AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vikings - pas de spoil - HeadIvy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Normal people scares me


avatar

Swato
Messages : 1004
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Vikings - pas de spoil - HeadIvy   Dim 25 Fév 2018 - 23:45

Fandom: Vikings.
Prompts: Tu ne l'as pas vu venir.
Résumé rapidos: Heahmund a répondu à une annonce pour un poste d'intendant des écuries dans le domaine de Kattegat mais à son arrivée, la maîtresse de maison n'est pas du tout au courant de l'annonce. C'est Ivar qui l'a passé pour mettre la zizanie dans la maison. Finalement, Heahmund parvient à obtenir un poste de co-intendant. Heahmund est très croyant et face à une servante très entreprenante du nom de Margareth, il se retrouve un peu démuni, surtout quand elle n'entend pas son "non" explicite. Grand mystère: Margareth est terrorisée par Ivar et menace de fondre en larmes à chaque fois qu'elle le voit. Au fil de l'histoire, Heahmund apprend à connaître Ivar qu'il trouve cruel et que tout le monde soupçonne d'avoir crever les yeux d'un cheval qui était déjà sourd de naissance (Mani).
Pour situer un peu l'action du chapitre: Ivar et Heahmund ont enfin cedé à l'attraction qu'ils ressentent l'un envers l'autre. Un mystérieux notaire arrive dans le domaine et dévoile qu'un "frère" a été mis sous tutelle d'un autre. Voila !



Ubbe





Ivar haussa une épaule et bougea une pièce. Pour une fois, Heahmund ne fit pas d'histoires et joua avec lui. Le visage incliné sur le coté, Ivar posa mélancoliquement l'index sur son pion.
— Je ne t'ai jamais raconté ce qui s'était passé avec Margareth, dit-il soudainement.

Précautionneusement, Heahmund l'étudia du regard.
— Non, vous ne l'avez jamais fait, affirma t-il.

Ivar fit glisser son pion en F3 et releva les yeux.
— Ce n'est pas une jolie histoire, le prévint-il.
— Vu la peur que vous lui inspirez, je m'en doutais un peu, lui répondit Heahmund.

Mais rien ne pouvait être pire que ce qu'il avait cru sur Ivar jusque là, il en était certain. Heahmund bougea une de ses pièces tandis qu'il rassemblait ses idées. Ivar joignit les mains devant sa bouche dans une posture pensive.
— Margareth a toujours été volage. C'est étonnant qu'elle n'ait pas plusieurs enfants vu le nombre d'amants qu'elle a eut et qu'elle a encore.

Heahmund se fichait du nombre d'hommes qu'elle mettait dans son lit, ce n'était pas ses affaires. Plusieurs hommes au domaine avaient le même comportement que Margareth sans que l'on s'emeuve plus que cela de leurs coucheries, c'était du pareil au même.
— Tout le monde s'intéressait à elle. J'étais jeune, épouvantablement naif et terriblement curieux, je voulais voir quels charmes elle pouvait bien posséder pour tout le monde la trouve irresistible.
— Vous avez été son amant ?

Ivar lui prit sa tour et fit claquer sa langue contre son palet:
— Tu prêtes trop d'intérêt à la conversation et pas assez au jeu, fais attention, le rabroua t-il.
— Comment voulez-vous que je me concentre avec une discussion pareille, marmonna t-il.
— Je peux arrêter, menaça Ivar.
— Continuez, réclama Heahmund.

Haussant les sourcils, Ivar lui fit les gros yeux et pointa l'échiquier du menton avec insistance. Heahmund soupira, baissa les yeux sur le plateau et posta un pion en attaque. Ivar pencha la tête sur le coté, intrigué par son mouvement.
— J'ai essayé mais elle ne m'interessait pas de cette manière. Je ne la connaissais pas, je ne lui faisais pas confiance...

Ivar s'interrompit en fronçant les sourcils, comme s'il se replongeait à cet époque et qu'il se questionnait encore sur ses actions. Heahmund baissa le regard. Sur la table, la main d'Ivar se tenait étrangement immobile, ancrée au bois comme s'il la tenait là consciencieusement pour ne pas la crisper en poing. Heahmund fit glisser la sienne plus près et entrelaça leurs doigts lentement, sans insister au cas où son contact ne serait pas le bienvenu. Ivar cligna des paupières et lui adressa une oeillade brève avant de regarder leurs mains. Leurs peaux étaient rugueuses pour des raisons différentes, Heahmund parce qu'il avait un travail manuel et Ivar parce qu'il se déplaçait à la seule force de ses bras. Le touché particulier, un simple frôlement au bon endroit lui déclencha une serie de frisson, une tension tremblante dans l'estomac et une vibration chaude dans la poitrine. Les épaules de Ivar se détendirent, l'inertie quitta ses articulations peu à peu et il effleura le pouce d'Heahmund avec son index.
— Nous parlions beaucoup, reprit Ivar sans quitter leurs mains des yeux. Quand elle n'était pas obnubilée par l'erotisme, elle pouvait se montrer très perspicace et sa vision des choses me sortait de ce dont j'avais l'habitude. A force, j'ai fini par m'ouvrir à elle et à lui raconter des choses qui tenait de l'ordre du privée, que je n'avais jamais réellement dite à personne.

Heahmund serra ses doigts entre les siens. Ivar renifla et lui prit un autre pion sur l'échiquier.
— Tu vois ? Je ne l'ai pas vu venir, je ne m'inquiétais pas assez, dit-il.
— Quel âge aviez-vous ? Demanda Heahmund.
— Je ne me souviens pas précisément, dix-neuf ans, peut-être.

C'était jeune. Vraiment très jeune pour avoir à se méfier de tout et de tout le monde.
— Elle a rapporté ce que vous lui aviez dit, devina t-il.
— Le moindre mot, à tout le monde.

Heahmund serra les dents. Il ne pouvait déjà pas supporter Margareth mais maintenant qu'il savait ce qu'elle avait fait à Ivar, cela allait être encore plus difficile de la croiser dans la salle à manger et dans les couloirs sans exploser.
— Et puis mon frère, Ubbe, s'est persuadé qu'il était fou amoureux d'elle.

Ivar retira doucement sa main et lui fit signe de jouer. Heahmund le soupçonna d'utiliser les échecs pour ne pas s'investir émotionnellement dans ce qu'il expliquait.
— Je ne lui ai rien dit au début, parce que tout le monde fait des erreurs, cela arrive. Je me disais que j'allais accorder une chance à Margareth de se rattraper. Mais lorsqu'ils ont entamé une relation, que Ubbe l'a demandé en mariage alors qu'elle continuait à fréquenter d'autres hommes... L'envie de prendre ma revanche a été trop forte.

Un reste de colère filtra dans la voix de Ivar, Heahmund ne joua pas et le dévisagea, pendu à ses lèvres.
— Qu'avez-vous fait ?
— J'ai tout dit à Ubbe sur les activités de sa fiancée sans mâcher mes mots. Je lui ai dis qu'il était cocu et qu'il s'apprêtait à marier une ordure.

Un pli amer courbant sa bouche, Ivar soupira et repoussa le plateau de jeu. Quelques pions tombèrent sur le coté, Heahmund observa le silence. Le bras d'Ivar fit un grand moulinet emporté, il montra les pièces éparpillées comme s'ils étaient le résultat de ce qui s'était passé des années plus tôt.
— C'était tout ce que Margareth voulait. Elle voulait épouser l'un d'entre nous pour ne pas être juste une servante, elle voulait être la femme d'un propriétaire, avoir un statut différent et comme ce n'était pas dans mes intentions de m'associer à elle, elle a jeté son dévolu sur Ubbe.

Ivar posa les paumes de main à plat sur la table basse et planta un regard furieux dans celui de Heahmund.
— Je me fichais qu'il soit éperduement entiché d'elle, je ne me suis même pas arrêté une seconde pour me poser la question. Apprendre que Margareth ne lui était pas fidèle et qu'elle ne l'aimait pas a totalement détruit Ubbe. C'est à partir de ce moment là qu'il s'est mis à boire et à dépenser le moindre centimes qui lui tombait entre les mains. En lui révelant tout, ce n'est pas elle que j'ai puni.
— Je pense que vous vous blâmez pour quelque chose qui vous dépasse, contesta Heahmund. Vous n'avez peut-être pas utilisé les bons termes mais vous avez prévenu votre frère avant qu'il ne s'engage dans une union hasardeuse.
— Si je ne lui avais pas dit, il ne l'aurait jamais su, rétorqua Ivar.
— Croyez-moi, il aurait fini par le savoir. Margareth est engagée à Sigurd et elle ne cache pas ses aventures. Je l'ai entendu parler à une autre servante il y a deux jours, elle est très explicite.

Ivar se recula de la table et Heahmund put voir chaque barrière s’ériger de nouveau entre eux, le fossé se creuser.
— Alors tu dis que ce que j'ai fait était juste, continua Ivar.
— Je dis...

Heahmund prit une inspiration et posa les coudes sur la table, joignit les mains et reflechit attentivement à ses mots.
— Je dis que vos motifs n'étaient peut-être pas purs mais que l'acte en lui-même était juste, poursuivit-il. Si vous n'aviez rien dit, Ubbe aurait épousé Margareth, il aurait fini par apprendre ses infidélités et après ? Se retrouver prisonnier d'elle n'aurait pas été juste pour lui, surtout si elle n'était intéressée que par son role dans le domaine.
— Cela aurait été peut-être plus juste que de finir par ruiner sa vie en buvant son chagrin et de se retrouver sous tutelle, cracha Ivar.

Heahmund secoua la tête et chercha les yeux bleus jusqu'à pouvoir les accrocher et les maintenir fixés dans les siens.
— Vous ne pouviez pas anticiper cela. Même si vous avez une très haute estime de vous-même, vous n'êtes pas devin.

La bouche entrouverte, Ivar le contempla un instant avec sur le visage une émotion proche de la sidération, puis un léger sourire leva le coin de sa bouche, entre découragement et nostalgie.
— Tu ne me trouves aucune faute, aucun défaut, railla Ivar en reniflant avec dédain.
— Ce serait un mensonge. Je vous trouve imbu de vous-même, cynique, catégorique, colérique et impulsif.
— Avec tant de tares, je me demande pourquoi tu es encore là, badina Ivar.

Heahmund sourit et baissa le menton malicieusement.
— Si je vous le disais, ce ne serait que des mots et je sais de source sûre qu'ils ne trouvent pas grâce à vos yeux. En plus... Je dois vous garder inquiet, c'est plus prudent, ironisa t-il.

Ivar rit et secoua la tête. Calmement, Heahmund se leva, il fit le tour de la table basse et poussa l'échiquier pour s'y assoir. Ivar haussa un sourcil et le détailla de haut en bas avec interrogation, l'air décontenancé. L'admirant dans les détails, Heahmund tendit la main et caressa le fin duvet de poils au dessus de sa lèvre, il se picota le pouce dessus et sourit. Il attira Ivar dans une étreinte, enroula son bras autour de sa taille et cala son menton contre ses cheveux noirs en fermant les yeux.
— Que fabrique-tu ?
— Vous aviez la tête des gens qui ont besoin d'affection.
— Foutaises, ricana Ivar.

Malgré sa crispation, Ivar ne fit rien pour se dégager. Les cheveux noirs sentaient le étaient doux contre sa joue, en contraste complet avec la dureté de son corps et la chaleur qui s'en échappait par vague. Heahmund perdit ses doigts dans les mèches sombres comme on y passerait un peigne, avec régularité et douceur. Il fut récompensé de ses efforts lorsque les membres d'Ivar se délassèrent et que ses bras se refermèrent autour de lui.
— Je n'ai pas vraiment envie de jouer aux échecs ce soir, vous m'en voulez ?

Ivar soupira lourdement. Heahmund sentit le poids de sa tête contre son torse comme s'il faisait partie de lui d'une certaine manière, naturel et normal.
— Nous avons couchés ensemble, je pense que tu peux te départir du vouvoiement, c'est ridicule.

Ivar se décala, les bras de Heahmund le quittèrent en un effleurement qui les fit frissonner tous les deux.
— Résumons, je dois m'inquiéter, être plus prudent, ne pas être stoïque et maintenant je dois vous tutoyer. Vous m'en demandez beaucoup.
— Trop pour toi ? Le défia Ivar.

Heahmund haussa un sourcil et écarta les genoux quand Ivar fit mine de se dégager. Ce dernier rampa jusqu'au pied de son lit avant de se hisser dessus si souplement qu'il en fut impressionné. Ivar se baissa pour défaire ses attelles.
— Est-ce que je peux... ? L'interrompit-il.

La récrimination plissa les yeux de Ivar, sa bouche s'ouvrit comme pour dire qu'il n'avait pas besoin d'aide, qu'il était parfaitement capable de le faire tout seul. Puis Heahmund le vit y réfléchir à deux fois, considérer la chose sous un autre angle et envisager la possibilité qu'il lui proposait cela juste par envie et non par pitié. Ivar se passa une main dans les cheveux et se redressa en montrant ses attelles de la main en guise de permission. Heahmund s'agenouilla devant lui et ignora le regard halluciné dardé sur lui. Ses doigts defirent malhabilement les boucles, il y en avait tellement qu'il se demanda comment Ivar faisait pour les défaire en deux temps trois mouvements. La première attelle enlevée, la seconde lui posa plus de soucis. En remarquant ses maladresses, l'attrait abasourdi de Ivar se mua en hilarité, il renifla moqueusement et finit même par ricaner.
— Ravi de vous divertir, grommela Heahmund.
— Attends...

Les doigts de Ivar rejoignirent les siens sur les boucles, elles cédèrent sans résister à ses assauts habitués, Heahmund releva la tête et fut surpris de rencontrer ses yeux bleus. Il n'avait même pas regardé ce qu'il faisait, trop accoûtumé à la tâche. L'attelle tomba lourdement au sol, Ivar l'agrippa d'une main derrière la nuque et l'embrassa. Un grognement étonné résonna dans sa poitrine et resta prisonnier de sa cage thoracique. Le baiser sonna juste. Malgré sa stupéfaction initiale, les lèvres de Heahmund répondirent aux siennes avec une quiétude et une nuance de finalité. Ils savaient tous les deux ce qu'ils voulaient, il y avait encore des questions mais les plus importantes avaient déjà trouvé leurs réponses. Ivar l'entraîna dans le lit avec lui sans cesser de l'embrasser, les mains d'Heahmund remontèrent le long de ses jambes, sur sa taille, trouvèrent sa chemise, glissèrent dessous et se brûlèrent au contact de sa peau mais ne parvinrent pas à réellement la quitter.








A suivre...

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exterminate


avatar

Maliae
Messages : 1869
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Vikings - pas de spoil - HeadIvy   Lun 26 Fév 2018 - 12:03

putain pétasse de Margareth, elle a fait du mal à Ivy ET à Ubbe (pour Sigourde je m'en fous). C'est pas du tout la faute d'Ivar, mais de cette connasse. Tout ce qui l'intéresse c'est le pognon et le cul, et pour ça elle fait souffrir les autres je la déteste.
Ivy et Head sont vraiment touchant, j'adore vraiment leur façon de se taquiner, de se parler, ils sont trop biens tous les deux. Le coup des attelles étaient superbes. Bref j'ai aimé à fond <3

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vikings - pas de spoil - HeadIvy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» La Saga des Vikings
» Bleach spoil 283
» [SOFT] MOBILE VIKINGS : Suivez votre consommation [Gratuit]
» Reborn! (SPOIL)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Marathon des Fanfictions :: Les Fanfictions :: Fanfictions de Swato :: Dimanche-
Sauter vers: