AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une histoire de liste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 67
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Une histoire de liste   Sam 29 Avr - 18:10


❝Il est délicieux de lire dans une âme comme dans un livre, et d'y voir clair comme dans l'eau d'une source❞


Avec le temps, j’avais appris de nombreuses choses dont certaines m’étaient passées au dessus de la tête depuis un petit moment. J’avais appris à aimer les petits plaisirs simples de la vie et prendre ce que celle ci voulait bien me donner avec un peu plus de philosophie. Bon je ne suis toujours pas un merveilleux exemple non plus, je suis toujours le mec qui arrive en retard à tous les rendez-vous, je suis toujours un gros râleur au volant et un paresseux le dimanche matin, mais à côté de cela je travaille beaucoup sur moi. J’apprends à faire des concessions, à ne pas voir le mal partout et essayer d’apprécier ce que j’ai sans chercher à en vouloir plus. Dans un sens la simplicité à un certain charme. C’est ainsi que j’avais vécu mes derniers mois, en pesant le pour et le contre de chaque événement qui décidait de pointer le bout de son nez. Pour quelqu’un d’aussi pessimiste que moi, croyez le si vous le voulez, mais c’est un changement plutôt radical mais assez agréable quand on se penche sur la question.

Bien évidemment je ne suis pas non plus devenu un crétin optimiste qui à un sourire agrafé au visage. Faut pas abuser non plus, heureux mais pas con. J’avais essayé de traverser toutes les tempêtes qui m’étaient tombées sur le coin de la gueule. Commençons donc par le commencement. Depuis un certain temps, les tensions au travail ne faisaient que s’empirer et pour changer un peu j’avais le rôle de médiateur et non d’élément déclencheur. J’avais réussi à faire l’impasse sur mon équipe que je dirigeais depuis maintenant environ neuf mois. Quelle chouette promo qu’est celle de donner les ordres. Enfin c’est comme ça que j’avais vu cette évolution hiérarchique à l’époque, mais maintenant c’est plus une opportunité pour faire valoir mon expérience auprès des plus jeunes qui tombent entre mes pattes. Cela va sans dire que tout se passait relativement bien et que j’avais presque réussi à augmenter ma propre cote de popularité. Je suis bon n’est-ce-pas? Bref, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Un travail que j’appréciais toujours autant , un adorable petit ami, un chat qui avait enfin arrêté de pisser dans mes chaussettes et de nouveaux sièges en cuir pour ma bagnole. Tout était parfait, pas une seule petite ombre au tableau. Et puis comme d’habitude tout a commencer à se casser la gueule quand tout allait pour le mieux dans ma vie.

J’avais mis un peu de temps à le comprendre, mais avec le recul je me demande comment j’ai pu passer à côté de ça. Je vais dresser un tableau très bref. Imaginez vous dormez, paisiblement, vous rêvez d’une merveilleuse journée à la plage durant laquelle je ne sais quel truc trop bien vous arrive et là …. on s’arrête, on remballe la bobine et vous vous retrouvez dans un endroit sombre. Sombre et quelque peu inquiétant mais qui; étrangement, fait résonner une partie très profonde de votre être. Une partie enfouie loin, là où vous avez tenté de la dissimuler durant des années jusqu’à espérer qu’elle disparaisse pour de bon. Des voix, des hurlements .. de la peur et un sentiment de douleur infinie. Puis une voix qui semble elle aussi appartenir à une partie de vous sans que vous en connaissiez l’origine. C’est alors que vous vous sentez littéralement coupé en deux. Séparé entre l’envie de vous barrer loin d’ici et de retrouver cette plage de sable d’or et cette envie d’explorer ce lieu sombre qui est comme un fragment de votre âme, un écho de vous même perdu dans l’inconnu. Et c’est à ce moment d’hésitation cruelle entre votre esprit et votre subconscient que les portes semblent s’être refermées derrière vous sans vous offrir une quelconque issue de secours . De ce que je me souviens, j’avançais dans un couloir sans fin, un chemin tortueux dont des cris de douleurs en étaient la seule mélodie.  Il est difficile de donner une durée réelle d’un mouvement dans le monde des rêves mais j’avais erré un certain moment sur cette route. Mes pas s’étaient stoppés lorsqu’une voix plus forte et plus directe s’était adressée à moi. C’est un peu flou de revenir sur ce genre de détails mais les seules paroles qui sont encore écrites en moi à présent sont un simple “Et bien, j’ai cru que tu ne viendrais jamais ici … j’ai failli t’attendre tu sais” Alors déjà qu’on soit d’accord, ni moi ni mon subconscient ni mon envie de churros au bord d’une plage m’avait donné envie de poser mon cul en enfer. Car oui, tous les éléments qui m’entouraient mis bout à bout m’avaient fait réaliser dans quel merdier j’étais.


Je vous passe les détails de ma conversation avec ce démon, mais cela va s’en dire que si j’avais pu faire un collier avec son intestin et un scrabble avec ses dents je l’aurais fait avec une grande joie. Mais évidemment je n’ai tenu mot de ce cauchemar à demi réveillé ou je ne sais quoi à Dan. Je ne me voyais pas vraiment lui dire ça entre deux plats. "Humm super bons tes légumes faudra que j’en mange plus souvent .. au fait j’ai été en enfer durant ma sieste.. tu les trouve pas meilleurs ces haricots bio?” non vraiment … ça passe pas . Du coup j’avais fait avec, ayant mis ça sur la liste d’attente des choses dont je devais me préoccuper. Oui … oui je possède cette liste imaginaire qui me permet de noter tous les petits trucs auxquels je dois réfléchir un peu plus intensément quand j’aurais dix minutes à ne rien foutre.

D’ailleurs, les dix minutes depuis deux semaines je les aies à volonté. Et voilà, les tensions entre mon supérieur et moi n’avaient pas été dans le bon sens. Étrangement tout semblait s’enchaîner depuis que j’avais mis les pieds en dessous. Je ne crois pas trop aux coïncidences, surtout que le motif de mon licenciement est “faute professionnelle”. Mais WHAT? d’où elle vient celle la? Putain encore on m’aurait reproché mes retards ouais okay, ou bien mes facilités à me barrer dix minutes avant les vendredis ouais d’accord et encore c’est un peu light comme motif mais la faute. LA FAUTE? Bordel de chien de merde à la con … je ne comprends pas. Et le plus merveilleux dans tout ça c’est que mon don n’a cette fois ci pas fonctionné. Oui j’ai essayé .. vous aussi vous l’auriez fait si vous aviez été à ma place. C’est donc ainsi  la raison pour laquelle je me retrouve le cul collé au canapé alors qu’il est que seize heures un vendredi et aussi la raison pour laquelle je campe en vieux jogging tout pourri devant un livre. Oui je lis … et je vous emmerde. C’est ni une revue porno, ni un magazine people à la con ou une histoire d’amour à vomir des papillons roses. Rien de tout ça. Durant mes dernière semaines de “personne sans emploi” j’ai eu le temps de me pencher un peu sur cette liste des “choses à se préoccuper”. Parmi elles figurait la possibilité de m’aider un petit peu plus avec mes dons qui me font plus chier qu’autre chose et aussi me sensibiliser un peu plus au monde surnaturel dans lequel je vis.

C’est ainsi que je me retrouvais à remplir la table du salon avec des ouvrages tels que “Maîtrisez votre esprit”, “Les dons : une opportunité et non une fatalité” ou “ Protégez vous au quotidien”. Un ensemble de recueils de recettes de grand-mère pour personnes possédant des dons. J’avais aussi pris un livre pour me renseigner sur la magie moderne et notamment les sorciers. J’en avais vu une depuis mon arrivée ici et vu son caractère de merde nous avions cessé de nous revoir, mais je suis resté intrigué par ces personnes. D’autant plus qu’ils peuvent peut être m’aider à régler quelques petits soucis concernant les démons. J’avais de plus, acheté d’autres petites babioles magiques, d’après leurs descriptions en tout cas. Me voilà donc entiché de bracelets à détection démoniaques, testés et approuvés en la présence de Katie, d’une perle de sang, un complément de la bague qui devrait servir à limiter ma faim et d’un autre grigri dont j’ai oublié l’utilité. Bref, d’après ces ouvrages il est important de savoir se recentrer sur sois, d’inspirer et expirer … ouais bon en gros faire du yoga et de se vider l’esprit des ondes négatives. Par chance, le chat avait eu la délicatesse d’aller dormir sur le coussin de chaise de la cuisine et de me laisser tranquille moi et mon allergie pendant que “j’ouvrais mes chakras”. Pour être honnête j’ignore combien de temps je suis resté comme ça, mais cela me rappelait l’époque durant laquelle je faisais des exercices similaires pour me détendre. D’ailleurs en parlant de détente, va falloir que j’accepte de sacrifier mon vendredi soir et notre traditionnelle soirée pizza télé pour un dîner un peu plus classique. Car oui, Dan avait eu la merveilleuse idée d’inviter l’un de ses clients à manger avec nous. Oh génial, qu’est ce que je suis heureux de pouvoir accueillir quelqu’un alors que j’ai passé ma semaine à attendre ce soir là. Je suis tellement impatient . . . .
BREF. J’avais suivi les conseils de l’un des ouvrages à la lettre, me concentrant sur les choses essentielles et positives, oublier tout ce qui pouvait me déconcentrer et me faire perdre le fil de tous ces efforts. A ma grande surprise j’avais une ressenti une onde agréable parcourir mon corps et surtout mon esprit. J’arrivais, bien que mes yeux soient clos, à visualiser ce qui m’entourait et ainsi à faire voltiger très gentiment divers objets m'entourant à quelques centimètres de leur lieux d’origine sans que ceux ci s’entrechoquent ou ne chutent. Vu de l’extérieur cela devait être assez drôle, en effet, les petits objets des étagères, les livres ainsi que tout ce qui se trouvaient sur le petit bureau du coin de la pièce étaient tous en apesanteur dans une harmonie presque surprenante pour moi. Au bout d’un petit moment j’avais entendu de petits bruits dans la cuisine. Tiens … Connor-le-chat quitte son assise royale … je suppose que .. *clic* ha oui Dan arrive. Et après on dit qu’un chat ne montre aucun signe d’affection. J’ouvris un oeil curieux en direction du couloir, en maintenant cette concentration sur mon objectif principal.

“Coucou Dan .. tu rentres tôt aujourd’hui …. comment tu vas ? “ j’avais esquissé un doux sourire, évidemment j’en étais plus que ravi, moi qui avait attendu depuis mon réveil ce matin le moment où il allait franchir la porte. Car oui, il était rare qu’il ai le temps de venir rentrer manger pour le repas du midi, et être devant un jeu télévisé une assiette à la main et le chat sur les pieds c’est pas très joyeux. Ca donne un aspect beaucoup trop maison de retraite à mon goût.


© Miss Pie


Dernière édition par sweet cookie le Ven 5 Mai - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ore demo, suki dayo....Hanabi


avatar

Yuuki
Messages : 12883
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Une histoire de liste   Ven 5 Mai - 18:46


Une histoire de liste
et d'un repas qui peut mal tourner ?
C'était étrange d'être aussi heureux dans un monde qui n'allait pas forcément si bien que ça, et qui était peut-être en péril. Daniel aurait presque pu s'en vouloir et en culpabiliser, mais à vrai dire, il en profitait surtout. Il était heureux. Pour de vrai. Le problème avec sa famille était réglé, Connor était toujours aussi adorable, était toujours son meilleur ami, et il avait le plus merveilleux des petits amis, quoiqu'on puisse dire de son certain caractère. Même à son travail tout allait bien.
En fait, si on omettait les quelques visions assez terribles qu'il se tapait tout de même, Daniel restait heureux. Et un Daniel heureux, c'était comme un soleil si brillant, que ça en faisait presque peur. Donc il était heureux. Tant, que ses clients le remarquaient facilement, et que cela les mettait en confiance.
D'autant que l'avocat savait toujours faire attention malgré sa joie, et ne perdait jamais une occasion pour bien réfléchir à ce qu'il devait faire pour sa défense, qu'il préparait toujours avec autant d'attention.

Après, malgré tout ça, restait quelques tâches noires dans le bonheur de la joie tout choupi et brillant façon paillettes. Comme les propos qu'Eliott tenaient. Comme le moment où il racontait avoir fini en enfer, de la même façon que lui. Ca, c'était les moments où, Daniel se rappelait que sur Terre, il n'y avait pas que du blanc, le noir restait présent, bien que cela formait souvent du gris.
La façon dont Eliott l'avait annoncé, était en plus totalement décontracté, comme si c'était la chose la plus normale du monde. Mais le soleil était persuadé en son for intérieur que l'homme en avait souffert. Peut-être autant que lui, d'ailleurs. Alors, il s'était inquiété.

Et puis, si tout le bonheur de la joie voulait continuer de s'insérer comme un stalker ne voulant pas décrocher l'affaire, tout n'était pas merveilleux pour Eliott en plus de la petite visite en enfer. Daniel n'était pas forcément au courant de tout, même si, sans être télépathe, il savait bizarrement, réussir à voir dans le regard de celui qu'il aimait.
Ce jour là, intérieurement, il cherchait le moyen de l'aider, de lui faire changer les idées - persuadé que le coup en enfer, c'était certainement pas le paradis, et que ça pouvait marquer -.
Il avait été persuadé qu'inviter un client pour le dîner, pourrait être intéressant, puisque le dit client lui semblait tout à fait sympathique, et agréable à la conversation. Il savait qu'Eliott était doté d'un caractère assez poussé, et qu'en prime, son sarcasme pouvait ne pas être un cadeau du tout, mais il était persuadé que tout irait bien. Daniel était sûr que les deux s'entendraient, et que de fait, cela ferait une personne en plus dans la sphère d'Eliott.

Du coup voilà. Nous étions le jour là, où ils allaient pouvoir avoir ce dîner magnifique qui s'annonçait merveilleux. Dans la tête de Daniel.
Qui avait donc pu rentrer un peu plus tôt pour pouvoir cuisiner quelque chose. Après tout, Eliott restait quelqu'un qui avait tout de même du mal avec la cuisine. Bien qu'il s'était tout de même amélioré.
Rentrant en ouvrant joyeusement la porte, il se fit accueillir par Connor-le-chat qui vint ronronner à ses pieds, quémandant des caresses, miaulant avec plein d'amour.

- Coucou Ely ! Oui c'est vrai que c'est plutôt que d'habitude...Je suis désolé pour ça...

Désolé de ne pas rentrer plus tôt normalement. Mais on ne pouvait pas lui accorder ça très souvent, et encore moins depuis qu'il avait reçu sa promotion.

- Mais ça va très bien. Je suis content d'être rentré. Tout va bien pour toi aussi ? Tu as passé une bonne journée ?

Il eut un sourire, posant un peu cette question de façon rhétorique, comme s'il n'attendait pas de réponse. Il alla lui faire un baiser sur la bouche, sans même attendre, alors que le chat exigeait encore son du à coup de miaulement, qui semblaient moins pleins d'amour que plus de jalousie et d'envie d'être choyé. Après le baiser, Daniel se pencha donc vers son chat, lui délivrant quelques caresses pour apaiser ses râles, et l'animal roux paru prendre ça comme le début d'une intense séance de câlin, puisqu'il se laissa tomber, se mettant sur le dos, en voulant encore plus.
Daniel ne pu s'empêcher d'avoir un léger rire :

- J'ai un dîner à préparer, Connor. Plus tard, d'accord ?

Il se redressa, sous le regard outré du chat roux qui miaula de plus belle, mais non pas contre Dan, mais bien contre Ely, comme si celui ci allait lui apporter la masse de caresse que son maître originel ne voulait, ou plutôt, ne pouvait pas lui offrir maintenant.
Daniel, quant à lui, regarda son petit ami :

- Je vais commencer le repas. Je suis sûr que tu vas adorer mon entrée. Oh, et quand tu verras le plat principal !

Pour le dessert, ça serait plus compliqué d'en faire, mais Daniel avait acheté des gâteaux la veille, exprès pour l'occasion. Il alla poser ses affaires, enlevant sa veste, retroussant ses manches, ignorant le chat à l'agonie de caresses, et se dirigeant vers la cuisine. Soudain, il se rendit compte que de fait, il avait eut l'air totalement ailleurs depuis qu'il était arrivé, faisant juste assez attention aux gens qu'il aimait. Grimaçant, s'en voulant, parce que Daniel était le genre de personne à vouloir trop aimer, il alla vers Eliott, rebroussant chemin :

- Si tu veux, pendant que je cuisine, on peut se raconter nos journées ?

Son air avait l'air clairement bienveillant, à la limite du puppy, de celui qui s'excusait d'avoir presque été ignorant.
© Ely


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 67
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Re: Une histoire de liste   Ven 5 Mai - 21:34


❝Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité.❞


Rien qu’au son de ses pas dans le hall d’entrée et à ce sourire que je sentai depuis le canapé je n’avais pas pu résisté à l’envie d’exprimer moi même un certain bonheur. Ce dernier étirant doucement les traits de mon visage. C’est toujours cet effet là qu’à un doux rayon de soleil sur une fleur non? C’est donc avec cette même légèreté que je rendais chaque objet  leur place respective, il était temps de faire autre chose que de mettre en pratique ce que j’étais en train de lire. “Je crois que Monsieur le chat roux réclame des câlins … je devrais peut être essayer sa technique .. rouler sur le ventre et attendre mes gratouilles?” Je ne pu m’empêcher d’esquisser un sourire à ma remarque, laissant Daniel s’imaginer la scène dans le salon. “Je suis content de te voir rentrer mon ange” dis-je en répondant avec beaucoup de tendresse à son baiser de bienvenue. C’est tellement doux que j’en flotterai presque sur un petit nuage, même après presque dix mois de relation. Oh dix mois … ça passe tellement vite.  Dans deux mois ça fera un an … il s’en est passé des choses en une seule année et sans trop me tromper c’est la meilleure de ma vie.

“Je vais bien merci, oh et bien tu sais mes journées sont assez longues et pas très palpitantes mais globalement oui, elles s’est bien passée et Connor a été mignon comme tout” j’avais penché la tête sur le côté quelques secondes avant de secouer la main brièvement, accompagnant mon geste d’un doux sourire “Ne t’excuses pas, le plus important est que tu sois là maintenant”

Je souris en voyant notre petite boule de poils revenir vers nous avec ses longs miaulements quémandeurs de gratouilles et de bisous. C’est gratteux un chat, c’est fou ça. Ca a une bouille mignonne et en plus ça vient te réclamer des attentions comme ça, dans un grand calme. Je veux être un chat.  Mais bon, vu la tournure de la soirée, ses petites gratouilles attendront la fin de la préparation du dîner au moins. Oh … non putain pas ce dîner. J’ai aucune envie d’avoir un type se poser à table et parler avec nous. Je veux pas parler à un type que je connais pas même si ou surtout si, je ne sais pas, c’est un client de Dan. Bon, j’avais ramené Katie mais c’est différent, Katie c’est la petite amie de son meilleur ami, c’était pas une soirée travail. Bon, va y fais ça pour Dan, après tout peut être que cette soirée ne sera pas si catastrophique que ça. … (oui je me rassure, comment ça c’est pas gentil? Qui à dit que je l’étais ?).


“Tu veux que je te donne un coup de main? Bien que la cuisine ne fasse pas partie de mes compétences”
Je souris en le regardant avant de me décider à me lever du canapé si moelleux. Le canapé “Attrape Eliott”, oui je l’ai nommé ainsi depuis le jour où j’ai mis les pieds dans cet appartement. Bref. A peine debout je me retrouve avec le chat dans les pattes “Non Connor … attends pour les câlins .. et tu m’as ronronné sur le ventre une bonne partie de la journée tu abuses” je levais les yeux au ciel avant d’aller agiter l’une de ses balles à grelot à l’aide de mon pouvoir. Cela avait eu au moins le mérite de le rendre tout curieux et d’essayer d’attraper cette balle que je m’efforçais de mettre hors de sa portée. *Bon le chat c’est fait*


“J’en suis persuadé que j’aimerais, tu cuisines tellement bien”
En fait c’était vrai. Tout ce qu’il faisait était incroyablement délicieux. Ou bien c’est moi qui était très friand de bonne nourriture. Mais avec lui je m’étais mis à manger un peu plus varié et mon corps le reflétait bien. J’avais perdu mes petits bout grassouillets que les plats minutes avaient posés sur mon ventre. Il faut dire que manger des légumes et du poisson plusieurs fois par semaine avait fini par rendre mes repas plus sains et équilibrés. Même si, je l’avoue, il ruse parfois pour me faire avaler des haricots et autres concombres “pour mon bien être et parce que c’est préparé avec amour”. Il me prends parfois par les sentiments, mais je ne peux rien lui refuser. Quel cercle vicieux. Mais j’aime quand même ce qu’il me fait, et quand c’est cuisiné avec beaucoup d’attention c’est toujours délicieux.

“Hum si tu veux … mais alors on s’installe un petit peu ? .. juste nous?” Appuyant ce propos réellement sincère d’un doux baiser que j’étais allé glisser au creux de son cou. Après quoi, j’étais aller nicher mon nez à ce même endroit avant que mes bras finissent par l’enlacer tendrement. “Tu m’as terriblement manqué .. pour être honnête” finis-je par murmurer alors que je restais ainsi, accroché à lui, savourant pleinement de petit moment d’intimité et de tendresse avant que la soirée ne commence. J’eu un petit soupir qui avait franchi mes lèvres. Je ne me trouvais plus spécialement intéressant depuis que j’étais à la recherche d’un travail. Quoi que .. l’avais-je déjà été avant? Intéressant je veux dire.  Je ne pense pas, mais là n’est pas le sujet de la conversation. “Très bien je vais te raconter ma journée, même si elle est loin d’être riche en aventure”

Je lui pris sa main, le guidant jusqu’à notre canapé, décidé à le laisser s'asseoir un petit peu avant d’avoir la tête dans le guidon pour la soirée. J’hochais alors la tête tout en désignant les livres qui se trouvaient en masse sur la table du salon, certains ouverts et d’autres recouverts de post-it et de notes en tout genres. “J’ai été à la boutique de magie ce matin, j’ai pris quelques articles je me suis dit que les livres pourraient m’apprendre des choses et que les babioles qu’ils vendent peuvent servir” A ces mots j’avais agité légèrement  ma main, mettant en évidence la chevalière au rubis que je portais tous les jours sans aucune exception. C’est con, mais depuis mon passage en enfer j’avais eu envie de comprendre ce qui m’entourait et encore plus de comprendre qu’est ce que j’étais au final. On se pose des questions à finir dans le monde du dessous. Même si je faisais bonne figure à prendre un air absolument détaché en parlant de cela, cette visite dans le monde souterrain avait été loin d’une partie de plaisir. Pour preuve, j’en ai perdu le sommeil durant des jours.

“Alors j’ai appris quelques petits trucs intéressants sur les personnes comme moi. Ils ont fait des recherches sur les nephelims et le petit livre que j’ai trouvé est assez intéressants” dis-je en indiquant un livret pas plus grand qu’une bible de poche et ni plus épais qu’une centaine de pages. .“D’après leurs recherches … enfin disons leurs témoignages .. j’aime pas le terme recherche c’est très négatif je suis pas une bestiole morte… bref donc heu.. d’après eux, les nephelims auraient au moins l’un des deux parents sorciers. Ce qui a fait que nous ayons été “choisis” de Lucifer réside dans la “pureté” de notre sang.. j’aurais un sang magique pur ou un truc de ce genre” Bien évidemment je guettais les réactions de Daniel à ce sujet. Je sais que tout ça semblait venir de nul part, et que je lui sortais ça dans un contexte qui s’y prêtait moyennement.


“J’ai aussi appris dans le plus gros livre à essayer de maîtriser mes émotions et donc par conséquent mon pouvoir. Oh et en parlant de pouvoir, je comprends mieux quel est mon pouvoir d’empathie. Ce serait une sorte de capacité à réceptionner et analyser les énergies des personnes qui sont autour de moi .. c’est dingue ça non?”
Merde j me suis entendu dire ça comme un gamin qui découvre que Disneyland n’a pas réellement Mickey dans son parc. “Mais malheureusement ils n’ont pas de recette miracle pour aider à canaliser tout ça et faire avec … oh je suis désolé je dois être pénible avec mes histoires de livre de magie” Je ris doucement avant de constater que Connor jouait toujours avec la balle que je faisais rouler dans les quatre coins du salon.

“Et toi mon ange, ta journée? racontes moi” au moins la sienne serait plus terre à terre que mes récits de sorciers et d’énergies qui flottent.



© Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une histoire de liste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire de liste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire sans fin
» [Baraton, Alain] L'amour à Versailles
» HISTOIRE DES TITANS pour y voir clair
» Liste death guard 5000pts
» Avis de Marché - Toulouse - Museum d'histoire Naturelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coin de mon cookie :: RPG-
Sauter vers: