AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lucifer UA - Parce que tu es là

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ore demo, suki dayo....Hanabi


avatar

Yuuki
Messages : 12783
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Lucifer UA - Parce que tu es là   Mar 4 Juil - 20:54

Tu étais là, au milieu de tous. Beaucoup auraient pensé que tu n'avais rien de spécial, sinon ta grandeur. Mais au fond, tu n'étais rien d'autre qu'un ange parmi tous, se devant de suivre les principes qu'on nous avait inculqué. A la base, je ne faisais pas tant attention à toi, trop concentré sur le commencement, sur mes tâches et sur ma façon de les produire. Courir après les autres pour leur faire passer des messages, faire régner la lumière là où il le fallait. Au début, je me doutais que ce qui gisais en moi n'était que des ténèbres, simplement de l'obéissance.
Mais c'est en te voyant d'un peu plus près, en ne cessant de te fixer sans m'arrêter, que je compris que tu étais différent. Parce que tu semblais rayonner d'une lumière que je n'avais encore jamais porté, et l'éclat dans tes yeux brillaient intensément. Ce que tu disais était intelligent, différent, extravagant. Et je n'arrivais pas à m'empêcher de t'écouter. Je buvais tes mots, laissant mon esprit s'ouvrir à ta voix, laissant mon corps se tourner uniquement vers toi.
De ce père dont nous entendions jamais un seul écho, toi tu étais là, présent, existant, prêt à me voir, prêt à écouter les tiens, et à vouloir leur tendre la main. J'enviais ceux qui te servaient, j'enviais ceux qui voulaient de toi.
Mais plus encore, j'avais l'impression de sentir une harmonie que je n'avais jamais ressenti jusqu'alors, dans mon esprit si terne, devenant flamme à tes côtés.

J'estimais être suffisamment bon pour toi. Je n'avais peur de rien, je voulais t'aider, je voulais que tu me vois, que tu saches qui je suis. Je voulais avoir de l'importance pour toi. Te prouver, que, moi aussi j'étais différent des autres, que je valais plus que tous les autres, que je saurais t'aider dans ta tâcher, au delà de tout ce que l'on aurait pu te proposer. C'est pour cette raison, que j'ai fini, à force d'observation, par m'avancer vers toi, par te permettre de m'apercevoir.
Tu savais déjà qui j'étais, ce que je voulais, et cela ne me surpris guère, puisque je savais combien tu étais puissant, combien tu pourrais me démasquer sans que j'eus à me présenter. Mais rien que le fait que tu connaisses mon nom, me rendait fier. J'avais envie de l'exposer au paradis entier. De leur dire "regardez, moi, il connait mon nom, pas vous". Je n'ai pas perdu de temps, je filais à la vitesse de la lumière pour finir dans tes bonnes grâces, pour que tu saches qui je suis réellement, et que j'ai de l'importance pour toi.

Si je devais avouer une chose, c'est que j'ignorais que cela se passerait aussi bien. Bien que je fus sûr de cela, à l'instant où j'ouvrais ma bouche pour t'adresser la parole.
Mais parce que je semblais te plaire pour ce que j'étais, nous nous liâmes un peu plus, et tu me partagea ton univers. Celui différent des ordres de Dieu et de ses envies, celui différent des emplumés, comme tu osais les appeler, sans vergogne. Tu m'appris à dire Bel, pendant que j'étais Lulu, tu me changeas, m'appris même à me reposer. Et plus j'étais auprès de toi, plus j'avais envie de rester. Je ne pouvais plus bouger de là où j'étais, cela m'étais impossible, j'avais peur que si je ne fasse un seul mouvement, ce rêve se termine.
Je t'ai dit que je n'avais pas rêvé, ce jour là. Ce n'était pas si faux, parce que je rêvais déjà, j'étais en plein dedans. Simplement que mieux encore que devoir se réveiller, le rêve que je faisais, s'appelait la réalité.

Ce que je ressentais à tes côtés, était si différent que tout ce que j'avais connu. C'était comme si mon coeur devenait réellement lumière, que mon nom existait réellement pour quelque chose. J'avais envie d'être ta lumière, que tu continues de me garder près de toi, que tu m'offres tes sourires si grandioses, que tu continues de me caresser la tête comme un grand frère. Je voulais rester auprès de toi et que jamais on ne puisse nous séparer. J'oubliais tout le reste, je créais ma bulle, et toi, tu m'offris le plus beau des cadeaux.
Aller sur Terre aussi, cela était un rêve éveillé. Moi qui avait tant admiré Notre Père pour sa création, je pouvais me permettre de la contempler de plus près, de voir sa beauté, d'en profiter. Sûrement pour cette raison, que je compris pour quelle raison tu semblas si mécontent de ces créatures que l'on appelait "humains", que je compris ta jalousie, ton envie, ton désir. Je savais ce que tu voulais, parce qu'au fond, nous voulions la même chose. Tu me reprocheras peut-être de t'avoir trop suivi, de t'avoir trop obéi, de ne pas avoir réfléchi. Mais dis toi qu'au contraire, les actes que j'ai pu commettre par la suite, étaient aussi pour moi. Pour cette Terre sur lequel je voulais me retrouver, à l'instar de ces créatures insipides et sans but réel.

Et puis, il y eut ce moment partagé que je ne compris pas trop moi-même. Je ne savais pas, je devais juste être au comble de la joie. Après que tu m'aies apporté tant de toucher, je m'imaginais facilement pouvoir nous relier un peu plus. Je me disais que le fait que nos deux lèvres se touchent, me calmerait. Parce que tu vois, au fond de moi, il y avait un volcan en éruption, qui me suppliait de faire quelque chose. Et cette chose se devait d'être plus forte qu'un simple enlacement, qu'une simple caresse. Je ne sais pas pourquoi, cela me semblait une bonne alternative, de nous mélanger de cette façon.
Et, tu sais, je ne te l'ai pas dit, mais à cet instant, si je n'avais pas été surpris par ma propre action, peut-être bien que j'y aurais aussi mis la langue, pour fusionner un peu plus avec l'être si parfait que tu représentais à mes yeux.

Alors, vois-tu, ce fut autant pour toi que pour moi, que je décidais de former l'armée que tu voulais. Je me savais doué pour charmer, et je n'ignorais pas combien mes frères m'avaient dans leur estime, malgré ma petite discrétion. Je n'étais pas l'ange le plus connu du Ciel, et encore moins un des favoris de Dieu, mais j'avais su faire ma place, et obtenir les informations dont je désirais, qui me permettrait d'exaucer ton voeu. A y penser, à cet instant, j'imagine que j'aurais été capable de tout faire pour toi. Mais aussi pour que toi, et moi, puissions vivre sur cette Terre qui nous avait été interdite.
J'obtins ton armée, tu présentas ta stratégie, et je portais ta lumière avec fierté. J'aimais ce que nous étions, j'aimais notre relation.
Et plus encore, quand je vis la force qui se dégageait de nous, l'éclat dans les yeux de ces nouvelles recrues, je me dis que ce que nous imaginions ensemble, irait plus loin que jamais. A cet instant, rien n'aurait pu me laisser présager la chute que nous étions sur le point de faire. Parce que tu étais là, que tu me voyais, que j'avais de l'importance pour toi. Tout le reste. Tout cela. C'était si fort.
La bulle était plus grande que jamais.

Ainsi, quand la guerre explosa, je n'avais pas peur, non. Bien au contraire. Je te voyais inquiet, mais je savais que je saurais te rassurer, au vu de ma ferveur que j'éprouvais envers toi. J'avais envie de te hurler de ne point être inquiet, puisque tu étais toi, et que comme c'était le cas, nous ne perdrions pas. A mes yeux, la victoire était logique, il n'y avait pas d'autre issue. La confiance que je plaçait en toi était sans failles.
Mais il fallu que j'ai les yeux plus gros que le ventre, puisque j'oubliais contre qui nous nous battions.
Et quand je le vis, là, face à nous, dans toute ma frustration, je me refusais à reculer. Parce que je compris que finalement, tu n'étais peut être pas aussi fort, que nous n'étions, pas aussi fort. Mais alors, plus que de te détester, de ne pas avoir été à la hauteur de mes attentes, je t'aimais encore, et voulu te protéger.

Je ne voulais pas te perdre. Qu'importe si tu n'étais pas si puissant, tu étais celui qui m'avait ouvert la voie, qui avait donné du sens à cette existence auquel je ne faisais pas tant attention. Je te faisais plus confiance que jamais, et nous chutâmes.
Là, dans l'air, en apesanteur, sous la pression de la gravité, je n'avais pas peur. Toujours pas, parce que tu étais là, parce que je devais te sauver. Je vis ton trouble, je vis ta façon d'être perdu, et j'inversais les rôles. Je voulais continuer d'être ta lumière, je voulais te suivre encore, toujours.
On nous aurait séparé, que cela aurait été la pire des punitions. Je te rattrapais, te protégeant de mon corps. Avant, j'aurais aimé te montrer à quel point j'étais fort, pour endurer la douleur que je ressentis à cet instant. Mes ailes brûlant, se déchirant, c'était comme si on arrachait une partie de moi, je comprenais que je ne serais plus jamais moi, ce moi que je fus, et que j'allais peut-être regretter un jour. Mais je ne supplia pas Dieu d'arrêter. Je ne me mis même pas à prier. La seule pensée qui m'obsédait, était ton état, ta protection, ta défense.
Je me fichais du reste. Je voulais que tu vives. Toi plus que les autres. Qu'importe si Dieu nous chassait de son Paradis, j'en avait trouvé un meilleur, en ta personne. Ce pourquoi je ne devais pas te perdre.
Alors j'endurais la douleur de mes ailes envolées, et me laissais retomber, en silence.

Et nous voilà ici. A vrai dire, je ne sais pas ce qui lui a pris de nous amener là. Je ne sais pas ce qu'il risque de nous attendre. Si nous pourrons un jour frôler la Terre ou non. Ce dont je suis sûr, c'est que je désirais te protéger comme jamais, et que mon rêve continuait, à tes côtés.
Tu vois, Bel, malgré ma chute, malgré tout ça, du moment que tu es à côté de moi, tout ira bien, je crois en toi.

Fin

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
 
Lucifer UA - Parce que tu es là
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parce qu'après tout, c'est aussi des créatures chaotique...
» Naru-rizd, Parce que je le vaux bien
» PARCE QUE JACK AIMAIT LES GENS CHARMANTS de S. Le Touze
» Parce que j'aime parler de moi. u_u *sort*
» [VDS] C4 Coupé VTS 1.6 HDI 110ch. Rouge Lucifer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coin de Yuuki :: Nanowrimos :: Nanowrimo Juillet 2017-
Sauter vers: