AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Les 100 - UA] Un paradis d'enfer (4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Les 100 - UA] Un paradis d'enfer (4)   Dim 6 Mai - 19:46

Prompt : Pourquoi est-ce que tu ferais ça ?
Note : Bon et bien... je ne sais pas quoi dire. A part que j'ai pas relu cette fic.

***

3. La leçon.

Laila est une élève du collège Arkadia, elle est en troisième cinq et sa vie a toujours été tranquille. Elle est amie avec un peu tout le monde, elle est amoureuse de Finn, de loin, parce qu’il sort avec Raven, depuis genre… Toujours. Laila est une jeune fille tout ce qu’il y a de plus banale, qui va en cours tous les jours, qui souhaite devenir journaliste plus tard ou peintre, ou bien vétérinaire, en fait elle ne sait pas encore. Elle adore sa petite sœur de dix ans et elles se sont toujours super biens entendus toutes les deux. Laila écrit parfois des poèmes qu’elle ne montre à personne et est la première en sport parce qu’elle adore ça.
Laila ne pensait pas que sa vie changerait un jour et qu’elle se réveillerait la nuit en proie à des cauchemars, et tout ça depuis l’arrivée des nouveaux. En tout cas d’un des nouveaux. Jasper Jordan.
Jasper est un type sympa, drôle, il parle un peu fort, mais il est plutôt mignon avec ses cheveux dans tous les sens. Laila n’aime pas trop les gars avec les oreilles percées ou qui porte des bagues aux doigts, mais Jasper ça lui va plutôt bien. Au début, elle l’a trouvé cool, plus cool que Monty qui avait l’air un peu trop sérieux. Et puis son avis a changé, le jour où en regardant Jasper elle a cru apercevoir des yeux rouges. Rouge sang. Normalement les yeux sont blancs, et l’iris est coloré, mais là le blanc était rouge, et l’iris était rouge foncé, ou noir, en tout cas pas normal. Pas normal du tout. Laila a sursauté puis quand elle a regardé à nouveau, les yeux de Jasper étaient normaux, l’iris était marron, le contour blanc. Laila s’est alors dit qu’elle avait juste halluciné, ça arrivait parfois, à tout le monde avec la fatigue.
Sauf que le phénomène recommença, plusieurs fois.
Les yeux souvent, mais parfois il lui semblait voir des cornes sur sa tête. Une fois elle failli même tomber de sa chaise en le voyant avec une queue. Elle crut mourir de peur, le jour où, toute seule dehors, elle aperçut Jasper volant jusqu’à un arbre avec des grandes ailes de chauve-souris rouges.
Laila ne peut parler de ça à personne, tout le monde la prendrait pour une folle, personne ne parait remarquer ses changements qui arrivent à toute vitesse et disparaissent aussi vite, comme s’ils n’avaient jamais eu lieu. Laila elle-même doute de sa santé mentale. Alors pour essayer d’aller mieux, pour avoir l’impression de ne plus être seule surtout, Laila écrit un blog, juste pour elle, où elle décrit les changements de Jasper en changeant son nom. Elle ne se doute pas qu’elle va avoir du succès et que beaucoup de gens vont lire son blog. Des gens qui vont se moquer d’elle parfois, des gens qui vont la soutenir. Et des gens, qui vont la croire.

xxx

Trois semaines. Les scores sont à peu près égales maintenant. Dix pour le démon, neuf pour l’ange. Monty ne gagne toujours pas mais il ne perd pas confiance, il a bien avancé, plus vite que Jasper. Il n’a pas eu besoin de mentir pour ça, c’est simplement l’influence de Finn qui a attiré les gens vers lui. Ensuite Monty n’a eu qu’à les a aidé à faire leur devoir, leur a permis d’avoir de meilleurs notes, les a conseillé et écouté, et finalement a réussi à obtenir leur confiance et à leur plaire. D’un autre côté les blagues de Jasper ont fini par se retourner contre lui. Entourer le casier de quelqu’un de cellophane, c’est presque drôle, même si légèrement enquiquinant. Le remplir de pétard, ça l’est beaucoup moins. Jasper ne s’est pas fait que des ami.e.s du coup, sa côte de popularité a plutôt baissé. Certains ont bien sûr beaucoup ris, mais pas les victimes de ces mauvaises blagues qui l’ont mal pris et ont décidé d’éviter ce gamin. Jasper ne perd pas confiance pour autant, si ces farces n’ont pas plus, d’autres plairont, se dit-il positivement.

La relation entre les deux n’a pas tellement évolué. Monty a toujours autant de préjugés sur ce démon stupide, et Jasper a toujours autant de préjugés sur cet ange idiot. Ils se parlent à peine, et souvent pour s’engueuler, malgré Bellamy qui tente sans cesse de les mettre d’accord.
Ce soir, ils rentrent ensemble, comme tous les soirs. Jasper devant, sautillant. Monty derrière, marchant doucement. Ils croisent alors une vieille femme qui porte un gros sac. Jasper passe devant sans la voir mais Monty s’arrête immédiatement et lui propose de l’aider. La vieille dame accepte et Monty prend son sac d’une main et le bras de la femme de l’autre, puis il marche avec elle doucement, à petit pas, jusque chez elle. Jasper surprend son geste et commence à les suivre et à les observer. La petite vieille n’habite pas loin et Monty a vite fait de la ramener chez elle. Elle le remercie en embrassant ses deux joues et en lui offrant un paquet de gâteaux. Monty sourit.
Jasper se rapproche de lui et demande :
- Pourquoi t’as fait ça ? C’est une méthode de séduction ?
Monty secoue la tête :
- Ben non, j’ai juste été gentil, elle avait besoin d’aide.
- Gentil ? Ça sert à quoi d’être gentil ?
- Ça sert à rien, répond Monty, c’est juste comme ça. Je n’allais pas laisser cette pauvre dame porter son sac toute seule.
- Ben si pourquoi pas ?
- Parce qu’il faut aider les autres, c’est comme ça que le monde est plus beau.
- Il est plus beau quand on fait exploser des trucs, rétorque Jasper.
Monty soupire :
- Je savais bien qu’un sale démon comme toi, pourrait pas comprendre. Laisse-tomber.
Jasper enfouit ses mains dans ses poches et boude.
À la maison, Monty a augmenté d’un point son score et Jasper lui saute sur le dos avec énervement :
- Je savais bien que c’était juste pour augmenter ton score ! Menteur !
Monty se secoue pour le faire tomber et grommelle :
- Pourquoi je ferais ça ? Pourquoi je te mentirais ?
Jasper essaye de s’accrocher à lui à nouveau :
- Menteur, menteur !
Monty frappe Jasper pour qu’il le lâche :
- Crois ce que tu veux, je n’ai que faire des pensés d’un démon.
Il va pour le traiter d’idiot juste au moment où il se retrouve bloqué contre un mur, les poignets pris dans un étau. En face de lui se trouve un démon. Il a des yeux rouges et noirs, mais quelque chose dans le regard de bien plus effrayants que dans celui de Jasper. Ses cornes sont plus longues, sa queue plus menaçante, sa voix plus lancinante et dangereuse :
- Touche pas à mon frère où je te carbonise, l’ange.
Monty sait se battre, il est loin d’être faible, si la générale Lexa voulait de lui dans son armée c’est pour une raison. Pourtant, là, il se retrouve incapable de bouger. Il ressent un sentiment étrange, qui lui noue la gorge et le fait trembler, qui le paralyse sur place. La peur. Il a l’impression que ce démon va le tuer sans qu’il n’ait le temps de rien faire, de rien dire. Il est sauvé par celui qui partage sa vie depuis trois semaines, par ce petit démon qu’il prend pour un imbécile depuis des jours et qui pourtant n’est pas effrayé le moins du monde par ce grand démon qui terrifie Monty. Jasper se jette sur le démon et le prend dans ses bras en criant :
- Murphy ! Tu es venu me voir ? Lâche l’ange, il est stupide !
Le grand démon sourit et relâche finalement Monty. Il se tourne vers Jasper et prend une forme plus humaine. Des cheveux châtains foncé presque bruns coiffé en arrière, des yeux bleus, un visage au front haut et aux pommettes saillantes. Et surtout plus de cornes ni de queues. Monty se laisse glisser contre le mur en position assise et soupire. Jasper se marre, et Murphy se moque :
- L’ange s’est pissé dessus de trouille.
Ce qui est faux. Monty secoue la tête doucement.
- Laisses-nous, ordonne le dénommé Murphy.
Monty a presque envie de désobéir, mais il repense au regard meurtrier du démon et décide d’aller s’enfermer dans sa chambre.

Murphy finit par se tourner vers Bellamy qui a assisté à toute la scène sans rien faire, préférant ne pas s’en mêler.
- Bellamy, sourit Murphy d’une voix suave, sers-nous quelque chose à boire.
L’humain s’exécute. Il garde de l’alcool chez lui pour les cas comme ça. Il prépare un verre pour Murphy, mais sert du jus d’orange à Jasper.
- Mon frère peut boire de l’alcool, fait Murphy.
- Ici, il a quatorze ans, commente Bellamy.
Les yeux de Murphy changent de couleur un instant devant ce qu’il prend pour une rébellion, Bellamy se raidit, puis le démon semble changer d’avis et se calme :
- De toute façon Jasper ne tient pas l’alcool, n’est-ce pas ?
- C’est vrai, sourit Jasper. Le jus d’orange ça me va.
- Alors un jus d’orange pour mon frère, dit Murphy, puisque ça lui va.
Bellamy leur apporte leurs verres. L’humain veut ensuite s’éloigner mais le démon attrape son poignet pour le retenir :
- Assied toi avec nous Bellamy.
- Je pensais vous laissez tranquille entre frères.
- Non, non, reste.
Bellamy semble hésiter mais Murphy tient toujours son poignet et il s’assoit à la table avec les deux démons. Murphy boit une gorgée de son verre et écoute son frère qui lui raconte ses trois semaines.
Bellamy connaît un peu Murphy, c’est le démon qui l’a choisi comme « protecteur » de son petit frère et de l’ange. C’est un des seuls humains à connaître l’autre monde pour de vrai (d’autre ne font que le prétendre). Bellamy sait donc que Murphy n’est pas sympathique. Sur une échelle de un à dix de méchanceté, il serait sans doute à onze ou douze. Pourtant quand il se trouve avec Jasper, il est incroyablement doux, patient presque. Il écoute Jasper sans se plaindre, sans se moquer, sans s’énerver. Bellamy ignore tout de leur passé, mais Jasper est la seule et unique personne au monde à pouvoir rendre Murphy comme ça, il en est sûr et certain.
- Tu as bien avancé Jasper, commente son frère.
Jasper prend l’air tout fier de lui, tout content.
- Mais l’ange aussi apparemment.
- Il triche ! Il est gentil et il dit que c’est pas pour les points.
- C’est pas de la triche, commente Murphy, c’est les stratégies des anges. C’est ce qu’il te manque Jasper, une stratégie.
- Une stratégie ?
- Ouais. Si tu veux séduire les humains, il t’en faut une aussi.
- Alors je dois être gentil ?
Murphy grimace :
- Non, pas besoin d’être gentil, il faut juste être… Séducteur. Je te montre.
Jasper fixe son frère. Murphy se tourne vers Bellamy et s’humidifie les lèvres avec la langue, avant de poser doucement sa main sur son épaule, son pouce sur sa nuque.
- Qu’est-ce que tu fais Murphy ? Demande Bellamy en frissonnant.
- J’éduque mon frère.
- Et si tu l’éduquais autrement ?
Murphy a un sourire carnassier et se penche vers lui, posant son autre main sur sa cuisse.
- Tu as peur ?
- Évidemment, je ne suis pas suicidaire.
- Tu ne disais pas ça l’autre fois.
- Ce n’est pas parce que je ne le dis pas que je n’ai pas peur.
Murphy ricane et se rapproche encore, il lèche sa joue et Bellamy sursaute.
- J’aime sentir ta peur. Et ton désir.
Bellamy hoche la tête et murmure :
- T’es vraiment sûr que tu veux montrer ça à Jasper ?
- Laisse-moi m’occuper de mon frère comme je le veux.
- C’est toi qui vois.
Murphy sourit puis après avoir mordillé son oreille se recule et regarde son frère.
- Alors tu as compris ?
- Je crois, sourit Jasper.
- Fantastique, donc tu fais ça à l’école, et demain tu auras le double de points.
- Oui. Merci Murphy !
- De rien petit frère.
Sur ces mots, Murphy disparaît dans un nuage de fumée et Jasper sourit :
- Il est génial mon frère hein ? Dit-il à Bellamy.
L’humain se contente de hocher la tête, pas très sûr de lui.

xxx

Le soir Bellamy est seul dans sa chambre. Pour lui Jasper et Monty sont vraiment comme deux enfants. Qu’ils soient un démon et un ange n’y change rien, ils réagissent vraiment comme des gosses. Ce concours est stupide, leur haine l’un envers l’autre est stupide et pleine de préjugés. Si Bellamy avait son mot à dire, il leur dirait à quel point toute guerre est stupide. Bien sûr les anges se croyaient mieux que les démons, dans leurs bons droits, c’était eux qui étaient du côté de Dieu, mais n’était-ce pas eux qui étaient capable de menacer l’un d’entre eux de bannissement ? Qui étaient élevé à faire la guerre ?
Les démons étaient peut-être mauvais, mais au moins avaient-ils le sens de l’humour. Et Jasper n’avait pas l’air bien méchant, il était plutôt doux pour une soi-disante abomination.
Bellamy réfléchit à tout ça, pour ne pas penser à la visite de Murphy. Pour ne pas songer au pouvoir que le démon a sur lui, alors qu’il aurait voulu pouvoir le repousser, il aurait aimé « vouloir » le repousser. Mais aussi effrayant que soit Murphy, il était également électrisant, attirant, un véritable aimant.
La première fois qu’ils s’étaient rencontré, Murphy lui avait avoué que les humains le fascinaient. Bellamy revoyait son visage presque juvénile et curieux alors qu’il le touchait.
- Il est si facile de vous briser et pourtant parfois vous réussissez à être surprenant et à vous rebellez.
Bellamy savait que s’il le laissait faire, sa place serait en Enfer, et pourtant lui-même ne pouvaient empêcher une certaine fascination pour le démon. Alors les choses étaient allés très vites entre eux.
Bellamy avait beau se dire que ce n’était que du sexe, du sexe un point c’est tout, Murphy continuait parfois de hanter ses pensées.
Comme ce soir.
- À quoi tu penses petit humain ?
Bellamy sursaute et se redresse sur son lit. Murphy est là, sous sa forme humaine, beau et attirant, terriblement dangereux.
- Est-ce que Jasper et Monty sont obligés de participer à ce concours stupide ?
- Tu penses donc aussi qu’il est stupide, sourit Murphy en se rapprochant. Il serait mieux pour nous de directement aller nous battre avec ses anges et les saigner avant qu’ils aient le temps de s’organiser.
- Je ne pense pas que la guerre serait mieux.
- Et pourquoi ?
- Jasper serait en danger.
Et Monty aussi, pense Bellamy sans le dire. Murphy tique :
- Je le protégerais, je ne laisserais personne lui faire du mal.
- Bien sûr, mais c’est une guerre Murphy, ce ne sera pas si facile.
Le démon perd patience, ses yeux changent et ses cornes poussent :
- Est-ce que tu as un attachement particulier pour les anges ? Demande Murphy d’une voix un peu plus dangereuse.
- Ni pour les anges, ni pour les démons, répond Bellamy agacé et effrayé en même temps. Faites-vous la guerre si ça vous chantes.
Murphy se calme et reprend forme humaine. Il s’assoit sur le lit.
- Tu tiens à Jasper ?
Et à Monty aussi, pense Bellamy.
- Oui.
Murphy pose sa main sur le torse de l’humain.
- Dans ce cas, laisse-moi te remercier à ma façon.
Et il l’embrasse avant de le pousser sur le lit. Il n’est pas violent, il n’utilise pas sa force, Bellamy pourrait sans doute le repousser s’il le voulait.
Le problème, c’est qu’il ne le veut pas.

xxx

Jasper a tout compris à ce qu’a dit et montré Murphy et il va faire pareil que lui pour séduire le plus de personne possible. C’est pour cette raison qu’à la pause, il s’approche de la première personne qu’il voit, qui se trouve être Harper. Il passe son bras autour de ses épaules alors qu’elle fronce les sourcils :
- Qu’est-ce que tu me veux Jasper ?
Comme toute réponse, le démon lui lèche la joue.

Il a dû rater quelque chose dans la leçon de Murphy, car Jasper se prend un coup de poing dans la tronche.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Les 100 - UA] Un paradis d'enfer (4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfer ou le paradis
» Paradis... ou enfer? (Final)
» [Meyer, Stephenie & autres auteurs] Nuits d'enfer au paradis
» Quel personnage d'Enfer et Paradis es tu ?
» Enfer et Paradis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The 100 / Un paradis d'enfer-
Sauter vers: