AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [The 100 x American Horror Story - Pas de spoil normalement] La vigueur des papillons (4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
God ! No, I'm Dean.


avatar

Maliae
Messages : 1788
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [The 100 x American Horror Story - Pas de spoil normalement] La vigueur des papillons (4)   Dim 29 Oct - 13:21

Fandom : The 100 x American Horror Story
Prompt : Je ne suis pas sûr.
Note : pas relu, comme d'hab, la flemme :'D, plus Murphamy que jasper x tate ce chapitre.

***


Quand Jasper ouvrit les yeux ce matin-là, Tate n’était déjà plus là, mais il avait laissé un mot sur la table de nuit.

« Jasper,
Tu es trop mignon quand tu dors, je pourrais t’observer des heures si je ne devais pas aller bosser. Je suis encore désolé pour hier soir. Je ne le ferai plus jamais, jamais, jamais. Promis. On se voit tout à l’heure, vite j’espère.
Je t’embrasse (sur la bouche, derrière l’oreille et sur la nuque).
Je t’aime. Je crois.
Tate. »

Jasper eut un sourire idiot épinglé sur son visage après la lecture de cette lettre et eut le droit à une claque sur la tête de la part de Murphy.
- Ton bonheur m’énerve.
- Jaloux, le taquina Jasper.
Monty posa son menton sur l’épaule de Jasper et lut la lettre, sans gêne. Jasper le laissa faire, il partageait tout avec son meilleur ami.
- Hmmm, il t’aime, il croit.
- Il m’aime, sourit Jasper.
Monty hocha la tête.
- C’est mignon. Même si j’espère qu’il va tenir sa promesse.
- Oui. Fit Jasper.
Monty décoiffa son meilleur ami et se recula. Murphy s’étira et enfila un tee-shirt au-dessus de son caleçon.
- Je vais chercher des cafés, dit-il.
- Tu aimes te trimballer en petite tenu, fit remarquer Monty. D’autant plus qu’on va descendre prendre le petit dej dans dix minutes.
- Je vais voir si Bellamy est en bas, ça pourrait lui donner des bonnes idées, expliqua Murphy avec un clin d’œil.
- Je croyais que vous aviez décidé de ne faire que discuter, dit Monty.
- J’ai bien l’intention de le faire changer d’avis. Sourit Murphy en coin.
Jasper interrogea :
- Il s’est passé quoi ?
- Je vais te raconter, fit Monty alors que Murphy quittait la pièce.

Il descendit jusqu’à la réception. Bellamy était occupé à parler avec deux hommes, vérifiant sans doute leurs réservations. Les deux types paraissaient s’engueuler en même temps que Bellamy pianotait sur son ordinateur.
- Ils sont gays, précisa Tate en arrivant derrière lui.
- Merci pour l’infos mais j’en ai rien à foutre.
- Tous les ans ils viennent, ils passent le séjour à s’engueuler et repartent mécontent. Et ils reviennent quand même l’année d’après. Ça fait déjà quatre ans.
Murphy haussa les épaules et attendit, il voulait parler à Bellamy.
- T’en as encore pour une demi-heure à rester planté là, les jambes à l’air comme ça tu vas chopper froid.
- Il fait plus de vingt degré.
- Comme tu veux, mais le temps qu’il s’occupe des gays, une autre famille va arriver et très vite une heure sera passé et tu seras toujours planté là.
Murphy soupira :
- C’est bon j’ai compris, je remonte.
Tate avait un petit sourire en coin et leva ses sourcils :
- Jolie caleçon, au passage.
- Tu fais déjà des infidélités à mon pote ?
- Je constate, c’est tout. Le sien est plus mignon.
Murphy sentit une pointe d’exaspération et décida de remonter bredouille. Il verrait Bellamy plus tard. En pantalon cette fois-ci. Il ne remarqua pas le regard de Bellamy pointé sur lui alors qu’il lui tournait le dos.

Dans le couloir, Murphy croisa la femme de ménage, elle était jeune, avec des cheveux auburn, de magnifique yeux verts et une tenue plutôt courte pour une femme de ménage. On aurait dit qu’elle faisait plutôt du cosplay. Sur son torse était épinglé une carte avec son prénom. Moira. Elle était super sexy, et lui dit « bonjour » d’une vois hyper suave quand il passa à côté d’elle. Murphy lui sourit, mais n’y prêta plus attention, il était encore déçu de ne pas avoir pu parler à Bellamy.
Il rentra dans sa chambre, où Monty et Jasper étaient des prêts. Lui-même prit une douche vite fait et s’habilla. Hors de la salle de bain, il commenta :
- Au fait vous avez croisé la femme de ménage ?
- Oui, répondirent Monty et Jasper.
- Elle est sexy non ?
Monty acquiesça :
- Clairement.
Mais Jasper secoua la tête :
- Vous êtes fous ou quoi ?
- Tu l’as vu ? Moira ? La femme aux cheveux auburn.
- Oui je vois de laquelle tu parles, fit Jasper, et elle a l’âge d’être notre grand-mère.
- Mais qu’est-ce que tu racontes ? Fit Murphy. Elle est super jeune. Et super belle. Et aguicheuse.
- Je confirme, dit Monty, elle m’a dragué quand je suis passé à côté d’elle. Difficile de la rater.
Jasper les regarda comme s’ils étaient devenus fous, se souvenant d’une vieille femme qu’il avait voulu remercier pour son travail. Elle lui avait alors indiqué que Tate était celui qui avait nettoyé leur chambre et c’était ainsi qu’il avait pu parler au blondinet. Et il ne la trouvait pas du tout sexy.
- Jasper est devenu bigleux depuis qu’il sort avec son mignon, se moqua Murphy.
- Je t’emmerde, c’est vous qui êtes fous. Je ne savais pas que les vieilles vous intéressaient.
Ils se taquinèrent un moment, puis descendirent au restaurant pour prendre leur petit dej. Ils ne croisèrent pas Moira.

xxx

Tate éclata de rire quand Jasper lui raconta l’histoire, pendant une de ces pauses.
- En fait Moira est un fantôme, elle apparaît aux garçons super sexy et aux filles, comme une vieille femme.
- Je l’ai vu vieille, précisa Jasper.
- Tu devrais te remettre en question alors.
Jasper le pinça :
- Et la véritable explication ? Demanda-t-il.
Tate sourit et embrassa la courbe de sa joue faisant frissonner Jasper. Ils avaient trouvé un coin tranquille où personne ne les verrait et ne viendrait les embêter.
- Il y a deux Moira. La grand-mère et la petite-fille. Elles se ressemblent beaucoup, alors vous n’êtes pas les premiers à vous poser des questions.
- Je vois. C’est amusant.
- Je sais, dit Tate, c’est pour ça que ma mère les garde, elle trouve qu’elles font parties du décor, et qu’elle crée de l’animation.
Jasper hocha la tête et Tate posa son nez contre sa joue. Il se montrait tout câlin avec lui, il avait du mal à se séparer de lui, il prenait du retard, sa pause durait plus longtemps qu’elle ne le devrait.
- Vous allez faire quoi aujourd’hui ? Demanda-t-il.
- On va sortir visiter, encore. Il y a pleins d’endroits qu’on n’a pas encore vus.
- Je vais penser à toi toute la journée, dit Tate, j’ai trop envie de te demander de rester.
- Il reste à peine une semaine et demi de vacances, alors on voudrait en profiter.
- Je comprends, fit Tate.
Jasper caressa doucement sa joue.
- Les retrouvailles ce soir n’en seront que plus belle, dit-il.
Tate rit et embrassa le bout de son nez :
- T’es vraiment trop romantique.
- C’est un reproche ? Demanda Jasper.
Tate secoua la tête.
- Non, j’adore ça.
C’était vrai. Ça l’amusait et le faisait fondre en même temps. Et quand Jasper lui sourit, Tate ne peut s’empêcher d’embrasser sa bouche. Il l’aimait.

xxx

Pendant que Jasper et Tate se faisaient des petits bisous, Murphy tournait comme un lion en cage autour de la réception. Les gens faisaient-ils exprès d’arriver par millier ? En pleins milieu de semaine en plus ? Fallait-il qu’il simule une crise cardiaque pour avoir le droit de parler à Bellamy ? Monty soupira :
- Assied toi, tu me rends dingue à tourner comme ça.
Murphy se laissa tomber sur un siège en face de son ami.
- Jasper ne va pas tarder et nous sortons, commenta Monty.
- Justement. J’aurais voulu pouvoir lui parler avant de partir.
Monty regarda en direction de Bellamy qui était vraiment occupé.
- Ça m’a l’air plutôt compromis.
Il reçut à ce moment-là un texto et sursauta. Il le lut et soupira. Murphy fronça les sourcils :
- Je vais lui mettre des coups de pelle si elle continue, elle t’a dit quoi cette fois-ci ?
- Qu’elle n’arrêtait pas de pleurer pendant que moi je prenais du temps et que tout ça c’était ma faute, que j’étais lâche de pas lui répondre et que si je continuais à l’ignorer elle allait se faire du mal et que ce sera ma faute ça aussi.
Murphy leva les yeux au ciel :
- Elle a vraiment envie de se faire plaindre. Donne-moi ton portable.
- Non.
- Donne-le-moi insista Murphy.
Monty refusa. Jasper revint à ce moment-là, main dans la main avec Tate.
- Qu’est-ce qu’il se passe ? Demanda-t-il.
- Harper, voilà ce qu’il se passe, répondit Murphy.
Jasper fronça les sourcils, puis expliqua vite fait à Tate qui était Harper et pourquoi elle faisait chier. Monty lu le dernier SMS qu’elle avait envoyé. Tate eut un sourire en coin :
- Il suffit de lui faire peur non ?
- C'est-à-dire ? Interrogea Monty.
- Donne-moi ton portable, dit Tate.
Monty refusa, mais Tate insista tellement qu’il finit par lui tendre. Il envoya un SMS puis lui rendit.
- Tiens, ça devrait aller maintenant.
Monty lu le texto et leva les sourcils.
- T’es un gros malade, dit-il.
- Un peu, sourit Tate.
- Qu’est-ce qu’il a écrit ? Demandèrent Murphy et Jasper.
- « Bonjour ici Tate, un ami de Monty, suite à tes SMS il a fait une tentative de suicide et est actuellement dans le coma à l’hôpital. Si tu continues de le harceler, ses amis Jasper et Murphy seront obligés de porter plainte contre toi, merci donc de cesser immédiatement. Bonne journée ».
Murphy éclata de rire, il fut le seul, les deux autres grincèrent des dents. Mais si ça fonctionnait… Pourquoi pas. Monty rangea son portable dans sa poche et se leva :
- On y va ? Demanda-t-il.
Tate embrassa vite fait la joue de Jasper.
- Je vais bosser, amusez-vous bien.
Puis il s’éloigna. Murphy se releva grognon et enfonça ses mains dans les poches.
- Tu n’as pas pu parler à ton bellâtre ? Demanda Jasper.
- C’est exactement ça, dit Monty.
Murphy grogna. Jasper regarda vers Bellamy et souffla quelque chose à l’oreille de Monty. Les deux adolescents se sourirent puis s’éloignèrent, plantant Murphy là. Ils s’avancèrent derrière la dernière famille, puis tout à coup Jasper commença à se plier en deux et à pousser des cris bizarres.
- Oh non, mon ami se sent mal, hurla Monty, s’il vous plaît aidez-le.
Il tira sur les manches des familles qui étaient là, libérant un instant l’attention de Bellamy. Murphy en profita immédiatement tandis que Jasper se tordait en deux sur le sol et que Monty faisait semblant de paniquer, jouant très mal la comédie.
- Salut, dit-il.
- Salut, fit Bellamy, on ne devrait pas aider ton ami ?
- Tout va bien, sourit Murphy. Je voulais juste te parler et j’ai les meilleurs amis du monde.
Bellamy rit, Murphy sut qu’il allait passer une bonne journée, désormais.
- Je reviens ce soir, dit Murphy, on pourra… Parler.
Bellamy hocha la tête.
- Passe une bonne journée.
- Toi aussi.
Ils se sourirent puis Murphy s’éloigna et alla ramasser Jasper qui se roulait par terre. Immédiatement le garçon se sentit mieux et se releva :
- Désolé juste une petite crise, ça m’arrive des fois.
Et devant l’air outré des gens, les trois adolescents se carapatèrent en vitesse.

xxx

La journée passa doucement pour Tate, il avait la tête ailleurs. Il nettoya la chambre de Jasper et en profita pour fouiller dans ses affaires, comme un vrai stalker. Il avait envie d’en apprendre plus sur son petit ami et ne pouvait s’empêcher de regarder tout ce qu’il avait dans sa valise (des fringues, des bonbons, des cookies et un bouquin de chimie). Il fit un truc de gros pervers en sniffant l’un de ses tee-shirts et se sentit débile. Il eut envie de lui voler un pull pour s’enrouler dans son odeur, mais il faisait vraiment trop chaud pour ça, et il avait peur que Jasper lui en veuille de s’être servi.
Quand il eut fini de nettoyer la chambre, il sortit s’occuper de monter des valises à des gens qui ne le voyaient pas. Désormais il s’en moquait, il écoutait les histoires d’un tel ou d’une telle, et ça l’amusait dans son for intérieur, mais il ne faisait plus attention au fait d’être invisible. Parce qu’il avait trouvé quelqu’un qui le voyait, quelqu’un comme Jasper et il ne cessait de penser à lui, l’esprit encombré par son image, son odeur, le son de sa voix, sa personnalité douce et amusante.
Quand il en eut marre de bosser, il alla enquiquiner Bellamy.
- Quel dommage, souffla-t-il à l’adresse du réceptionniste.
- Qu’est-ce que tu veux morpion ?
- Quel dommage que Murphy ait une petite amie, vraiment. Toi qui voulait continuer à te le faire.
- La ferme.
- Il doit être doué au lit, mais il n’est pas fidèle, c’est quand même un sacré défaut.
- Tu veux bien te la fermer, répéta Bellamy exaspéré.
- Elle doit être bien meilleure que toi pour qu’il ne songe même pas à la larguer pour te récupérer.
Bellamy tapa du poing sur le bar de la réception, ce qui ne calma pas Tate qui conclue :
- Ou bien il en est vraiment amoureux et tu n’étais qu’une expérience.
Tate vit dans les yeux de Bellamy qu’il avait envie de l’étrangler et ça lui procura une sorte de joie. Y avait pas de raison qu’il soit le seul en manque ici.
- Si tu veux, je peux t’aider à le conquérir.
- Je me passerai de ton aide, sale psychopathe.
- Dommage pour toi.
- Continue comme ça et je montre à Jasper pourquoi il ne devrait pas sortir avec toi.
- Comme si tu pouvais faire ça.
- Je sais pourquoi Violet t’a largué.
Tate perdit son sourire.
- Comment tu sais ça ?
- Les gens de ta famille parlent beaucoup.
- C’est Constance qui te l’a dit ? Cette garce…
- Ce n’est pas elle, fit Bellamy.
- De toute façon tu ne sais même pas pourquoi j’ai fait ça !
- Je ne suis pas sûr, mais au vu de ton caractère, je le devine.
Le jeu avait changé de main, cette fois-ci c’était Bellamy qui jubilait. Tate serra les poings.
- Ne dis rien à Jasper, si quelqu’un doit lui en parler, c’est moi, personne d’autre.
- Alors dans ce cas, fous moi la paix. Et laisse-moi gérer ma relation avec Murphy comme je l’entends.
- Comme tu veux, fit Tate.
Il s’éloigna de Bellamy l’air contrarié. Il espérait que celui-ci garderait sa langue dans sa poche. Sinon… Tate pourrait bien avoir l’idée de se venger.

xxx

Murphy revint le soir au moment où Bellamy laissait sa place à la réception à un remplaçant. Il alla droit vers lui, abandonnant ses deux amis :
- Salut, dit-il.
- Salut, fit Bellamy.
- On peut discuter alors ?
Bellamy hocha la tête, mais ils restèrent silencieux à se regarder comme deux idiots.
- On a l’air con là à se mater comme deux chiens de faïence.
- C’est vrai.
- Et si tu m’invitais chez toi ? On discuterait en mangeant un truc.
- On ne couchera pas ensemble, prévint Bellamy.
- J’avais compris, sourit Murphy.
- Dans ce cas tu peux venir chez moi.
Murphy sourit.

Ils se retrouvèrent assis tous les deux sur le canapé de Bellamy à manger des spaghettis carbonara en discutant de leur vie. Bellamy parla de sa petite sœur, un peu plus que la dernière fois – car il l’avait déjà mentionné. Elle vivait avec son chéri dans un appart’ près de la fac et elle lui manquait tout le temps. Apparemment ils s’appelaient assez souvent et elle venait le voir quand elle pouvait, mais comme ils avaient toujours été ensemble et que Bellamy avait quasi éduqué sa frangine, c’était dur pour lui cette séparation. Murphy parla de ses potes Monty et Jasper qu’il avait rencontré au lycée et avec qui il était devenu ami, il parla de sa mère qui forçait un peu trop sur la bouteille et avait du mal à garder un boulot plus d’un mois. Il voulait éviter le sujet Emori mais Bellamy demanda :
- Et ta petite amie ? Comment tu la connais ?
- Vraiment Bellamy ? Tu veux savoir ?
- Je suis curieux.
- On s’est rencontré au lycée et on s’entendait super bien parce qu’on a un caractère proche. L’année dernière on a commencé à sortir ensemble, raconta Murphy à contrecœur.
- Et tu l’aimes ?
- On peut dire ça, fit Murphy.
- Alors ne sois pas infidèle et parle lui, d’accord ?
Murphy hocha la tête :
- Oui maman, plaisanta-t-il.
- Ce serait dommage que vous vous sépariez si tu l’aimes, insista Bellamy.
- J’ai compris, soupira Murphy. C’est une manière tordue de dire que tu ne veux pas de moi, le taquina-t-il.
- Ce n’est pas que je ne veux pas de toi… Mais je n’aime pas passer en deuxième.
Murphy sourit. Pour la première fois depuis qu’il sortait avec Emori, il le regrettait. Il se disait que si elle n’était pas là, pas avec lui, il pourrait…
Mais il l’aimait, elle.
Il se contenta de passer la nuit à discuter avec Bellamy.
- Tu ne dois pas travailler demain ? Enfin tout à l’heure ? Demanda-t-il vers les cinq heures du matin.
- Si, bailla Bellamy, je devrais aller me coucher.
Murphy le fixa un moment et Bellamy dit :
- Tu peux prendre le canapé.
- Le canapé, évidemment.
Bellamy lui sourit et hocha la tête :
- Évidemment.
Bellamy lui apporta un coussin et une couverture et Murphy se coucha. Il regarda longuement le plafond, puis décida de se lever et vint s’allonger près de Bellamy :
- J’avais dit le canapé, grogna celui-ci engourdit de sommeil.
- Mon ami Jasper, murmura Murphy, il est assez naïf pour penser qu’on peut juste dormir ensemble. Sans rien faire. Je veux voir si c’est vrai.
Bellamy le regarda puis craqua :
- Okay tu peux rester.
Il referma les yeux et quand Murphy vint se blottir contre lui, il le laissa faire.
C’était mal, c’était si mal.
C’était si bon.

xxx

Il ne restait plus qu’une semaine et Tate voyait les jours s’égrener et disparaître dans le sablier du temps. Ils ne pouvaient revenir en arrière, juste profiter des moments ensemble, des moments que Tate avait avec Jasper. Trop peu, trop peu souvent.
Ils étaient ensemble à ce moment-là, ils discutaient, se dévoraient des yeux sans se toucher, quand la porte de l’hôtel s’ouvrit. Tate releva les yeux vers une fille aux cheveux châtains et yeux noisettes qui venait d’entrer. Il s’exclama alors :
- Violet !
Et il sentit alors les ongles de Jasper s’enfoncer dans son bras.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pudding \o/


avatar

Swato
Messages : 992
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: [The 100 x American Horror Story - Pas de spoil normalement] La vigueur des papillons (4)   Lun 30 Oct - 16:50

Oh merde, non, Violet aie. v_v" Mais je suis curieuse de savoir ce que Tate a fait du coup.
Le passage Murphamy était trop bien, j'adore comment Murphy s'incruste dans le lit de Bell XD

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[The 100 x American Horror Story - Pas de spoil normalement] La vigueur des papillons (4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» American Horror Story
» American Horror Story
» American horror story
» AMERICAN HORROR STORY
» [Blu-Ray] American Horror Story - Saison 1 (import CAN)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: