AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pudding \o/


avatar

Maeve
Messages : 951
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram   Dim 20 Mar - 19:41

Fandom: Kyou Kara Maoh.

Prompt: Ses cils faisaient des vagues sur ses joues.

Disclaimer: Rien n'est à moi!

Couple: Yuuram. Conrad totalement absent et même pas cité. XD

Note 1: Comment expliquer KKM? Hum. Donc. Yuuri vient de notre monde, et se fait projeter dans un autre monde où il est le "Maoh", le roi des démons. Là-bas, les coutumes sont étranges : on peut par exemple se fiancer en giflant quelqu'un. Yuuri se fiance ainsi accidentellement à Wolfram, l'un des "démons" (mazokus), et... C'est un peu tout ce dont vous avez besoin de savoir ici. :'D

Note 2: POUR MARI! C'est ta faute. :'D

Et aussi, merci pour le titre!

Bonne lecture!^^




Une branche d'arbre sur le chemin

.

Wolfram dormait encore, comme souvent. Une tempête ne pourrait pas le réveiller; mais Yuuri, contrairement à ses habitudes, ne quitta pas le lit tout de suite.

Wolfram s'était certes invité dans le lit de Yuuri depuis leurs "fiançailles" accidentelles, mais à part cela, il ne tentait rien de lui-même, et respectait les limites de Yuuri. Yuuri lui était reconnaissant pour cela : pour une raison qui lui échappait encore, Wolfram avait pris leurs fiançailles très au sérieux. Il lui était reconnaissant de ne pas essayer de "faire avancer leur relation" plus que cela.

...Hum, non. Yuuri se traita mentalement d'idiot. De un : deux hommes, une relation? C'était quelque chose qu'il ne comprenait toujours pas.

Et de deux : Wolfram était Wolfram. Le traiter de "boulet", se montrer brusque avec lui, oui. Mais Wolfram ne ferait jamais quelque chose contre sa volonté; parce que, il le nierait, mais il le respectait trop pour cela. Et...

Non.

Il le lui avait dit plusieurs fois, mais il... C'était une blague, pas vrai? Il ne pouvait pas l'aimer. Pas comme ça.

- ...Hum. Boulet...

Yuuri baissa les yeux. Wolfram ronflait, mais d'une manière douce. Les dentelles de sa chemise de nuit voletaient au rythme de sa respiration régulière et Yuuri s'étonna du fait qu'il dut se concentrer pour l'entendre. Les légers ronflements de Wolf étaient-ils devenus si partie intégrante de sa vie de tous les jours, pour qu'il dut essayer d'y prendre garde consciemment pour les remarquer?

Wolfram roula sur le côté, glissant un bras blanc sous son oreiller. Ses cheveux ombraient subtilement son visage, et ses cils faisaient des vagues sur ses joues. Ils semblaient fragiles, ces cils, des pétales soumis au vent, et ils étaient tellement longs, Yuuri se demanda quelle sensation ils pourraient produire, contre sa paume.

Oh.

Yuuri se recula brusquement, tombant du lit, ses jambes emmêlées dans la couverture. Il s'était rapproché de Wolfram sans s'en rendre compte. Ses joues le brûlaient, et il avait l'irrépressible envie de s'excuser auprès de Wolf, soudain; comme s'il avait failli profiter de lui d'une quelconque manière.

Son visage chauffa tout à fait, et il se le prit dans les mains en poussant une exclamation confuse, secouant la tête dans tous les sens.

Wolfram bougea encore au son.

Wolfram!

Yuuri se tourna aussitôt vers lui, espérant très fort ne pas l'avoir réveillé. Heureusement, ce n'était pas le cas. Bien entendu. Dans sa panique, Yuuri avait oublié que Wolf serait capable de dormir sous une avalanche.

- Boulet...

Wolfram continuait de rêver, cependant. Ses lèvres se plissèrent sur des mots inintelligibles.

Et puis, il sourit :

- Yuuri.

Yuuri se figea. Il observa Wolfram, sans un mot. Ses cheveux tellement blonds que si le soleil était tangible, Yuuri était sûr qu'il y ressemblerait; la façon attachante qu'il avait de saisir son oreiller, doigts qui maniaient l'épée et qui restaient pourtant délicats sur la toile. Ses traits apaisés dans son sommeil, sans froncement de sourcil, lèvres pleines sur un demi-sourire accroché au mystère de ses rêves.

Cet homme - parce qu'il était un homme malgré la fragilité de son apparence, parce qu'il était capable de le défendre contre tout et tous, y compris ses propres frères, parce qu'il restait plus âgé que lui de bien des années - cet homme, qu'avait-il fait, Yuuri, pour mériter sa dévotion? Leur dévotion à tous, mais surtout la sienne?

Parce que Wolfram pourrait accomplir tellement de choses, s'il n'était pas enchaîné à lui. Wolfram pourrait devenir grand, plus que ce qu'il était. Wolfram pourrait briller tellement fort qu'il aurait le monde à ses pieds.

Comme s'il sentait ses pensées, le front de Wolf se troubla, une ride sur le calme d'un lac. Les plis sur sa peau immaculée fascinaient Yuuri, parce qu'il aurait aimé qu'ils ne fussent pas là, pas tout de suite, et avant même de réfléchir ses doigts étaient déjà sur les sourcils pour les détendre.

...

Yuuri.

Se.

Pétrifia.

Pourtant, il ne se passait pas grand-chose d'autre. Le front de Wolf se lissa, comme par magie, mais ce n'était pas cela qui enracinait Yuuri fermement dans le sol; c'était la petite pause dans la respiration du jeune homme blond, légère, le temps pour lui de bouger de nouveau. Le temps pour lui de tourner la tête dans sa direction, s'ajuster un peu, et laisser les doigts de Yuuri reposer confortablement contre sa tempe.

Le temps pour lui de sourire légèrement, ses yeux vibrant sous ses paupières.

Yuuri déglutit. Il était aimanté, fixé au sol, doigts collés contre la peau blanche. Wolfram poussa un soupir bienheureux, et le coeur de Yuuri battit une mélodie terrifiante, tempêta contre ses côtes.

Il se déplaça légèrement. Il baissa sa main, tenta, et, subjugué, vit la joue de Wolfram se déposer d'elle-même contre sa paume, chassant ses doigts.

C'était beaucoup. C'était trop.

Yuuri se laissa tomber à genoux à côté du lit avec un soupir, écrasant son visage contre les couvertures, essayant de calmer le marteau fou de son coeur. Il avait retiré sa main, et Wolf se tourna instinctivement vers lui en réponse, se rapprochant, attiré comme par une flamme.

Yuuri fronça brusquement les sourcils. Il fixa Wolfram, déboussolé, de la mauvaise humeur pointant dans sa confusion :

- Pourquoi, Wolf? Pourquoi autant de dévotion, même endormi? Est-ce que c'est juste à cause des fiançailles? Ou parce que je suis le Maoh?

Wolfram ne répondit pas, bien entendu. Il remua les lèvres dans son sommeil, innocent et magnifique, et Yuuri apposa de nouveau son front contre les draps - cette fois-ci, au-dessus de la poitrine de Wolf.

Il lui jeta un regard réprobateur, puis murmura :

- Sans moi, tu pourrais accomplir tellement de choses...

- Accomplir quoi?

Yuuri s'immmobilisa. Il essaya de se reculer, mais Wolfram, encore endormi, le retint de sa main droite contre son épaule, sa force étonnante. Il ouvrit deux fentes vertes pour seuls iris, puis bailla à se décrocher la mâchoire, se frottant les yeux de son autre main.

Oh. Oh.

Yuuri ne restait jamais pour regarder Wolfram se réveiller, et il se souvint brusquement pourquoi : parce que son corps, son coeur, se mettaient alors à parler un langage qu'il ne comprenait pas, sa poitrine serrée, ses mains moites, ses genoux tremblants.

Yuuri s'avouait facilement à lui-même que beaucoup de personnes seraient ravies de se retrouver dans la même situation que lui avec Wolfram.

Yuuri pensait aux sentiments des autres, pour ne pas penser aux siens.

- ...Yuuri?

Yuuri sursauta. Les yeux émeraude se plissèrent aussitôt sur lui avec suspicion, calculateurs, sa posture rigide et prête au combat.

Yuuri se détourna, évitant son regard, mais Wolf tenait toujours son épaule et le rapprocha de de lui, son nez à un cheveu du sien :

- Sans toi, je pourrais accomplir quoi?

Yuuri bafouilla :

- Tu-tu, tu as entendu ça?

- Oui.

Wolfram bouillait de rage. Yuuri le voyait à sa main gauche, celle pas contre son épaule, refermée, ses jointures blanches entre ses doigts. Il le voyait au teint rouge brique qui venait colorer sa peau, haut sur ses pommettes d'aristocrate. Il le voyait à sa respiration qui s'accélérait et à l'aura de tonnerre qui l'enveloppait, ses yeux promettant l'orage.

Yuuri le voyait, et ne comprenait pas.

- Pourquoi? Je ne comprends pas, Wolfram. Je ne comprends pas.

Et la colère du jeune homme blond s'évapora progressivement; ses épaules se décrispèrent, ses prunelles s'agrandirent. Lentement, il le relâcha; et Yuuri, qui avait dressé ses mains devant lui pour se protéger de sa foudre, les baissa, accrochant son regard comme on jette une bouteille à la mer :

- Pourquoi restes-tu à mes côtés, Wolf?

Wolfram ouvrit la bouche mais Yuuri l'interrompit avant d'entendre sa réponse, rétrécissant les paupières :

- Ne me dis pas que c'est parce que je suis ton fiancé. Ne me dis pas que c'est parce que je suis un "boulet", ou le Maoh. Depuis le temps, c'est quelque chose d'autre.

Wolfram lâcha tout à fait son épaule et se recula sur le lit, son visage soudain lisse, ses yeux indéchiffrables. Ce fut Yuuri qui posa une main sur la sienne d'épaule, la gauche, l'empêchant de reculer plus, l'empêchant d'ériger ses murs.

- Wolf. Pourquoi?

Wolfram l'observa quelques instants; et puis, lentement, un sourire naquit sur ses lèvres, ce mélange d'arrogance et de douceur qu'il ne réservait qu'à lui :

- Un boulet, tu l'es. Parce que la réponse, tu la connais déjà. Je te l'ai déjà dite.

Yuuri ouvrit la bouche. Wolfram ne lui laissa pas le temps de trouver une répartie et se dégagea de sa prise, se reculant encore pour mieux le poignarder d'un vert ardent.

Yuuri déglutit. Il étudia son visage, laissa ses yeux tomber sur les draps.

Il entendit un soupir, et il sentit son visage être relevé avec douceur :

- Tu ne sais vraiment pas ce qu'est l'amour, pas vrai?

Le coeur de Yuuri donna un coup contre ses côtes. Comme quand on frappe à la porte de quelqu'un.

Il avait cru que Wolfram se fâcherait peut-être encore, mais il souriait; un sourire triste et beau, sans regret et sans aucune illusion :

- Je t'aime, Shibuya Yuuri. Voilà pourquoi.

Les yeux de Yuuri s'écarquillèrent.

Comme considérant la discussion close, Wolfram se passa la main dans les cheveux avec critique, sa moue plissée :

- Mes cheveux sont toujours dans un tel état, au réveil...

Yuuri empoigna soudain le col de Wolfram; chemise de nuit délicate entre ses doigts, son visage soudain à cinq centimètres du sien. Sa respiration était précipitée et il sentait quelque chose trembler au fond de lui, comme l'annonce d'un tremblement de terre.

Ses yeux étaient très, très larges, en cherchant à se raccrocher au vert si sûr face à lui; sa voix se cassait de sentiments trop grands pour lui :

- Je ne mérite pas un truc pareil.

Wolfram l'observa sans un mot, sa posture parfaitement calme. Il posa une main sur la sienne contre son col et ses prunelles étincelèrent en attrapant les siennes :

- L'amour n'est pas une question de "mérite". L'amour est donné, tout simplement.

Quelque chose. Comme un séisme.

Wolfram défit sa prise d'une petite tape joueuse puis sauta hors du lit. Il se dirigea vers sa penderie avec un grand sourire :

- Comment je vais m'habiller, aujourd'hui? J'ai envie d'être un peu original.

Le baiser au coin de sa bouche, par derrière, fut une surprise pour lui.

En fait, il le fut pour Yuuri aussi.

- ...Yuuri?

- Oh. Je. Quoi? Quoi, quoi?

Yuuri se retrouvait brusquement son dos contre le mur opposé à Wolfram, le plus loin possible de lui dans la pièce. Ses membres tremblaient, son coeur battait à tout rompre, ses lèvres pétillaient d'un contact trop brusque et trop bref.

Quoi? Son corps avait fait... Il avait... Il-

- AAAAAAAAAAAAHHHHHH!!!!

Il se précipita vers Wolfram, totalement affolé :

- Oublie ce qui s'est passé, ok?? Je ne sais pas ce qui m'a pris! J'en sais rien! Je suis fou ce matin, ça doit être le dessert de Gunther d'hier qui passe pas!

Il agrippa les deux épaules de Wolf, le secouant, ses yeux larmoyants :

- Tu m'en veux pas, pas vrai? C'était tellement rapide, d'tout' façon! Tu as déjà oublié, hein?

- Yuuri.

- Ne m'en veux pas. S'il te plaît, ne me tue pas, je ne le referai plus ja-

- YUURI!

Wolfram claqua ses mains sur ses deux joues, et le bruit les fit sursauter tous les deux. Après quelques secondes, Yuuri cligna des paupières, perplexe. Son affolement courait toujours au fond de lui, mais il avait ralenti l'allure.

Le séisme était passé.

Yuuri fixa Wolfram :

- ...Ca ne compte pas comme une double-gifle, hein? On n'est pas doublement fiancés, maintenant?

Et puis se produit quelque chose d'extraordinaire.

Wolfram tapota son épaule, avec un air étrangement absent.

Et puis il baissa la tête, juste à côté de son cou, et éclata de rire.

Yuuri sentit de nouveau l'affolement rouler dans ses entrailles, brusque et terrible. Il tenta de redresser Wolfram et de le regarder dans les yeux, examinant ses pupilles, palpant ses joues :

- Wolf. Eh, Wolf! Je t'ai pas cassé, hein? Dis-moi que je ne t'ai pas cassé??

Et Wolfram redoubla de rire. Il hoqueta, son front contre sa clavicule, ses mains pressées contre ses omoplates. Il le serra contre lui, se calma contre sa joue. Yuuri frissonna au contact de ses cheveux contre sa tempe, et Wolfram ricana encore, glissa sa main dans les siens avec une tendresse indicible.

Et puis soudain, il se recula. Plus de Wolfram, plus rien. Yuuri le fixa en clignant des yeux, sa bouche ouverte bêtement, ses bras ballants, et ce fut un sourire victorieux qui l'accueillit, un bonheur incompréhensible au fond des iris verdoyants :

- Tu ne te comprends pas toi-même. Tu es vraiment un boulet.

Et, il se détourna, retournant à sa penderie. Comme s'il ne s'était rien passé, comme si Yuuri ne sentait plus son odeur contre lui.

Le coeur de Yuuri battait la mesure. Yuuri ne comprenait pas très bien, mais cela ressemblait à un défi.

Ses lèvres s'étirèrent. Il rejoignit Wolfram pour l'aider à choisir ses vêtements.

Il n'était pas le Maoh pour rien. Il lui montrerait.

XXX
FIN.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram   Lun 21 Mar - 12:54

...
putain j'ai pleuré quoi en fait.
CETAIT TROP
BOUAAAAAAAAAAAAAAH
gaaaaaaaouuuuuuuh
guh.
je suis clair là?
Bon je vais la relire, j'aurai peut-être les mots ensuite.

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram   Lun 21 Mar - 13:14

Yuuri est un boulet complet, un idiot de première.
Il n'y comprends rien, c'est là qu'on voit que Yuuri n'a que 15 ans et Wolf 82 ans et que Wolf a eut le temps de mûrir sur certaine chose et pas Yuuri. Même si pour un Mazoku, Wolf est un adolescent :'D !
Yuuri est un boulet des sentiments :'D, mais bon il est amoureux de Wolf (et plus j'avance dans l'anim plus ça se voit à mon avis, et plus c'est vrai), et pour l'amour de Wolfram et bien ça ne fait aucun doute Very Happy
Et c'était trop beau, super bouaaaaaah, ça remue et tout.
Wolf qui éclate de rire :'D
Yuuri a encore beaucoup de choses à apprendre et comprendre et connaitre :p
mais c'était trooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooop mignon purée de balais de bois !

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Run for it


avatar

Maliae
Messages : 1899
Date d'inscription : 30/07/2012

MessageSujet: Re: Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram   Lun 21 Mar - 17:53

Yuuri le boulet <3

_________________
I'm Sexy

Un koala équivaut à deux Sam Rodrick Jonty. (Plus du Galek qui reste haha)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une branche d'arbre sur le chemin - Kyou Kara Maoh, pas de spoil, Yuuram
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kyou kara maoh
» Kyou Kara Maoh !
» Présentation d'une psychopathe...
» Kyou Kara Maoh
» Paradis... ou enfer? (Final)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maeve-
Sauter vers: