AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Originale] Sam et Nael (chapitre 2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exterminate


avatar

Maliae
Messages : 1877
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [Originale] Sam et Nael (chapitre 2)   Sam 25 Nov - 12:43

Fandom : Napa
Prompt : C'est l'histoire d'un placard magique.
Note : pas relu, c'est nounouille mais bon :'D je suis une nounouille. Very Happy

***

2.

Melody faisait la gueule à sa mère dans la voiture. Encore un déménagement, encore un nouveau lycée, tout ça parce que sa génitrice était incapable de rester en place, qu’il fallait qu’elle bouge, qu’elle voyage et qu’elle ait un boulot qui la faisait partir. Sauf que Melody changeait sans cesse d’école, d’amis, et n’arrivait à se situer nulle part. Si on lui avait demandé d’où elle venait, elle aurait été incapable de répondre, parce qu’elle n’avait pas de racine, juste des bouts d’histoires à peine entamé qui s’achevait avant même d’avoir totalement commencé. Alors oui, elle faisait la gueule à une mère rayonnante et de bonne humeur qui tentait de la dérider en mettant leur chanson préférée.
- Ça fait déjà une semaine Melo, tu devrais plus m’en vouloir maintenant.
Melody ne répondit rien. Guerre du silence. Elle ne laisserait pas la satisfaction à sa mère de gagner ce combat. Elle lui en voulait trop. Dans sa dernière école, elle était devenue amie avec une fille super sympa avec qui elle faisait les quatre cent coups, et on lui avait arraché ça aussi et ça faisait mal. Elle joua avec une mèche de ses cheveux roux en ignorant royalement les paroles douces de sa mère, et quand elles arrivèrent devant son nouveau lycée, elle sortit de la voiture et claqua la porte. Sans dire au revoir.
Elle le regretta un peu. Elle le regrettait toujours. Parce qu’elle imaginait le pire, elle se demandait comment elle se sentirait si sa mère avait un accident, si les dernières paroles échangées avaient été… Une absence de parole. Elle soupira. Envoya un sms à sa mère, au cas où.
« Je t’en veux encore mais je t’aime quand même ».
Puis elle pénétra dans sa nouvelle école.

Sa mère s’était déjà occupée de tout ce qui était administratif et Melody avait déjà rencontré le proviseur. Elle avait visité le lycée, possédait son emploi du temps et savait déjà où elle devait se rendre. Elle avait tellement l’habitude qu’elle enregistrait très vite les lieux dans sa tête et connaissait les gestes par cœur. Ne pas trop se faire remarquer, avancer comme si on connaissait l’endroit, écouter de loin les conversations pour avoir une idée de quel groupe fréquenter pour ne pas finir par devenir un bouc émissaire parce qu’elle n’aurait pas réussi à s’intégrer. Elle alla droit vers sa nouvelle classe. Seconde sept.
Melody regarda la bande d’adolescents agglutiné devant la porte à attendre qu’on leur ouvre pour commencer des cours qui semblaient leur peser et n’osa pas s’approcher. Elle détestait toujours ce moment, où les regards se riveraient sur elle et où elle lirait dans les yeux « mais c’est qui celle-là ?». Elle se demandait ce qu’ils voyaient d’elle. Une petite rousse, la peau pâle, le visage clairsemé de tâche de rousseur et aux yeux verts ou bien en plus négatif : une lilliputienne ?
Melody détestait son physique, mais elle avait compris depuis longtemps que ce n’était pas ça qui comptait, que c’était peut-être ce qu’on voyait en premier mais que n’importe qui pouvait être beau avec un peu de maquillage et un bon programme de retouche, tandis que l’intelligence, c’était plus difficile à simuler. D’ailleurs, elle ne se maquillait pas, parce que c’était une perte de temps et qu’elle voulait pouvoir dormir son quart d’heure en plus le matin, elle venait au naturel et tant pis pour les commentaires du style « tu prends pas soin de toi ». Elle prenait soin d’elle, elle dormait plus le matin. Et puis soyons honnête, si elle s’était maquillée, elle aurait eu le droit à « t’es une pouf, t’es pas naturelle ». Donc quitte à se faire emmerder dans les deux cas, autant faire ce qu’elle avait envie.
La jeune fille prit finalement une bonne inspiration quand la sonnerie retentit et s’approcha des autres élèves. On leva les yeux vers elle, au début sans y faire attention, un peu plus quand elle attendit avec eux devant la porte au lieu de passer son chemin. On s’y intéressa encore plus quand elle entra dans la classe avec eux. La prof de maths la présenta alors qu’elle s’asseyait à une table au milieu de la classe.
- Nous accueillons aujourd’hui une petite nouvelle. Melody Page.
Melody sentit trente paires de yeux se tourner vers elle et la fixer comme la nouvelle attraction amusante. Elle ne s’en formalisa pas, l’habitude. Elle se contenta de rendre les regards et d’observer ses nouveaux camarades. Serait-il bien utile de lier une quelconque amitié alors que sa mère allait lui annoncer dans une dizaine de mois qu’elles repartaient ? Melody n’en était pas sûre. Mais en même temps, elle ne voulait pas s’isoler et passer son temps toute seule juste pour cette raison.
Ses yeux s’attardèrent un peu plus longtemps sur un garçon blond, parce qu’il lui fit un signe de la main. Elle ne put s’empêcher de trouver que ses lunettes lui mangeaient la moitié du visage et lui donnait l’air d’un gamin perdu. Melody ne sut pas si cette pensée était positive ou négative.
Elle sortit des affaires et la prof lui posa quelques questions sur où elle en était en cours afin de savoir si elle arriverait à suivre.
- N’hésite pas à me demander ce que tu veux si tu ne comprends pas.
Melody savait que la plupart des profs lui poseraient les mêmes questions durant la semaine, jusqu’à ce que son statut de nouvelle s’estompe doucement.
Elle fut tout de même soulagée quand la prof la lâcha pour commencer son cours, et que les yeux des élèves se désintéressèrent enfin d’elle.

Dès la pause, des élèves vinrent vers Melody pour apprendre à mieux la connaître. Des curieux. Pas tous, il y en avait qui s’en foutait, juste quelques-uns. Elle accepta de suivre un groupe, de répondre à des tas de questions, elle le fit en souriant, de manière enjouée. Se montra polie, intéressante, mignonne. Elle était déjà épuisée.
Quand le gosse à grosses lunettes s’approcha, sans doute aussi curieux que les autres, elle s’attendit à une autre flopée de questions, mais ce dernier se contenta de la regarder et de sourire.
- Dégage Sam, tu gênes, s’exclama l’un des ados.
Le blondinet s’appelait donc Sam. Il n’eut pas l’air de faire attention à la remarque, toute son attention était fixée sur Melody.
- Tu commences à devenir flippant à la regarder comme ça, lui fit remarquer une des filles du groupe, une certaine Léa ou Lucie, Melody n’était plus sûre.
- Je me disais juste que dans les films, les nouvelles ont souvent un pouvoir caché ou ce genre de trucs, lâcha Sam.
- Et c’est reparti, s’énerva Julien ou Jules ou un truc dans ce genre, tu délires complet mon pauvre. Retourne à la maternelle.
Et il poussa Sam, avec un certain mépris, presque dégoûté par sa présence. C’est à ce moment-là qu’il apparut. À moins qu’il ait toujours été là et que Melody ne l’ait juste pas remarqué. Elle se demanda d’ailleurs comment elle avait pu le louper. Ce type était immense. Il prit le bras de Julien/Jules, et il lui tordit, le visage très calme, presque serein. L’ado coupable et désormais victime cria et s’excusa.
- Putain Nael, pourquoi tu défends toujours ce taré ? S’exclama-t-il quand le grand type le relâcha.
Melody garda ses yeux rivés sur le dénommé Nael. Il avait des yeux bleus, mais pas comme le ciel, plus sombre, et une coupe en brosse sur la tête, les cheveux bruns.
- Parce que ce taré, comme tu dis, est mon ami, répondit Nael avec une voix très calme.
Sam ne semblait même pas remarqué la scène, peut-être parce qu’il avait l’habitude, peut-être parce qu’il s’en fichait. Il n’eut pas l’air vexé de se faire traiter de taré, et s’occupa plutôt de Melody, lui prenant la main et la serrant dans la sienne.
- Enchanté de te rencontrer Melody. J’espère qu’on deviendra amis tous les deux.
Elle ne sut quoi répondre.
- Moi c’est Sam, et lui c’est mon meilleur ami Nael, il a un super secret mais je ne peux pas te le dire parce que c’est un secret, évidemment.
- Sam… Intervint Nael.
- Oui, désolé, j’en dis pas plus. Mais c’est quelque chose de super cool.
Melody se contenta de hocher la tête, qu’est-ce qu’elle pouvait dire ? Elle ne connaissait pas ce Nael, et elle n’était pas sûre de vouloir connaître le secret de quelqu’un dont elle ignorait tout, à part peut-être qu’il était canon. Mais comme dit plutôt, ça ne voulait rien dire, s’il n’avait aucune once d’intelligence derrière. Sam, lui, avait surtout l’air bizarre. Quand il s’éloigna enfin, Melody cligna des yeux comme si elle venait de voir une tornade passer. On l’a mis en garde contre Sam quasiment immédiatement
- Il est bizarre.
- Il est cinglé.
- Il raconte sans arrêt de la merde.
- L’écoute pas.
- Il parait qu’il a cent-cinquante de QI, mais on dirait plutôt qu’il en a trente.
- Cent-cinquante ? Interrogea Melody.
- Ouais, apparemment un psychologue lui a fait passer des tests quand il était au collège.
Melody regarda Sam qui s’éloignait avec Nael. Elle était intriguée malgré elle. Pas par Sam, mais par la grande perche qui se tenait à côté de lui, les mains dans les poches, la démarche d’un type blasé. S’il trainait avec un type de cent-cinquante de QI, Nael pouvait-il être idiot ? Elle secoua la tête. Et s’intéressa plutôt à ce que ces camarades avaient à lui dire.

Une semaine passa. Melody avait réussi à s’intégrer, elle trainait avec ceux qui lui avaient parlé en premier. Léa, Jules, Benoit et Julie. Des ados sympas, qui parlaient de sujets banales, qu’on retrouvait dans tous les lycées de la terre, de fille, de mec, du temps, des devoirs, des films, de sexe et de fête. C’était facile de leur causer, c’était facile d’être avec eux. Ils ressemblaient au milles potes que Melody c’était déjà fait, tous interchangeable, tous sympa et sans intérêt à la fois. Dans son dernier lycée, elle avait eu une meilleure amie, Lola, une fille encore plus petite qu’elle qui avait une grande gueule et avec qui elle s’était entendue à merveille. Elles échangeaient quelques mails depuis leur séparation, mais Melody sentait que c’était déjà finis entre elles. Elle en éprouvait quelques regrets sans non plus être morte de tristesse, elle s’y était attendue, loin des yeux, loin du cœur. C’était comme ça. Et puis maintenant elle avait Léa, Jules, Benoit et Julie, ses nouveaux super potes, pour les prochains mois à venir. Elle trainait avec eux pendant les pauses, elle mangeait avec eux au self, ça ne faisait qu’une semaine et c’était comme si elle avait toujours été là. En une seule semaine, Melody avait remarqué que Benoit craquait pour Julie (et réciproquement même si tous les deux paraissaient ne se rendre compte de rien), elle avait compris que Léa était la plus intelligente du groupe, que Jules, qui avait déjà redoublé deux fois, adorait faire la fête et fumait déjà comme un pompier. Ils étaient fades, prévisibles, mais c’était bien quand même. Facile.
Alors pourquoi ce jour-là, alors que Jules parlait de ses exploits sexuels du week-end, elle se sentit faible tout à coup et eut envie de s’éloigner ? Ils étaient au self, elle tenait son plateau, suivait Julie qui se marrait en donnant un coup de coup à Jules, devant l’air jaloux de Benoit. Les doigts de Melody se serrèrent un peu plus fort sur son plateau.
- Vous avez vu la tronche de la Bouloche ce matin ? S’exclama alors Léa. Cette coupe de merde qu’elle s’est faite.
La Bouloche, c’était madame Boulet (son nom était difficile à porter à lui tout seul) leur prof d’SVT. De ce qu’en avait compris Melody, tout le monde la détestait, parce que ses cours étaient nuls, qu’elle était bizarre et qu’elle criait tout le temps. Melody se contentait de suivre le mouvement et de la détester aussi et de se moquer d’elle comme tous les autres. Elle ne la connaissait même pas.
- Hilarante, marmonna-t-elle.
Ils arrivaient près de la table où ils allaient s’asseoir, quand le regard de Melody croisa celui de Sam qui regardait dans leur direction. L’adolescent était assis en face de Nael et les jambes de Melody s’arrêtèrent de marcher.
En une semaine, Nael s’était ramassé un seize en anglais et un dix-neuf en physique, les notes ne voulaient rien dire, certes, mais elle ne put s’empêcher de comparer avec Jules qui avait eu huit dans les deux matières et Léa qui avait à peine obtenu onze. Benoit et Julie pas beaucoup mieux, pas beaucoup plus. Elle soupira :
- Aujourd’hui, je vais manger ailleurs, dit-elle.
- Comment ? Demanda Jules.
- Je ne vais pas manger avec vous.
Et elle redémarra, planta là ses tous nouveaux potes sans leur laisser le temps de réagir. Melody posa son plateau sur la table de Nael et Sam :
- Je peux m’incruster ? Demanda-t-elle.
Elle avait agi impulsivement, elle était déjà en train de le regretter. Mais qu’est-ce qu’elle foutait ? Trainer avec Sam c’était la mort sociale. Personne ne le supportait dans la classe, il se faisait moquer de lui, on lui envoyait des boulettes en classe, il exaspérait les gens et le seul qui réussissait à le supporter était Nael. Qui était collé à ses baskets comme son ombre.
Pourtant Nael avait du succès lui, Léa craquait complètement pour lui. Elle ne cessait de dire à quel point il était canon et tellement mystérieux, et elle n’était pas la seule dans la classe à penser pareil. Tout le monde se demandait ce qu’il foutait avec Sam, pourquoi il gâchait sa scolarité avec un demeuré.
- Tu peux, lui dit Sam.
Et elle s’assit à la table, juste en face de Nael. C’était vrai qu’il était canon, personne ne pouvait le nier. Il avait des yeux immenses, avec de grands cils sur un visage aux traits fins, le bleu de son regard était envoûtant et maintenant qu’il avait ses yeux posés sur elle, Melody en avait des frissons. C’était comme si Nael regardait directement droit dans son âme et elle baissa les yeux sur son assiette, troublée. Melody devait reprendre contenance, un mec ne pouvait pas la mettre dans cet état, c’était stupide et ridicule. Elle releva la tête, fièrement et le défia du regard. Elle aussi pouvait le faire trembler des genoux si elle voulait, et tant pis si elle était loin d’être canon, elle avait pleins de beauté intérieure en elle et d’assurance. Nael fut le premier à tourner la tête et elle afficha un sourire satisfait.
- Alors ? Demanda Sam. Tu te plais bien ici ?
- Ça va.
- Tu savais qu’il y avait des légendes qui entourent ce lycée ? Par exemple, le laboratoire numéro deux de chimie est hanté.
- Pardon ?
- Apparemment un élève s’y est suicidé, depuis son âme hante les lieux, c’est pour ça que des fois la porte s’ouvre toute seule, ou qu’il y a un courant d’air alors que les portes sont fermés. On a même vu le squelette en plastique bouger.
Melody se tourna vers Nael comme pour lui demander de l’aide, elle ne comprenait rien au charabia de Sam. Pourquoi lui parlait-il de ça ? Cependant, elle ne reçut aucun soutient :
- Il y a aussi la légende du placard à balais, lâcha à la place Nael d’une voix grave et trainante.
- Oui, s’extasia Sam.
Melody hésita et finit par demander :
- Et c’est quoi ?
- Il parait que si un couple s’embrasse dans ce placard, alors il sera destiné à rester ensemble pour toujours.
- C’est une superstition, fit Melody.
- Pas du tout, s’exclama Sam.
- Et si deux gens qui ne s’aiment pas s’y embrassent par erreur, demanda-t-elle, est-ce qu’ils vont être obligé de se supporter jusqu’à la fin de leurs jours ?
Le regard de Sam s’éclaira, il parut réfléchir sérieusement à la question puis hocha la tête :
- Ils finiront par tomber amoureux.
- Et s’ils aiment des autres personnes ? Tu ne penses pas qu’ils vont se séparer ?
- Peut-être au début, avant de se retrouver irrémédiablement attiré l’un vers l’autre, c’est comme ça que ça fonctionne. Hein Nael ?
Nael hocha doucement la tête et mangea une frite. Melody se tut un instant pour manger aussi, et réfléchir.
- Et si l’un des deux meurent ? Interrogea-t-elle.
Sam pâlit et Nael répondit à sa place :
- Alors soit l’autre meurt aussi, soit…
- Soit ?
- Et bien, ils seront restés ensemble jusqu’au bout, non ? Ça fonctionne aussi.
Melody hocha la tête, ce n’était pas faux. Elle se surprit à se prendre au jeu :
- Vous connaissez un couple à qui c’est arrivé ?
- Le fameux Roberto et sa douce fiancée Juliette, répondit Sam.
- Vous les connaissez personnellement ?
- Non mais ils sont une légende ici.
- Une autre légende, souffla Melody.
- Roberto et Juliette étaient si amoureux l’un de l’autre qu’ils se sont mariés au lycée, ils se sont embrassés dans le fameux placard, et on raconte qu’ils sont morts très vieux, en se tenant la main, tous les deux, ensemble.
Melody n’en croyait pas un mot, les mythes, les légendes, tout ça, ça n’existait pas. Pourtant elle se sentait enthousiaste malgré elle :
- Et il est où ce fameux placard ?
- Nul ne le sait, répondit Sam, il faut tous les essayer. Il y en a sans doute un qui est le bon.
- Et avec qui vous aimeriez finir dans ce placard ? Interrogea-t-elle.
Nael tourna ses yeux vers Sam, comme s’il attendait sa réponse. Sam la regarda elle et haussa les épaules :
- Quelqu’un de chouette, répondit-il. Et toi ?
- Matthew Daddario, dit-elle sans réfléchir.
C’était un acteur qu’elle aimait bien et trouvait plutôt pas mal. Alors puisqu’on parlait de légende, pourquoi ne pas complètement délirer hein ? Et là Sam se redressa sur sa chaise :
- Tu regardes Shadowhunter ?
Melody fut surprise qu’il connaisse, mais agréablement surprise.
- Oui, répondit-elle. Toi aussi ?
- Je viens de commencer la série.
Elle se tourna vers Nael et demanda :
- Et toi ?
- Non.
- Dommage.
Il haussa les épaules, ouvrit son yaourt et commença à le manger. Son assiette était pourtant à peine entamé. Sam la prit pour manger le reste.
Nael, en plus de manger peu, ne parlait pas beaucoup, depuis le début, il avait à peine ouvert la bouche et elle le regrettait. Elle aurait voulu le faire parler mais elle ne savait pas quoi lui dire pour que des mots s’échappent de sa bouche. Melody tenta quand même :
- Tu regardes d’autres séries ?
- Quelques fois.
- Lesquels ?
- Psych, Perception, énuméra-t-il.
Melody ne les connaissait pas, elle ne pouvait rien en dire. Sam rebondit et énuméra toutes les séries qu’il regardait et il y en avait beaucoup. Il lui donna le tournis en donnant pleins de détails inutiles jusqu’au moment où Nael souffla :
- Concentre-toi Sam.
- Et donc tu regardes quoi toi, à part shadowhunter ?
Melody haussa les épaules, donna le nom de deux trois séries qu’elle matait. Elle s’enflamma un peu en partageant sur shadowhunter avec Sam et se rendit compte qu’elle était mille fois plus enthousiaste ici, qu’avec toutes les conversations qu’elle avait eues avec Jules, Julie, Léa et Benoit. C’était pourtant une mauvaise idée d’être ici, Melody avait toujours évité les parias, toujours fais en sorte de ne pas finir avec ceux qu’on rejette, elle ne voulait surtout pas finir bouc émissaire, elle voulait des amis, une bonne position sociale, être à l’abris des moqueries. Elle était bien avec Jules, Julie, Léa et Benoit, elle était bien avec ce groupe. Il ne fallait pas qu’elle commette d’erreur. Sa résolution prise, elle décida de les rejoindre juste après manger, pour le temps de pause qu’il resterait. Elle se dépêcha de manger son yaourt, tandis que Sam continuait de parler sans s’arrêter, la saoulant de paroles et raffermissant sa résolution. Elle et Sam, ça ne fonctionnerait pas. Elle était prête à se lever, à dire qu’elle était désolée, qu’elle allait rejoindre ses amis, puis elle fit l’erreur de tourner son visage vers Nael. Celui-ci fixait Sam, pas du tout embêté le moins du monde par son flot de paroles, et avait un petit sourire.
Melody n’était pas totalement superficielle, elle savait que le physique ça comptait pas, elle savait bien que c’était tout le reste qui comptait en fait. Pourtant elle sentit ses genoux trembler, sa résolution s’envoler.
Tomber amoureuse d’un sourire c’était débile.
Elle était débile. Débile à fond.
Mais elle n’y pouvait rien.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
No one decides my fate, except me


avatar

Maeve
Messages : 947
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: [Originale] Sam et Nael (chapitre 2)   Dim 10 Déc - 0:38

Et coucou!!

Mélody est... Hm. Je ne sais que penser. Elle a le potentiel d'être gentille et le potentiel d'être... horrible, je pense. X'D Mais en tout cas, elle est intrigante! Very Happy

Quant à Nael, il est tellement MIMI avec Sam! Ils sont vraiment choux, tous les deux.^^


Maeve

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Originale] Sam et Nael (chapitre 2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: