AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Awkward moment (Elydan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 63
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Awkward moment (Elydan)   Mar 3 Jan - 11:12

Cela faisait quoi … deux ou trois semaines que son  ex s’était pointée à la maison juste après que nous ayons partagé notre première nuit ensemble comme un vrai petit couple. Même si j’avais fait de mon mieux pour faire table rase de ces derniers événements j’avais toujours un peu  de mal à digérer le fait qu’elle ai pu espérer qu’elle puisse le « récupérer » en se pointant comme une putain de fleur, la bouche en cœur.  Je sais pas dans la logique des choses on ne retourne pas vers une personne qu’on  à blessé juste parce qu’on à fait le mauvais choix dix ans avant. Je ne peux pas par exemple me pointer devant Charlie et faire comme si rien ne s’était passé,  déjà parce que mon petit égo de merde m’aurait arrêté avant mais aussi et surtout parce que remuer le couteau dans la plaie n’est pas, en soit quelque chose de très intelligent. Bon on va s’arrêter là c’est pas comme si mes états d’âmes étaient si importants que ça au final. La conclusion que j’ai à tirer de tout ça c’est que Dan et moi nous nous aimons et que ce n’est pas une petite amie du passé qui changera l’ordre actuel des choses

La vie suivait donc son cours, je n’arrivais plus à me passer de lui et il était devenu assez compliqué pour moi de séparer mon appartement du sien. C’était donc ainsi que, petit à petit certaines de mes affaires personnelles avaient trouvées leur petite place dans l’appartement de Daniel. Les premiers éléments à avoir subit ce déménagement sont mes vêtements, je n’allais pas lui voler ses pulls tout doux éternellement. Puis c’était quelques affaires de toilettes, je me sentais un peu mal à l’aise de lui voler son shampooing et ses gels douche alors que j’avais les miens de l’autre côté du mur. Petit à petit je laissais le chat s’habituer a mon odeur et à ma présence tout autant que je faisais de mon mieux pour me familiariser à la sienne. J’avais pris quelques cours de cuisine avec Daniel pour pouvoir réussir autre chose que des plats surgelés, lui faisant d’ailleurs de temps en temps la surprise de préparer le dîner. J’ignore si c’est pour me faire plaisir ou si c’est parce-que c’est comestible mais il finissait toujours ses assiettes. J’étais si heureux de lui faire plaisir et de lui épargner la tâche du repas une fois sa journée de faite que je commençais à prendre goût à faire toutes ces choses que je détestais avant. D’ailleurs Daniel m’a appris à aimer de nombreuses choses, et il réussi parfois à faire en sorte que je m’aime moi-même. Il avait toujours ce don de choisir les bons mots et les bonnes attitudes quand je me sentais fléchir . Peu importe ce qu’il se passait, le soleil continuait de briller et moi je continuais de réchauffer mon âme sous ses rayons de douceur.


*****
Cet après-midi comme un mardi sur deux je ne travaillais pas, disons que ça compensait les samedis matins que je cumulais. En soit d’ordinaire j’aurais été flâner je ne sais où dans la ville, à prendre le timide soleil de ce début d’automne  sans aucun but particulier. Mais ça c’était avant quand je n’avais que moi à penser et que je ne me souciais de rien d’autre. Maintenant que j’étais en centre ville il fallait bien que je m’occupe, et comme il ne se passait pas une heure sans que je pense à lui, il fallait que je trouve une bonne occupation. C’était donc assez naturellement que je m’étais rendu dans la première librairie qui me tendait les bras. Bon  moi et les bouquins ça faisait deux, et ça se voyait comme le nez au milieu du visage que je ne savais même pas ce que je cherchais. Offrir un livre….t’en a des idées de merde mon  pauvre Eliott des fois. Bon on va zapper les sections enfants et dictionnaires, voyons voir …. Fantastique. Oh un livre sur les démons la bonne blague ! Non pas fantastique. Policier  …. J’y connais rien moi. *meilleures ventes* … bon je suppose que c’est bien si ça se vend non ? Je saisit alors celui dont le résumé m’avait le plus inspiré …autant que ce genre de livres puissent le faire. Oh et les poèmes ..il aime en lire je crois. Là aussi j’avais fait un peu à l’instinct.

Une fois mes livres emballés dans un joli papier cadeau vert pomme en main, je quitta enfin ce temple des pages remplies de mots pour m’arrêter quelques mètres plus loin dans un endroit que je connaissais mieux. Une chocolaterie. C’était un sujet sur lequel je me sentais bien plus à l’aise, et malgré mon  envie de vouloir dévorer toute la vitrine, j’étais ressorti avec un petit sachet de perles multicolores aux goûts multiples. J’espérais qu’il allait au moins aimer mes chocolats si jamais mes livres avaient été un très mauvais choix. Alors que je continuais ma route, une idée venait de germer dans ma petite tête. Et si, au lieu d’attendre le soir qu'il rentre pour lui offrir, et si j’allais directement lui remettre en main propre. Après tout, je l’avais déjà accueilli au Starbucks alors j’étais curieux de le  voir en tant qu’avocat. De souvenir, son travail était un peu à l’opposé du mien, j’avais donc choisi l’option voiture pour ne pas mettre un siècle et demi à arriver là bas. Ah…Los Angeles et sa circulation, ça nous apprends la patience ça c’est certain. Une fois sur place, je m’étais arrêté un instant devant l’immense porte  extérieure en  bois massif. Je senti un doux sourire étirer mes lèvres. J’étais si fier de lui, si fier et heureux de voir qu’il à enfin mérité d’avoir son nom gravé sur la plaque métallique de l’entrée du cabinet. « Mc Gregor, Styles et Carver ». Il bossait si dur et avec tellement de passion pour son métier que cela me faisait énormément plaisir qu’il soit enfin reconnu. Après ces quelques minutes passées à rêvasser devant cette plaque je m’étais décidé à ouvrir cette porte. Je n’avais jamais mis les pieds dans ce genre d’endroit. Que dire … que dire excepté que cette décoration pompeuse et élégante à souhaits me mettait horriblement mal à l’aise. Du bois ancien, du marbre, et un hall d’accueil digne d’un grand film. Moi qui avait imagine que ce n’était qu’une suite de portes alignées dans un couloir interminable, je m’étais lourdement trompé.

Après avoir reluquer tout l’intérieur, j’entendis une voix féminine m’interpeller. Quoi ? Non je n’avais pas la gueule du type qui vient prendre un rendez vous. Vous en voyez beaucoup des gens se pointer chez un avocat en jean basket sweat-shirt capuche avec une barbe de trois jours qui cri déjà au scandale ?Moi non ..j’imagine que non en effet. Je lui avait indiqué avec qui je souhaitais « discuter » histoire qu’elle m’invite a la suivre pour que je ne me perde pas.

« Il ne peut pas vous recevoir sans rendez-vous … en plus dans une quinzaine de minutes il devra s’absenter et …. » je lui avais à peine laissé le temps d’en placer une pour conclure à ma manière « ça tombe bien j’en aurais besoin que de dix … et je pense me débrouiller merci bien »

Je m’engouffrais alors dans le couloir à ma droite, seul accès possible. Avec la secrétaire aux fesses évidemment sinon ce n’était pas drôle. Je la laissais me siffler dans mes oreilles alors que mon regard venait de s’arrêter sur la bonne porte. Comme j’étais poli…un minimum, je toque à la porte, récoltant un « oui » à demi masqué par l’épaisseur du bois. Une fois la porte ouverte je ne pu retenir un grand sourire, heureux de le voir. Un si grand bureau rempli d’une demie montagne de papiers et de dossiers. Le pauvre … qu’est-ce que c’est pénible cette paperasse. Alors que je m’apprêtais à le saluer, les talons de la jeune femme s’étaient arrêtés à ma hauteur. Elle semblait ouvertement paniquée et confuse de ne pas avoir réussi à me tenir dehors

« Je suis désolée j’ai essayé de lui expliquer mais il … » je souris un peu alors qu’elle continuait une salve d’excuses. Il savait que j’étais du genre têtu.

J’avais conclu mon entrée théâtrale par un «Bonjour Dan ! Je passais dans le coin alors je me suis dit que je pouvais venir te voir. Ne t’en fais pas je ne te mettrais pas en retard pour ta réunion» dis-je alors que je tenais un grand sac à la main. «Je peux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 11995
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Mer 4 Jan - 9:45


Awkward moment
welcome here, home sweet home
Aller au travail, n’était pas forcément un plaisir, tous les jours. Mais se réveiller en étant contre Eliott, le sentir contre soi, valait toutes les motivations du monde.
Bizarrement, cela ne donnait pas tant envie à Daniel de rester dans le lit, mais plus de travailler. Pour perdre de vue le visage de la personne qu’il aimait, et la revoir ensuite, la redécouvrant chaque jour.
Pourtant, nombreuses furent les fois où Daniel observais de très près, tout le visage de son copain, le détaillant à chaque fois, remarquant chaque particularités.

Daniel ressentait aussi plus de facilité, parce qu’Eliott était un rayon de bonheur dans sa vie, en plus de Connor. Connor à qui il avait immédiatement informé de tout ce qu’il avait pu faire, pour qu’ils en discutent.
Connor qui avait sûrement dû être très heureux de voir son Daniel rayonnant d’un amour qu’il avait rejeté pendant des années.

Daniel avait parlé de tout. Des petites leçons de cuisine, de la tête d’Eliott quand il dormait, de sa tête quand il souriait, de ses yeux lumineux, de sa douceur, de ses paroles, de leur taquineries, de ses affaires qu’il installait au fur et à mesure, de « tu trouves pas que mon pull lui va bien ? » de ce genre de chose qui le faisait sourire.
Parfois, le prophète se disait qu’il devait avoir l’air un peu idiot.
Mais il s’en fichait, parce que, zut. Il était heureux. Et tant pis pour Cattleya, dont il n’avait pas eu de nouvelles, et tant mieux.

Dans tous les cas, aujourd’hui, il était guilleret. Ce soir, il avait prévu des spaghettis carbonara, et ce plat était tellement rempli de symbolique, qu’il ne pouvait s’empêcher de l’apprécier. Ainsi, le fait qu’il doive enchainer les réunions, les rendez-vous, et répondre à de nombreux mails, n’était pas tant un problème.
Enfin.
Au début.
Parce que dans l’après-midi, il commença à saturer, surtout en se rappelant qu’il allait devoir terminer tard. Daniel assumait tout à fait ses responsabilités, mais cela le rendait presque malheureux que de se dire qu’il allait devoir attendre encore longtemps avant de voir Eliott, son sourire, son rire, ses yeux brillants, ses sourcils, s… Bref.
Daniel reprit son mail en cours, en consultant rapidement l’heure. C’est bon. Il lui restait encore quelques minutes pour achever deux trois tâches…

Enfin, ce fut sans compter sur la porte qui manifesta la présence d’un visiteur. Ne refusant jamais une visite, même si cela l’embêtait parfois, Daniel répondit à l’affirmative, annonçant le fait qu’il était bien dans ce bureau.
Se demandant qui cela pouvait être – peut-être sa secrétaire pour le prévenir que le lieu de réunion avait changé ? – il vit une silhouette, qu’il reconnut immédiatement, mais qui « crachait » clairement avec le lieu. Et qui de fait, n’avait jamais été là avant.
Pourtant, cela ne sembla pas déranger Daniel, qui se redressa brusquement dans son fauteuil.

Les yeux de Daniel s’illuminèrent quand il s’aperçu que face à lui se tenait Eliott.
Avant de se demander la question essentielle : que faisait-il ici ? La secrétaire tenta de s’expliquer, s’excusant, avant qu’elle ne soit coupé par Eliott, qui expliqua la raison de sa présence simplement par « je passais dans le coin ».
Il l’observa, écarquillant légèrement les yeux, avant de sourire doucement.
Pour une fois, il aurait aimé que la réunion soit dans une heure.

- Tu sais que tu ne pourras pas venir autant de fois que tu veux, de cette façon, hein ? Ou la prochaine fois, demande moi au cas où.

D’abord, il le réprimandait un peu, même si ça se voyait clairement que Daniel était heureux de voir Eliott.
Il se leva de son bureau, s’approchant de lui, se tournant vers la secrétaire, avec un sourire plutôt charmant, pour la calmer directement :

- Laissez-moi avec lui. Je m’occupe de lui, merci à vous.

Il attendit que la femme s’en aille, s’excusant encore, avant de se retourner vers Eliott, il sourit :

- Si tu pouvais aussi, la prochaine fois, au moins laisser le temps à la secrétaire de s’accommoder de ta présence. Les vigiles risquent de te prendre pour un dangereux criminel, sinon.

Il plaisantait bien sûr, mais cela pouvait tout de même arrivé.

- Mais je suis heureux de te voir, Ely. Merci d’être passé.

Son ton était plus doux que jamais, tandis qu’il avait brisé toute notion d’espace personnel entre eux deux.

- Alors, qu’est ce qu’il y a, dans ce sac ?

Daniel restait curieux.
© Ely


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 63
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Mer 4 Jan - 17:58

Son bureau était comme je m’y étais attendu. Spacieux, assez classe et rempli de dossiers à ne plus savoir où regarder. Je me demandais parfois si il n’avait pas marre de toute cette routine. De ces mails, de ces coup de fils et de ces rendez-vous à ne plus en finir. Après je dis pas que vendre des cafés et des chocolats chauds  c’est le bonheur absolu mais j’ai beaucoup moins de pression que lui. D’ailleurs je ne suis pas résistant à la pression d’un point de vue professionnel, je me contente simplement de faire ce qu’on me demande du mieux que je peux. Disons simplement que mes perspectives d’évolution pour mon métier sont assez médiocres. Je suis tellement fier de la réussite de Daniel, il méritait tout ça. D’ailleurs je me demande ce que j’aurais pu faire comme métier si j’avais étudié. Oh je sais … toujours ce rêve de gosse d’aller toucher les étoiles et de quitter cette planète de merde. En un sens, mon étoile je l’avais eue, je l’aimais si fort … Il était là plus belle des étoiles qui avait pu se retrouver dans mon ciel si sombre. Quelle plus belle lumière et qu’elle plus douce chaleur que celle du soleil ?

J’avais perçu cet éclat de douceur et de bonheur dans ses yeux quand j’avais mis les pieds dans son bureau. Je sentis alors, encore une fois mon cœur s’emballer. S’enivrer de cette joie qui le faisait battre à tout rompre. Quel plus beau cadeau que de voir un sourire illuminer le visage et le regarde de la personne que l’on aime ? J’étais moi-même particulièrement heureux de me retrouver ici,Dieu qu’il m’avait manqué. Il marquait un point, j’aurais pu le prévenir de ma visite mais cela aurait remis en question le principe même de la surprise.  « Tu sais mon cœur si je te préviens de mon arrivée la surprise tombe un peu à l’eau tu ne crois pas ? ».  Je me sentis rougir, jamais je n’avais donné un  surnom affectueux à une personne en présence d’une autre. J’avais d’ailleurs bien vu le regard un peu gêné de la secrétaire, cette situation était gênante. Je remercie d’ailleurs Daniel d’avoir du la remercier et accessoirement la rassurer sur la situation. J’avais simplement l’impression d’être une plante verte posée en plein  milieu du  bureau. Qu’elle arrête de me regarder ainsi et qu’elle aille emmener ses émotions derrière son guichet.

Une fois cette dernière partie plus rien ne me retenait vraiment. Je lui rendit son air doux bien que pimenté d’un petit sourire. Je rêve où il me gronde si gentiment qu’il n’en  est pas crédible. Dan,mon ange même en me fâchant je te trouve irrésistible. Une fois cette petite remarque concernant mon intrusion faite, je pris un air faussement coupable qu’il connaissait déjà si bien. « Oh qui te dit que je ne suis pas un dangereux criminel en fuite ? … un méchant criminel voleur d’étoile.. » dis-je alors que je brisa la dernière barrière d’espace personnel pour le prendre dans mes bras avant de murmurer à son oreille « Le vrai criminel ici c’est toi …. Ça devrait être illégal d’être aussi beau. » confirmant mes paroles en tortillant sa cravate grise entre mes doigts avant de déposer un doux baiser au creux de son cou. Eliott . Chut .. calme toi deux minutes. Redescends sur terre un instant. Je plongea ensuite mon regard dans le sien, me perdant yeux nouvelle fois avec cette même ivresse dans le ciel si pur qui m’émerveillais chaque jour.


« Je suis heureux de te voir .... tu n’imagines pas à quel point …. »
dis-je alors que ma main se perdait sur sa joue si douce. « J’avais besoin de mon soleil ».


Mon attention se reporta bien rapidement sur quelque chose de plus réel. J’avais oublié la présence des sacs dans mes mains. C’est dingue. Quand je suis avec lui j’arrive a tout oublier .. j’oublie même de penser. C’est sûrement un effet secondaire d’un don d’âme.  C’est donc tout timidement que je lui tendit le sac. Bordel on dirait une ado de douze piges qui offre son premier cadeau de Saint Valentin. Mes joues prenaient feu petit à petit. Un curieux mélange d’appréhension et de curiosité, d’angoisse d’avoir fait le mauvais choix et de le décevoir mais aussi avec l’envie d voir son visage s’illuminer une nouvelle fois si jamais mes attentions lui avaient plu.

« C’est … c’est pour toi. Je bin j’avais pensé à toi tout à l’heure et…je voulais te faire une surprise »
putain je suis pitoyable. Eliott t’as presque 30 ans sors toi les doigts du cul et arrête d’être aussi gêné. Je me déteste putain. « Je t’aime ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 11995
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Ven 6 Jan - 19:45


Awkward moment
welcome here, home sweet home
Daniel eut un vague sourire en coin, quand Eliott parla de surprise tombant à l’eau s’il annonçait son arrivée. Certes, il marquait un point, mais malheureusement, l’avocat savait qu’ils restaient dans un cabinet, et que ça pouvait devenir difficile à toute personne extérieure, d’y entrer si facilement. Même si de fait, Eliott donnait l’impression d’être la femme de Daniel qui lui apporte son repas. Si on se basait sur l’archétype.
Sauf qu’il était la femme qui poussait toutes les portes pour rentrer.

Il était un coup de vent impétueux, qui voulait plaire au soleil. Une fleur capable de se déraciner ou de pousser d’un coup, pour son soleil.
Et le soleil, au lieu de brûler, rayonnait d’un seul coup.

Surtout heureux du surnom utilisé par Eliott. Surtout pour ça, au final. Comment Daniel aurait-il pu s’énerver, quand son copain était aussi amusant et adorable à la fois ? C’était difficile, au fond.
Pourtant, il tenta de le houspiller, et Eliott sut immédiatement quoi répondre.
Quelque chose de touchant. Et de tellement…Tellement mignon. Même pour Eliott.
Daniel ne cessa de sourire, et se laissa attraper, le serrant aussi dans ses bras, content de le sentir, même si c’était pour un court moment. Il passait une journée éprouvante, alors, cela faisait toujours du bien.
C’était comme quand Connor lui proposait une sortie entre amis après une journée de travail. Mais peut-être que c’était même mieux. Plus doux. Plus…Tendre encore.

- Alors je me laisse voler.

Il eut un rougissement quand Eliott lui annonça que c’était lui le criminel à être beau. Il ne pu s’empêcher de rougir un peu plus, au baiser dans le cou. Oubliant un instant qu’il était dans son cabinet, et que ce n’était pas tellement un endroit pour ça. Mais sentir les lèvres d’Eliott sur lui, avait quand même quelque chose d’agréable.

- Et toi, tu es tout autant criminel, à me déstabiliser ainsi.

De fait, il disait ça doucement, parce qu’il rougissait encore, et qu’il le sentait.
Eliott lui dit qu’il était heureux de le voir, et il eut un sourire tout lumineux :

- C’est vrai qu’une fleur nécessite souvent de son soleil. Mais je crois, que même pour un court instant, j’avais aussi besoin de ma fleur.

Il brûlait d’envie de l’embrasser, de le serrer toujours plus, de le garder contre lui. Mais le fait d’être dans son propre bureau, le faisait quand même se « renfrogner » surtout mentalement. Le bloquant un peu.
Mais il n’empêchait pas Eliott de faire ce qu’il avait envie.
Il vit que celui-ci lui tendait le sac, et il s’en saisit, un peu curieux.

D’autant que sa fleur paru soudainement bien maladroite et gênée. C’était tout étrange de le voir ainsi, hésitant, bégayant. Daniel ne pu s’empêcher de lui faire un grand sourire qui aurait pu faire fondre un démon sur le champ s’il y en avait eut un dans les parages.

- Merci Ely, c’est adorable de ta part.

Et en même temps, il se sentait tout gêné. Mais pressé d’ouvrir. Il vit alors que dans le sac, il y avait non pas, un cadeau, mais tout un tas.

- Mais, mais, Ely…Tu…Oh…C’est…

Il rougissait, à son tour bégayant, quand lui-même approchait de la quarantaine. Se saisissant du premier paquet vert pomme, il eut un sourire à la couleur, et l’ouvrit doucement et délicatement, comme pour ne pas abimer le papier, comme s’il allait le garder.
Il vit alors le livre de poème, et leva les yeux vers Eliott avec un sourire plus doux que jamais, du même style que celui fondeur de démon.

- Eliott…Tu….Tu n’aurais pas du…

Il observa le livre, et lu la quatrième, souriant à l’idée de lire des poèmes, s’imaginant déjà le faire dans son bain.
Dans son bain.

- Il faudra qu’on prenne un bain ensemble pour que je te les lises !

Il paraissait amusé de ça, mais semblait tout autant sincère dans sa volonté. Il se saisit alors de l’autre paquet, supposant que c’était aussi un livre, surpris de ça, mais heureux qu’Eliott ait autant pensé à lui. Pour le coup, ça ne semblait pas être des poèmes, alors il lu la quatrième, et fut curieux d’en savoir plus :

- Il a l’air bien celui-ci !

Daniel savait qu’Eliott ne lisait pas tant, et il se demanda un instant comment il avait pu savoir quoi acheter. Il se l’imagina quelques instants, en train de tourner dans le rayon, et alla coller son front contre celui d’Ely.

- C’est vraiment gentil de ta part. Merci.

L’avocat savait qu’il restait un cadeau. Il s’en saisit, et quand il vu ce que c’était, il eut un léger rire, plutôt heureux :

- Je vais me régaler. Enfin, nous, parce que je veux partager avec toi.

Avec toi. Pas avec son cabinet ou autre. Juste avec Eliott. Comme ça il aurait aussi un peu un bout de cadeau, lui aussi.

Daniel releva les yeux, à nouveau, les plongeant dans ceux d’Eliott :

- C’est amusant, parce qu’avec ma nature…Je n’ai pas tant l’habitude de ce genre de surprise, alors… Vraiment, Ely. Merci. C’est…c’est vraiment gentil de ta part.

Posant les livres dans le sac, et le paquet sur son bureau, il alla l’embrasser, avant de se retirer doucement et de murmurer :

- Pour la peine, tu es pardonné d’avoir fait peur à la secrétaire.

Se rappelant d’ailleurs de l’heure, Daniel vérifia rapidement, rassuré soudain qu’il resta encore du temps à passer avec Eliott.
© Ely


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 63
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Dim 8 Jan - 14:37

Je n’avais pas réussi à contenir mes sourires, il était définitivement bien trop adorable pour masquer sa joie si communicative. Je pourrais passer ma vie à le voir sourire ainsi, à ressentir toutes ces bonnes ondes, toute cette douceur. Autant parfois je haïssais ce pouvoir que je ne  contrôle pas, autant dans ces moments là j’étais si heureux d’être bercé par tant de bons sentiments. Comment se lasser de ce sourire si doux et de ce regard d’une tendresse rare ? Cela m’était tout bonnement impossible. Je m’en étais douté, il n’avait pas réussi à réellement me fâcher pour ma petite intrusion surprise dans son bureau. C’est alors suite à cette phrase que je m’étais rapproché de lui jusqu’à finir par l’enlacer avec tendresse. Je suis incapable de dire à quel point j’aime être contre lui. Contre mon soleil, mon étoile, mon monde .. toute ma vie. « Je ne compte pas te laisser partir maintenant que tu acceptes que je te vole ... ». J’assume pleinement ma possessivité, bien que je lui fasse entièrement confiance, il était mon petit ami et je voulais le garder jalousement que pour moi. Bon, j’accepte les concessions avec Connor même si il ne semble pas m’avoir dans ses bonnes grâces, et avec sa petite amie la démone, mon ex colloc, mais après je serais plus méfiant que n’importe qui.

« Je plaide coupable ... entièrement coupable. Mais quel est le premier à savoir déstabiliser l’autre ? Hum dites moi donc Monsieur Carver. » Dis-je alors que mes lèvres n’arrivaient pas à se détacher de sa peau si douce. Il était une réelle invitation à la tendresse.  « J’espère qu’il n’y a pas de loi pour m’interdire de kidnapper les soleils car c’est certain que je passerais l’éternité enfermé pour ce crime .. ».. Je sentis ensuite mon cœur faire un autre drôle de bond dans ma poitrine quand il m’avoua avoir eu aussi besoin de sa fleur. Cela me faisait toujours un petit quelque chose quand il me disait ce genre de paroles. Cette douceur qui lui est propre, cette douceur qui serait capable de faire fondre n’importe qui. Un léger sourire avait étiré mes lèvres avant que je ne lui dépose un baiser tendre sur le sommet de son front.

« Et la fleur avait un grand besoin de son soleil .. et cette même fleur sera toujours là pour son étoile. Toujours. »

J’avais par la suite cessé ces petites attentions qui, si je m’écoutais aurait pu trouver une autre signification. Mais pas ici. Pas dans ce bureau. Et visiblement il était tout aussi d’accord avec moi sur ce principe, ce n’était pas le lieu approprié pour plus de fantaisies. Je m’étais donc contenté de lui tendre maladroitement le petit sac qui contenait tout ses cadeaux. A ma grande surprise il était tout aussi gêné que moi, voir même un peu plus. Mon ange tu vas devoir t’habituer aux petits cadeaux tu sais, tu en auras souvent.

« Oh ce n’est pas grand-chose tu sais » avais-je dis alors qu’il semblait tout surpris et embarrassé et heureux à la vue de tout le contenu du sac. J’avais retenu mon souffle lors du déballage des petits cadeaux, priant intérieurement pour ne pas m’être planté comme un gros crétin que je pouvais être parfois. J’avais ponctué ses petites ouvertures d’un tendre baiser au coin de ses lèvres. On aurait un enfant qui ouvrait ses cadeaux. C’était tellement mignon, mon dieu je me damnerais pour voir ce sourire et ce visage si lumineux toute ma vie.

« Je serais heureux de t’écouter me lire ces poèmes ... je serais heureux d’être contre toi et de me laisser aller dans tes bras. » J’avais bien choisi l’ouvrage, celui-ci comportant principalement des poèmes d’amour. Hey je ne suis pas super doué pour les livres mais j’avais un minimum lu le contenu de ce que j’avais pris. « Qui sait, il y aura peut-être des histoires de fleur et de soleil dedans. » Je n’en savais fichtrement rien mais si cela était le cas l’ironie aurait été au rendez-vous. « Mais aucune d’elle ne sera plus belle que la notre.»

Ha le roman policier.... allez dis moi que je ne me suis pas planté. Ouf. La quatrième de couverture lui plait. Dieu Merci j’ai enchaîné un second succès. J’avais un peu moins d’appréhension pour les chocolats c’était certain. Mais le plus « difficile » venait de passer.

« Oh je ne vais pas te les prendre ils sont à toi ... en revanche je suis curieux d’en croquer un ou deux juste pour goûter. ». Voyons je ne les lui avaient pas achetés pour taper dedans une fois le sachet ouvert. « Mais si tu insistes je veux bien en croquer un peu plus. »

J’avais haussé un sourcil curieux, moi de ma nature offrir des cadeaux était aussi une grande surprise. J’en avais pas fait depuis des années, j’étais si heureux que tout lui ai plu au final car je n’avais jamais été super fort pour trouver les bons objets, surtout lorsqu’on tombe dans le domaine de la littérature. Un long frisson parcouru mon dos et le reste de mon corps lorsqu’il plongea son regard dans le mien. Je suis une adolescente éperdument amoureuse d’un ange. On va dire que ma virilité vient de se casser la gueule durant quelques instants, je crois qu’elle est partie avec mon cœur qui vient de se décrocher tellement il battait à une vitesse folle.

« Je t’en prie Dan, je voulais te faire plaisir ... et tu devras t’habituer aux petites surprises parce que je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. » Son baiser si doux avait fini de m’achever je crois. Sans demander mon reste je le pris une nouvelle fois dans mes bras, le pressant tendrement contre moi. Peut importe si je froissais sa chemise je m’en occuperais une fois à la maison.  « Oh je suis pardonné.. quelle douce nouvelle. » Dis-je sur un ton amusé sans pour autant le libérer de mon étreinte.

« Dan .. je veux pas te laisser partir. Ta réunion est vraiment obligatoire ? Vraiment... vraiment ? » murmurais-je alors que ma seule envie était de le garder contre moi et de ne pas le laisser quitter cette pièce. A part pour rentrer chez nous évidemment. « Dans tous les cas je t’attendrais, je veux rentrer avec toi...et je te cuisinerais un truc en rentrant. Je me souviens de la recette des carbos... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 11995
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Jeu 12 Jan - 17:59


Awkward moment
welcome here, home sweet home
Au fond, Daniel savait qu’Eliott disait qu’il ne le laisserait pas partir, sans être totalement sérieux. Enfin si. Il semblait totalement sérieux. Mais il savait qu’il savait que ce n’était pas possible. Qu’il avait une réunion bientôt, qu’il ne pouvait pas se permettre de faire ça.
De toute façon, le soir même ils pourraient se retrouver, et alors, réellement en profiter.

Il fut amusé d’entendre Eliott se croire au tribunal et plaider complètement coupable. Il eut un sourire en coin :

- Je ne vois pas de quoi vous parler, monsieur Aylin.

Daniel fit semblant de tenter de se remémorer toutes les tables de loi, quand Eliott eut un espoir pour l’inexistence d’une loi qui ne devait sûrement pas exister :

- Là tout de suite rien ne me viens, mais tu devrais faire attention, certaines anciennes loi peuvent être assez particulières…

D’ailleurs, l’avocat pouvait lui en parler, des lois les plus stupides qu’il avait pu apprendre, et qui se maintenaient dans certains états. Il était sûr que cela donnerait une soirée sur le canapé, redoutablement drôle. Et puis, entendre Eliott rire, était une chose merveilleuse dont il ne pouvait pas se passer, alors il le ferait sûrement. Peut-être inviterait-il Connor pour lui partager, même si Daniel se demandait s’il ne lui avait pas déjà raconter tout ça. A voir.
Il se laissa embrasser sur le front, souriant, et sentit son cœur battre un peu plus fort à l’espèce de déclaration de son petit ami. Il n’y avait qu’Eliott pour faire balancer son cœur de cette façon.

Puis vint le moment des cadeaux. Alors qu’il les déballait, Eliott avait décidé de lui montrer son amour, vu comment il lui laissait des petits baisers, mais cela ne semblait pas le déranger, et Daniel se laissait totalement faire, souriant.
Au livre de poème, la remarque d’Eliott le fit un peu plus sourire, si c’était possible :

- Il y aura sûrement une histoire de fleur et de soleil, j’en suis sûr. Et on pourra la reprendre pour l’adapter et la rendre aussi belle que la nôtre.

Au lieu de sortir quelque chose de drôle, il avait surtout sorti quelque chose de migonn, mais l’avait fait automatiquement, sans même réfléchir.
Pour les bonbons, il ne s’offusquerait pas si Ely allait en prendre quelques un, de toute façon, le voir les manger, était tout aussi bien que les manger lui-même, pour Daniel.
Alors qu’Eliott parlait de s’habituer aux petites surprises, ironiquement, la surprise du prophète augmenta un peu plus, mais sa joie aussi.

- Tu…Mais…

Furent à nouveau les seules paroles qu’il trouva à dire. Se disant qu’Eliott n’était pas obligé… Après, Daniel pouvait faire la même chose. D’autant qu’il commençait à bien connaître le nephelim, et savait presque quoi lui offrir pour marquer totalement juste.
Après, il savait que, quoi que lui offrirait Eliott, cela lui ferait plaisir.
Il resta contre lui, un peu. Mais l’heure avançait, et déjà il savait qu’il allait bientôt devoir se mettre en route. Encore quelques minutes, mais des minutes qui s’égrainaient à une vitesse trop folle.

- Oui, elle l’est, je suis désolé…

Elle était très importante. Bon, comme la plupart des réunions qu’il avait, en fait. Et malheureusement, même s’il préférait Eliott, on ne pouvait pas toujours choisir ce qu’on préférait dans la vie.
Daniel eut un petit sourire en entendant son petit ami dire qu’il l’attendrait. Il imaginait déjà la tête des gens passant par là en se demandant ce que Eliott ferait devant la porte. Mais qu’importe, c’était vraiment adorable de la part du nephelim, que d’attendre le prophète.

- Très bien, va pour que tu m’attendes, et les carbonaras. Mais, tu sais, après la réunion, j’aurais encore deux trois petites choses à faire. Je ne pourrais pas partir comme ça. Néanmoins, j’ai un canapé très confortable, ici aussi.

Il désigna le canapé dans son bureau, qui semblait en effet, tout aussi bien que celui de son appartement. Même si ce n’était pas vraiment Daniel qui l’avait choisi, il en restait qu’il était très agréable.

- Ca te laisseras le temps d’être sûr de te rappeler de la recette des carbonaras. Et qui sait, tu pourrais même peut-être finir le livre policier que tu m’as offert, avant moi.

Après tout, il n’y aurait pas grand-chose à faire de plus, sinon à attendre encore. Et Daniel s’en voulait un peu, même s’il savait que c’était son travail, et que sur ce point, il n’en découdrait pas, trop sérieux pour lâcher son travail.

- On a encore cinq minutes avant la réunion. J’aime arriver en avance, tu m’accompagnes ?

Daniel l’embrassa, puis se détacha tout de même. Il attrapa ses feuilles et un stylo, qui glissa dans la poche avant de sa chemise. Il regarda Eliott en souriant :

- Par contre, j’aimerais que…Hors du bureau, on reste un peu plus à distance. Je pense que tu peux comprendre.

L’un des deux aurait été une fille, que ça n’eut rien changé. C’était une question de respect et de droiture.
© Ely


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 63
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Sam 14 Jan - 14:54

J’avais souris à sa remarque, il est vrai que nous étions au final assez performants pour écrire les histoires. La notre était l’une des plus belles que j’aurais pu imaginer pouvoir vivre avec une personne. Cela me rappelle d’ailleurs avec une douce nostalgie que dès notre première rencontre nous étions déjà en train d’imaginer un film dans cet ascenseur. « Coup de foudre à Los Angeles », si nous avions ouverts les yeux tous les deux à cet instant nous n’aurions pas pu trouver un meilleur titre.  J’avais eu un regard si tendre à sa réponse, il me rendait si heureux avec sa manière de dire les choses. Tout était si doux que je ne pouvais pas m’en passer. Il est vraiment adorable,  ce n’est pas étonnant qu’il fasse parti de ce peu d’élus à avoir été repéré par Dieu.

« On racontera alors une histoire magnifique avec un soleil qui brille d’une lumière si douce et agréable qu’il est devenu unique pour une petite fleur qui essayait de pousser dans l’ombre »

Ces métaphores qui étaient un véritable mystère pour les autres étaient un peu notre petit truc à nous. D’ailleurs les autres avaient arrêtés d’essayer de nous comprendre et cela n’était pas plus mal. De toute façon je ne comptais pas partager notre petite vie aux yeux des autres de cette manière. J’étais un peu .. comment on dit déjà… ha oui. Réservé. Bon  j’accorde le bénéfice du doute aux autres mais au final ces gens ne me connaisse pas. Daniel est l’unique personne qui connaît ma vraie personnalité et dans un sens cela me convenait très bien ainsi. Et l’avis des gens j’en avais rien à cogner. Bref, tout ça pour dire qu’en dehors de ces instants où nous sommes tous les deux, je n’étais pas du genre à aller le tripoter en public en l’embrassant tous les dix mètres .

« Ne sois pas aussi gêné  ça me fait tellement plaisir de te voir sourire si tu savais »

Comme je m’y étais attendu, sa réunion était importante et il était impossible pour lui d’en louper une partie. Je hais ces responsabilités professionnelles. D’autant plus que je savais qu’il travaillait énormément et qu’il aimait son travail. Combien de fois je l’avais retrouve somnolant dans son bureau et que je l’avais emmené au lit pour qu’il se repose un peu. Il était débordé et je le concevais ce qui était d’ailleurs la raison pour laquelle je tenais à l’aider le plus possible pour qu’il se repose. J’étais d’ailleurs très attentifs à tout ses petits signes de fatigue qu’il essayait parfois de me dissimuler pour que je ne m’inquiète pas. D’autant plus que, combiné à ses affaires de divorces ou je ne sais quoi, il devait faire face à ses visions qui en ce moment l’épargnaient peu. J’admire sincèrement son courage, il est vraiment exceptionnel.

« Je m’en étais douté tu sais. » j’arrivais tout juste à masquer ma tristesse passagère même si j’en comprenais les raisons. « Je resterais avec toi à attendre toute la nuit si il le faut. Même si je dois dormir sur le canapé. Je veux juste te savoir près de moi..C’est tout » Je ne voulais pas le relâcher, m’accrochant à lui comme une bestiole abandonnée. C’est tellement difficile de me séparer de lui… putain c’est … ha je veux pas. « Je connais la recette si bien que je pourrais cuisiner les yeux fermés …parce-que je sais que tu aimes ça alors je l’ai apprise ».

Plus les secondes avançaient plus je savais que la séparation était inévitable.  Pourquoi c’est toujours aussi difficile… J’aimerais tellement être invisible et pouvoir entrer dans sa salle de réunion et simplement être à côté. Fais chier …. J’aime pas ma vie des fois.
J’avais apprécié son baiser que j’avais d’ailleurs prolongé tendrement. Il était toujours si ponctuel voir même bien en avance … je suis définitivement à des années lumière de lui concernant certaines choses. « Je comprends …ne t’en fais pas »

J’avais simplement hoche ma tête à sa demande. Je comprenais l’environnement professionnel et je ne voulais pas interférer dedans tout autant que je voulais rester moi-même sérieux lorsqu’il venait me voir au café. Je l’avais accompagné jusqu’à une grande porte sur laquelle on pouvait lire sur une plaque de métal : Salle de réunion

« Je suppose que c’est ici … bon et bien heu…bon courage et penses aux carbos… » Le gratifiant d’un sourire maladroit. Je m’étais par la suite installé sur une chaise posée dans le couloir. Le portable dans mes mains j’étais parti pour compter les minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 11995
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Mer 25 Jan - 19:03


Awkward moment
welcome here, home sweet home
Daniel eut un sourire en s’imaginant à nouveau ce que les deux pourraient écrire comme livre. A imaginer tout ça, cela donnait vraiment envie de le faire. Même si du coup cela s’apparenterait totalement à une autobiographie. Mais ce n’était pas si mal, sûrement ?
Il souriait encore, il n’arrivait pas à s’arrêter sourire quand il était en présence d’Eliott.
Et encore plus par ce qu’il lui disait, parce qu’il lui disait que cela lui faisait plaisir de le voir sourire, parce que ça le rendait encore plus heureux, parce qu’il voulait rester avec lui, parce qu’il l’aimait. Il l’aimait si fort.

Eliott lui faisait oublier les contraintes, les problèmes, d’une façon différente que Connor, et il était vrai qu’en y pensant, quand Daniel avait la présence des deux, il aurait pu être au Paradis qu’il n’aurait jamais vu la différence.
Et Eliott qui ne cessait de s’adresser à lui comme s’il était la huitième merveille du monde. Cela le rendait tellement heureux.
Pouvait-on mourir de joie ? Si oui, Daniel était sûrement en danger.
Il n’aurait pas pu être heureux qu’en ce moment.
Il s’amusa d’entendre les paroles d’Eliott sur la recette, et se rendit compte qu’il faisait un peu la même chose de son côté. Retenir la recette de ce qui faisait plaisir à Eliott.
Il sourit à son petit ami, et se décrocha totalement, reculant même, mais se laissa accompagner, et eut un léger rire aux dernières paroles de celui qui l’attendrait maintenant jusqu’à la fin de la réunion.

- J’y penserais. Mais si je fais un lapsus, je t’en porterais pour coupable.

Cette plaisanterie lancée, Daniel entra dans la salle, où des gens finirent par le rejoindre au bout d’un moment. Cela lui faisait étrange de savoir que le nephelim n’était pas loin, mais en même temps, cela lui faisait plaisir.
Il savait qu’après ça, il devrait encore travailler, et cette fois, bien resté concentré, et pas sur les yeux ou la chevelure, ou tous les détails du visage d’Eliott, mais Daniel était quelqu’un de sérieux. Il saurait s’y faire.
La réunion se passa donc sans accroche et Daniel fut efficace.
Il fini donc par sortir, suivant quelques collègues, et observa Eliott :

- Et me voilà ! Je vais pouvoir retourner à mon bureau.

La réunion avait duré une bonne heure. Il espérait qu’Eliott n’avait pas trouvé le temps long.

- Tu vas pouvoir venir avec moi.

Il lui tendit la main pour l’aider à se relever, et se mit en marche vers le bureau :

- Tu n’as pas trop attendu, ça va ? Enfin…Tu vas devoir encore attendre…Tu es sûr de vouloir rester ?

Daniel ne voulait pas déranger Eliott. Même s’il était heureux qu’il soit là.
© Ely


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
Dean and I, have a more profound bound


avatar

sweet cookie
Messages : 63
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 24
Localisation : Au fond du couloir sur ta droite

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Dim 29 Jan - 22:14

Je lui avais sourit tout simplement. J’étais heureux et même si d’ordinaire attendre quelqu’un ou quelque chose était plus souvent une corvée qu’autre chose mais là je souhaitais rester. Je voulais patienter pour lui , même si cela prenait plusieurs heures j’étais bien décidé à rester. Parce que son travail était important et parce que je savais à quel point il comptait pour lui je ne pouvais pas me permettre de grogner car il allait devoir rester un peu plus longtemps.  C’est alors que je m’étais laissé retomber sur l’un des sièges du couloir. Soudainement je me sentis égaré dans un silence lourd et pompeux, seulement ponctué par les bruits réguliers de l’horloge qui se trouvait en bout de couloir et par les tapotements incessants de la secrétaire sur son clavier, qui travaillait à quelques mètres de moi. J’ai horreur de ces moments durant lesquels j’ai l’impression qu’un simple soupir dérangerait les meubles.  C’est assez ironique d’ailleurs . Ironique dans le sens où j’ai appris à détester ce silence dans lequel j’avais l’habitude de  me réfugier. A détester cette solitude qui était juste une part de ma vie. C’est le prix à payer quand on découvre les meilleurs côtés de la vie j’imagine.

Les minutes étaient définitivement trop longues, j’avais l’impression qu’il était dans cette pièce depuis une éternité. Bon il fallait absolument que je me trouve une occupation sinon j’allais pas supporter de poireauter. Je pense avoir de quoi m’occuper j’ai pas fini mon niveau cent dix sur Candy  Crush, ça devrait me tenir les neurones actifs au moins le temps que je m’occupe de casser le labyrinthe de bonbons. J’aurais pu passer une partie agréable si une voix que je connaissais maintenant n’avait pas décidé de venir perturber mon combat. *sérieux …. Elle peut pas faire genre je suis pas là je n’existe pas …. ? * . Mon regard s’était dirigé en direction de  la jeune secrétaire qui venait de m’interpeller. Elle ne peut bien sérieusement pas s’occuper de son  petit cul moulé dans son tailleur ?

«  Excusez moi ..mais vous vous connaissez vraiment ? Enfin je veux dire je ne vous ai jamais vu ici alors je .. je ne pensais pas que…enfin voilà … »


J’hallucine ou elle se croit au salon  de coiffure dans lequel on raconte tous les petits potins du coin.  Bordel elle est tellement obligée de s’occuper de notre vie privée. «  Non non je ne le connais pas j’offre régulièrement des cadeaux à des avocats que je ne connais pas. » Bon j’espérais avoir la paix un petit moment maintenant. Je part d’un principe simple. Si tu veux  pas une réponse  sarcastique ne me pose pas des questions à la con. Malheureusement pour moi son silence fut assez court et je m’étais retrouvé à lui faire la conversation. Pitié Dan sort de cette porte j’en a marre … j’aime pas qu’on m’emmerde avec des questions.

« Oh je vois … vous vous  connaissez depuis longtemps ? »
«  C’est une information capitale pour que vous puissiez continuer à travailler sur vos dossiers ? … cela va faire trois mois environ. »

« C’est euh…non ..Oh c’est assez récent. En tout cas c’est une bonne nouvelle »
« … on  va vraiment faire une conversation entre copines ? Sérieusement je pense qu’on va s’arrêter toute suite. Si  vous  voulez des détails demandez lui moi j’ai pas envie d’étaler ma vie et honnêtement faire salon de thé c’est pas mon truc. »

Bon maintenant qu’elle avait le bec cloué je pouvais continuer à exploser mes bonbons. Le temps que j’utilise toutes mes  vies j’avais entendu la poignée de baisser. Enfin ! C’était terminé. Un petit groupe sorti de la salle en parlant, mais mon regard ne s’était pas spécialement attardé sur eux, non, plutôt sur une main tendue que je reconnue immédiatement et que je n’avais pas su lâcher.

« Oh ça s’est bien passé ?...oui je te suis avec  plaisir » c’est a cet instant que mon  air totalement blasé s’était transformé en un grand sourire lumineux. C’est donc avec plaisir que je l’avais suivi jusqu’à son bureau en lui tenant sa main que je ne voulais définitivement pas abandonner. J’avais pu ressentir les regards curieux de la secrétaire mais je me  fichais royalement.

Une fois de nouveau dans un  lieu clos avec uniquement Dan, je n’avais pas pu m’empêcher d’aller l’embrasser une nouvelle fois. « C’est bon j’ai tenu à l’attente et je veux rester avec  toi vraiment … » je lui avais souris avant de le laisser retourner à ses dossiers pendant que je posais mon derrière sur le canapé de son bureau. « Dan… je t’aime » dis je alors que je sentais que de me mettre en boule sur son canapé était de loin la pire idée que j’avais eue. Il était presque vingt heures et j’avais enchaîne une journée marathon au café … j’avais les jambes en deux et le regarde lourd. Mais je m’en fichais … Il était là et je voulais rester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Si vous rejoignez, Phineas et Ferb on va bien s'amuser !


avatar

Yuuki
Messages : 11995
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   Lun 6 Fév - 21:05


Awkward moment
welcome here, home sweet home
La réunion était intéressante bien sûr, mais Daniel la trouva tout de même longue, et il fut réellement heureux de retrouver son Eliott pour qu’ils puissent un peu passer du temps ensemble.
Comme s’ils n’en passaient pas assez.
Mais comme Daniel compensait en voyant aussi Connor… Il ne s’en rendait pas compte. Mais de fait, il était plutôt bien entouré, au fond. Entre le nephilim et l’ange déchu… Et il aimait ça plus que tout.
Quand il retrouva son Ely, il fut content de voir qu’il avait patienté là, même s’il s’en sentait un peu coupable aussi.
Il entendit son petit ami lui demander si cela s’était bien passé, et Daniel hocha doucement la tête, sachant parfaitement gérer ce genre de réunion, de toute façon.
Il ne se rendit même pas compte de la tête que faisait la secrétaire, trop absorbé par la présence de celui qu’il aimait, et qui semblait effacer tout ce qu’il y avait autour d’eux.

Finalement, ils rentrèrent dans son bureau, et même si Daniel savait qu’il allait devoir continuer ce qu’il faisait, se savoir en présence d’Eliott, le rassénérait. Ce n’était pas comme un enfant à garder, un amant à occuper. C’était comme une présence plaisante.
Il fut heureux de l’entendre vouloir rester, même s’il s’en sentait légèrement coupable quand même.
Mais à son je t’aime, il lui fit un doux sourire :

- Je t’aime aussi, Ely. Je te promets que je n’en ai plus pour longtemps…Normalement.

Il le laissa dans le canapé, se demandant un instant si le nephilim trouvait celui de son bureau encore plus confortable que celui de son chez lui. A cette idée, il sourit, et se plongea tout de même à son travail, même si son regard se détournait parfois vers Eliott.

Au bout d’un moment, la masse de travail pour la journée eut fini par disparaître, et il se leva lentement, s’approchant de son petit ami :

- Eliott…C’est bon, on peut y aller, j’ai terminé.

Il avait déjà pris sur lui ses affaires, donc les cadeaux et sa sacoche, et il faisait à présent face au canapé.
© Ely


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Awkward moment (Elydan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Awkward moment (Elydan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» moment éphémère
» le meilleur réalisateur en ce moment pour vous?
» Quel est ta Chanson du moment?
» Playlist du moment
» un moment "fort" dans saint seiya !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coin de mon cookie :: RPG-
Sauter vers: