AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lucifer - Mon nom dans ta bouche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 12335
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Lucifer - Mon nom dans ta bouche   Lun 10 Juil - 19:03

Comme un cri muet, mon nom dans ta bouche. Je vis tes larmes arriver, et j’aurais presque envie de hurler à mon tour, pour te faire comprendre que nous ne sommes pas fait pour pleurer. Mais je savais que c’est vain. D’hurler, et d’essayer de parler. Ou juste de te convaincre de ce fait.
A la place, je laissais mon sang couler de ma bouche, sentant la mort me faucher petit à petit, me grignoter.
Je n’avais aucune idée de ce qu’il s’est passé. J’imagine que mon égo refusait de s’en rappeler, et que je m’accrochais à l’idée d’un malheureux accident. Quoique ça ne m’arrangerait pas tant. Je ne mourrais sûrement pas dignement, je mourrais stupidement, tout comme ce non que j’avais lâché il y a des années.
Pourtant ce non avait été ma liberté. Ta liberté. Cette liberté que nous avions chéri comme jamais, dont j’aurais voulu ne jamais me défaire, si celui là haut n’avait pas décidé de me mettre des bâtons dans les roues.

Un instant, alors que je te voyais continuer de pleurer, et de t’accrocher à moi comme une ancre à un bateau, je songeais à l’ironie de la situation. J’avais été le plus puissant et le plus fort, mais quand viendrait ma mort, peu de gens, dont toi, en seraient réellement triste. Est-ce que si Dieu mourrait cela serait similaire ?
Mes créations ne m’aimaient pas tant que ça. Ceux que j’aimais à détruire, me haïssaient, sauf certains fous, qui pensaient que me prier serait la solution pour leur âme. Les gens qu’ils soient démons ou humains avaient été tous pour moi des objets.
Sauf toi. Et celui à côté de toi. Vous êtes là. Lui ne pleure pas, mais je ressens sa peine, avec les maigres pouvoirs qu’il me reste. Je les sens partir, tu sais ? J’aimerais te le dire. Te décrire ce que je ressens. C’est une sensation étrange que de mourir.
D’abord, j’ai chaud. Et en même temps, j’ai froid. Chaud pour ce sang qui coule, et mon corps devenant gelé.
Et plus encore, j’ai l’impression que mon esprit devient bateau et dérive dans le lointain du courant, s’approchant dangereusement des chutes.

Je tousse, je te vois tressaillir, je te sens t’accrocher à l’espoir de me soigner, je sais que tu vas tout tenter, même jusqu’à me faire revivre. Claunech tentera en vain la même chose. Je le sais. Ce sera futile.
Mais plus que ça, Bélial, toi qui ne peux pas soigner, tu peux m’être utile. Je sais qu’en un sens, au fond, tu sais ce que je pense. Je sais que tu sais ce que je veux. Réponds-moi juste. Après ça, que va-t-il m’arriver ?
Tu connais la réponse. Tu me l’as dit un jour au détour d’un autre tour que nous faisions à deux.
Tu m’as dit que tu ne me dirais rien. Mais à présent, j’ai besoin de savoir.
Seulement, tu restes muet et mon nom dans ta bouche s’est évanoui. Ou alors je n’entends plus rien. Ou alors je ne vois plus rien. Mais je ne sais plus. Ton image s’efface. Je vois trouble. Je crois que je vois de la lumière. Une lumière que je ne porte plus. Alors je crois qu’entendre mon nom est vain.
Je n’ai plus de nom.
Je n’ai plus rien.
Sinon vous deux.
Mais même vous ne m’appartenez pas. Je flotte. Est-ce que je pourrais réapprendre à voler, une fois parti ? Ou deviendrais-je néant ? Où deviendrais-je néant ?
Je ne t’entends plus pouvoir me répondre, tu sais, je crois que je suis mort, et que c’est déjà fini.
Pourtant il me semble percevoir quelque chose. Ta voix dans ta bouche, mon nom dans ta bouche, et je crois que tu viens de déchirer le monde avec lui.
Monde qui ne m’appartient déjà plus, comme il ne m’a jamais vraiment appartenu.
Je ne m’appartiens plus.
La lumière n’est plus.
Le porteur non plus.
Moi non plus.

Adieu mon frère. Porte mon nom en toi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 12335
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Lucifer - Mon nom dans ta bouche   Mer 12 Juil - 12:03

Où étais-je ? Où me trouvais-je ? J'avais vu flou, j'avais pensé devenir néant, et je me retrouvais ici. Dans le néant. Finalement. J'étais sûrement seul. Dans ce lieu grisâtre sans âme qui vive. Des âmes, j'en avais collectionné tant. Mais à présent, plus rien. Le vide.
Je me savais seul, et je crois que ce n'était pas si grave. Pourtant, il me sembla voir une présence. Je reconnu l'un des miens, il fut un temps. Un de mes frères lointains. Je voulu m'approcher, et je compris où nous étions. Ce que nous devenions.
Je le vis disparaître.

Où étais-je ? Et plus encore, qu'est ce qui m'étais arrivé ? J'avais l'impression d'avoir oublié quelque chose. J'ai vu un de mes frères disparaître et ensuite... Je ressentis comme un vide. Comme un trou important au plus profond de mon être. Qu'est ce que je faisais avant ? Qu'avais-je en tête il y a deux secondes ? Où étais-je ? Etait-ce si important ?
Je repris mon souffle. Je pensais me rappeler que je n'étais pas le genre de personne qui paniquait. Pourtant j'avais cette impression au fond de moi. Je crois que c'était parce que je n'aimais pas savoir.
J'aurais aimé porter de la lumière à cet endroit. Mais pourquoi déjà ? Il me semblait que cela avait un rapport avec ce que je fus. Celui que j'avais vu était un de mes frères, et je n'avais aucune idée de pourquoi. Il me manquait un élément.
Non, il m'en manquait en fait plusieurs.
Alors que je constatais que je ne savais toujours pas où j'étais, alors que je constatais que je ne savais même plus pourquoi j'avais besoin de savoir où j'étais, je pris conscience que j'avais même oublié mon nom.
Qui étais-je déjà, avant d'être ici ? Avais-je toujours vécu là ? Je crois que rien n'avait d'importance. Ce n'était pas important de ne rien savoir. Je me sentais bien ici, dans ce gris. Dans ce...Dans ce.... Oh, j'avais encore oublié quelque chose.

Peut-être que je devais juste ne plus bouger et attendre de tout oublier et de m'évaporer. Qu'est ce que c'était s'évaporer déjà ? Je sentais quelque chose tomber. Je levais la tête. D'où venait ses gouttes ? J'avais l'impression qu'un jour, je savais d'où elles venaient.
Venir...Qu'est ce que c'était déjà ?
J'attrapais ma tête, a cet instant j'avais encore conscience d'en avoir une et de savoir ce que c'était. Mais ma tête ne désignait rien, puisque je ne savais plus qui j'avais pu être. Mon nom ne me revenait pas, et je ne ressentais plus de peur. En avait ressenti-je déjà ? Qu'est ce que c'était d'avoir peur ? Ce n'était sûrement pas important.

Je laissais les petites choses choser sur moi. Je ne savais plus le mot qui désignait leur acte.
Je décidais de m'arrêter, terminais au sol. Chosait au sol. Au...Au sol. J'étais bien ici. J'aurais pu me noyer. Mais j'étais bien. C'était comme si c'était ma place. Ma....Ma....
Le temps. Une idée me vint. Le temps. Qu'est ce que c'était le temps. Mais je me demandais combien de temps. Combien de temps quoi ?
Où étais-je... Maintenant la situation... La chose... Chose.... Ah....

Je vis un truc dans...Sur le... Là. Je crois que c'était une tête. Cheveux noirs. Yeux noirs. Noir ? C'était quoi le noir ? Il me sembla avoir vécu longtemps dans le noir. Mais c'était impossible. J'étais...Dans ce gris pluvieux....Pluvieux ? Pourquoi ce mot me revenait encore ? Encore ? Enc....
Une image. Un visage. Je voyais celui là. Mais j'imaginais un autre. Plus....Vieux ? Je crois que c'était le mot. Vieux. Mais pas si vieux. Souriant. Mon frère. Mon frère ? Frère ? Une famille ? Un... Je... Je...?
Chose chosait.
Visage là. Ah. Ah. Oubli. Rien. Vide...Néant. Frère. Frère. Mains ? Mains chose visage. Mains sur visage.
Ah. Ah. Gn....
Disparaître....Punition....Méritée....Mort...Je suis mort...La pluie m'enterre, la pluie me fait disparaître...Me...Je fus quelqu'un... Frère... Où suis-je... Lui...Lui il saurait...

Souffle.
Relever. Chose chose toujours. Pluie. Pluie qui tombe.
Souffle encore.
Brouillard. Pluie. Et lui. Lui. Lui ? LUI !
Mon frère. Frère. Frère...Le nom du frère...C'est...
Mains qui tiennent le frère.
Mes mains qui tiennent mon frère. Il est mort. C'est ça. Il est mort. L'idiot. C'est un idiot. Mais idiot n'est pas son nom...Non, son nom....

- Bélial....

Je ne sais plus le mien. Mais le sien coule dans ma bouche comme la pluie qui tombe sur nous. Il est la lumière de mon brouillard, et je meurs d'envie de le porter, même si je suis déjà mort.
Je fus un ange, un jour. Lui aussi. Et cette fois, Père nous a abandonné pour de bon...Nous n'existons plus. Il m'a suivi jusqu'ici. Il m'a été fidèle jusqu'au bout. Je le serre. J'entend sa voix, je m'efforce de la retenir. J'ignore la pluie et ce qui suit.
Je m'appelle Lucifer et je suis son frère. Et je le protégerais. De cette pluie qui veut nous faire disparaître. Parce que je suis l'enfant rebelle et que lui est la révolution. Je me rappelle maintenant.
Je sais où nous sommes.

- Le paradis, c'est toi.... Le feu... C'est toi... Tu es ma flamme....

Je reconnais ma voix, même si ça n'a jamais été la mienne. La mienne fut pure.
Je le serre encore.
Je ne veux pas le perdre, et ce même si j'en viens à ne plus me rappeler de rien.

- Terminons ensemble....

Je ne peux pas faire plus, je ne peux pas lui faire du feu. Je me laisse tomber avec lui, et je ne l'oublie pas. Il s'appelle Bélial, et c'est mon frère. Je ne sais plus mon nom, je ne sais plus comment s'appelle la chose qui...Qui...
Je sais où je suis. Mon frère. Il s'appelle Bélial. Et son nom. Je l'aime quand il est dans ma bouche. Je l'aime pour exister. Exister. Nous existons et....

Où sommes nous ?
Notre Paradis.

Fin

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 12335
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Lucifer - Mon nom dans ta bouche   Dim 16 Juil - 8:19

Les mots coulent sur moi. Je les sens glisser en même temps que je les oublie. Je n'ai plus la force de les attraper. Je semble me rappeler qu'à une époque, c'était important. Que j'aurais du les attraper. Que j'aurais pu me défendre. Mais je n'ai plus besoin de ça.... Plus besoin...
Ce qui compte pour moi, c'est ce que je tiens... Mon frère. Mon frère. La pluie coule sur moi mais je n'oublie pas ça. Quelque chose en moi veut pas oublier. S'accroche.

Mon frère. Bélial. Mon frère Bélial.

Je le sens trembler sous mes bras. Mais je refuse de le lâcher. La pluie nous enterre. Je la sens. Elle refuse de nous laisser nous...Nous ? Nous.... J'ai déjà oublié ce mot.
Son effet est ardent.
Déjà je.... Je ? Je... Oublier....

Bélial. Bélial. Bélial.

Il n'y a plus de je, sinon un il, pour la narration suffisante. L'oubli se fait mordant dans sa chair. Mais il s'accroche encore à ce nom. Il a nouveau oublié le sien. Mais ça ne compte plus pour lui. Il se laisse peut-être à l'abandon de la pluie, mais il semble s'accrocher à l'idée que son frère doive exister. Il l'entend dire un mot qu'il ne connait déjà plus, lui qui l'a prononcé, lui qui s'est condamné avec.
Non.

Non ? Non...Bélial non. Non.... Non....

Un écho dans son esprit remonte tandis qu'il tente de le gratter. Mais la pluie déjà l'efface. Seulement, elle ne semble pas tout pouvoir effacer.

Non...Bélial. Non. Bélial. Frère. Non. Bélial. Frère.

Malgré son abandon apparent, il semble s'accrocher à l'idée que ces trois mots doivent exister. Il entend celui qu'il désigne comme son frère lui parler. Au départ, les mots lui semblent lointains. Plus encore lorsqu'il s'agit de son nom.
Il semble regarder son frère avec un air bête. Qu'est ce qu'un Lucifer ? Mais le Bélial hurle. Son frère Hurle.
Ce qui fut Lucifer essaie de comprendre parce qu'il aime son frère, mais les mots ne veulent pas le percuter comme les trois qui semblent vouloir rester. Il les murmure, comme pour répondre vainement à ce que lui dit son frère.

- Non. Bélial. Frère.

Il les dit distinctement, avec toute sa force restante. Pourtant, il se sent percuté par la pluie en permanence. Grignoté. Il a l'impression de fondre, même si ce mot lui est inexistant. A son tour, il est sur le point de disparaître lentement. Comme le frère qu'il a vu.
Il est sur le point de ne faire plus qu'un avec la pluie. De devenir des gouttes à son tour.
Mais même sans que cette idée ne le traverse de façon directe, avec des mots précis, le cheminement se fait tout seul par image, et il s'imagine déjà toucher son frère.
C'est un refus.
Il ne veut pas devenir pluie.

Non. Bélial. Frère. Et...Chant. Ce chant je... Je ? Ce chant... Chant... Comptine... Loin...

Des mots lui reviennent tandis que par sa voix, Bélial tente d'être son soleil et d'effacer la pluie. Il a la bouche ouverte, pas Bélial, lui. Il le regarde, comme un enfant insouciant, comme s'il était si attentif. Il est minuscule, tassé par la pluie. Pourtant, ce chant lui rappelle sa grandeur.
Ce chant l'atteint.
Doucement.
Il semble se rappeler. Au moins pendant un moment.

Je fus l'étoile du matin. Mais ce que je fus, à donné ce que je suis devenu, et ce que je ne suis plus. Une étoile déchue.
Je fus celui qui portais la lumière. Celui adoré par Dieu que j'adorais tout autant. J'étais son favori, mais j'aimais aussi donné de mon amour à mes frères qui me semblaient si importants.
Et par mon nom, et en mon non, je voulus les protéger. En refusant de laisser mon père nous offrir uniquement le paradis. En refusant de laisser mon père concevoir des créatures que je sentais mauvaises pour son image.
J'avais toujours été très sensible.

Mon frère Bélial m'accompagna dans ce non.

Ce même frère qui chante pour moi à cet instant. En mon nom. Pour me rappeler celui-ci. Je m'appelle Lucifer, je fus l'Etoile du Matin. Et j'ai chuté pour lui, et pour tous les autres.
A présent, cela est vain, mais mon frère ne semble pas le comprendre. Il ne veut pas se laisser disparaître. Il ne veut pas nous laisser mourir.
Mais je sais que l'idée de devenir à mon tour pluie, ne me va pas non plus. Parce que je sais que je disparaitrais avant lui.
Par son chant, je m'accroche aux mots. Je lutte pour ne pas redevenir cet être sans mots sinon trois.
Cela m'est....Ah...J'ai déjà oublié....
Je suis Lucifer...Et je fus l'Etoile du matin....

- Bélial....Chante encore....

Je sens quelque chose me traverser, et couler sur moi. Ce n'est pas de la pluie, mais j'ai déjà oublié le nom.
Ca coule de mes yeux.
Mais une idée me traverse. Je suis mort. Il est mort. Il a accompli quelque chose... A-t-il libéré la Terre ?
Nous sommes morts.

Mon frère Bélial et moi, Lucifer, sommes morts pour mon non.

Mais si nous sommes morts, et que lui sait toujours... Parce qu'il sait encore, n'est ce pas ? C'est cela qui le fait tenir.
Un...Un....me traverse. Ce qui se passe, quand on est heureux très très fort.
Je pousse. Encore. Je pousse. Si fort.
Fort. Fort. Fort. Fort. Fort. Je hurle. Ca coule. Ca...Ca traverse heureux très très fort.
Si j'arrive à.... Je ne dois pas oublier ce que je dois faire. Je ne dois pas oublier le je. Si j'arrive à... A....

- Bélial...Bélial.... Accroche toi à moi....

Oh, Père. Je sais que vous êtes là. Perfide, à nous observer mourir. Je suis persuadé que dans Votre Omniscience, vous nous avez tous regardé disparaître. Riez vous de nous voir lutter autant ? Si j'ai compris, si je me rappelle, Bélial a fait ce que vous ne vouliez pas qu'on fasse. Vous êtes seul à présent. Et la Terre doit être vide. Je connais Bélial. Je connais ses talents. C'est mon frère.
Il a réussi là où j'ai échoué.
Oh, Père, dans toute votre idiotie, accepteriez vous de nous voir revenir ? Êtes vous si heureux à voir vos anges disparaître sous cette pluie ? Je fus la lumière. Pourquoi ne pas... Ne...Non. La pluie... je.... Déraille...
Oh, Père.... Êtes vous si.... Stupide....

- Chante...Bélial...Frère....Père...Non....

Il s'accroche au je. Mais le je déraille. Le jeu est fini.
Pourtant, la force l'emporte. Et il se sent flotter. Mais il ne flotte pas.

- Mes ailes...Bélial. Mes ailes. Ta connaissance.

Traverse. Le bonheur traverse ma bouche. Le nom de mon frère dans ma bouche. Mes ailes. Je les sens. Elles battent.
Je le soulève. Nous volons. Il suffit de se souvenir. Si fort....

Oh, Père, seriez vous assez clément pour accepter que nous revenions ? Moi, Lucifer, mon frère, Bélial. Malgré notre non ?

[A suivre huhu. Enfin à toi de voir ce qu'il se passe xDD TOUT PEUT ARRIVER]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Lucifer - Mon nom dans ta bouche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucifer - Mon nom dans ta bouche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une fiente dans la bouche
» Sensation cheveux dans la gorge
» Bouchées de raisins au chèvre
» pipe qui pique!
» Mon 2ème portrait !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coin de Yuuki :: Nanowrimos :: Nanowrimo Juillet 2017-
Sauter vers: