AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cupidon - Chapitre 10 - SPN, Destiel-Sam, pas de spoil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pudding \o/


avatar

Maeve
Messages : 954
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Cupidon - Chapitre 10 - SPN, Destiel-Sam, pas de spoil   Sam 13 Fév - 23:46

Fandom: Supernatural.

Disclaimer: Rien n'est à moi.

Couple: Destiel. Centré sur Sam.

Prompt: Si tu répètes ça, je te cogne.

Note: Ugh. J'espère que vous allez aimer. TT

Bonne lecture!




Cupidon - Chapitre 10

.

Sam ouvrit les yeux sur le plafond de la chambre d'hôtel. Il se sentait lourd, sa bouche était pâteuse, sa langue sèche, mais son mal de tête avait diminué, la douleur plus qu'un vrombissement à l'arrière de son crâne.

C'était bizarre. Sam plissa le front, essayant de se concentrer. La douleur n'avait fait que monter crescendo, et là...

- Sam?

Sam cligna des paupières et se tourna au son de la voix, essayant de rassembler ses pensées. Le visage de Castiel l'accueillit, ses yeux s'adoucissant en l'observant, une pointe de sourire accrochant ses lèvres :

- Content de te voir réveillé.

L'ange posa un doigt sur son front, examinant ensuite la pulpe de son index comme s'il consultait un thermomètre :

- Ta fièvre est tombée. Je vais prévenir Dean.

Sa voix était calme. L'aura bleue l'entourant apparut quand il sortit son portable, clignotant or au son des touches qu'il pressait pour taper son sms.

Sam fronça les sourcils. La dernière fois qu'il avait vu Dean et Cas, ils étaient...

Castiel était trop calme. Qu'est-ce qu'il s'était passé?

- Où est Dean?

Cas releva les yeux vers lui. Il hésita une seconde, ce qui ne lui ressemblait pas :

- Il... est retourné voir la jeune femme prénommée Terry. Il aurait voulu rester auprès de toi, mais le temps presse trop. Je l'ai convaincu d'y aller, et suis resté à tes côtés à sa place.

"Le temps presse trop"...?

Sam écarquilla les yeux. Il se redressa brusquement :

- Combien de temps est-ce que j'ai-

Il s'interrompit, secoué d'une violente quinte de toux. Cas se rapprocha aussitôt et posa une main sur son dos et l'autre sur son torse, pour le retenir. Sa main gauche entre ses omoplates diffusait une douce chaleur.

Cas plissa les sourcils :

- Je ne peux pas te guérir... Mais je peux essayer de faire en sorte que ce soit plus facile pour tes poumons.

Sam le fixa; Cas l'aida à se recoucher doucement mais fermement, un peu de fer dans ses iris. C'était le visage qu'il arborait avant une bataille.

Sam ouvrit la bouche :

- Combien de temps? Combien de temps je suis resté inconscient, Cas?

Cas ne vacilla pas, mais le gaz bleu autour de lui réapparut et émit une vague.

- Une journée entière. On est vendredi en début de soirée.

Sam referma les yeux, douloureusement. Il se pressa une main sur le visage et appuya de tout son poids contre l'oreiller.

Une journée entière de perdue. Le mariage de Carla et d'Oliver était demain. Et Sam supportait de moins en moins le sort...

Non.

Sam rouvrit les paupières.

Il se sentait mieux. Le mal de tête était toujours là, mais il se sentait plus léger qu'il ne l'avait été depuis un moment.

Sam se tourna vers Castiel. L'ange lui souriait encore, d'un demi-sourire qui n'avait rien de désespéré.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé, aujourd'hui?

Alors, Cas commença son récit.

xxx

xxx

Sam s'était effondré. Castiel l'avait rattrapé aisément, étonné par son poids. Quelqu'un d'aussi massif et de fort que Sam Winchester aurait dû peser bien plus lourd.

Le sortilège dont il était l'objet puisait dans ses réserves.

Dean les rejoignit en deux enjambées. Ses bras tremblaient, et les vibrations de ses cellules entre elles étaient des coups de lance sur la peau de Castiel.

- Dean. Il respire, il s'est simplement évanoui.

Cas ne laissa pas à Dean le temps de réagir. Il s'empressa de déposer Sam sur le canapé faisant face à celui où se trouvait Carla, s'éloignant aussitôt légèrement pour laisser à Dean tout le loisir de vérifier ses dires par lui-même. Dean glissa une main dans les cheveux de son frère, murmura "Sammy" avec une douleur qui le déchira.

Cas ne quitta pas son poste et baissa la tête, la culpabilité un venin se diluant dans ses veines :

- J'essaye de maintenir sa fièvre à un taux raisonnable, mais le sortilège dont il est l'objet est puissant. Je l'aide du mieux que je peux à supporter ses symptômes, mais je ne peux le guérir. Je suis désolé...

Dean releva les yeux à ses paroles. Cas s'était attendu à ce qu'il se mît en colère, mais à la place, la reconnaissance brilla dans ses iris, incendiaire dans son désespoir.

- Merci, Cas.

Cas baissa la tête encore plus, honteux.

Ce fut à ce moment que la jeune femme prénommée Carla se releva.

Celle nommée Terry, aux cheveux mauves, poussa un cri de soulagement et voulut l'enlacer mais Cas l'éloigna aussitôt d'elle, s'interposant pour la protéger. Terry hurla, voulut le frapper mais Castiel l'ignora, ses yeux rivés sur la femme envoûtée.

- Dean. Ne l'approche pas non plus.

Dean s'immobilisa.

La jeune femme s'extirpa lentement du canapé, ses longs cheveux voilant son visage. Ses mouvements étaient robotiques, ses articulations s'enclenchant comme celles d'un automate. Même pour Castiel, c'était évident que la femme devant lui ne se mouvait pas avec une aisance humaine.

La femme envoûtée releva vers eux des yeux vides. Le sortilège était profondément ancré dans ses iris et les laissait plats et sans vie, leur lumière éteinte, son visage blafard et sans expression.

La jeune femme tourna la tête en direction de Dean, qui tressaillit, sur ses gardes; puis, elle vissa l'abîme de ses pupilles dans celles de Castiel.

Castiel siffla, le mot, à cet instant, un poison entre ses dents :

- Archange.

Dean se tourna aussitôt vers lui mais Cas resta entièrement focalisé sur la créature derrière l'envoûtement, celle qui bougeait les fils de cette femme comme ceux d'une vulgaire marionnette.

Cela ne dura que quelques secondes; mais, l'espace d'un instant, le visage de la femme nommée Carla se déforma, ses lèvres se retroussant pour dévoiler un sourire condescendant et d'une extrême arrogance.

Derrière Castiel, Terry poussa un cri, couvrant sa bouche de ses mains.

Cas, quant à lui, rétrécit les paupières. Qui était-ce?

La créature jeta un regard à Sam,toujours inconscient sur le canapé. Dean vint immédiatement se tenir entre elle et son petit frère, ses yeux flamboyant de défi et de rage.

Mais la créature ne sembla pas vouloir se dévoiler maintenant; le sourire sur les lèvres de la jeune femme s'effaça et la présence de l'archange autour d'elle s'émoussa, ne devenant plus qu'une petite lumière derrière sa peau, quelque chose qui aurait pu plus facilement passer pour la Grâce d'un Cupidon si Castiel n'avait pas assisté directement aux effets du sortilège.

- Carla!

Terry échappa à la vigilance de Cas et se rapprocha de Carla. Elle s'immobilisa à quelques pas d'elle, hésitante, et la jeune femme envoûtée lui accorda à peine un regard avant de rebrousser chemin et de claquer la porte derrière elle avec la rigueur d'un mécanisme horloger.

Le silence tomba dans le petit appartement. Terry tendait toujours la main devant elle, comme pour retenir un fantôme.

Dean serra les dents et Cas entendit les crissements de désespoir dans la poitrine du chasseur.

- Ca. Suffit !

Avant que Cas ne pût le retenir, Dean avait rejoint Terry et enserrait son col, rapprochant son visage du sien, ses yeux écarquillés de fureur et de terreur :

- Tu dois lui dire! T'as pas le choix! Tu dois dire tes sentiments à Carla sinon Sam va mourir !

- Dean!

Cas se rapprocha de Dean, par derrière, et posa gentiment ses mains sur ses bras. Dean tremblait, et Cas aurait voulu pouvoir réveiller Sam d'un frôlement de doigt et le guérir; il aurait voulu pouvoir effacer cette haine de lui-même saillante dans les traits autour des yeux de Dean et chasser définitivement le spectre empoisonné qui hantait son coeur, celui de la colère et du sacrifice de soi qui menait à l'abîme.

Dean blâmait Terry, mais avant tout, Dean se blâmait lui-même.

- Tu dois lui dire. Tu dois lui dire, je t'en prie...

Cas se rapprocha encore, et posa sa tête entre les omoplates de Dean, soutien silencieux. Dean ne pleurait pas mais sa voix avait des accrocs, son coeur trébuchait, et Cas ferma les yeux.

- Dean... Lâche-la, elle est choquée.

Dean s'immobilisa. Et alors, ll respira, lentement, inspiration, expiration, et tout le long Cas resta ici, entre ses omoplates, ses doigts venant masser son épaule gauche, l'encourageant à voix basse.

Dean relâcha Terry, doucement, progressivement, et la jeune femme leva vers eux des yeux éclatés, les larmes coulant librement sur ses joues :

- Sam... Va mourir?

Dean se statufia. Cas releva la tête mais ne s'écarta pas tout à fait, Dean reculant instinctivement pour le maintenir près de lui.

Terry les observa l'un après l'autre, son teint verdâtre comme si elle allait vomir :

- Cupidon? Des anges? Des archanges? ...Carla ensorcelée, Carla qui n'est pas Carla??

Dean déglutit. Cas vit sa main se resserrer sur son couteau tandis que Terry commençait à rire, lèvres repliées hystériquement vers le haut.

Dean ouvrit la bouche :

- Terry...

Le regard de la jeune femme fondit comme de l'acier, tranchant comme la lame :

- Allez-vous-en.

Cas se décala, son ton calme, essayant d'apparaître "raisonnable" :

- Mademoiselle, je pense que vous devriez écouter-

Terry tourna ses yeux vers lui et la main de Dean vint agripper son poignet, fort.

Terry laissa découvrir ses dents, carnassière :

- Je crois que j'en ai assez entendu, au contraire.

Cas voulut insister mais Dean le repoussa derrière lui et enchaîna :

- Terry, écoute, je...

Et Terry craqua. Le si fragile contrôle d'elle-même qu'elle tenait à bout de bras lâcha et elle explosa, et Cas dut tirer Dean en arrière pour éviter qu'il ne fût frappé :

- SORTEZ D'ICI. PRENEZ SAM ET QUITTEZ MA MAISON. SORTEZ !

Cas attrapa Sam et entraîna Dean. La porte claqua derrière eux.

- NE REVENEZ PLUS JAMAIS !

Ils ne partirent pas assez vite pour ne pas entendre les sanglots qui secouèrent la jeune femme à leur départ.

xxx

xxx

Sam écarquilla les yeux :

- C'est... Un archange? C'est sûr?

Cas se rembrumit :

- J'ai très peu de doutes. Le sortilège dont tu es l'objet est beaucoup trop fort pour avoir été mis en place par un simple Cupidon.

Sam baissa la tête, la main devant sa bouche. Et puis :

- ...Gabriel?

Sam releva les yeux. Cas fixait le drap en opinant du chef :

- Il est censé être mort, mais cela ressemble beaucoup à l'humour de Gabriel, effectivement.

Sam se sentit étrangement soulagé :

- C'est mieux que si c'était Lucifer qui avait trouvé un moyen de me contacter à travers la Cage, non?

Cas se redressa. Ses lèvres étaient plissées, et le gaz autour de lui se contractait, bleu-gris.

- Oh, Cas...

Sam tapota son épaule maladroitement. Cas releva les yeux, surpris.

Sam sourit :

- Ne t'en fais pas pour moi, je me sens mieux. ...C'est d'ailleurs bizarre.

Cas fronça les sourcils :

- Qu'est-ce que tu veux dire?

Sam secoua la tête et changea de sujet :

- Ce qui est arrivé à Terry est affreux. J'espère... J'espère qu'elle nous pardonnera. Ne le dis pas à Dean, mais j'aimerais la garder comme amie, après.

Cas l'observa. Sam lui fut reconnaissant de ne pas émettre de réserves sur l'existence d'un "après" pour lui.

Cas énonça très sérieusement :

- Elle ressemble à Dean.

Sam lui sourit, encore plus large :

- Oui. Elle lui ressemble.

Cas se détendit légèrement; Sam lui donna un petit coup de coude amical :

- Il s'est passé quoi, ensuite?

Cas poursuivit son récit.

xxx

xxx

Quand ils retournèrent à l'hôtel, ils s'empressèrent d'installer Sam confortablement sur son lit, en évitant de trop le couvrir. Castiel passa un doigt sur son front et fit de son mieux pour baisser sa fièvre; durant tout le transport, Sam avait grommelé, gémi un peu, mais ne s'était pas réveillé. Sa respiration, cependant, était restée sereine, et il semblait moins souffrir.

Ce n'était, bien entendu, pas assez pour apaiser Dean.

- MERDE !

Dean renversa les deux chevets et la table basse, lançant un coup de pied dans une chaise. Les papiers de la dernière recherche de Sam en cours dégringolèrent lentement vers le sol et Dean les attrapa et les chiffonna, les déchirant en mille morceaux avant de marcher dessus.

Quand il fit mine de taper du poing contre le mur, Castiel l'arrêta.

- Stop. Te blesser ne résoudra rien.

Dean le fixa, sourcils froncés et iris brisés. Il étudia son visage et ouvrit la bouche, trébucha sur ses mots :

- Elle... Elle est notre dernier espoir, et elle nous a mis dehors.

Cas sentit ses lèvres s'étirer, juste un peu :

- Je ne pense pas qu'elle soit notre "dernier espoir". Ce n'est pas le genre de chose qui vous arrête.

- Mais...

Cas avait attrapé le poignet droit de Dean. Sa prise se déplaça, ses doigts se refermant autour de son poing. Il fronça les sourcils.

Dean ne le quittait pas du regard.

- Dean. Elle a rejeté la faute sur nous parce qu'elle était terrifiée. Elle a besoin d'un peu de temps, pour... Se faire à ce qui s'est passé.

Dean se renfrogna, mais quelque chose se déplia sur son front. Il n'était pas tout à fait en colère quand il rétorqua, ses yeux rivés sur ses doigts sur sa main :

- ...Depuis quand comprends-tu assez les humains pour déchiffrer ce genre de chose?

La réflexion était cinglante mais le ton n'était pas agressif, et Cas la vit pour ce qu'elle était. Après tout, Dean aussi était terrifié.

Castiel rencontra son regard sans ciller, sincérité pure au fond des yeux :

- Elle, c'est parce qu'elle ressemble à quelqu'un que j'aime beaucoup.

Le Temps. S'arrêta.

Castiel vit tout, au ralenti : il vit les iris verts de Dean qui éclataient, balayés par une émotion sans nom. Il vit sa main droite se dégager de sa prise pour venir s'appuyer contre sa joue, sa main gauche faisant de même de l'autre côté. Il vit les cils de Dean, un à un, tandis que ses paupières se refermaient; il aurait pu les compter.

Et en même temps, le Temps passa trop vite. En même temps, Cas fut bien incapable d'arrêter quoi que ce soit; il n'en avait pas envie.

Parce que durant ces neuf secondes de ce temps ralenti - neuf secondes, trente-huit centièmes - Dean Winchester le plaqua contre le mur avec force et l'embrassa comme quelqu'un qui se noie et s'accroche pour survivre.

Le Temps reprit son cours trop vite. Dean s'écarta de lui comme on se brûle, recula... et ses yeux se portèrent aussitôt sur Sam, et il se précipita vers lui.

Il n'y avait pas de changement. Cas aurait pu le lui dire, s'il lui avait demandé : la respiration de Sam était toujours aussi régulière, apaisée. Douze de fréquence respiratoire. Son pouls était stable, et il suait un peu parce que sa fièvre n'était pas tout à fait tombée.

Cas aurait pu le lui dire.

- Il n'y a pas de changement. Pourquoi il n'y a pas de changement??

Dean releva la tête vers lui, et fuit ses yeux. Il fuit ses yeux bleus que Cas savait perdus, prisonniers d'une boucle temporelle qu'ils se rejouaient encore et encore; il fuit la main bronzée qu'il avait posée contre sa bouche par réflexe, pour garder un contact qui s'était échappé trop vite. Il fuit sa présence.

Il fuit, il fuit.

Il prit ses affaires, et il claqua la porte derrière lui.

Dans un geste qui n'avait rien d'angélique, Cas se laissa tomber sur le sol à côté du lit de Sam.

xxx

xxx

- ...Wow.

Cas évitait son regard. Pour la première fois depuis qu'il le connaissait, Sam voyait ses joues se colorer légèrement; le gaz qui l'entourait clignotait dans son embarras, or, bleu, or, bleu, incapable de se décider, volatile et prêt à disparaître.

Sam relâcha un souffle, ses yeux arrondis :

- Wow.

Cas se renfrogna :

- Tu dois guérir si un couple amoureux se met ensemble, non? Dean était désespéré, il... Il n'a pas réfléchi.

Sam fixa Cas par-dessous ses cils :

- Il a très bien réfléchi, au contraire. Pour une fois.

Cas lui jeta un regard torve, partagé entre confusion et frustration. Sam rit lentement.

Et puis, il s'interrompit :

- Attends. C'était hier soir, ça, non? Donc, ça n'a vraiment pas marché.

Cas haussa un sourcil, comme s'il était vraiment étonné de sa surprise et, bon sang. Il faisait vraiment la paire, avec Dean.

- C'est ce que j'ai dit, oui. Cela n'a pas marché.

- Mais pourquoi?

Cas l'étudia avec perplexité, puis le gaz autour de lui devint gris, et Sam tressaillit à la tristesse qu'il exprimait.

Cas se laissa sourire lentement :

- Parce que ce n'était pas sincère.

xxx

xxx

Dean passa la nuit dehors. Durant ce laps de temps, Castiel veilla Sam, faisant de son mieux pour maintenir sa température à un nombre raisonnable, essuyant sa sueur, remettant ses pieds sous la couverture quand Sam bougeait dans son sommeil.

Il essayait de ne pas s'inquiéter pour Sam (il était inquiet pour Sam). Il essayait de ne pas compter les heures, les minutes, les secondes (neuf secondes, trente-huit centièmes. Neuf secondes, trente-huit centièmes.). Il essayait de ne pas penser au fait que Sam avait dit je dois réunir un couple d'amoureux, et que Dean l'avait embrassé et que cela n'avait rien fait. Il essayait de ne pas penser au fait qu'il aimait Dean Winchester de tout son coeur.

Quand Dean était réapparut le lendemain matin, il avançait à petits pas, sa mimique penaude. Il se faisait le plus petit possible et jetait de brefs coups d'oeil à Cas quand il pensait que ce dernier ne pouvait pas le surprendre.

Castiel savait toujours quand il le regardait, mais il ne le lui dirait pas.

- Du changement?

Dean tenta une approche nonchalante, ses mains dans ses poches, mais Cas vit l'inquiétude, vive, qui raidissait chacun de ses muscles, et chacun des centimètres en plus que ceux qui les séparaient habituellement étaient une épine enfoncée dans son flanc.

Cas ne se tourna pas vers lui :

- Non. Mais, il n'est pas pire non plus.

Dean soupira :

- Cas, je...

Cas replia la couverture sur Sam :

- Où as-tu dormi, Dean?

Cas ne le regardait toujours pas. Il sentit la frustration de Dean monter même sans la voir.

Bien.

Dean se déplaça d'un pied sur l'autre :

- Dans l'Impala.

Toujours sans se tourner vers lui, Cas fronça les sourcils :

- Il y a eu un peu de vent, cette nuit. J'espère que tu t'es bien couvert.

- Hé.

Dean finit par immobiliser d'une main ses doigts empêtrés dans le drap.

- , Cas!

Cas se figea. Dean grommela, et tenta d'attraper son regard mais Cas l'évita.

- Bon sang, Cas! Regarde-moi, quand je te par-

- Hier...

Dean s'interrompit. Cas lui lança un regard par-dessus son épaule, résolu :

- Hier, pourtant... Tu n'arrivais plus à me regarder.

Dean tressaillit. Il se couvrit la bouche d'une main, et Cas soupçonna qu'il le fixait maintenant sans ciller, ses yeux déterminés, uniquement parce qu'il venait de le défier.

Dean tint son regard pendant quelques secondes, et puis il émit un soupir explosif :

- Je suis désolé pour hier, d'accord? Je t'ai imposé le b-baiser et t'en voulais pas, et en plus ça n'a pas mar-

Cas fronça les sourcils :

- ...Je n'en "voulais pas"?

Dean se pétrifia. Castiel se tourna enfin vers lui, prunelles rétrécies, dangereuses. Il laissa échapper sa frustration et sa colère tout autour de lui, et il savait que Dean pouvait les sentir dans l'air, qu'elles faisaient se hérisser les poils de ses bras.

Castiel se rapprocha de lui, ses yeux des harpons :

- Comment pourrais-tu savoir ce que je "veux" ou ce que je ne "veux pas", Dean Winchester?

Dean déglutit. Il baissa la tête en direction du sol :

- ...Pourquoi ça n'a pas marché?

Cas se sentit dégonfler, comme un ballon.

Il ne répondit pas tout de suite. Il laissa son regard parcourir les chaussures de Dean, ses jambes arquées.

Il ouvrit la bouche, et confia sincèrement ce qui le terrifiait le plus :

- ...Probablement parce que je ne suis pas humain.

L'atmosphère se modifia aussitôt. Dean se rapprocha de lui en une seule enjambée et empoigna son trenchcoat, un éclat furieux au fond de ses yeux, ses poings tremblant de rage :

- Si tu répètes ça une seule fois, je te cogne.

Cas cligna des paupières, abasourdi. Dean respirait vite, son visage à quelques centimètres du sien, la fureur noyant la forêt de ses iris :

- Parce que tu n'es pas humain, tu penses que tu peux pas aimer???

- Non...

Sa réponse sembla calmer un peu Dean. Son souffle s'apaisa lentement, sa prise se desserra sur ses vêtements.

- Non.

Cas rencontra ses yeux. Il fronça les sourcils :

- Mais, je n'ai pas d'âme. Un Cupidon est censé lier les âmes entre elles. Pourquoi l'amour d'un être tel que moi compterait?

Dean balança son poing. Cas l'arrêta à un centimètre de sa joue :

- Si je te laisse me cogner, Dean, tu vas te faire mal.

Dean soupira. Il se détourna.

- C'est pas ça. Je connais pas la raison, Cas, mais c'est pas ça. J'en suis sûr.

Cas étudia son dos. Et puis, la réponse lui apparut, évidente. Ses yeux s'agrandirent :

- Tu ne m'as pas embrassé parce que tu es amoureux.

- Que?

Dean se tourna de nouveau vers lui en un instant, outré et rougissant :

- Je crois savoir mieux que toi ce que- Je-

Cas posa chacune de ses mains sur ses poings serrés. Il se rapprocha.

- Dean...

Dean écarquilla les yeux. Cas continua :

- Tu ne m'as pas embrassé parce que tu es amoureux. Tu m'as embrassé pour sauver Sam.

Le Temps... Depuis que Cas avait goûté à la vie humaine, il s'en était rendu compte. C'était une chose capricieuse.

A ce moment-là, le Temps sembla s'arrêter aussi; et Cas put voir chaque seconde de choc naître sur le visage de Dean, et il sut, quelque part, que Dean ne pourrait pas s'empêcher de se rejouer cette scène non plus. Cette scène, et la tristesse que Castiel n'était pas capable de dissimuler totalement.

Cas lui sourit, doux, tendre.

- Ce n'était pas un geste d'amour pour moi. Tu ne m'as pas embrassé parce que tu m'aimais moi. Tu m'as embrassé parce que tu aimes Sam.

Retour à la case départ.

XXX

A suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Normal people scares me


avatar

Swato
Messages : 1017
Date d'inscription : 08/08/2013

MessageSujet: Re: Cupidon - Chapitre 10 - SPN, Destiel-Sam, pas de spoil   Lun 15 Fév - 1:19

AOUCH ! Pauvre Cas...

Même si Dean t'aiiiime bien évidemment hein ! Mais son frère quoi...

Pauvre Sammy, il a jamais de chance ><".

La colère de Terry était assez flippante, je l'imagine bien en plus et... wow ! Explosif, hein ?! XD

Bon, ben maintenant qu'il a embrassé une première fois son ange, j'espère qu'il va pas hésiter à l'embrasser encore pleiiiiiinnn de fois Razz

J'ai hâte de connaître la suite !

_________________
C'est chouette non ????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cupidon - Chapitre 10 - SPN, Destiel-Sam, pas de spoil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» Bleach - Chapitre 298 BKT
» Semaines sans chapitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Maeve-
Sauter vers: