AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Originale] Sam et Nael (chapitre 5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exterminate


avatar

Maliae
Messages : 1877
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Originale] Sam et Nael (chapitre 5)   Sam 25 Nov - 20:45

Fandom : Originale
Prompt : La magie s'est envolée.
Note : BUBUBU

***

5.

Melody l’avait dit, elle l’avait fait. Ce fut comme si le temps s’arrêtait, et ce fut pire quand Nael lui sourit, un sourire fin et doux. Le cœur de Melody cognait comme un fou dans sa poitrine, elle avait peur et en même temps elle se sentait bien, heureuse d’avoir fait ce premier pas. Heureuse de voir Nael lui sourire après qu’elle lui ait avoué ses sentiments.
Puis il se détourna d’elle et regarda à nouveau Sam.
- Désolé Melody, dit-il de sa voix trainante, mais je ne t’aime pas.
Elle sentit son cœur se briser, comme si un grand crac résonnait dans le silence. La magie s’était envolée. Ça lui fit mal, vraiment mal, mais bizarrement ça lui redonna la vue. Elle suivit le regard de Nael, ses yeux posés sur Sam avec une infinie tendresse, et elle comprit bêtement ce qu’elle n’avait pas compris plus tôt. Pourtant c’était d’une évidence et ça rendait clair tellement d’autres instants, tellement de gestes de Nael. Elle soupira et murmura :
- C’est Sam que tu aimes ?
Nael rougit jusqu’aux oreilles et elle fut dégoûtée. Elle avait envie de lui crier dessus, de lui demander ce qu’il pouvait trouver à cet avorton, idiot, qui jouait à un jeu débile, qui était si maladroit qu’il avait des bleus sur tout le corps, qui n’avait aucun autre ami que Nael et elle, qui parlait tout le temps pour ne rien dire. Qu’est-ce qu’il pouvait trouver à quelqu’un comme Sam ?
Melody sentit une sorte de rage étreindre son cœur, de la jalousie.
- Pourquoi lui ?
Nael plia ses jambes et les entoura de ses bras :
- Pourquoi pas ?
Il y avait dix mille raisons de pourquoi pas lui, elle ne les cita pas cependant.
- Comment tu es tombé amoureux de lui ?
Il haussa les épaules et dit :
- Si tu lui dis, je t’en voudrai.
- Je ne lui dirai rien, mais dis moi comment.
- Tu veux te faire du mal ?
- Je suis curieuse.
- Comme tu veux. Je l’aime depuis que je le connais. On s’est rencontré au collège, en sixième. Au début je ne faisais pas attention à lui, du tout, je le remarquais à peine, peu importe s’il était bruyant, peu importe si les autres le traitaient de con, il m’était égal. J’ai toujours été comme ça, pas intéressé et inintéressant. Je parlais pas beaucoup, j’étais comme une ombre, j’avais des potes mais je faisais même pas attention à eux. Et puis le prof d’histoire nous a mis en groupe pour des exposés et je me suis retrouvé avec Sam.
- Et ? Me dis pas que t’es tombé amoureux de lui parce qu’il a fait un super exposé ?
- Sam n’était pas du tout concentré sur l’exposé, je l’ai quasiment fait tout seul.
- Et ça t’a plu ?
Nael haussa les épaules :
- Je m’en foutais. Faire ce travail tout seul ou à deux, ça n’avait pas d’importance. Sam vint alors chez moi pour travailler, et mes grandes sœurs le traitèrent comme une peluche. Ce qui sembla plaire à Sam.
- Alors, qu’est ce qui t’a plu chez lui ?
- J’y viens. On est allé dans ma chambre pour bosser, Sam s’est assis sur mon lit et au moment où j’ai voulu l’interroger sur ce qu’on allait faire, il s’est mis à me parler. Il m’a raconté la série qu’il venait de regarder, c’était Merlin et pendant une heure il en a parlé comme ça, avec passion, comme si c’était le thème de notre exposé. Et quand il a eu fini, il m’a souri. Voilà.
- Tu es tombé amoureux de son sourire ?
- Je suis tombé amoureux de sa façon de pouvoir parler pendant une heure de quelque chose qui le passionne.
- C’est nul, grommela Melody.
- Désolé de ne pas te sortir une histoire hyper romantique.
Melody était déçue, ce n’était que ça ? Il avait suffi que Sam parle pendant une heure et pouf, Nael en était tombé amoureux ? S’il n’y avait que ça, elle voulait bien parler pendant une heure puis sourire à la fin de son discours. C’était facile.
- Je sais ce que tu penses, et non ça ne marcherait pas, fit Nael.
- Tu lis dans les pensées ?
Il eut un petit rire, bousculant le cœur brisé de Melody :
- Oui.
- Sérieusement ! Je n’ai pas envie de jouer maintenant.
- C’est facile de deviner ce que tu penses, tu te dis que si tu parles autant que Sam je tomberai amoureux de toi.
- Oui !
- Et bien non. J’ai eu le temps d’apprendre à le connaître et de renforcer mes sentiments pour lui. Et désolé Melody, tu ne lui arrives pas à la cheville.
Elle encaissa le choc.
- Je ne vaux pas Sam ?
- Non, pas du tout. Tu es sympa et tout, mais tu n’es pas lui.
Melody arracha une pleine poignée d’herbe et la relâcha :
- Ou bien je vaux plus mais tu es gay, et donc c’est normal que tu le préfères lui.
Nael haussa les épaules.
- Crois ce qui t’arrange, si ça te fait moins mal de penser ainsi, vas-y.
Ça l’énervait. Melody aurait voulu qu’il confirme, qu’il dise qu’il était gay, parce que ce n’était pas juste, s’il était bi. Elle valait mieux que Sam. Il avait peut-être un super QI et il était super gentil, mais elle, elle était maligne, elle ne se cognait pas partout, elle était plus mature.
- N’en veux pas Sam, ce n’est pas sa faute.
Melody soupira :
- Je lui en veux pas, mais j’ai du mal à comprendre.
- Je ne trouverai pas mieux que lui.
Elle arracha une nouvelle touffe d’herbe. Elle se leva et se frotta les fesses :
- Je rentre, dit-elle, j’ai des devoirs à faire, tu diras au revoir à Sam de ma part.
- Okay.
Melody aurait voulu qu’il la retienne, qu’il insiste sur le fait qu’il était désolé, qu’il lui demande de rester avec eux, avec lui. Elle aurait voulu qu’il change d’avis. Il ne fit rien. Il resta assis par terre à fixer Sam comme s’il était. Elle aurait adoré voir Sam tomber de vélo une deuxième fois, pour se venger de loin. Sam ne tomba pas et elle leur tourna le dos pour rentrer. Vexé. Jalouse. Dégoûtée.

Sam vint rejoindre Nael quelques minutes plus tard :
- Pourquoi elle est partie Melody ?
- Elle avait des devoirs à faire, elle te dit au revoir.
- Elle aurait pu venir me faire la bise.
Sam semblait déçu et Nael resta silencieux. Qu’est-ce qu’il aurait bien pu dire ? Sam cette fille ne t’aime pas, c’est moi qu’elle aime, c’est pour ça qu’elle reste avec nous ? Sam aurait été trop triste de l’apprendre alors Nael préféra se taire. Il avait presque envie de rire, un rire amer, un de ces rires qui font mal. Ils étaient coincés dans un parfait triangle amoureux.

Sam rentra chez lui en prenant le bus. Ses parents buvaient une bière devant la télé quand il arriva. Son père tourna les yeux vers lui et lui sourit :
- Voilà le champion, comment ça se passe le rugby ?
- Très bien papa.
Son père se leva, porta sa bière à la bouche avant de la poser sur la table basse, et il enfonça son poing dans l’épaule de son fils. Techniquement ce n’était pas pour le frapper mais pour l’encourager. Mais ça faisait mal quand même :
- Va falloir que tu te rembourres un peu plus si tu veux espérer gagner un match.
- Oui.
- Comment est ton entraîneur ?
- Il crie beaucoup mais il est cool.
- Et tes camarades ?
- Ils sont forts. Je suis le plus maigre du tas.
- Ça m’étonne pas, t’es juste un petit maigrichon.
Son père appuya sur ses épaules de ses grandes mains osseuses. Sam resta immobile.
- Tu pourrais demander à Boris de t’entraîner.
Plutôt mourir que de demander quoi que ce soit à Boris, et surtout pas de l’entraîner.
- Ça ira, je ne veux pas le déranger.
- Tu préfères trainer avec les Grimm.
Sam ne répondit rien et son père commença à s’énerver :
- Je t’ai déjà dit de pas trainer avec cette famille de pervers. Est-ce que tu m’écoutes ?
- Oui papa.
- Ils vont te pervertir avec leurs idées dégueulasses.
- Non.
Son père commença à le secouer et Sam ferma les yeux.
- Il faudrait que je t’apprenne à m’obéir quand je te dis de ne plus les voir.
- On va au lycée ensemble, dit courageusement Sam.
Il se reçut le premier coup. Adieu le champion, bonjour la lavette, bonjour la victime. Son père le frappa encore quand Sam refusa de jurer de ne plus revoir Nael. Il pouvait tout faire, sauf ça. Il essaya de changer de sujet :
- J’ai rencontré une fille, souffla-t-il après un coup particulièrement violent.
Son père s’arrêta.
- Une gonzesse ?
- Oui.
Vincent Leconte le relâcha enfin et Sam se tint le ventre en essayant de se faire tout petit.
- Voilà qui est une bonne chose. Une nenette ! Tu l’as déjà tripoté ?
- Pas encore.
- Lance toi mon gars, les femelles elles aiment qu’on leur fasse du rentre dedans. Touche lui un sein, elle en redemandera tu verras.
- Oui papa.
- Ramène là à la maison, ta mère la gâtera. N’est-ce pas Josiane ?
- Oui mon chéri, répondit la mère de Sam.
- Je sais pas si elle voudra venir, souffla Sam qui n’avait aucune envie de ramener Melody dans sa famille.
Il s’arrangerait pour qu’elle ne vienne jamais.
- Tsss bon. C’est elle qui voit. Mais arrange-toi pour te faire cette petite pute okay ? Tu deviendras enfin un homme, un vrai. Comme Boris.
- Boris a une petite-amie ?
- Ouais à ce qu’il paraît, une grosse cochonne.
- C’est lui qui te l’a dit ?
- Ouais et je l’ai félicité.
Il y avait plusieurs possibilités. Soit Boris mentait, soit il avait drogué une fille. Qui voudrait d’un type pareil ? Vraiment ? Sam n’en revenait pas que n’importe qui tombe entre les pattes d’un gars aussi méchant.
Et en même temps, sa mère avait bien épousé son père. Alors quelqu’un tomberait peut-être entre les pattes grasses de Boris.
- Je me demande pourquoi j’ai hérité d’une lavette plutôt que d’un bon gamin comme Boris. Josiane c’est ta foutue faute ça, il a tes gênes ce môme.
La femme hocha la tête et alluma une clope. Elle se moquait de cette conversation, elle regardait une émission à la télé et semblait ne pas vouloir la rater.
Vincent donna une petite baffe à son fils sur la joue et lui fit un sourire carnassier :
- Je compte sur toi pour ta salope, me déçois pas.
- Oui papa.
Son père se lassa enfin de lui parler et retourna s’asseoir avec sa femme sur le canapé pour siroter sa bière et en reprendre une autre sans doute après. Sam en profita pour se faufiler dans sa chambre et disparaître.

Melody avait pris sa décision après avoir longuement ruminé ce qu’il s’était passé avec Nael. Elle ne voulait plus sortir avec lui, elle ne voulait plus l’aimer et le meilleur moyen de l’oublier elle l’avait à portée de main. Une solution peut-être un peu extrême mais qui réglerait plusieurs problèmes. D’abord, elle pourrait passer à autre chose, montrer à Nael que même s’il l’avait blessé, elle n’avait pas besoin de lui, qu’elle pouvait se remettre, et l’autre raison, c’était la plus méchante peut-être, la plus vicieuse aussi. Mais personne n’avait dit que Melody était un ange. Elle ne serait pas la seule à avoir le cœur brisé.
Dès le lundi matin, elle marcha droit vers Sam, ignorant Nael à ses côtés.
- Il faut qu’on parle Sammy.
Le garçon sursauta, elle ne l’avait jamais appelé comme ça, personne ne l’appelait jamais comme ça d’ailleurs. Nael fronça les sourcils. Il prit le poignet de Melody et la fixa comme pour essayer de lire ses pensées. Elle secoua la tête avec un petit sourire, elle avait promis de ne pas révéler son secret, elle tiendrait sa promesse. Et de toute façon, elle n’avait aucunement intérêt à ce que Sam apprenne les sentiments de Nael pour lui. Nael la relâcha avec hésitation et Melody entraîna Sam avec elle.
- De quoi tu veux me parler ? Pourquoi Nael il vient pas ?
- Sammy, j’ai un truc que je voudrais te demander, commença-t-elle.
- Quoi donc ?
- C’est difficile à dire, je ne suis pas très sûre de moi…
- Qu’est-ce qu’il se passe Melody ? Dis-moi tout, je t’écoute.
Melody se mordilla les lèvres, elle prit la main de Sam dans la sienne. Les yeux du garçon s’illuminèrent :
- Tu as un secret c’est ça ?
- C’est ça, dit Melody.
- Lequel ?
Sam s’attendait à tout sauf à ce qu’elle lui dit :
- Je voudrais sortir avec toi, voilà mon secret.
L’adolescent resta cloué sur le sol et regarda Melody comme si elle se moquait d’elle.
- Quoi ?
- Je veux sortir avec toi, répéta-t-elle.
- Tu veux sortir avec moi ? Sam Leconte.
- Oui Sam Leconte, personne d’autre. Qu’est-ce que tu en penses ?
Pendant un instant, Melody cru qu’il allait lui mettre un râteau, ce qui ferait beaucoup de râteau en trop peu de temps. Mais Sam eut un sourire éclatant, et hocha la tête :
- Bien sûr, on peut sortir ensemble, bien sûr.
C’était incroyable pour Sam, qu’une fille aussi géniale que Melody veuille bien sortir avec lui. Il la trouvait très belle, intelligente, drôle et pleine d’imagination. C’était la première fois qu’une fille jouait avec lui et Nael en plus. Sam se sentait le cœur battant et ce fut pire quand elle prit sa main pour l’entrainer avec elle.
Melody regarda Nael droit dans les yeux alors que ses doigts s’enroulaient autour de la main de Sam, et elle fut sûre qu’il n’en perdait pas une miette quand elle fit tourner Sam vers elle pour poser sa bouche sur la sienne.
Voilà comment on oubliait quelqu’un.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No one decides my fate, except me


avatar

Maeve
Messages : 947
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: [Originale] Sam et Nael (chapitre 5)   Dim 10 Déc - 1:40

Donc, tu as mes réactions en direct, mais Melody est VILE. Voilà.

Et le Mr Leconte, je n'ai même pas de qualificatif pour lui tant il est abject. Et super, super dangereux.

...

...RAAAAH, pauvre Nael!!! TT


Maeve

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Originale] Sam et Nael (chapitre 5)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: