AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Original - RedReetmine - 2 - Fuite d'un hérisson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ore demo, suki dayo....Hanabi


avatar

Yuuki
Messages : 12899
Date d'inscription : 14/05/2010
Emploi/loisirs : Broum

Feuille de perso
Pancake: thjtfiohjdtijhsitj
Pudding:

MessageSujet: [Original - RedReetmine - 2 - Fuite d'un hérisson]   Dim 12 Avr - 16:20

Prompt : Le silence est un ami qui ne trahit pas

On cru que tout allait mieux, Red avait trouvé le moyen de se remettre de la mort de son père, cela l’avait rendu mature, et tout allait pour le mieux.
Bien sûr qu’il restait dyslexique, bien sûr qu’il avait toujours des problèmes à l’école, ce n’est pas comme si tous ses problèmes allaient se résoudre juste en découvrant le rayon d’une bibliothèque, ça aurait été un peu inquiétant si ça avait été le cas.

Mais cela se sentait, que Red n’étais pas non plus au plus mieux. Souvent, il laissait sa mère et s’en allait se promener de nuit.
Au début, celle-ci l’avait réprimandé, lui disant que ce n’était pas une bonne chose, qu’il allait finir par se faire tuer, ou kidnapper. Que la nuit, il y avait du danger. Mais Red n’écoutait pas, et se promenait dans le silence et les ténèbres.
Le silence est un ami qui ne trahit pas. Et Red n’ayant pas d’amis, profitait de ses moments pour voir s’il ne pouvait pas découvrir des choses surnaturelles, ou juste se reposer, et rester calme, quand soudain de mauvaises pensées l’envahissaient.

Voilà trois ans que son père était mort. Cela faisait longtemps, pourtant il avait l’impression que c’était hier, qu’il était rentré dans sa chambre, et qu’il l’avait retrouvé pendu.
Mais l’enfant savait qu’il avait progressé depuis. Il parvenait à dire le mot « mort » sans s’effondrer, sans se mettre à pleurer.
Bien sûr, son cœur se serrait, mais il restait fort.

C’est pendant une de ses fuites nocturnes, qu’il rencontra son tout premier et véritable ami. C’était juste un petit hérisson, une minuscule boule de poils au museau tout mignon, et à l’air gentil.
Il l’avait trouvé sur la route, parce que bien sûr les hérissons n’ont jamais été dotés d’un instinct de survie suffisant pour les faire éviter de traîner là où il y a des voitures.
Et le hérisson ne semblait avoir personne. Pas de famille, pas d’amis. Il était tout seul, et sembla immédiatement aimer Red. Il lui grimpa dessus, et les deux se découvrirent.
Red était tout surpris, de se faire adopter par une telle créature aussi facilement, mais cela le fit sourire, et il ne tarda pas à lui donner un nom.

Triskell. Bien évidemment, toujours plongé dans les mythologies, Red ne pouvait pas donner un autre nom à ce petit être qui adorait lui grimper dessus, faisant attention de ne pas le piquer avec ses épines.
Quand sa mère découvrit que son fils avait adopté une telle créature, douta du fait que c’était une bonne idée, mais a l’air totalement béat de l’enfant face à Triskell, elle décida de lui laisser.
Si cela pouvait lui permettre d’avoir un confident, quelqu’un à qui parler, quelqu’un pour le soutenir, même juste à coup de petits regards doux, alors c’était déjà bien.

L’hérisson rejoint alors la famille.
Jusqu’à ce que Red le perde. Cet animal si petit, et suffisamment énergique pour avoir envie de courir partout.
A peine l’avait-il lâché dans un parc pour qu’il se dégourdisse les pattes que Red perdit Triskell de vue, et bien sûr, fondit en larmes.
Cela faisait au moins trois ans qu’il n’avait pas pleuré. Il était devenu suffisamment fort depuis la mort de son père, pour faire en sorte de n’avoir peur de rien, pour être grand, et ne jamais pleurer.

Il l’appela alors, pour le chercher, pour le trouver, pour ne plus sentir les larmes couler. Mais les hérissons ne parlaient pas humain.
Les hérissons étaient juste des animaux, certes apprivoisables, mais pas forcément dotés d’une amitié sans bornes.
Et c’est ainsi que Red termina recroquevillé dans un coin, à prier pour que quelqu’un, puisse lui ramener son Triskell adoré.
Il n’avait pas envie de rentrer chez lui. Cela faisait à peine un mois qu’il avait son hérisson, et voilà qu’il le perdait. Il se sentit nul, et se demanda quelle tête aurait sa mère quand il lui annoncerait que lui, Red, le garçon raisonnable et responsable, avait perdu son petit animal.

Soudain, il sentit un petit museau le gratouiller, et il redressa doucement sa tête, pour voir un homme tenir en ses mains son Triskell.
Cet homme avait de grands yeux verts, et un sourire attentif, et bienveillant.

- Je crois que tu as perdu ça, tout à l’heure.

Red, heureux, attrapa son petit hérisson, le serrant un peu contre lui, faisant en sorte de ne pas se piquer.

- Comment vous saviez, qu’il était à moi ?

L’homme fit un sourire mystérieux :

- Je le savais tout simplement. Il semble beaucoup t’aimer.
- Oui…Enfin je crois…enfin j’espère…fit Red, en riant un peu, pleurant de joie, à l’idée de retrouver son animal.
- Je te le dis alors : il t’aimes, Red.

L’enfant ouvrit grand ses yeux, et fixa l’homme qui lui souriait toujours et encore. Qui était-il ? Ce n’était pas la première fois que le brun rencontrait quelqu’un à l’aura aussi mystérieuse, et qui paraissait tout connaître de lui, mais de fait, comme à chaque fois il était curieux de savoir.

- Qui êtes vous ? Comment savez vous mon nom ? Vous êtes un sorcier ? Un magicien ?

Le mystérieux inconnu, eut un fou rire, en voyant la curiosité de Red de nouveau déclenché.

- Je suis juste quelqu’un qui passait par là et qui a trouvé ton hérisson. Ne t’inquiètes pas, je ne te veux pas de mal, et ce même si je connais ton nom.
- Mais qu’est ce que vous êtes ?
- Ni un magicien, ni un sorcier. Je suis…Comment dire…Quelqu’un de très spécial.
- Oui, ça je m’en doute.

Alors que Red voulu poser d’autres questions, l’homme attrapa ses épaules doucement, et avec une bienveillance non feinte, lui fit :

- Tu as traversé une rude épreuve, Red. Mais je sais que tu deviendras quelqu’un d’aussi spécial que moi. Rien que le fait que nous nous rencontrions signifie que tu n’es pas n’importe qui. Prends bien soin de Triskell, et de toi. Et ne t’en fais pas. Ton père ne t’en veux pas. Et il se porte bien.

L’homme disparu sans prévenir, avant même que Red puisse larguer sa cascade de questions. Ne restait que Triskell qui le chatouillait de bisou avec son petit museau, et le par cet ses habitants.
Le garçon ne su pas comment réagir, mais il fit un sourire. Il était persuadé qu’un jour, il comprendrait qui était cet homme.
Et il était prêt à le croire, cet individu qui était déjà reparti, s’il lui disait que son père allait bien.
Il rentra chez lui, le cœur plus léger.

A suivre/Fin
Héhé.

_________________

Forum : 759/3500


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kapouekapoue.forumactif.org
 
[Original - RedReetmine - 2 - Fuite d'un hérisson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hérisson
» Le Hérisson
» Fuite d'huile PX Besoin aide !
» ISOMAC VENUS - PROBLEME FUITE PF
» hérisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Yuuki-
Sauter vers: