AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Les 100 - UA] Un paradis d'enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Les 100 - UA] Un paradis d'enfer   Sam 5 Mai - 16:13

Fandom : Les 100
Prompt : Regardez-moi donc le bébé pleurer et faire sa petite crisette.
Note : j'ai rien relu, comme d'hab, j'attends que ça décante un peu. Ca sera du Jonty et sans doute du Murphamy aussi un peu. Je vais essayer de rendre ça meilleure que ce premier chapitre tout raté.


***

Prologue.

Les pleures résonnent dans l’académie, faisant s’envoler quelques colombes, et grimacer quelques anges. Certains soufflent d’agacement, les pleures ne s’arrêtent pas pour autant. Ils sortent de la bouche de l’enfant, de ses yeux, de son nez, de lui tout entier, comme une casserole qui déborde. Les joues rouges, les poings serrées, l’enfant crient de plus belle. Ses parents désemparés tentent de le calmer, en vain. Son père lui tend un jouet, sa mère essaie d’être douce, puis change de stratégie, prend une grosse voix et lui ordonne de se taire. Son père ajoute qu’il est honteux de pleurer ainsi et de faire toute une scène. L’enfant n’écoute rien. Il pleure de plus belle.

Monty marchait tout droit vers son cours suivant quand les pleures ont résonné. Ses camarades ont ri « y a un bébé qui pleure et fait sa petite crisette ». Pour un ange, pleurer est une honte, une faiblesse. Contrairement aux idées reçus sur ces êtres ailées, ils restent avant tout des soldats, toujours prêt à se mettre en guerre contre le monde d’en bas, les démons, leurs ennemis jurés depuis des millénaires. La paix entre les deux peuples ne durait jamais longtemps, il n’existait jamais aucune trêve, et de siècles en siècles ils se combattaient sans cesse, sans jamais nommer de vainqueurs, ni de perdants, se retrouvant simplement avec des pertes des deux côtés. Il leur fallait du temps pour mettre au monde une nouvelle génération, qui à son tour se battrait jusqu’à ce qu’un des deux clans soient exterminés.
C’était un cycle. Alors non, pas le temps de pleurer.
Monty ne fait pas partis de ceux qui rient, il fait simplement demi-tour et se dirige vers les cris. Une fois arrivé devant l’enfant, il s’accroupit pour le regarder pleurer. Le petit n’a qu’une vingtaine d’année, pas plus. Pour un ange, ce n’est presque rien, et pourtant il devrait déjà être prêt pour la guerre, prêt à combattre et à ne plus jamais pleurer. Ses parents sont rouges de honte devant cet enfant qui s’affirment au travers de ses larmes. Monty ne se préoccupe pas d’eux, il tapote gentiment la tête de l’enfant qui rouvre des yeux surpris, et dont le cri se bloque dans la gorge. Pourtant les larmes coulent toujours.
- Tu sais où nous sommes ? Demande Monty d’une voix douce.
- Oui à l’école, et j’veux pas y aller, j’veux rester à la maison !
Bien entendu, cet enfant n’a pas le choix, l’académie des anges est obligatoire pour tous.
- Oh je vois, sourit Monty, comme c’est dommage ça, alors tu ne veux pas apprendre à te battre avec une épée en bois ?
- Non, j’m’en fiche.
- Et tu ne veux pas non plus taper sur des démons en mousses.
- On tape sur des démons en mousse à l’école ?
- Oui. Et quand on a un bon résultat, on a le droit de manger des bonbons nuages.
Le petit ouvre une bouche surprise et ses larmes se tarissent enfin.
- Tu vas pouvoir apprendre pleins d’autres choses, comment calmer une âme humaine en douceur pour l’aider à venir dans l’autre monde, comment faire des loopings en volant, tu vas en apprendre plus sur l’histoire de notre civilisation, et si tu es vraiment un bon élève tu auras la chance de rencontrer la générale des armées, ou même Dieu.
Cette fois-ci le petit ange est complètement calme, il tire sur la toge de son père et dit :
- Je veux aller à l’école !!!
Monty lui tapote une nouvelle fois la tête :
- C’est très bien, dit-il.
Et il se relève. Les parents le remercient et emmènent leur progéniture à son premier jour d’école.
Monty va arriver en retard à son propre cours et il marche d’un bon pas dans les couloirs. Il pourrait déployer ses ailes, foncer à tout va, n’importe qui d’autre l’aurait fait, mais Monty n’est pas n’importe qui d’autre. Monty n’aime pas utiliser ses ailes pour des raisons égoïstes, ce n’est pas digne d’un ange selon lui. Monty est une personne très sérieuse, trop sans doute, mais c’est comme cela qu’il a atteint la première place de l’académie. C’est pour cette raison que la générale des armées lui a promis d’être en première ligne pour la prochaine guerre, et qu’il a pu avoir l’honneur de voir Dieu plusieurs fois. Tout le monde ne peut pas en dire autant chez ses camarades.
Monty est admiré, par sa classe, par ses professeurs. Alors quand il arrive quelques minutes en retard, l’ange qui fait le cours ne lui en tient pas rigueur.
- Je suppose que vous avez une bonne raison, dit-il, entrez et allez-vous asseoir.
Monty obéit et prend place au premier rang.

xxx

L’examen est facile et permet aux élèves démons de faire preuve d’imagination. Développer leurs pires instincts est le but de cette école – et c’est sans aucun doute le but de toutes les écoles démons. Les examens ne servent pas à grand-chose en vérité, ni même l’école, personne n’est obligé d’y aller. Ceux qui y vont sont les démons les plus compétitifs, ceux qui veulent apprendre à faire le mal et à le faire bien, ceux qui veulent dominer et avoir des postes de pouvoirs. Ça n’intéresse pas tous les démons, certains ne pensent qu’à s’amuser et ils ont bien raison.
La question qui est posée est la même pour tous les élèves.
- Des âmes humaines sont trop lentes pour travailler, trouver un moyen de tortures pour les motiver, autre que le fouet.
Les réponses fusent. Classiques (crucifixion), originales (plongé dans de l’acide), ou carrément artistique (recouvert de lait et de miel et bouffé par des parasites).
Le jury de l’examen est composé de trois personne. Une des amantes du Diable en personne, un professeur de l’école, et Murphy à qui on a demandé de participer parce qu’il est l’un des démons les plus flippants de sa génération. Murphy n’a accepté que pour une seule raison. Son petit frère passe l’examen. Il est là d’ailleurs, assis en face du jury, à l’aise sur sa chaise, les cheveux en vrac sur sa tête. Jasper ne prend pas la peine de réfléchir à la question et répond sur un ton hyper motivé :
- On lance la musique et on fait une grande fête !
Silence consterné du côté du jury. L’amante lève un sourcil, le prof fronce les siens. Seul Murphy n’a aucune réaction. Jasper a l’air fier de sa réponse, il est le genre de démon à vouloir embêter les humains en leur baissant le pantalon ou en mettant des pétards dans leurs boites aux lettres. Autant dire, la risée de toute l’école, ou même de tout le monde démon. Ce n’est pas la première fois qu’il passe un examen et qu’il se ridiculise avec une réponse stupide, mais Jasper a toujours l’air de bonne humeur quand même, comme si les moqueries ne l’atteignaient pas.
En vérité, les moqueries ne l’atteignaient pas, Murphy y veillait.
- Bien, tu peux y aller, lance-t-il d’ailleurs à son petit frère.
Jasper se lève, fait une révérence amusée puis quitte la classe. L’amante explose immédiatement :
- C’est quoi ce démon minable ? Je n’ai jamais vu ça de toute ma vie !
Le prof toussote, donne un coup de coude à la démone :
- Ce n’était pas si mal, murmure-t-il d’une petite voix.
- Comment ça pas si mal ? C’était nul ! Où se croit-il ? Chez les anges ? Il pense qu’ici il suffit de jouer de la trompette pour…
Le prof lui donne un nouveau coup de coude, plus fort, pour qu’elle se taise. Elle était nouvelle, elle ne connaissait pas encore bien Murphy, elle ne savait pas que Jasper était son frère. Le démon semble pourtant rester calme malgré le discours de la démone, il a les deux mains posées sur le bureau, l’air tranquille. Il prend la parole à son tour, d’une voix paisible, presque lancinante.
- Ne pensez-vous pas que son idée est en fait la meilleure que nous ayons entendue ?
- Pardon ? S’exclame l’amante les yeux exorbités.
Le prof bafouille :
- Ah bon ? Vous le pensez ?
- C’est n’importe quoi, souffle la démone.
Le prof essaye une nouvelle fois de l’arrêter d’un coup de coude, si elle continue, elle risque de réellement provoquer la colère de Murphy. Ce qui n’est pas recommandé, il le sait bien. Il n’y a qu’un seul démon qui lui fais aussi peur que Murphy, c’est le Diable en personne. Si cette démone en était l’amante, cela ne signifiait pas pour autant que Murphy allait l’épargner.
- N’importe quoi ? Répète doucement Murphy. Dites-moi donc en quoi ?
L’amante ouvre la bouche mais le prof intervient :
- S’il vous plaît Murphy, pardonnez notre ignorance, veuillez nous expliquer à nous pauvre démon de bas étage ce que l’idée de votre petit frère a de si bien.
Le visage de Murphy s’assombrit. Aïe.
- Inutile de me lécher les bottes, s’exclame-t-il. Je ne vais pas favoriser Jasper parce qu’il est mon petit frère.
- Non, non, bien sûr, souffle le prof.
L’amante roule des yeux.
- Alors pourquoi dites-vous que son idée est la meilleure ?
- Parce qu’elle l’est, conclue Murphy, imaginez une fête éternelle. De la musique et de la danse, qui durent, qui durent encore, sans cesse, sans jamais s’arrêter. Quelle pire torture qu’un amusement qui ne s’arrête plus, qui se transforme en tourment ?
Le prof acquiesce et essuie son front qui transpire, l’amante, elle-même, semble revenir sur ses propos. Murphy n’écoute plus cependant, il se lève et quitte la pièce pour aller féliciter son petit frère.
Les deux démons restants remarquent alors que l’endroit où Murphy avait posé ses mains a complètement fondu.

xxx

L’annonce sort des hauts parleurs de l’académie et pourtant ne concerne qu’une personne. Monty est convoqué chez la directrice. Une rumeur nait derrière lui alors qu’il se lève, range ses affaires et sort de la classe. Une rumeur que le prof a tôt fait de faire taire de son ton autoritaire :
- Quelqu’un veut-il accompagner Monty ?
Personne. Évidemment.
La directrice de l’académie n’est autre que la mère de Monty, une ange froide, qui ne laisse jamais rien passer. Pas la moindre erreur. Elle dirige l’académie comme une despote, mais tous la respectent et font silence en sa présence. Si elle appelle Monty au milieu d’un cours, il y a deux raison possible à cela, aucune des deux n’est familiale.
Premièrement : soit Monty a fait quelque chose de mal et elle compte bien le punir.
Deuxièmement : soit elle a besoin de Monty pour une urgence.
Dans les deux cas, il ne sera ni félicité, ni récompensé, ni favorisé parce que la directrice est sa mère. Bien au contraire.
Monty frappe à la porte de la femme qui gère l’Académie d’une main de fer. Au travers de la porte il l’entend lui dire de patienter dans le couloir. Monty retient un soupir et attend que Hannah lui dise finalement d’entrer. Il obtempère et ouvre la porte. Sa mère n’est pas la seule présente dans le bureau, la générale des armées est présente aussi. C’est une ange qui paraît jeune mais qui a en fait quelques siècles, elle est magnifique, elle a des long cheveux bruns et ondulés et des yeux vert très clair. Ce n’est pas simplement sa beauté qui impressionne, mais plutôt sa façon d’être, de se tenir, pleine de grâce et d’autorité. Aussitôt Monty s’agenouille devant elle.
- Relève toi Monty, ordonne-t-elle immédiatement, nous n’avons pas le temps pour ces formalités.
Monty obéit et se relève, mais garde les yeux baissés en signe de soumission. La voix froide de sa mère résonne alors à ses oreilles :
- La générale est là pour te confier une mission importante. Veux-tu bien l’écouter.
Il ne s’agit pas d’une question mais d’un ordre. Monty acquiesce.
- Monty, tu sais bien sûr que nous sommes sans cesse en guerre contre les démons, que nous le seront tant qu’ils n’auront pas tous été exterminé et que nous rendions enfin à Dieu et aux humains un monde de paix et de bonté, comme il se doit.
Monty reste silencieux et écoute.
- Cependant voilà, nous manquons grandement de nouveaux soldats, tandis que les démons se reproduisent très vites. Nous avons besoin d’encore de temps afin d’être assez nombreux pour pouvoir nous battre. Dieu a donc proposé de remettre un concours en place, un concours qui n’a plus eu lieu depuis des siècles.
- Un concours ? Interroge Monty qui n’a jamais entendu parler d’une telle chose.
- C’est une chose stupide, soupire la générale, mais dont nous avons besoin actuellement.
- De quoi s’agit-il ?
- Deux adolescents doivent se retrouver ensemble sur terre et prouver l’un ou l’autre qu’ils sont les meilleurs.
- Vous voulez mettre les anges en compétition ? Interroge Monty avec surprise.
- Pas les anges, répond la générale. Nous voulons mettre en compétition un ange et un démon.
Monty a un haut le cœur.
- Vous voulez qu’un ange vive avec un démon ?
- Exactement.
- C’est impossible.
- Et bien il va falloir rendre l’impossible, possible. Car c’est ce qu’il va se passer.
- Et pour quoi faire ?
- Pour gagner du temps. Le grand vainqueur sera récompensé.
- Quelle récompense ?
- J’ignore quelle sera celle des démons, mais celle des anges est une place importante dans l’armée de Dieu. La place juste en dessous de la mienne. Il aura tout un escadron d’Ange à ses ordres. C’est une chance inestimable.
- Et je suppose que si vous m’en parlez à moi c’est que vous avez décidé de m’envoyer sur Terre.
La générale sourit.
- Tu comprends vite, Monty. Voilà pourquoi il faut que ce soit toi. Actuellement, tu es le plus doué de nos anges dans cet Académie, tu es intelligent et efficace. Tu es celui qui nous fera honneur dans ce concours.
- Qui consiste en quoi exactement ?
- Il faudra séduire le plus d’humain possible. Celui qui remporte le plus de « cœurs » gagne la partie.
- Cela me semble facile, commente Monty. Sauf la partie où l’on doit cohabiter avec un démon.
- Vous devrez vivre ensemble et aller à l’école ensemble. Cela pour que ni l’un, ni l’autre n’est l’impression d’être avantagé. Vous serez en compétition tout en cohabitant.
Monty ose regarder vers la directrice, qui s’est assise à son bureau et le fixe avec froideur. Hannah a ses cheveux attachés en un chignon ferme, ses yeux bridés sont noirs et scrutateur. Monty sait qu’il n’a pas réellement le choix d’accepter ou non. S’il refuse, sa mère le reniera. Alors il fait la seule chose qu’il peut faire, il pose un genou à terre et dit :
- Ce serait un honneur de participer à ce concours.
- Bien-sûr Monty, tu n’as pas le droit à l’échec, commente sa mère.
L’adolescent serre les dents.
- Celui qui gagne montre que l’un des camps est le meilleur. Continue la directrice. Et il n’y a qu’un seul camp qui peut remporter la partie dès lors. Le nôtre.
- Je n’échouerai pas, murmure Monty.
- J’espère bien, reprend Hannah, car si tu échoues, ce n’est plus la peine de revenir.
Le message est clair, Monty doit réussir où il sera banni du Paradis. En échange, s’il réussit il aura une des places les plus enviables dans l’armée.
- Je comprends, dit-il. Mais je n’échouerai pas, insiste-t-il.
Ce serait la honte pour lui de perdre face à un démon. Jamais ça n’arriverait. Jamais.

xxx

Les adolescents démons ont été convoqués par le Diable. Tous sont venus, hyper impatient de rencontrer cette grande personnalité qu’ils adorent et respectent. Il y a tellement de monde que Jasper se retrouve plutôt dans le fond et tente de se faufiler vers le début de la foule afin de mieux apercevoir le Diable. Il a beau être grand, il est fin comme un haricot, ce qui lui permet de se glisser entre les gens et d’arriver au premier rang sans trop de difficulté.
Le Diable se tient couché sur un canapé, à moitié nue et se fais nourrir par ses amant.e.s., ses long cheveux noirs retombent sur sa poitrine et son visage est couvert de cicatrices, dû au combat qu’elle a menée contre les anges. Murphy se tient près du Diable, debout, les bras croisés. Il aperçoit son petit frère qui lui fait des grands signes. Murphy n’y répond pas.
- Bien si vous êtes là, commence le Diable, c’est parce que ces crétins d’anges ont mis en place un concours.
Elle baille et s’arrête. Croque dans une pomme. Elle semble déjà épuisée de ce qu’elle doit raconter et fait un signe vers Murphy qui prend la parole à sa place.
- Ce qu’Ontari veut dire c’est que ce concours va consister à envoyer un ange et un démon sur Terre pour qu’ils vivent ensemble.
Les démons de l’assemblée ricanent, ou font semblant de vomir, de mourir, d’avoir la tête coupée par cette idée atroce. Seul Jasper ne bouge pas et attend la suite.
- Le but du jeu sera de séduire le plus d’humains possibles. En gros, plus vous couchez avec de monde, et plus vous avez une chance de gagner. Ce que ces minables d’anges sont incapables de faire.
L’assemblée ricane.
- L’étape chiante, c’est de devoir vivre avec un de ces saletés d’ange.
- Et qu’est-ce qu’on gagne ? Crie quelqu’un.
Le Diable se redresse un peu sur son canapé et claque des doigts. Des démons poussent alors un énorme chariot sur la scène et Murphy répond :
- Un assortiment complet de feux d’artifice.
Tout le monde rigole une fois de plus. Personne ne prend ça au sérieux. Murphy lance d’une voix monocorde :
- Alors qui est prêt à participer ?
Personne ne se désigne. Personne, sauf une main qui se lève presque immédiatement. Murphy se passe une main sur le visage. Voilà, il savait que ça allait se passer comme ça.
- Moi, moi, crie Jasper en continuant de bouger la main.
Murphy ne peut plus faire semblant de ne pas l’avoir vu et marmonne :
- Nous avons un volontaire. Quelqu’un d’autre ?
Évidemment personne d’autre. Quel démon voudrait devoir fréquenter un ange en échange de feux d’artifice ? Enfin, à part Jasper ?
- Bien Jasper, soupire Murphy, veux-tu venir sur scène s’il te plait.
Jasper ne se fait pas prier.
- Tu as bien compris la consigne, demande Murphy.
- Oui oui, je dois devenir amis avec pleins d’humains et je gagne.
L’assemblée éclate à nouveau de rire, se moquant de Jasper. Murphy secoue la tête. Il ne peut pas protéger son petit frère contre tout un public.
- Tu ne dois pas devenir ami avec eux, fait Murphy, tu dois juste les séduire.
- Okay c’est noté. Et je gagne ces feux d’artifice ?
- Oui.
- Génial ! Je vais carrément tout faire pour gagner !
Le Diable regarde Jasper.
- En fait ça nous est égal de gagner ou perdre. C’est juste un moyen d’occuper les anges un moment pour préparer des armes surpuissantes et nous débarrasser d’eux à la prochaine guerre.
- Bien bien, d’accord, fait Jasper, mais si je gagne j’ai les feux d’artifice, alors je vais gagner.
Ontari hausse les épaules :
- Comme tu veux gamin.
Jasper se tourne vers son grand frère tout sourire, et Murphy pose une main protectrice sur sa nuque et chuchote :
- Tu vas devoir cohabiter avec un ange, c’est une mission ingrate Jasper, tu es sûr que c’est ce que tu veux ?
- Oui, aucun problème, sourit Jasper.
- Dans ce cas.
Il tourne Jasper vers la foule et annonce :
- Nous avons notre champion.
Les yeux de Murphy deviennent rouges et menaçants quand la foule reste silencieuse, et certains comprennent le message et acclament Jasper, si bien que tout le monde s’y met et Jasper fait des signes de mains à ceux qui le sifflent et l’applaudissent.
Murphy soupir. Il a un mauvais pressentiment.

xxx

Il y a une cérémonie pour l’ange désigné pour aller sur Terre. Les camarades de Monty sont à la fois envieux et soulager de ne pas être à sa place. Bien sûr la récompense est fantastique, mais le risque d’être banni dans le cas d’un échec est trop cher payé.
Dieu trône au milieu de la table et Monty ne peut s’empêcher de regarder sans cesse dans sa direction. Que Dieu soit venu à sa cérémonie, lui fait chaud au cœur. Dieu a de longs cheveux blonds et les yeux du bleu du ciel, elle est lumineuse et sublime, mais aussi vraiment très réconfortante. La générale est assise près d’elle et toutes les deux discutes et s’appellent par leur nom. Clarke pour Dieu, Lexa pour la générale. Elles partagent toutes deux une véritable amitié, remarque Monty. Savoir que ces deux-là sont ici, en face de lui, conforte Monty dans son statut de champion, il est heureux de participer à ce concours qui va permettre aux anges de gagner du temps, pour former de nouveaux soldats, pour faire une meilleure armée. Et il est bien déterminé à gagner. Dieu est si chaleureuse qu’il refuse de la décevoir. Quand elle pose ses yeux sur lui, elle a un regard si doux que Monty en frissonne. Sa mère pose sa main sur son poignet et souffle :
- On compte tous sur toi, mon fils.
- Oui.
Hannah lui sourit, un sourire qui ne réchauffe pas du tout mais qui est pleins de fierté pour son fils qui a été choisi parmi tous pour cette mission de la plus haute importance. Monty lui rend son sourire.
Après la cérémonie, Dieu fait un discours qui remercie le Champion de participer au concours et de donner de sa personne, car c’est aussi ça d’être un ange. Être un guerrier, un soldat, mais également quelqu’un prêt à se sacrifier, prêt à accepter des missions difficiles où le combat sera différent. Plus Dieu parle, plus les anges écoutent, plus Monty se sent bercé et réchauffé, sûr de lui. Finalement Dieu se tait. Deux anges soufflent alors dans des trompettes, signe du départ de Monty. Hannah le prend dans ses bras :
- Sois fort mon fils, dit-elle.
- Promis, promet-il.
Dieu hoche la tête et d’un geste de la main, envoie Monty sur Terre, là où il va rejoindre le démon avec lequel il va devoir vivre, à partir de maintenant.

xxx

Pas de cérémonie chez les démons. Murphy emmène juste Jasper sur Terre, et le fait boire un maximum, même si sur Terre, le petit démon n’a que quatorze ans (rien à voir avec ses cent cinquante années de vie en Enfer). Jasper finit bourré au deuxième verre et se colle contre Murphy en rigolant :
- Je t’aime grand frère, glousse-t-il.
- Les déclarations d’amour sont proscrites en Enfer, marmonne Murphy qui en est à son quatorzième verre et qui ne ressent même pas les frémisse de l’ivresse.
- On est sur Terre, constate Jasper en frottant son nez contre l’épaule de Murphy.
Murphy se laisse faire, alors qu’il aurait atomisé n’importe qui d’autre aurait tenté la même chose avec lui, saoul ou pas.
- Tu es trop gentil Murphy, commente Jasper.
Jasper est sans doute le seul démon de tout l’Enfer à penser ça. Murphy soupire et finit par le repousser. Jasper finit le nez sur la table.
- Je m’inquiète, admet Murphy, cette mission ça pue.
- Ça va aller, murmure Jasper, je vais me faire des tonnes d’ami.e.s tu verras !
- Ce n’est pas ce qu’on te demande, souffle Murphy, et c’est bien ça qui m’inquiète.
Jasper recommence à rigoler tout seul et sa tête dodeline, il tapote l’épaule de son frère :
- Tout ira bien, promet-il.
Puis il pose sa joue contre Murphy et s’endort bruyamment. Murphy n’est sûr de rien, mais il se jure de protéger Jasper. Quoi qu’il arrive.

xxx

Vient finalement le moment de la rencontre. L’ange d’un côté, le démon de l’autre. Monty fixe son ennemi juré l’air méprisant. Jasper fixe son adversaire et rival, avec un sourire.
C’est ainsi que l’histoire commence.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pudding \o/


avatar

Maeve
Messages : 951
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: [Les 100 - UA] Un paradis d'enfer   Dim 20 Mai - 23:23

Coucou!!! Very Happy

Woah!!! Jasper est a-do-rable, et j'adore Murphy protecteur qui terrifie tout l'Enfer! Clarke et Lexa en Dieu et Générale, c'est super bien pensé (j'ai ri quand Monty a pensé "elles partagent toutes deux une véritable amitié" :'D).

Je ne m'inquiète pas tellement pour Jasper, surtout pour Monty : les démons, eux, s'en fichent. L'enjeu, pour Monty, n'est pas du tout le même. TT

C'est très, très sympa, comme début d'histoire, et je vais lire la rencontre de ce pas. Very Happy


Maeve

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Les 100 - UA] Un paradis d'enfer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfer ou le paradis
» Paradis... ou enfer? (Final)
» [Meyer, Stephenie & autres auteurs] Nuits d'enfer au paradis
» Quel personnage d'Enfer et Paradis es tu ?
» Enfer et Paradis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: The 100 / Un paradis d'enfer-
Sauter vers: