AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vikings - pas de spoil - HeadIvy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Normal people scares me


avatar

Swato
Messages : 1011
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Vikings - pas de spoil - HeadIvy   Sam 24 Fév - 22:21

Fandom: Vikings.
Prompts: Il incarne la dureté de la vie (largement sous entendu)
Résumé rapidos: Heahmund a répondu à une annonce pour un poste d'intendant des écuries dans le domaine de Kattegat mais à son arrivée, la maîtresse de maison n'est pas du tout au courant de l'annonce. C'est Ivar qui l'a passé pour mettre la zizanie dans la maison. Finalement, Heahmund parvient à obtenir un poste de co-intendant. Heahmund est très croyant et face à une servante très entreprenante du nom de Margareth, il se retrouve un peu démuni, surtout quand elle n'entend pas son "non" explicite. Grand mystère: Margareth est terrorisée par Ivar et menace de fondre en larmes à chaque fois qu'elle le voit. Au fil de l'histoire, Heahmund apprend à connaître Ivar qu'il trouve cruel et que tout le monde soupçonne d'avoir crever les yeux d'un cheval qui était déjà sourd de naissance (Mani).
Pour situer un peu l'action du chapitre: Ivar et Heahmund ont enfin cedé à l'attraction qu'ils ressentent l'un envers l'autre. Heahmund ignore encore plein de chose sur Ivar et au détour d'un couloir, il surprend une conversation entre lui et son frère. Voila !



Sigurd





Seul le son de leurs respirations se fit entendre pendant une minute. Puis Sigurd ramassa la béquille qu'il avait jeté, darda son frère d'une oeillade noire.
— Si tu dois aller quelque part, tu n'auras qu'à te traîner au sol comme la vermine est censée le faire, cracha t-il.

Sigurd tourna les talons d'un pas vif. Le visage de Ivar s'empourpra et se ratatina sous la colère, il rampa sur quelque metre et lorsqu'il n'arriva pas à rattraper son frère, il poussa un cri plein de fureur. Sigurd approcha de l'escalier et Heahmund se colla dos au pilier pour ne pas être vu. Il entendit la rage d'Iivar comme si elle lui appartenait, un éclat de révolte et d'injustice venait de lui tomber devant les yeux. Comment Sigurd osait-il parler de cette manière à son frère ? Comment osait-il se montrer aussi méprisant ? N'écoutant que la tempête qui faisait rage sous son crâne, il suivit Sigurd à distance. Il descendit les escaliers et se dirigea droit vers sa chambre. Heahmund dévala les marches le plus rapidement possible et alla se cacha derrière le rideau qui séparait l'entrée de la salle de reception du hall.

Le temps passa lentement, il eut peur qu'on le surprenne à espionner, qu'on lui demande ce qu'il fabriquait ici. Peut-être que Sigurd ne ressortirait pas tout de suite de sa chambre, qu'il y passerait l'après-midi. Heahmund en était là dans ses reflexions quand le jeune homme abandonna enfin sa chambre pour vaquer à ses occupations. Les pas de Sigurd s'estompérent dans le couloir menant à la bibliothèque. Heahmund n'attendit pas plus longtemps, il se glissa clandestinement dans la chambre. La pièce était gigantesque, des instruments de musique trônaient sur le mur retenus par des sangles, certains prenaient la poussière, d'autres étaient lustrés, souvent utilisés. A l'inverse de la chambre d'Ivar, il y avait beaucoup de meubles, beaucoup d'objet d'apparât, de décorations. Heahmund grimaça et se mit à fouiller chaque recoin du regard à la recherche des béquilles. Il n'eut pas à faire une exploration interminable, elles étaient posés près du bureau contre le mur.
— Je n'arrive pas à croire..., marmonna t-il entre ses dents.

Il saisit les béquilles, ouvrit lentement la porte pour s'assurer que personne n'était dehors... Il sortit sur la pointe des pieds et jeta un oeil derrière son épaule en s'éloignant avec son butin. En ne regardant pas devant lui, il percuta quelqu'un sans le faire exprès et son coeur eut un brusque sursaut. Une béquille lui échappa des mains et fit un boucan monstrueux contre les dalles, la personne qu'il avait bousculé se rattrapa au bras de Heahmund et releva les yeux vers lui.
— Heahmund ? Qu'est-ce que tu fa...

Trent.
— Rien. Rien, souffla Heahmund.

Heahmund agrippa plus fort l'épaule de Trent et quand il fut sûr qu'il était stable sur ses pieds, il ramassa la béquille à la va-vite et monta les escaliers.
— Tu n'as rien vu ! Lui murmura t-il.

Trop abasourdi de s'être fait bousculé de cette manière, Trent reprit son chemin et Heahmund fit comme si rien ne s'était passé. Le trajet jusque la chambre de Ivar lui parut interminable, il sursauta deux fois en entendant des servantes passer dans les corridors mais feignit l'assurance et se persuada qu'il était dans son bon droit, que se mêler des disputes entre deux frère et que pénétrer dans la chambre des autres à leur insu était un acte tout à fait rependu. Tellement perdu dans ses pensées paranoïaque, Heahmund faillit oublier de toquer à la porte d'Ivar. Il prit une grande inspiration et fit rapper ses doigts contre le battant.
— Entrez.

La voix de Ivar n'était pas particulièrement engageante. Heahmund poussa la porte et la referma très vite derrière lui. Assis sur la chaise de son bureau, les yeux d'Ivar s'arrondirent en le voyant et firent un aller-retour entre son visage et les béquilles serrées dans ses mains.
— Comment...

Le visage d'Heahmund dut trahir la colère qui bouillonnait toujours dans ses veines, Ivar se recula sur sa chaise et les traits de son visage se durcirent.
— Tu nous as vu, devina t-il.
— J'en ai vu et entendu assez, confirma Heahmund.

Il posa délicatement les béquilles sur le lit. La poignée de celle que Sigurd avait jeté par terre était légèrement cassée. Heahmund se permit enfin de réfléchir à la scène qu'il avait surprit et à ce qu'elle laissait sous-entendre. Il avait toujours cru qu'Ivar avait crevé les yeux de Mani et de là, il avait pris pour argent comptant ce qu'on lui avait raconté de sa personnalité et de son comportement. Tous ses aprioris, les pensées négatives et les accusations... Rien n'était fondé. Heahmund examina Ivar sous toutes les coutures, sans le voile de préjugés qui avait toujours obscurcit son jugement.
— Pendant le mariage de Björn, Sigurd avait pris vos béquilles aussi. Et la première fois que nous nous sommes rencontrés...

Heahmund se souvenait encore de la première fois qu'il avait vu Ivar ramper au sol et se hisser sur sa chaise comme si tout était parfaitement normal.
— Et vous n'avez pas crevé les yeux de Mani, pourquoi m'avez-vous laissé croire que vous l'aviez fait si vous étiez innocent ?

Ivar soupira lourdement et leva les yeux vers le plafond comme s'il demandait à Dieu de lui donner des forces pour supporter Heahmund. Il l'aurait certainement fait s'il croyait en Dieu.
— Ta mémoire est diablement courte.

Heahmund leva un sourcil interrogateur, Ivar se retourna souplement sur sa chaise et appuya ses bras contre le dossier en lui lançant un regard évident.
— Notre conversation de ce matin, lui rappela t-il.

Les mots n'ont aucune valeur à mes yeux, se souvint Heahmund.
— En plus de cela, il n'est pas comme cela avec tous le monde, je pensais qu'il était peut-être réellement devenu ton ami et que cela aurait pu lui profiter...
— D'être mon ami, compléta Heahmund, totalement abasourdi.
— Est-ce que c'est si étonnant que cela de vouloir que son frère ait un ami ? Demanda Ivar avec un sourire en coin.
— Votre frère a prouvé par milles façon qu'il n'avait pas besoin d'un ami et si j'avais su ce qu'il avait fait, jamais je n'aurais accepté de lui adresser la parole, s'emporta Heahmund.

Ivar se recula sur le siège et le dévisagea avec un petit sourire amusé.
— Mais tu pensais que je l'avais fait et tu m'as quand même adressé la parole, nuança Ivar.

Heahmund voulut répondre. Mais aucune réplique mordante ne lui vint aux lèvres. Le sourire d'Ivar s'intensifia.
— Ne t'inquiètes pas pour Sigurd, j'aurais ma vengeance, comme toujours.
— Lagertha n'aura bientôt plus de chevaux à vous vendre, ironisa t-il.
— Elle n'en aura plus pour Sigurd non plus alors.

Un sourire taquina les lèvres d'Heahmund avant qu'il n'ait eut l'occasion de le réprimer. Il secoua la tête et se rendit compte qu'il avait dix minutes de retard à l'écurie, il fit un signe de tête à Ivar et se détourna.
— Je ne m’inquiète pas pour vous, vous êtes assez futé pour vous en sortir, plaisanta t-il.
— N'oublies pas de venir jouer aux échecs ce soir.

Aux échecs. Bien sûr. Heahmund renifla avec amusement:
— Nous verrons, Monsieur.
— Heahmund.

Interpellé par le sérieux dans sa voix, Heahmund le regarda. Ivar inclina le menton, ses yeux dévièrent vers les béquilles sagement posées sur le lit.
— Merci.

Heahmund sourit et retourna travailler.


**


La porte de l'écurie s'ouvrit à la volée, Mani sursauta, Heahmund posa gentiment une main sur son épaule pour le tranquiliser. Un homme entra avec un cheval tenu à la main et des flocons de neige bien accrochés à ses cheveux en pagaille. Il paraissait exténué et la couleur de ses lèvres tiraient plus sur le violet que sur le rose. Paschal fronça les sourcils et posa les mains sur les hanches:
— Eh bien, mon bon Monsieur, quel bon vent vous amène ?
— Bonsoir, Messieurs, salua l'homme. Uriel Lemay, Notaire. J'ai mis du temps à trouver le domaine, vous êtes perdu au milieu de nulle part...

Le notaire frissonna violemment et souffla sur ses doigts pour y faire revenir de la chaleur. Paschal lui prit son cheval et l'attacha à la station de pansage.
— Est-ce que Madame Lothbrok était prévenue de votre arrivée ?
— Je crains que non, hélas.

Il était tard, tous les servants devaient déjà être couchés à l'heure qu'il était, surtout si le notaire n'avait pas annoncé sa présence. Heahmund et Paschal échangèrent un regard.
— Je rentre Mani et je m'occupe de Mr Lemay, décida Heahmund.
— Je prépare la stalle pour le petit nouveau.

Le notaire s'excusa profusément pour la gêne occasionné, soufflant sur ses doigts et frissonnant de la tête aux pieds. Même après lui avoir assuré que tout allait bien, Mr Lemay persista. Puisqu'il exprimait sans cesse les mêmes regrets, Heahmund ne l'écouta que d'une oreille distraite.
— Je ne pensais pas avoir à venir à Kattegat, je croyais terminer mon voyage à Grünerde mais j'ai appris que l'homme que je venais voir avait été mis sous tutelle de son frère...

Grünerde, le domaine appartenant à la belle famille de Björn. Heahmund fronça les sourcils en refermant la stalle de Mani et s'intéressa d'avantage à ce que le notaire lui disait.
— Parlez-vous de Monsieur Ubbe ? S'enquit-il.

Un peu plus réchauffé, l'homme parut se souvenir qu'il n'était pas supposé parler de ce genre de chose à un homme d'écurie et haussa une épaule:
— Ah ! Peu importe, je suis enfin arrivée et je remercie le ciel !

Heahmund était à la fois soulagé et déçu que Ivar ne soit pas là, il aurait pu tirer les vers du nez à ce notaire sans avoir l'air de fourrer son nez dans des histoires qui ne le concernaient pas. En chemin, il tenta bien d'en savoir plus sur la présence de ce nouveau venu mais il ne parvint pas à lui faire desserrer les lèvres. Heahmund réveilla le majordome et lui présenta Mr Lemay avant de laisser ce dernier expliquer son statut.
— Je ne peux décemment pas réveiller Mme Lothbrok à une heure pareille. Je vais vous installer dans une chambre et je l'informerai de votre présence demain matin à la première heure.
— Je ne suis pas ici pour m'entretenir avec Mme Lothbrok à vrai dire...

Comme le majordome lui faisait les gros yeux, Heahmund grimaça et passa son chemin en saluant les deux hommes d'un signe de tête. La curiosité le dévorait, il était persuadé que celui que le notaire devait voir en premier lieu était Ubbe.
Après un diner rapide, Heahmund alla se rafraichir et changer de tenue, il s'apprêtait à sortir quand Trent lui attrapa le bras.
— Qu'est-ce que tu faisais près de la chambre de Sigurd cet après-midi et où est ce que tu vas ?

Heahmund se défit gentiment de sa prise.
— Rien du tout, Ivar m'avait demandé de lui rapporter ses béquilles alors je l'ai fait... Et l'endroit où je passe la nuit ne te regarde absolument pas.

Trent fronça les sourcils. Puis un sourire éclaira ses traits, il ricana et lui donna une tape amicale sur l'épaule:
— Sacré Heahmund !

Roulant des yeux mais soulagé de ne plus avoir à répondre à un interrogatoire musclé, Heahmund rangea ses affaires et quitta la chambre en direction de celle d'Ivar. Le petit sourire moqueur de ce dernier disparut rapidement pour être remplacé par un air concentré et grave quand il lui raconta qui avait mis les pieds dans l'écurie et les soupçons de Heahmund.
— Mon frère est sous tutelle...

Heahmund se mordit l’intérieur de la joue et s'assit en face de Ivar devant l'échiquier.
— Il ne m'a pas dit qu'il s'agissait de Ubbe, cela pourrait très bien être quelqu'un d'autre...
— Non, c'est forcément lui.




A suivre...

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1881
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Vikings - pas de spoil - HeadIvy   Dim 25 Fév - 10:00

Alors : premier point : JE HAIS SIGURD non mais
ensuite j'adore trop Ivy, il est trop génial, je l'aime d'amour ce gamin, et j'adore sa relation avec Head purée, ils sont troooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooop trop trop adorables ensemble, leur façon de se parler et tout, j'en peux plus.
Et enfin : je suis très intriguée par la venue de ce notaire =D

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vikings - pas de spoil - HeadIvy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» La Saga des Vikings
» Bleach spoil 283
» [SOFT] MOBILE VIKINGS : Suivez votre consommation [Gratuit]
» Reborn! (SPOIL)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Swato-
Sauter vers: