non.
- Bon pas grave. Je ne veux pas devenir un assassin de toute façon.
- Enfermé ici, ça risque d’être dur d’assassiner qui que ce soit, rétorqua Kirua.
Gon rit :
- Pas faux.

Une fois qu’ils eurent fini de manger, ils jouèrent ensemble. Gon apprit à Kirua à pêcher avec une canne, puis il s’amusa à le pousser dans l’eau glacer et ils bataillèrent tous les deux pour se mouiller le plus possible. Finalement ils se déshabillèrent pour étendre leur linge et se réchauffèrent auprès d’un feu que Gon alluma, enroulé dans des couvertures faites de peau d’animal que Gon possédait.
- Il se fait tard, fit Gon, tu devrais rester ici ce soir.
Kirua se pinça les lèvres. Il avait dit qu’il ne resterait pas longtemps et il n’avait pas du tout vu les heures défiler. Être avec Gon lui faisait perdre complètement la notion du temps.
- Je ne vais pas rester, dit-il, j’ai dis que je devais retourner au village et que je devais aussi trouver ce monstre et en finir avec lui.
- Ça peut attendre demain, non ?
Kirua soupira.
- Si.
- Bon, alors c’est décidé, tu restes ce soir !
Gon avait l’air tellement heureux, que Kirua n’eut pas le cœur de partir.
Ils mangèrent au dîner le poisson qu’ils avaient pêché, puis Gon le fit s’allonger près de lui sur la couchette en peau qui lui servait de lit. Kirua devait avouer que c’était bien plus confortable que dormir sur le sol d’une grotte.
- C’est la première fois qu’un ami dort avec moi ! S’extasia Gon.
Kirua ne réagit pas immédiatement aux mots de Gon, parce qu’il était simplement en train de penser que lui non plus n’avait jamais invité d’ami chez lui, encore moins dormi avec. Puis il tilta.
- Ami ?
- Ben oui, toi.
Kirua, qui s’était tranquillement allongé sur le matelas fais de peau, se redressa brutalement :
- Mais quand est-ce qu’on a décidé ça ?
- Je sais pas, fit Gon, quand tu es tombé directement du ciel jusque dans mes bras ?
Kirua grimaça mais Gon éclata de rire. Le garçon aux cheveux blanc ne savait pas si Gon plaisantait ou était sérieux. Il était juste un peu fêlé se dit Kirua, c’est tout.
Gon pensait ce qu’il disait, ceci dit. Pour lui Kirua était à la fois un ami et un cadeau tombé du ciel, venant mettre fin à des années de solitude. Il était simplement heureux de l’avoir près de lui, de ne pas dormir seul pour une fois, et de pouvoir discuter avec quelqu’un. Kirua se rallongea et marmonna :
- Je pourrais t’assassiner au milieu de la nuit, tu pourrais mieux choisir tes amis, tu sais.
- Ça veut dire qu’on est bel et bien ami alors ?
- Mouais mouais, répondit Kirua.
- Génial ! S’écria Gon.
Kirua roula des yeux, mais à l’intérieur, il se sentait un peu réchauffé, sans trop savoir pourquoi. Il n’était pas très doué pour ce genre de chose, il n’avait pas l’habitude. Les seules relations qu’il avait nouées, sans compter sa famille, étaient complètement fausses, c’était uniquement pour pouvoir s’approcher plus facilement de ses victimes, un point c’est tout. Mais Gon, c’était différent.
Ils ne dormirent pas tout de suite, Gon parlait beaucoup du monstre qui semblait avoir réveillé sa curiosité, et ensemble ils firent des hypothèses sur la bête et l’endroit où elle pouvait se cacher.
- Comment tu sais que le monstre est encore dans les montagnes d’ailleurs ? Il s’est peut-être enfuit ailleurs.
- Si on l’avait vu ailleurs, on en aurait sûrement entendu parler.
- Ah ouais.
- Donc il est sûrement encore planqué ici.
- Il est peut-être tombé dans une autre crevasse et il est mort.
- Peut-être. Mais je dois quand même cherché. Si ça se trouve, il a trouvé une planque aussi bonne que la tienne.
- Mais pourquoi un monstre voudrait-il se cacher ? Demanda Gon.
- C’est une bonne question, fit Kirua. C’est une très bonne question.
Gon étira ses bras et se mit à bailler :
- Bon ben on se la posera demain, je suis mort.
Kirua hocha la tête et Gon mit à peu près deux secondes à s’endormir après lui avoir dit bonne nuit. Kirua mit plus de temps, Gon avait remué en lui pas mal de questions. Où était le monstre, et s’il se cachait, pourquoi le faisait-il ? S’il était capable d’attaquer un village, pourquoi disparaître tout à coup ?
Kirua avait vraiment envie de répondre à ces questions, mais son esprit s’effila quand il aperçut Gon en train de dormir. Pourquoi ce gosse était-il coincé dans une montagne ? Voilà un mystère encore plus grand.

Le lendemain, quand Kirua ouvrit les yeux, il se rendit compte que Gon était déjà levé et qu’il s’amusait à faire des abdos de bon matin. Était-ce vraiment le matin d’ailleurs ? Kirua n’en savait rien.
- Qu’est-ce que tu fais ? Demanda-t-il.
- Je m’occupais en attendant que tu te réveilles, répondit Gon en se mettant debout sur ses deux jambes.
Il portait seulement un débardeur, mais attrapa sa veste pour la remettre. Kirua se leva en baillant, puis il s’étira et remit aussi le pull qu’il avait enlevé pour dormir.
- Tu peux aller te laver à la rivière, lui dit Gon.
Kirua grinça des dents rien qu’en repensant à la température de l’eau.
- Ça ira, dit-il, je vais y aller, je me doucherai au village.
- Tu pars déjà ? Demanda Gon l’air triste.
Kirua regarda ailleurs :
- Oui, dit-il, je te l’ai dit que j’avais des choses à faire.
- C’est vrai.
- Tu n’as qu’à venir avec moi, proposa Kirua.
- Je ne peux pas sortir d’ici.
- Kaito ne le saura pas, si tu reviens ensuite !
- Il le saura, soupira Gon.
- Pourquoi ? Il a installé des caméras ?
Sans doute pas, s’il l’avait fait, il aurait su que Kirua était là.
- Des caméquoi ? Demanda Gon.
- Des caméras, pour filmer ce que tu fais !
Gon fronça les sourcils et secoua la tête :
- Je comprends rien à ce que tu me dis.
Kirua soupira. Évidemment. Ce gosse avait vécu sa vie dans une grotte, les caméras, ça ne lui disait rien.
- Laisse tomber. Bon alors tu viens ?
Gon secoua la tête.
- Non désolé.
- Okay, comme tu veux. Dans ce cas j’y vais seul.
Gon le raccompagna jusqu’à la fissure, quand même bien Kirua n’avait pas besoin de son aide pour la retrouver.
- Kirua ?
- Oui.
- Tu reviendras ?
Kirua hocha la tête.
Il savait que le mieux ce serait qu’il ne revienne jamais, mais dans le fond, il reviendrait sans doute quand même.

Gon se retrouva seul. La solitude il connaissait bien, il avait l’habitude de voir Kaito de temps en temps en coup de vent, puis d’avoir pour seul compagnie le reste du temps sa poupée Mito, les poissons de la rivière et sa propre ombre. Il s’assit sur une grosse pierre et soupira. Il avait l’impression que le silence n’avait jamais été aussi bruyant. Être seul quand on n’avait jamais eu d’ami était une chose, mais désormais, cela allait devenir vraiment compliqué pour Gon.
Si seulement il avait pu sortir d’ici.
Si seulement il n’avait pas été maudit.

Kirua prit une longue longue douche une fois à l’auberge du village. Il se changea avec les affaires qu’il avait achetées et se sentit propre et réchauffé. Il aurait dû être bien, d’aplomb pour reprendre ses recherches, et pourtant il se sentait plutôt flemmard. Qui se souciait vraiment de ce monstre de toute façon ? Le village était plutôt calme, d’après les rumeurs on ne l’avait plus vue depuis au moins un an. Certains disaient l’avoir aperçu en montagne, avoir vu des traces de pas bizarres, entendu des bruits étranges, mais personne d’autre n’avait été attaqué depuis qu’il était venu dans le village.
Cette mission commençait à devenir foireuse. Si ça se trouve ce monstre n’avait été qu’une hallucination collective, ou quelque chose dans ce genre. Kirua avait fouillé presque chaque recoin de la montagne et n’avait rien trouvé.
Mais tout ça c’était de la mauvaise foi.
C’était parce qu’au fond, Kirua avait trouvé autre chose à faire qu’à chasser un monstre introuvable.

Gon vit Kirua arriver dans la crevasse plusieurs heures après qu’il soit parti. Mais pas une journée complète non plus.
- Yo !
- Tu es revenu, sourit Gon sans se soucier que Kirua ait retrouvé son chemin dans le labyrinthe.
- Oui. Regarde ce que j’ai trouvé au village !
Kirua sortit des billes colorées de sa poche et Gon écarquilla grand les yeux :
- Wouah des perles de couleurs !
- Ce sont des billes, expliqua Kirua.
- Des billes ?
- Oui, viens, je vais t’apprendre à jouer.
Gon parut tout excité et le suivit. Kirua lui montra ce qu’il fallait faire, lancer d’abord les billes puis les pousser avec les doigts jusqu’à ce qu’elles se touchent. Gon eut l’air fasciné. Il trouvait les billes super jolies et le jeu vraiment sympa. Kirua était très doué, et réussissait souvent à se faire rencontrer les billes entre elles. Il fallut un peu plus de temps à Gon pour coordonner tout ça, mais au final, il réussit à se débrouiller aussi bien que son ami.
Quand ils eurent joué longtemps, Kirua ramassa les billes et les mit dans les mains de Gon :
- Tiens, je te les offre.
- Vraiment ?
- Oui.
- T’es sûr ?
- Je n’en ai pas besoin, alors oui !
Le sourire de Gon valut bien toutes les billes du monde :
- Merci Kirua. On ne m’avait jamais fait un aussi beau cadeau.
Ce que Kirua devinait, c’était qu’on n’avait jamais dû lui faire de cadeaux du tout.
- Est-ce que tu restes ce soir ? Interrogea Gon.
Kirua hocha la tête.
Tant pis pour le monstre. Il finirait bien par sortir lui-même de sa montagne.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Hunter x Hunter - UA pas de spoil] Captif (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hunter "Apache CATS"
» BLADE HUNTER REDUX - BLADE RUNNER
» City Hunter : Nicky Larson
» Mon Topic de vente de P.O.P, Monster Hunter,...
» fofo monster hunter 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: