AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le monstre de la plaine de la moquette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meurs. Puis ressuscite. Puis meurs. Puis.


avatar

nesache
Messages : 17
Date d'inscription : 25/10/2017

MessageSujet: Le monstre de la plaine de la moquette   Dim 6 Mai - 21:06

Fandom : Harry Potter
Précisions : Au Sirius et Remus élèvent Harry
Prompt : Va te coucher

OoO

-Va dormir ! Dit Remus en ébouriffant gentiment les cheveux d’Harry.
-Mais j’ai peur ! C’est le monstre de la plaine de la moquette. Il veut accrocher mes cheveux et arracher ma tête pour la donner à son ami la créature kiaspirméjaménesouffle.

Le loup garou soupira.

-SIRIUS ?

Il y eut un bruit sourd à l’étage mais aucune réponse. Le lâche s’était caché.

-Harry. C’est tonton Padfoot qui t’as raconté cette histoire n’est-ce pas ?

Le petit garçon acquiesça.

-Tu dois comprendre que ton oncle a des problèmes.
-Il est malade ?

Un pli se dessina sur son front d’enfant.

-Très, très malade oui. Vois tu...il transforme la réalité...par peur. Tiens par exemple, ce monstre moquette des plaines…
-De la plaine de la moquette…
-En vérité il s’agit de créatures protectrices du sommeil des enfants. Elles soufflent et font du vent pour chasser les cauchemars. Mais elles ressemblent à des petits chatons, et Padfoot a peur des chats.
-C’est mignon un chaton.
-Il y a longtemps Sirius était un jeune homme plein de fougue, au sommet de sa forme physique et très prétentieux. Il pensait être le meilleur de tous, buvait beaucoup et provoquait des bagarres dans chaque bar du pays.

Ça lui apprendra à ne pas être descendu.

-Il voulait pousser sa domination jusqu’au monde animal et un jour, il décida de se transformer en chien et de débuter son grand projet. Pensant commencer bas, il provoqua en duel le chaton encore faible et nouveau né de la voisine.

Harry eut un regard paniqué.

-Mais…
-Ne t’inquiète pas Harry, le chaton va bien. Padfoot est revenu en sang, laminé, rasant le parquet de désespoir et d’humiliation, un phasme était plus imposant que sa carcasse battue et honteuse.

Il jeta un coup d’œil à Harry pour s’assurer qu’il ne partait pas trop loin dans son envolée lyrique. L’enfant était inexpressif. Il se demanda quelques instant si c’était une bonne chose et finit par hausser les épaules.

-Bref, il ne s’en ai jamais vraiment remis. Il a finit par les diaboliser. Encore maintenant il change de trottoir à la vue d’un coussinet.
-Mais c’est mignon un chaton, insista Harry.

Remus baissa la tête et confia à voix basse.

-Tonton Padfoot est un être fragile. N’oublie jamais ça.

Le silence s’installa confortablement et le petit garçon semblait plongé dans ses pensées.

-Le monstre de la plaine de la moquette n’existe pas ? s’assura t-il.
-Il existe, mais je crains que son seul crime est d’avoir effrayé Sirius.
-Sûr ?
-Tu sais que je ne te mentirais pas.

L’enfant fit oui de la tête et reparti se coucher le pas plus léger.

OoO

-Remus ? Qui est ce chat avec un masque de lapin qui squatte notre salon ?
-C’est Pattenrond le chat d’Hermione.
-Est-ce que...il revient d’une soirée déguisé ou quelque chose du genre ?…
-Nope. C’est une marque d’amour...de ton neveu pour toi.
-De quoi ?
-Il essaie de te protéger des dangers de ce monde.
-Hein ?
-De quoi tu te plains ? C’est mignon les lapins.
-Je sais pas pourquoi mais j’ai une soudaine envie de te taper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le monstre de la plaine de la moquette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» papa monstre et bébés monstres!
» pose parquet stratifié sur moquette
» Caverne moquette - Création Romane
» proverbe et monstre mythologique
» Le monstre [Safieddine, Joseph & Tom]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Marathon des Fanfictions :: Les Fanfictions :: Fanfics de nesache :: Dimanche-
Sauter vers: