AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Les 100 - UA] Les barres de chocolat (4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Les 100 - UA] Les barres de chocolat (4)   Dim 19 Aoû - 12:10

Prompt : Ah oui, c'est vrai.
Note : Pas relu, on en apprend un petit peu plus sur leur vie dans ce chapitre, particulièrement celle de Monty.

***

4. Le lac.

Jasper.

Je suis réveillé par la musique de Laureline. Oh bien sûr, avant ça, ça faisait une demi-heure qu’un voisin jouait du marteau comme d’un instrument de musique. Mais c’était un bruit régulier et j’ai tellement l’habitude que je l’ai à peine entendu. La musique en revanche… Cet espèce de techno électronique… Me fait grincer les dents et j’ouvre les yeux. Je me lève en trainant les pieds et je frappe à la porte de ma cousine :
- Éteint ta musique dégueulasse !
- Va crever Jasper.
- Connasse !
Elle sort de sa chambre. Laureline porte un petit pyjama bleu composé d’un short et d’un débardeur à froufrou. Ses longs cheveux bruns lui retombent dans le dos, décoiffés. Elle ne porte pas de maquillage mais ses yeux bleus sont quand même mis en valeur. Mais elle a l’air furieuse.
- Ose répéter pour voir.
J’ose :
- Grosse connasse !
Elle attrape par poignée mes cheveux et tire dessus alors que je serre les dents pour ne pas crier, ça lui ferait bien trop plaisir. Elle me fout deux grosses baffes dans la tronche qui rougissent mes joues et puis me relâche, claque la porte de sa chambre et met le son plus fort.
- Connasse, je murmure en me frottant les joues.
Ma cousine et moi on se déteste, on s’est toujours détesté. Pour elle je n’ai jamais été qu’un intrus qui rentrait dans son territoire, et pour moi elle était cette fille super effrayante et violente qui m’a accueilli en me foutant un coup de pied dans l’estomac et qui se foutait de ma gueule quand elle m’entendait pleurer dans mon lit. « Gros bébé ». Je venais de perdre mes parents, qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Rire ?
Je vais dans la salle de bain pour me laver. Merde, cette connasse m’a rendu mélancolique. Je repense à mes parents, à ma vie d’avant. Quand la télé n’était jamais trop forte, et que la musique n’était pas agressive. Quand j’avais le droit à des caresses plutôt que des baffes et des coups. Des fois j’essaye de me souvenir du parfum de ma mère et de mon père, mais rien ne me vient, que des images furtives. Un « bonne nuit mon chéri », un baiser, un éclat de rire. Mon estomac se serre, les larmes me montent aux yeux et je mouille mon visage avec le jet de la douche pour les chasser. Ça ne sert à rien de pleurer, ça ne les fera pas revenir, je dois juste me contenter de ce que j’ai maintenant.
Une connasse de cousine.
Une tante acariâtre.
Un oncle impatient.
Je sors de la douche, m’essuie et m’habille. Ah oui c’est vrai. J’ai les vieilles affaires de ma connasse de cousine aussi.

Mon oncle et ma tante ne sont pas là, ils sont tous deux partis travailler je suppose. La musique résonne toujours mais j’essaie de l’ignorer alors que je me sers des céréales avec du lait, puis je m’installe devant les dessins animés. Personne pour me dire que la télé rend abruti, pour le moment, j’en profite. Mon voisin continue de foutre des coups de marteaux, ma cousine d’écouter sa musique, j’entends un chien qui aboie au loin et un bébé qui pleure. À l’écran Phineas et Ferb chantent une chanson. J’avale mes céréales à la vitesse de la lumière, pose mon bol dans l’évier sans le laver et sort de l’appartement.
En courant dans les escaliers je vais jusqu’à chez Murphy où je sonne. Tant pis si je le réveille, tant pis si je le dérange, je me disais qu’on pourrait partir rejoindre Monty et aller en forêt tous les trois. Là où tout est calme.

xxx

Murphy.

La sonnerie ne me réveille pas. Ça fait longtemps que je suis réveillé. Pour faire le ménage et à manger pour ma mère. J’ouvre à Jasper et je le fais entrer.
- Tu veux des œufs ? Je demande. J’ai mis des carottes dedans.
- Les carottes de Bellamy ?
Je souris en coin et il rigole.
Ma mère est calme et mange son plat. Elle salue Jasper avec un sourire et il lui fait un signe de la main. Jasper est à l’aise avec elle, comme il paraît à l’aise avec tout le monde, quand bien même la bouteille de bière en face de ma mère indique qu’elle a déjà commencé à boire. Il se régale et ça fait plaisir à voir quelqu’un qui apprécie ce que j’ai cuisiné.
- C’est vachement bon, dit-il, c’est toi qui a fait ça ?
Je hoche la tête :
- Purée, je vais t’embaucher pour nous faire la cuisine.
Ma mère fait un commentaire :
- C’est vrai que mon fils cuisine très bien.
J’ai envie de lui balancer que si je cuisine si bien, pourquoi elle ne mange pas hein ? Jasper sourit de toutes ses dents à ma mère :
- Votre fils est très doué, dit-il.
Et je lève les yeux au ciel. Jasper se sert dans les toasts et je lui demande s’il n’a pas petit déjeuné ce matin :
- Si des céréales, commente-t-il.
Apparemment ce n’était pas suffisant pour lui. J’ignore si c’est parce qu’il ne mange pas assez chez lui ou si c’est parce qu’il aime manger tout simplement. Peut-être les deux.
- Alors pourquoi tu viens si tôt ? Je demande.
- Ma connasse de cousine a mis la musique à fond.
Puis il se tourne vers ma mère l’air contrit :
- Désolé, dit-il, je ne voulais pas dire connasse.
Il rougit en mettant sa main devant sa bouche et je secoue la tête. Qu’est-ce qu’il croit ? Que ma mère va le reprendre parce qu’il dit des gros mots ? Elle s’en fiche. D’ailleurs, c’est à peine si elle écoutait, louchant vers sa bouteille de bière. Je le vois sur elle, sur sa façon de frotter sa main sur son pantalon, sur sa manière de trembler, elle en a envie, elle en a besoin, ça la démange de boire mais elle se retient devant Jasper. Elle se retient juste un peu. Pour avoir l’air normal quelques minutes avant de succomber.
Jasper n’a pas l’air de s’en préoccuper, il prend un autre toast qu’il tartine allégrement de beurre avant de la manger.
- Désolé pas de confiture, dis-je.
Pas les sous pour en acheter, pas pensé à en voler, flemme d’en demander à Bellamy.
- Le beurre ça va très bien, commente-t-il.
Il ne se plaint pas, il dévore comme un ogre, assit près de ma mère qui picore comme un oiseau.
- Alex aussi avait beaucoup d’appétit, commente alors ma mère.
J’ai l’impression de me prendre un coup de cloche dans la tronche à ses paroles, je n’en montre rien, je reste impassible, mais bordel je vois mille chandelles à l’intérieur. Jasper doit entendre mon silence, mon malaise, quand bien même je ne montre rien. Il arrête soudain de manger. Il ne demande pas à ma mère qui est Alex, il doit s’en douter.
C’était mon père.
- Ah… euh… D’accord… Bafouille-t-il en regardant vers moi.
Je détourne la tête, je prends les assiettes et je les enlève. Mes mains tremblent et la vaisselle s’entrechoque mais je m’en fous. Je nettoie les couverts pour reprendre contenance et me calmer à l’intérieur. Je n’y peux rien, dès que ma mère parle de mon père, ça me fout dans tous mes états. Surtout quand elle le fait aussi simplement, aussi naturellement, devant quelqu’un.
Je sais. Ça fait des années maintenant. Je devrais m’en être remis. Mais je ne m’en remets pas. Mon père me manque, et je sais que mon père manque aussi à ma mère, que c’est pour ça qu’elle peut pas s’empêcher de boire. Et cette maladie est comme une troisième personne chez nous, l’ombre de mon père. Jasper brise le silence en changeant de sujet :
- Tu voudrais aller avec moi chez Monty ? Demande-t-il.
Je tourne les yeux vers ma mère qui n’est plus vraiment là et qui prend finalement la bouteille de bière pour boire dedans. Jasper fait comme si c’était normal, comme si tout le monde buvait sa petite bière dès le matin.
- Pourquoi j’irais avec toi chez Monty ?
- On peut aller le chercher, et aller tous les trois en forêt, ça te dit ?
- Tu n’as qu’à aller en forêt avec lui seulement, maintenant que tu l’as retrouvé, tu n’as plus besoin de moi, je me trompe ?
- Oui. Donc tu veux venir ?
Il a répondu avec tellement de sincérité que je ne peux pas refuser :
- Okay, dis-je. Mais je suis pas sûr que madame Green accepte ma présence chez elle.
- Ce qu’elle ignore ne peut pas lui faire de mal, sourit Jasper. Allez viens.
Ma mère se lève pour nous dire au revoir. Quand je passe à côté d’elle, elle vient embrasser ma tempe :
- Amuse-toi bien mon chéri.
- N’oublie pas de manger à midi, je lui dis.
- D’accord, promis.
Je suis pas sûr qu’elle tiendra cette promesse. Comme elle n’en tient aucune autre.

Nous sortons de l’appartement en même temps que Bellamy sort du sien. Quand il nous voit, un sourire s’éclaire sur son visage.
- Salut Murphy, salut Jasper, dit-il.
Jasper a l’air super content et je lui donne un coup de coude pour qu’il arrête de baver sur Bellamy.
- Salut, dis-je.
- J’allais au terrain de basket faire quelques dribbles, vous voulez venir ?
On aurait pu le deviner tout seul vu qu’il tient le ballon sous son bras. Jasper hoche très vite la tête mais je lui donne un nouveau coup de coude :
- Non, on a déjà un truc de prévu.
- Ah, fait Bellamy l’air déçu.
- Une prochaine fois peut-être, sourit Jasper.
- Oui, fait Bellamy en regardant dans ma direction.
- Bon, on y va, dis-je, a plus.
J’attrape le bras de Jasper et le traine derrière moi sans laisser le temps à Bellamy de rajouter quelque chose ou de nous accompagner dans les escaliers.
Jasper prend l’air rêveur :
- On aurait peut-être pu jouer cinq minutes avec lui.
- Ravale ta bave, lui dis-je, ton Monty t’attend.
Il semble reprendre pied, et hoche la tête :
- Okay, alors allons-y.
Et nous rejoignons son vélo.

xxx

Monty.

Ma mère m’a fait dix milles recommandations à propos de Jasper. « Ne le laisse pas s’asseoir partout, ne le laisse pas trainer partout, ne le laisse pas poser ses pieds partout ». On aurait dit qu’elle parlait d’un objet sale qu’il aurait fallu garder loin de chez nous afin de ne pas être infesté de microbes. J’ai hoché la tête pour tout, sachant que je désobéirais à la première occasion. Je me fichais que Jasper se roule dans toute la maison s’il le désirait. Si elle n’était pas contente, elle n’avait qu’à me laisser aller chez lui. Les barres n’allaient pas me tuer.
Quand Jasper sonne au portail, c’est Jacqueline, une de nos servantes, qui lui ouvre. Parce que moi, je suis encore emmitouflé dans mon lit en train de dormir. Plus pour très longtemps parce que Jasper, aussitôt dans ma chambre, se jette sur mon lit – et par conséquent sur moi – en gueulant :
- DEBOUUUUUUT !
J’ouvre les yeux d’un coup, réveillé en sursaut et j’attrape Jasper pour le plaquer contre mon lit et le chatouiller afin de me venger. Il rigole fort et me supplie de le relâcher :
- J’ai une surprise pour toi, annonce-t-il finalement.
Je me calme et demande :
- Laquelle ?
Jasper se relève et rejoint un garçon qui se tient debout dans ma chambre. Depuis combien de temps est-il là ? Sans doute depuis le début. Je ne l’ai même pas remarqué.
Je remonte ma couette sur mon pyjama et l’observe. Il fait la même taille que Jasper, ou est peut-être un peu plus petit. Il porte des fringues usées et élimées. Il a des cheveux châtains court, un peu tiré en arrière, des yeux bleus qui me fixent avec froideur et une bouche sans sourire. Il a les bras croisés et n’a pas l’air ravi d’être là. Jasper l’attrape par les épaules et me le présente :
- Voici John Murphy, mais tu peux l’appeler Murphy comme tout le monde.
Alors c’est lui. Le fameux nouveau pote de Jasper. Je fronce les sourcils. Ce n’est pas comme si Jasper n’avait pas d’autres amis, il en a pleins, mais celui-là m’énerve sans que je m’explique bien pourquoi. Peut-être parce que Jasper l’a emmené jusqu’ici et qu’il prend réalité sous mes yeux.
- Salut, dis-je avec politesse tout de même.
- Salut, lâche-t-il d’une voix un peu trainante.
- Moi c’est Monty, me présenté-je.
- Je sais.
- D’accord.
L’ambiance est bizarre et tendue. Jasper ne paraît rien remarquer et je me tourne vers lui :
- Je vais m’habiller, vous pouvez sortir de ma chambre un instant ?
Jasper se marre :
- T’as peur qu’on voit ta toute petite zigounette ?
Je lui lance un coussin à la tronche en rougissant :
- Sors de ma chambre, malotru.
Ça continue de le faire rire alors qu’il attrape mon coussin et le sert contre lui. Il sort finalement avec Murphy et j’en profite pour m’habiller en quatrième vitesse. Cette journée va être difficile, je ne sais pas pourquoi, comment vais-je parler naturellement à mon meilleur pote alors qu’il a ramené ce mec avec lui. Je ne le connais pas, il n’a pas l’air aimable et je ne suis pas à l’aise.
Les seules choses que je sais de lui, c’est que Jasper l’a décrit comme un voleur et un taggueur de murs. « Une racaille » dirait ma mère, et pour une fois je suis sur le point du lui donner raison. Et qu’est-ce que Jasper fait avec une racaille ?
Je prends une bonne inspiration, je ravale mes préjugés et je sors de la chambre. Je dois faire confiance à mon meilleur ami, s’il a choisi ce pote, c’est qu’il a une bonne raison.
- Prends ton vélo, me dit Jasper, on va en forêt.
J’obtempère. Personne ne nous arrête. Les serviteurs le pourraient, mais que je me casse de la maison n’est pas leur problème. Au pire, ils le diront à ma mère et que pourra-t-elle faire alors ? Personne n’est vraiment là pour me garder et j’ai déjà onze ans, tout devrait bien se passer.
Je prends mon vélo, qui est flambant neuf. Un VTT qui a coûté les yeux de la tête à mes parents et qui a pleins d’options différentes. Contrairement au vieux vélo de Jasper qu’il a récupéré de sa cousine. D’habitude je ne fais pas gaffe à ce genre de détails qui montrent que nous venons de deux mondes différents, mais aujourd’hui il y a Murphy qui me fixe moi et mon vélo avec un je ne sais quoi dans le regard. Il me juge, ça se voit. Il a même un petit reniflement en me regardant et en montant sur le vélo derrière Jasper. Je serre mon guidon un peu fort, et je renonce à mettre mon casque. Je ne fais pas de commentaires.
- On y va, s’extasie Jasper.
Et c’est lui qui nous montre la route.

xxx

Jasper

Je fonce comme un fou dans la descente de la forêt et je sens les mains de Monty qui s’agrippe plus fort à mes épaules. Derrière nous Monty appuie sur ses freins et Murphy le charrie arrivé en bas :
- Alors on fait pipi dans son pantalon dans les descentes ?
Je m’esclaffe mais Monty a l’air sombre alors je me calme un peu.
- Ça va ? Je lui demande.
- Comme sur des roulettes.
- Tu veux que Murphy monte un peu sur ton vélo ?
Les deux s’exclament en même temps :
- Non !
Je fronce les sourcils mais hoche la tête :
- Okay comme vous voulez.
Je descends de mon vélo et demande à Murphy s’il veut pédaler à ma place. Il jette un coup d’œil vers Monty puis accepte. Nous remontons la pente et accroché à son dos je le laisse prendre les commandes.

xxx

Murphy

En vrai, je ne suis pas à l’aise. Je sais que s’il n’y avait pas Monty, je serais debout sur les freins. Mais je n’ai accepté que pour prouver quelque chose à Monty et à Jasper. Je ne suis pas un lâche moi, je vais faire ça les doigts dans le nez, je vaux mieux que n’importe quel asiatique un peu riche.

xxx

Monty.

Je suis jaloux. Je n’y peux rien. Les voir à deux s’éclater sur ce foutu vélo, ça me rend dingue. Oui j’ai eu peur dans la descente, oui je ne suis pas Jasper qui fonce comme un cinglé sans penser à ce qui pourrait arriver. Murphy me jette un regard depuis le haut, provocateur. Puis il fonce tout ce qu’il peut, en pédalant comme un taré, tandis que Jasper hurle de plaisir. Malgré ma trouille, malgré mon estomac qui se tord d’appréhension, je sais que je pourrais faire comme Murphy juste pour entendre Jasper s’éclater ainsi.
Arrivé en bas de la pente, Murphy freine et créer un énorme nuage de poussière, alors que Jasper éclate franchement de rire. Tout rempli d’adrénaline, il saute du vélo tremblant et gueule à mon encontre :
- C’était génial, c’était totalement génial.
Alors je sais que je vais le faire moi aussi, je vais descendre cette foutue côte comme un dératé avec Jasper dans mon dos.

xxx

Jasper.

Monty est aussi fou que Murphy, sauf qu’arrivé en bas de la côte, il ne freine pas avec son vélo et nous filons tout droit sans nous arrêter, direction le lac. Nous faisons un vol plané au-dessus du vélo tandis que celui-ci s’enfonce dans l’eau. J’entends un gros splash quand nous atterrissons dans le lac et quand j’émerge, je suis pris d’un fou rire incontrôlé et incontrôlable. Monty a le même. Murphy nous regarde depuis la berge, l’air halluciné.
- T’es complètement fou, dis-je à mon meilleur ami entre deux rires.
Il se tient le ventre dans l’eau et continue de se marrer.
- Ouiiiiiiiii, lâche-t-il.
Je n’en peux plus, je pleure de rire. J’ai eu la frousse de ma vie, mais c’était complètement dingue. Incroyable. Je savais que c’était une bonne idée de venir en forêt avec Murphy et Monty. On s’éclate vraiment.

xxx

Murphy.

Je suis un peu dégoûté. Je me sens presque oublié. Et puis de toute façon qu’est-ce que je cherche à prouver ? Monty est le meilleur ami de Jasper, bien sûr que je passe après, bien sûr que s’il devait choisir entre nous deux, il le choisirait lui. Je suis con ou quoi ? Je me mets en compétition avec l’impossible pour un mec qui n’en vaut même pas vraiment la peine. Tant pis si Jasper n’est de passage que dans ma vie, qu’est-ce que ça changera ? Il n’y aura plus personne pour se régaler de mes œufs carottes, et alors ?
Alors, je préfère abandonner le combat pour le moment, ça n’a aucune importance. Le mieux c’est juste de s’en aller. Je pourrai piquer le vélo de Monty s’il était pas dans le lac, et voler celui de Jasper serait une redite un peu chiante. Alors je me dis que je vais juste rentrer à pied. Jusqu’à ce que Jasper s’approche de moi et m’éclabousse au point de me tremper.
- Allez viens, elle est vachement bonne !
J’hésite. Je n’aime pas être la troisième roue du carrosse. Je n’aime pas être entre eux. Mais Jasper me sourit et m’éclabousse une deuxième fois. Alors je saute à l’eau, bien décidé à le couler pour me venger.

xxx

Monty.

On a passé la journée dans le lac, sans manger le midi. Je rentre chez moi avec mon vélo qu’on a eu du mal à sortir du lac. Il est plein de boue et moi je suis complètement trempé, mais je me sens bien, heureux, d’avoir passé une bonne journée. Je n’accepte toujours pas Murphy, mais de toute évidence Jasper ne choisira pas entre nous deux, alors pour le moment j’ai décidé de le tolérer. De toute façon en descente à vélo, il est évident que je l’ai battu, alors on verra comment les choses vont évoluer.
Je range mon vélo dans le garage après l’avoir nettoyé au jet d’eau et je prends ensuite une douche pour me changer. J’efface les preuves en quelques sortes, je joue à l’enfant modèle qui n’a pas fait de bêtises. Ma mère attend que je donne le meilleur de moi-même, elle n’est pas le genre à tolérer les enfants qui se jettent dans un lac en vélo avec leur meilleur ami. Mon père, ça le ferait rire, mais je ne lui en parle pas quand il rentre.
- Tu t’es bien amusé avec Jasper ? Me demande-t-il.
- Oui, super, dis-je.
- Vous avez joué aux jeux vidéo ?
- C’est ça.
- Vous devriez aller un peu dehors des fois aussi, me conseille-t-il.
- Je prends note, souris-je.
Ouais je sais, c’est pas bien de mentir à ses parents, mais qui ne l’a jamais fait franchement ? Ce n’est pas que je ne veux pas dire la vérité à mon père, c’est que je préfère que ma mère en ignore tout. Voilà tout.

Ma mère rentre le soir à l’heure du dîner et nous salue d’un mouvement de tête. Mon père et elle ne s’embrasse pas et je ne les ai jamais vu faire de geste tendre entre eux. Ils se tiennent toujours à une distance respectable et je pense que les seules fois où ils sont proches c’est dans leur chambre, là où je ne peux pas les voir. Et encore, peut-être qu’ils dorment dos à dos avec un mètre de distance entre eux, je n’en sais rien. On s’assoit à table pour manger, ma mère parle de son boulot quand bien même mon père travaille avec elle. Puis tout à coup elle regarde dans ma direction pour s’adresser à moi :
- Des gens ont vu des jeunes jouer dans le lac en vélo.
Je sens mon estomac se tordre.
- Selon eux, c’était des jeunes des barres, ça ne m’étonne pas de cette graine de délinquant.
- Ah ?
- J’ignore s’il y avait Jasper parmi eux, mais tu comprends pourquoi il ne faut pas les fréquenter ?
- Jasper est resté avec moi toute la journée, dis-je.
Ce qui est la stricte vérité, cependant oui, c’était vraiment nous dans le lac.
- Oui oui bien sûr, je m’en doute. Je n’accusais pas Jasper. Je sais aussi que mon fils n’est pas le genre de garçon à faire des bêtises pareilles.
Je garde le silence.
- J’en attends beaucoup de toi Monty, en tant que fils de la mairesse de la ville tu as beaucoup de responsabilités et tu dois montrer le bon exemple.
- Je sais.
Elle hoche la tête.
- Si je pouvais, j’interdirais l’accès au lac à toute cette racaille.
Si elle le pouvait elle ferait exploser les barres avec les gens à l’intérieur.
- Voyons Hannah, commente finalement le père, ce n’étaient que des enfants. C’est normal à leur âge de…
- Cette viande est trop salée, coupe ma mère. Je n’aime pas ça.
Je sais ce qu’il va se passer maintenant, elle va faire venir la personne qui a cuisiné, l’humilier, puis la virer afin de trouver quelqu’un d’autre de plus compétent qui ne salera pas trop la viande. Je ferme les yeux en espérant ne pas être là et ne pas assister à ça. Mon père préfère garder le silence.
Je m’égare à l’intérieur de moi-même et pense à Jasper et à son sourire, à ses cheveux un peu longs qui courent sur son visage, à son rire, à nos jeux dans le lac. Je m’échappe de la réalité jusqu’à ce que ma mère pose sa fourchette, boive un peu d’eau et se lève de table :
- J’ai du travail à faire, annonce-t-elle.
Et quand elle quitte la pièce, c’est comme si mon père et moi on respirait à nouveau.

J’ai déjà hâte d’être demain pour voir mon meilleur ami.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Les 100 - UA] Les barres de chocolat (4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» barres de chocolat
» Gâteaux aux barres chocolatées: Snickers Mars Lion Bounty...
» Carrés barres chocolat Mars
» Gâteau aux bananes, glaçage aux barres Mars
» Gâteau au fromage aux barres Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Marathon des Fanfictions :: Les Fanfictions :: Fanfics de Maliae :: Dimanche-
Sauter vers: