AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [The 100 - UA] Le petit pot de beurre et mère-grand aux dents immenses (6)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
God ! No, I'm Dean.


avatar

Maliae
Messages : 1788
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: [The 100 - UA] Le petit pot de beurre et mère-grand aux dents immenses (6)   Dim 17 Sep - 18:07

Fandom : The 100
Prompt : J'ai pleins de pensées interdites.
Note : pas relu comme d'hab, je ne sais que penser de ce chapitre

***

6. Complot.


Harper avait gagné. Coucher avec Monty avait été une apothéose. Il était à elle, il lui appartenait. Elle savait que se débarrasser de Jasper, le virer de la vie de Monty, serait la meilleure chose à faire pour que Monty vienne à elle. Désormais il ne verrait plus qu’elle, il n’avait rien dit quand elle l’avait appelé « mon fiancé », plus tard. Cela allait enfin pouvoir devenir officiel et elle mit Hannah au courant afin que celle-ci commence les préparations pour leurs prochaines fiançailles.
Hannah en fut ravie, les McIntyre allaient rentrer dans la famille et les affaires allaient être encore plus florissante et l’argent couler à flot. Hannah serait alors l’une des femmes les plus importantes du pays, si ce n’est « LA femme », son fils était un véritable investissement et maintenant qu’il n’était plus un pauvre handicapé, il allait non seulement se marier et arranger ses affaires, mais également l’aider à l’entreprise pour en prendre les reines plus tard.
Elle était en train de faire ses comptes quand on lui annonça que son fils était à l’hôpital.
- Encore ? S’agaça-t-elle.
- Ils viennent de l’annoncer à la télé, lui dit son majordome.
- Et pourquoi l’annonce-t-il à la télé et ne m’ont pas prévenu moi d’abord ? Interrogea-t-elle.
L’homme n’avait aucune réponse à lui donner et Hanna grommela :
- Qu’est-ce qu’il a ? Si on me dérange pour une angine je…
- Apparemment il est dans le coma.
Hannah eut l’air vraiment énervé, comme si son majordome l’avait insulté.
- Dans le coma ? Comment est-ce possible ?
- Il a eu un accident de voiture, son chauffeur est rentré dans un camion. C’est ce qu’ils expliquaient.
- Qu’on vire cet incapable !
- Il est mort, madame.
- Très bien.
Le majordome fit une drôle de tête mais elle l’ignora.
- Bon, préparez la voiture, je finis ça et j’irai voir mon fils.
- Vous n’allez pas le voir immédiatement ? Demanda bêtement l’homme.
- Il est dans le coma non ? Il ne risque pas de s’enfuir !
- Bien madame, murmura le majordome.
Les désirs de cette femme étaient des ordres, mais des fois, travailler pour elle, n’était pas une partie de plaisir. Elle était froide et insensible. Cependant, le majordome fit ce qu’elle avait demandé, et c’est seulement deux heures plus tard qu’elle se montra pour aller voir son fils.

Harper l’avait appris à la télévision également. Elle en avait été choqué, s’était précipité dans sa chambre pour se changer, se remaquiller vite fait et observer sa coiffure rapidement de façon à être la plus présentable possible. Elle ne pouvait pas se montrer négligé à l’hôpital. Son fiancé était dans le coma, elle en était déchirée, s’il ne se réveillait pas, elle ne l’aurait pas, elle l’aurait perdu, c’était inacceptable. Elle dépenserait tout son argent (ou au moins une bonne partie) pour que des vrais médecins l’aident à sortir du coma. Harper se faisait toutes ces réflexions tout en mettant ses chaussures. Son chauffeur l’attendait dans la voiture garée à l’entrée. Elle monta dans le véhicule puis lui demanda de partir à l’hôpital. Cela lui pris environ trois quart d’heures.


Jasper avait mis vingt minutes pour arriver à l’hôpital après avoir entendu la nouvelle. Il ouvrit la porte et entra dans la chambre 208. Monty était sous respirateur sur le lit, et Jasper se sentit mal. Il aurait voulu ne pas être là, ne pas voir ça, il aurait voulu que ça n’arrive jamais. Retourner dans le passé et empêcher Monty de se faire kidnapper.
Mais il était là. Debout dans cette pièce, et il se demandait pourquoi Monty avait eu un accident, pourquoi son chauffeur avait-il foncé dans un camion, pourquoi avait-il fallut que Monty soit dans la voiture plutôt que Hannah ?
Il inspira, expira, puis s’approcha. Il fit semblant d’aller bien.
- Salut mon pote, alors tu fais un petit somme ?
Il eut envie de pleurer, se retint et prit la main de Monty, toucha les cicatrices sur ses doigts. Jasper ne sut pas quoi faire d’autre, mais il sursauta quand les doigts se resserrent sur les siens. Monty ouvrit les yeux, vira le masque sur son nez, se redressa sur son lit et lui sourit :
- Je t’ai attrapé, dit-il.
Jasper resta paralysé par la surprise. Puis sans comprendre ce qu’il se passait, il rendit son sourire à Monty et murmura :
- Oui.

Harper ne comprenait pas pourquoi la femme de l’accueil refusait qu’elle aille voir Monty, ça faisait vingt minutes qu’elle se battait avec elle.
- Je suis désolé madame mais les ordres sont très clairs, seuls les membres de la famille sont autorisés à aller lui rendre visite.
- Mais je vous répète depuis tout à l’heure que je suis sa fiancée !
- Ce ne sont pas les infos que l’on m’a données, vous devriez aller vous asseoir et vous calmer. Je vous préviendrais si je reçois d’autres ordres.
- Revérifiez ! Insista-t-elle. Je ne suis pas n’importe qui, je suis Harper McIntyre, on ne peut pas me refuser de voir mon fiancée comme ça.
- Aucune Harper McIntyre dans mes données, répondit pour la trentième fois la femme.
- Vous ne me connaissez pas ? Vous ne savez pas qui est mon père ?
- Je sais qui il est, mais seuls les membres de la famille sont autorisés à aller rendre visite à monsieur Green.
Harper essaya de passer quand même, mais elle fut arrêtée par un médecin qui lui demanda de s’asseoir et de cesser son cinéma. Harper se retrouva obligé d’attendre. Elle n’en revenait pas de cette injustice. Elle allait s’arranger pour faire virer tous les incompétents qui avaient osé l’empêcher de voir son fiancé.
Finalement, Hannah Green arriva à l’hôpital et réclama à voir son fils.
- Bien sûr madame.
On lui indiqua où se trouvait la chambre et Harper se colla à elle pour pouvoir aller voir Monty.
- Comment va-t-il ? Demanda Hannah à Harper.
- Je n’en sais rien, on m’a interdit de le voir.
- Et pourquoi donc ?
- Aucune idée, ils ont dit que je ne faisais pas parti de la famille.
- Ridicule.
Elles se retrouvèrent devant la chambre 209 et entrèrent dans la pièce. Sur le lit se tenait Monty, mais il était méconnaissable. Son visage tout entier était recouvert de bandage et il avait des tuyaux dans le nez pour le faire respirer. Harper gémit et posa une main sur sa bouche :
- Ce n’est pas possible, ce n’est pas possible.
Hannah se tint très droite, crispée au possible. Même elle avait du mal à dissimuler le choc que provoquait en elle de voir son fils dans cet état. Il fallait qu’elle trouve un médecin, qu’on lui explique la situation, mais elle ne trouva personne qui s’occupait du patient de la chambre 209.
- Mais ce sont tous une bande d’incompétent dans cet hôpital ou quoi ?
Elle finit par trouver une femme qui lui parla de l’état de son fils, apparemment il avait subi de graves brûlures, se trouvait dans le coma et rien n’indiquait qu’il s’en sortirait. Hannah encaissa la nouvelle. Dire que tout allait mieux ces derniers temps, c’était vraiment pas de chance.

xxx

- Monty, tu es vivant.
- Oui.
- Et tu vas bien, constata Jasper.
- Je pète la forme.
- Tu as des lunettes, ajouta Jasper quand Monty les mis sur son nez.
- Oui sinon je vois le monde tout flou.
- Alors tu as retrouvé la vue.
- Oui.
- Et tu n’es pas dans le coma.
- Non.
- Je ne comprends rien à ce qu’il se passe.
- Je vais tout t’expliquer, mais avant ça on doit partir d’ici, il ne faut pas qu’on soit encore là quand Harper et ma mère vont arriver.
Jasper se laissa entraîner à l’extérieur de la chambre par Monty qui avait gardé sa main dans la sienne.
- On va sortir par un autre côté, ce sera plus prudent.
- Tes doigts, tu peux les bouger, constata Jasper en marchant derrière lui.
- Oui j’ai fait beaucoup d’efforts pour ça.
- Et tu marches.
- Je boite un peu et d’habitude je m’aide d’une béquille, mais ça va t’inquiète pas.
C’est vrai que Monty marchait bizarrement et Jasper se demanda si ça allait aller pour lui, mais Monty ne semblait pas du tout se préoccuper de son état. Il finit par emmener Jasper jusqu’au parking :
- Tu as pris ta voiture ?
- Oui.
- Génial. On va la prendre.
Ils montèrent dans le véhicule, Monty à côté de Jasper et ils quittèrent l’hôpital. La voiture croisa celle de Harper, mais ni les garçons, ni la fille, ne se remarquèrent.

Monty indiqua la route à Jasper sans donner aucune explication. Jasper était de toute manière plutôt silencieux. Il avait l’impression de rêver. Peut-être allait-il bientôt se réveiller et tout ça n’aura été qu’une jolie histoire et non la réalité.
- Tourne-là, commanda Monty.
Jasper obéit et finit par demander :
- On va où ?
- Dans un coin tranquille.
Monty les conduisit jusqu’à un hôtel.
- J’ai déjà commandé une chambre, dit-il, je l’ai prise sous ton nom ça ne te dérange pas ?
- Non mais pourquoi ?
- Je t’expliquerai tout une fois là-bas.
Monty reprit la main de Jasper et Jasper le laissa faire, ils se rendirent jusqu’à la chambre. C’était une suite gigantesque, avec un mini frigo et une énorme salle de bains. Jasper fouilla dans le frigo et il en sortit deux bouteilles d’eau gazeuse. Il en tendit une à Monty qui le remercia. Puis ils s’assirent sur le lit et Monty expliqua :
- Tout ça, c’était un coup monté, dit-il.
- Un coup monté ?
- J’ai simulé un accident, j’ai prévenu les médias pour qu’ils diffusent l’information à une heure où je savais que ton père regardait la télé et te préviendrait. Ils étaient tellement ravis du scoop, qu’ils n’ont même pas pensé à vérifier leurs infos.
- Alors personne n’est mort ?
- Non personne. Il n’y a même jamais eu d’accident. J’ai payé des gens à l’hôpital pour m’aider, pour une fois que je trouve que l’argent peut réellement être utile.
- Tu as payé des gens pour arriver à tes fins, remarqua Jasper.
- Et bien je suis le fils de ma mère après tout.
Jasper ne dit rien et Monty continua :
- Ma mère et Harper devraient être envoyé dans une autre chambre où un homme d’à peu près ma taille à le visage bandé.
- Ce n’est pas toi donc…
- Non mais elles vont croire que ça l’est.
- Et qui est-ce ?
- Un acteur que j’ai embauché pour ce boulot. Et pour la petite blague, j’ai fait en sorte que Harper ne puisse pas venir me voir seule, car elle ne fait pas partie de ma famille !
Jasper eut un petit rire puis demanda :
- Mais pourquoi tu as fait tout ça ?
- Ce n’est pas évident ?
- Je ne comprends pas…
- C’est pour te voir, grand imbécile. Je savais que si tu pensais que j’avais un accident, tu accourrais.
- Je l’ai fait, j’ai vraiment accouru, dit Jasper. Et ce n’était pas drôle, j’ai vraiment flippé.
- Je suis désolé pour ça, dit Monty sincèrement. J’ai n’ai pas trouvé d’autres solutions pour te revoir.
Jasper baissa la tête et Monty prit sa main.
- Je ne pouvais même pas te trouver tu sais, je t’ai appelé, je suis allé chez toi, je t’ai cherché à la fac, tu n’étais nulle part. Je voulais tellement te voir, je n’ai trouvé que ça. Je suis désolé, je ne voulais pas te faire peur, je ne voulais pas te faire souffrir.
Jasper resserra ses doigts autour de Monty :
- Non, tout est de ma faute
- Est-ce que tu peux me raconter ce qu’il s’est passé ?
- Si je le fais, je vais rompre le contrat, souffla Jasper, je ne devrais même pas être là.
- Alors c’est vrai ? S’exclama Monty. Tu as accepté de ne plus me voir en échange d’argent ?
Jasper tourna ses yeux vers lui :
- C’est ce que t’as dit ta mère ?
- C’est ce que m’a dit Harper.
- Elle a dit ça hein ? Quelle sale…
Jasper serra les dents, tout un tas d’insulte lui venait en tête, mais aucune n’était assez forte.
- Explique-moi Jasper, raconte-moi ce qu’il s’est passé.
- Je n’ai pas accepté d’argent, dit Jasper, j’ai même déchiré le chèque que ta mère voulait me donner.
- Alors pourquoi as-tu arrêté de me voir ?
Jasper se mit alors à raconter, il se déversa de tout ce qu’il gardait en lui depuis des jours, des semaines et il expliqua tout à Monty. Rompant totalement son contrat. Il parla du rendez-vous, de Harper suppliante, des conditions de Hannah, il parla du contrat, du fait que sa mère avait déjà tout prévu, de comment elle avait bousculé la vie en s’arrangeant pour qu’il arrête la fac, déménage, change de numéro.
- J’ai dû tout abandonner, murmura-t-il, mais je voulais vraiment qu’elle te paye cette opération.
Monty l’écouta en silence jusqu’à ce qu’il ait fini de parler, puis il claqua ses deux joues avec ses mains, comme Jasper l’avait fait des mois plus tôt avec lui :
- Idiot ! S’exclama-t-il.
- Quoi ?
- Comment tu as pu accepter quelque chose d’aussi stupide ? Tu n’es qu’un foutu idiot !
- Je l’ai fait pour toi, tu n’es pas heureux d’avoir retrouvé la vue ?
- Bien sûr que je suis heureux de l’avoir retrouvé, mais ça sert à quoi que je la retrouve si je ne peux même plus te voir ?
Jasper resta bouche-bée et Monty colla son front au sien :
- Merci pour ce que tu as fait, dit-il, mais tu n’aurais pas dû. Tu aurais dû venir m’en parler, on aurait trouvé une autre solution, ensemble.
- Je sais que c’était stupide mais j’étais désemparé, je ne savais pas quoi faire, et Harper et Hannah étaient là toutes les deux et… J’ai craqué. J’ai fait la seule chose qui me paraissait juste. Je m’en serais tellement voulu si à cause de moi, tu n’avais pas cette opération.
- Je sais, mais j’aurais vraiment voulu que tu m’en parles. J’aurais préféré ça plutôt que te perdre pendant tout ce temps.
- Je suis désolé.
- C’est moi qui suis désolé, pour ce que ma mère t’a fait subir. Pour ce que Harper t’a fait subir. Quand je pense qu’elle me disait qu’elle, elle ne m’abandonnerait jamais, ce genre de conneries.
Jasper grinça des dents et Monty se recula puis murmura :
- J’ai couché avec elle.
- Pardon ?
- J’ai couché avec Harper, répéta Monty. J’étais désemparé, vide, tu me manquais, je ne savais plus que croire et elle était là, tellement tellement insistante. J’ai finis par la laisser faire ce qu’elle voulait et voilà.
Jasper faisait la gueule et grogna :
- Tu as cru que j’avais vendu notre amitié pour de l’argent et tu as couché avec elle ?
- Tu boudes ?
- Oui.
- Je ne voulais pas vraiment tu sais, ça signifiait rien, et puis ça m’a permis de me réveiller. Je me suis dit après que ce n’était pas ça que je voulais, pas comme ça, pas avec elle, puis j’ai pas arrêté de penser à toi et il fallait que je te retrouve, quitte à employer les grands moyens.
Jasper garda sa bouche fermée et son air boudeur.
- Jasper… Tu m’en veux beaucoup ?
- Beaucoup beaucoup, répondit Jasper.
- Tu m’as manqué tu sais ?
- Toi aussi.
- Tu ne pensais pas que je coucherais avec elle, n’est-ce pas ?
- J’avais imaginé cette possibilité, admis Jasper, je me disais qu’elle ne te lâcherait pas tant que t’accepterais pas de devenir son fiancé.
- J’ai rien accepté du tout, dit Monty.
Il reprit sa main et voulu embrasser les doigts de Jasper, comme il l’avait fait avec lui avant. Mais Jasper retira sa main :
- Je suis content que tu ais fais tout ce remue-ménage pour me retrouver Monty, et je suis content de te revoir, dit-il.
- Maiiiiis ?
- Mais là, j’ai besoin de prendre une douche… Dit Jasper en se levant du lit.
Il mentait. La douche il en sortait, mais il ne savait pas comment réagir. Un instant il avait eu la trouille de sa vie, mais finalement Monty n’était pas dans le coma, il était là devant lui, bien vivant, après des jours sans le voir. Et puis soudainement, il lui annonçait qu’il avait couché avec Harper et Jasper s’était senti de trop. Pendant que lui n’arrivait plus à avancer, Monty continuait sa vie et … Et… Et voilà.
Il n’eut pas le temps de faire un pas, Monty attrapa son bras et le tira en arrière. Jasper tomba sur le lit et Monty s’assit sur lui pour l’empêcher de bouger.
- Je te dis que j’ai pensé à toi.
- Quoi ?
- Tout le temps, j’ai pensé à toi tout le temps. Je n’ai pas arrêté de penser à toi, même quand je couchais avec Harper, c’était avec toi que je couchais tellement je pensais à toi.
Jasper posa son bras sur ses joues et ses yeux pour se planquer :
- Mais qu’est-ce que tu racontes Monty ?
Monty prit son bras et observa la rougeur des joues de son meilleur ami, puis il caressa son visage avec ses doigts, et les attarda sur les lèvres de Jasper.
- J’ai pleins de pensés interdites, murmura Monty.
- Comme quoi par exemple ? Demanda Jasper.
- Par exemple, je me dis qu’il faut que je répare mon erreur, dit Monty.
- Et comment ?
Il se pencha en avant et embrassa Jasper. Sur la bouche. Le cœur de Jasper s’arrêta de battre pour reprendre de plus belle, Monty se recula un peu et Jasper demanda :
- Qu’est-ce que tu fais ?
- Ce que j’ai envie de faire depuis longtemps, répondit Monty. Ce que j’aurais dû faire depuis longtemps. Tu m’as tellement manqué, tellement.
Jasper le fixa puis murmura :
- Ensuite, tu ne pourras plus revenir en arrière.
- Ensuite, je ne voudrai plus jamais revenir en arrière.
Jasper attrapa la nuque de Monty pour qu’il baisse à nouveau son visage et l’embrassa.

Plus tard, quand Jasper se réveilla, il était complètement nu, collé contre Monty. Il ouvrit les yeux et sourit béatement. Ils avaient fait l’amour tous les deux. Jasper s’en rappelait très bien. Pendant un instant il n’avait plus su où était sa peau, où était celle de Monty, où il commençait, où se terminait Monty, qui était l’un et qui l’était l’autre comme s’ils n’avaient été qu’un seul et même être mais qu’en même temps ils étaient deux, deux corps, deux cœurs, deux âmes, pour se toucher, s’embrasser, s’aimer. Jasper embrassa l’oreille de Monty qui ouvrit un œil et le referma, avant de se rouler pour se mettre sur le ventre, tout en restant près de Jasper. Jasper embrassa son bras, son épaule, sa nuque, puis sa colonne vertébrale avant de remonter et d’embrasser de nouveau son épaule.
- Il s’est passé un truc, dit-il.
- Oui, sourit Monty toujours les yeux fermés.
- C’était comme avec Harper ?
Monty grimaça :
- Me parle pas d’elle okay ? C’était pas du tout pareil, rien à voir.
- C’était mieux alors ?
- Oui. Largement.
Jasper gloussa et embrassa le bout de son nez.
- Dis-le.
- Te dire quoi ?
- Dis quelque chose qui me ferait vachement plaisir là maintenant.
- Gâteau au chocolat.
Jasper rit mais insista :
- Non mieux que ça.
- Mieux que le gâteau au chocolat ?
- Oui.
Monty ouvrit les yeux, se tourna sur le côté puis poussa Jasper sur le dos et embrassa sa bouche.
- Dis-le, réclama Jasper après le baiser.
- Je pourrais te le demander aussi.
- D’accord, demande-le-moi alors.
- Dis quelque chose qui me ferait vachement plaisir là maintenant, fit Monty en répétant les mots de Jasper.
- Tournevis.
Monty lui pinça le nez et Jasper éclata de rire. Puis ils s’embrassèrent encore, et encore, et encore. Finalement dans les bras l’un de l’autre, Monty murmura :
- Je t’aime, Jasper.
Jasper sourit comme si on venait de lui décrocher la lune et le taquina un peu :
- Tu m’aimes combien ?
- Un tout petit peu.
- Un tout petit peu comment.
- Gros comme une puce.
- C’est tout ?
- Oui.
Jasper le regarda et insista :
- C’est vraiment tout ?
Monty roula des yeux et puis s’exclama :
- Mais non ! Je t’aime grand comme l’univers okay ?
Jasper continua de sourire hocha la tête content. Puis il embrassa la bouche de Monty et avoua :
- Je t’aime aussi, Monty.
- Combien ?
- Deux fois comme l’univers.
- Et moi trois.
- Et moi dix.
- Et dix-huit millions.
Et ils éclatèrent de rire.
Le lit de l’hôtel devint leur refuge.

À suivre.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[The 100 - UA] Le petit pot de beurre et mère-grand aux dents immenses (6)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vire-langues,,,Amusez-vous bien en prononçant ces petits mots.
» Modif grand feux ---> petit feux
» Un grand père et son petit fils
» Assortiment de petits gateaux sans oeufs :
» Transporter ses montres ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maliae-
Sauter vers: