AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lettre de vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saving people, hunting things, the family business


avatar

CacheCoeur
Messages : 14
Date d'inscription : 28/10/2017

MessageSujet: Lettre de vie    Sam 24 Fév 2018 - 14:46

Le trente-sixième jour de la saison des brumes, an 50,

Chère amie, chère Rose,
J'espère que cette lettre te trouvera en excellente santé et bien portante. Moi, je m'accroche à la vie du mieux que je le peux. Voilà des mois maintenant que je suis parti. Maudit recrutement... Pourquoi est-ce que je dois me battre ? Je ne sais pas. Peut-être parce que j'y suis obligé. Je suppose que ça doit être pour cela. Mais cette réponse ne me satisfait pas, alors j'essaye d'en oublier la question. Cependant, la guerre est partout. Je la sens dans l'air qui m'oppresse, qui me guette.

Il est bien malheureux de voir à quel point une vallée ensoleillée devient si rapidement un paysage dévasté et parsemé de maccabés blanchâtres et pourrissants. J'ai peur à chaque instant. Qu'en penserais-tu si tu étais à mes côtes ? Qu'est-ce que tu dirais si t'étais là ? Tu en serais la première étonnée j'en suis certain. Tu m'as toujours cru plus fort, plus brave que je ne le suis réellement. Je frisonne toutes les secondes, sans savoir s'il s'agit du froid glacial de l'hiver ou de la mort qui me rattrape et me frôle un peu plus que la veille. La vie, sa plus grande ennemie, mène son cours en épargnant certains de ce trépas vers le vide qui nous encercle, nous épure, nous prend et nous garde. Hier encore, j'ai vu mourir sous mes yeux, une jeune recrue, plus jeune encore que moi. C'était un garçonnet à peine majeur, qui ne connaître jamais les petits plaisirs de la paix pour laquelle il s'est battu. La guerre a le pouvoir de changer les meilleurs hommes.

J'ai honte de te l'écrire... Cependant, je ne me reconnais même plus. On me hurle de tirer, alors je tire, rendant peut-être une femme veuve et ses enfants orphelins. On m'ordonne de lancer des grenades, alors je lance, en privant sûrement un soldat ennemi d'une jambe, d'un pied ou d'un bras entier. Je ne suis qu'un vulgaire pantin qui obéit à un certain instinct, qui aurait sommeillé pendant tout ce temps au plus profond de mon être. Est-ce animal, monstrueux ou un réflexe de survie ? Je ne fais plus la différence. Je me dégoute moi-même et je me sens si mal et horrifié par tout ce que j'ai eu le déplaisir de voir ou de faire. Ces cadavres que je sème, comme si quelque chose de beau aller pouvoir pousser au milieu d’entre eux… Je crois devenir fou. Les cris de douleurs me rendent sourd. Les hurlements me déchirent silencieusement les entrailles. Les appels au secours, je les ignore et les enterre au plus profond de mon cœur.

Je ne trouve plus le sommeil : il m'a lâchement abandonné pour laisser place aux fantômes des malheureux que j'ai tués, que je tue et que je tuerais demain. Alors je me retourne pour trouver une position plus confortable sur ce misérable tas de débris et de terre que j'ai construit à partir de rien. Pour éviter la boue qui nous colle telle une seconde peau, je serais prêt à tout... Ensuite je pense. Je pense à ma famille, au bonheur de savoir que ma sœur est encore une enfant, que ma mère est bien loin de ce massacre, et à la chance qu'a eu mon frère de ne pas voir ce qui se passe sous mes yeux. Je songe aussi à Adria et à sa bonne et délicieuse cuisine qui me chatouille parfois le nez, qui se souvient encore de l'odeur exquise d'un simple pot-au-feu, tandis que mange un maigre rat grisâtre et sans saveur ;

Je prie aussi. J'invoque secrètement un dieu, n'importe lequel, pour qu'il arrête ce carnage qui me torture, me saigne et me tue lentement tel un poison. Mon seul dieu, avant c'était la liberté. Aujourd'hui, ce n'est que la peur et mes espoirs de paix irréalisables. Mais je continue de marcher, et peut-être que ça me maintient en vie...Je ne serai bientôt plus qu'un autre pantin. Mes heures sont comptées, et bientôt on coupera les fils qui me lient à la main qui m'anime.

Je pense à toi. Mon amie Rose. Si tu savais comme tu me manques... J'aimerais t'avoir près de moi pour pouvoir te serrer fort dans mes bras une dernière fois et avoir la chance et le courage de te dire tous ces mots qui me viennent à la tête quand mon esprit est accaparé par ton souvenir. Tu es ma seule raison quand je deviens fou. Je t'aime Rose.  Je souhaiterais encore y croire, ne serait-ce que pour toi. Je t'aime, je t'aime, je t'aime. A l'instant je t'aime. Je ne sais pas de quoi seront faîtes les prochaines secondes. Mais je t'aime. Je t'aime pour aujourd'hui et je t'aime bien assez pour demain.

Tu m’as donné les armes, jusqu’ici pour que je survive. Tu m’as donné les armes, et je les prends chaque matin pour voir un autre soir, un autre lendemain. Pour aller mieux, il ne me faut pas grand-chose, juste du sommeil et un ventre plein. Parce que j’ai arrêté de vouloir penser, j’ai arrêté de songer. La culpabilité ne me nourrie plus. C’est elle qui me ronge… Et je m’étais promis que cette guerre ne me changerait pas. J’ai échoué. J’ai lamentablement échoué. Tout ce que j’ai sais, c’est que demain sera peut-être le dernier.

Dans un autre monde, ma Rose.

Isha, soldat du 59ème régiment, 49 batterie, 69 secteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piou piou piou piou piou piou piou piou piou piou


avatar

Maliae
Messages : 1905
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Lettre de vie    Dim 25 Fév 2018 - 10:45

C'était vachement beau, ça m'a donné des frissons, mais c'était dur et triste et ça représente bien la guerre et la façon dont elle change les gens, le mal qu'elle fait, et comment qu'on soit victime ou bourreau on souffre de toute façon. Wouah, vraiment, tu as une plume magnifique, qui fait vraiment ressentir les choses. J'en ai encore des frissons, et un peu les larmes aux yeux pour ce pauvre Isha et son amour pour Rose.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lettre de vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lettre liée
» Nathaniel Hawthorne - La lettre écarlate
» Lettre de Denain
» Ferme les yeux..et tape 7 lettre au hasard.
» La lettre de George Sand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CacheCoeur-
Sauter vers: